Langue   

Der Prinz von Lügenland

Erika Mann


Langue: allemand


Peut vous intéresser aussi...

Le Maître et Martha
(Marco Valdo M.I.)
Hoppla! Wir leben!
(Walter Mehring)
Lied vom Trockenbrot
(Walter Mehring)


[1934]
Versi di Erika e del fratello Klaus Mann
Musica di Magnus Henning (1904-1995), compositore e pianista bavarese
Nello spettacolo di Kabarett intitolato “Die Pfeffermühle”, “Il Macinapepe”, ideato dai due fratelli Mann, con la collaborazione di Walter Mehring e Wolfgang Koeppen, e interpretato dalla stessa Erika, dall’amante di lei Therese Giehse e da altri attori e danzatori (Lotte Goslar, Sybille Schloß, Cilli Wang e Igor Pahlen.)

Kaiser Adolf, montaggio fotografico di John Heartfield (Helmut Herzfeld, 1891-1968)
Kaiser Adolf, montaggio fotografico di John Heartfield (Helmut Herzfeld, 1891-1968)


“Il gran finale [del Macinapepe, nello spettacolo del 1 gennaio 1934 a Zurigo, ndr] è costituito da Erika e dalle sue celebri, taglienti canzoni con versi che colpiscono a raffica la follia nazista. Eccola in scena con elmetto d’argento, pantaloni neri e stivali da cavallerizza. Questa sera è il Lügenprinz, ‘Il Principe del Paese di Bugie’’: “Sono il principe del Paese di Bugie / mento oltre ogni limite e fantasia /Santo Dio, che bravo sono a mentire! / Di fronte a me tutti i bugiardi / con le spalle al muro vanno a finire…”
(introduzione tratta da ““Kabarett! Satira, politica e cultura tedesca in scena dal 1901 al 1967”, a cura di Paola Sorge, Lit Edizioni, 2014).
Ich bin der Prinz von Lügenland,
Ich lüg, daß sich die Bäume biegen, –
Du lieber Gott, wie kann ich lügen,
Lüg alle Lügner an die Wand.

Ich lüge so erfindungsreich
Das Blau herunter von den Himmeln.
Seht Ihr die Luft von Lügen wimmeln;
Es weht der Wind vom Lügenteich.

Der liebe Sommer naht sich jetzt,
Schon sprießen Knospen an den Bäumen,
Lieb Veilchen gelb die Wiesen säumen,
Im Kriege ward kein Mensch verletzt.

Ha, Ha, Ihr glaubts, ich merk’ es ja.
Ich kann’s Euren Mienen lesen.
Obwohl es lügenhaft gewesen,
Steht es vor Euch die Wahrheit da.

Lügen ist schön
Lügen ist gut
Lügen bringt Glück
Lügen schafft Mut
Lügen haben hübsche Lange Beine
Lügen macht reich
Lügen sind fein
Wirken wie wahr
Waschen Dich rein
Gehn wie Hündlein folgsam an der Leine.

Beim mir daheim im Lügenland
Darf keiner mehr die Wahrheit reden, –
Ein buntes Netz von Lügenfäden
Hält unser großer Reich umspannt.

Bei uns ists hübsch, wir habens gut,
Wir dürfen unsre Feinde morden.
Verleihn uns selbst die höchsten Orden
Voll Lügenglanz und Lügenmut.

Wer einmal lügt, dem glaubt man nicht,
Wer immer liegt, dem wird man glauben.
Zum Schluss lässt sich’s die Welt nicht rauben,
Dass er di lautre Wahrheit spricht.

Lügen ist recht,
Lügen ist leicht,
Alles ist gut,
Wenn man’s erreicht, –
Lügen sind zu unserm Zweck die Mittel.
Lügen bringt Ruhm
Dem Lügenland,
Lügen sind bunt
Und elegant;
Dumme Wahrheit geht in grauem Kittel.

Ein Prinz aus Lügenland,
Ich will die Wahrheit überdauern.
verbogen hinter Lügenmauern,
halt ich den wahrsten Stürmen stand.

Ich misch das Gift, ich schür den Brand,
Nur so schätz ich mein Reich vor Kriegen.
Wer mir nicht glaubt, den straf ich Lügen,
Ich selbst, der Prinz von Lügenland!

Die Welt hat gern mit mir Geduld,
Und sollt’ sie auch zu Grunde gehen.
Mich hört man auf den Trümmern krähen:
Daran sind nur die andern Schuld!

Lügen sind sanft
Lügen sind fein
Machen Euch still
Singen Euch ein,
Bis zu einem grässlichen Erwachen.
Läßt’s nicht geschehn!

Glaubt ihnen nicht
Schleudert die Wahrheit
Ins Lügengesicht!
Denn die Wahrheit ganz allein kanns machen!

envoyé par Bernart Bartleby - 8/9/2016 - 08:20




Langue: italien

Traduzione italiana di Paola Sorge e versificazione di Giulio Tamburrini, da “Kabarett! Satira, politica e cultura tedesca in scena dal 1901 al 1967”, a cura di Paola Sorge, Lit Edizioni, 2014.

IL PRINCIPE DEL PAESE DI BUGIE

Sono il principe del Paese di Bugie,
mento oltre ogni limite e fantasia,
santo Dio, che bravo sono a mentire!
Di fronte a me tutti i bugiardi
con le spalle al muro vanno a finire.

In maniera creativa so mentire,
le sparo grosse, non c’è che dire.
Vedete l’aria che vibra di bugie?
Soffia il vento dal mare
di frottole solo mie.

Mentire è bello,
mentire è bene,
porta fortuna
ti dà anche la luna.

Le bugie hanno le gambe belle lunghe.
Ti fanno ricco,
ti fanno chic,

fanno l’effetto della verità
ti ripuliscono per carità,
ti seguono ovunque come un bagaglio,
come tanti cagnolini al guinzaglio.

Qui da me la verità nessun può dire,
di bugie un intreccio colorato
il nostro gran Regno tien legato.

Da noi è bello, da noi si vive bene,
i nostri avversari possiamo assassinare.
Le più alte decorazioni
a noi stessi possiam dare,
brillano di bugiarda luce
per quel che abbiam da fare.

A chi mente una volta non si crede,
a chi sempre mente, si dà fede.
Alla fine tutto il mondo crederà
che quel che dice è la verità.

Mentire è giusto
mentire è lieve,
tutto è bene
quel che si ottiene.
Le bugie sono gli strumenti
per realizzare tutti i nostri intenti.

Mentire porta onori al nostro Bel Paese,
le bugie sono a colori,
son raffinate;
la stupida verità
è grigia, ormai si sa.

Sono il principe del Paese di Bugie,
la verità voglio scavalcare,
celata dietro muri di bugie.
Alle più vere burrasche tengo testa.

Mescolo veleni, attizzo il fuoco,
solo così raggiungo il mio scopo
di proteggere il mio regno dalle guerre.
Chi non mi crede sarà da me accusato
di esser menzognero, proprio da me
che principe bugiardo son Stato incoronato!

Con me il mondo volentieri è paziente,
dovrebbe andare a fondo immantinente.
Sulle rovine mi si sente gracchiare:
di quelle, solo degli altri è la colpa,
non c’è da dubitare.

Mentire è dolce,
mentire è chic,
vi rende quieti,
vi rende lieti,
fino a che vi sveglierete.
No, fate che non succeda!

(A questo punto il principe/Erika Mann si toglie l'elmetto, va verso il pubblico e scandisce bene gli ultimi versi):

A loro non credete,
sbattete la verità
in faccia a quei bugiardi là!
Può farcela da sola la verità!

envoyé par Bernart Bartleby - 8/9/2016 - 21:39




Langue: français

Version française – LE PRINCE DE MENTERIE – Marco Valdo M.I. – 2016
Chanson allemande – Der Prinz von Lügenland – Erika Mann – 1934


Poème d’Erika et Klaus Mann
Musique de Magnus Henning (1904-1995), compositeur et pianiste bavarois
Dans le spectacle de cabaret intitulé « Die Pfeffermühle », « le Moulin à poivre », imaginé par Erika et Klaus Mann, avec la collaboration de Walter Mehring et de Wolfgang Koeppen, et interprété par la même Erika, son amie Therese Giehse et d’autres acteurs et de danseurs (Lotte Goslar, Sybille Schloß, Cilli Wang et Igor Pahlen.)

Erika2Bet2BKlaus2BMann


Le grand final [du Moulin à poivre, lors du spectacle du 1er janvier 1934 à Zurich, ndr] est présenté par Erika et ses célèbres, coupantes chansons avec des textes qui attaquent en rafales la folie nazie. Elle est en scène avec casque d’argent, pantalon noir et des bottes de cavalière. Ce soir, elle est le Lügenprinz, « le Prince de Menterie » :

« Je suis le Prince de Menterie,
Je mens à faire rougir les prairies, –
Bon Dieu, comme je peux mentir,
Personne au monde ne peut autant mentir. »

(introduction de « Kabarett ! Satire, politique et culture allemande en scène de 1901 à 1967 », par Paola Sorge, Lit Éditions, 2014).


Lucien l’âne mon ami, voici une intéressante chanson et intéressante à plus d’un titre. D’abord, car c’est une bonne chanson, ce qui ne court pas les rues. Ensuite, c’est une chanson courageuse, une chanson de résistance au nazisme, une chanson en allemand, présentée en 1934 à Zurich dans un de ces cabarets de l’exil. Zurich se situe en Suisse alémanique, comme sans doute tu le sais, mais il importe de le préciser en ce sens que c’est un des derniers territoires de langue allemande qui échappe à la domination des nazis et à leur éteignoir. Enfin, c’est une chanson d’Erika Mann, interprétée par elle au cabaret ; elle payait de sa personne.

Eh bien, Marco Valdo M.I. mon ami, voilà qui m’intéresse beaucoup, car Erika Mann est une artiste, une écrivaine aussi dont les tableaux qu’elle brosse dans ses textes littéraires sont des descriptions précises, chirurgicales, atmosphériques de ce qui se passait dans les villes allemandes en train de sombrer dans le flot de boue qui submergeait le pays. Et puis, elle avait de qui tenir : toute une famille d’écrivains en ne tenant compte que de ceux qui lui étaient vraiment proches – les chiffres entre. Donc, il y avait son père : Thomas (1875) ; son oncle, Heinrich (1871) ; son frère Klaus (1906), son frère Golo (1909), sa sœur Monika (1910) – tous écrivains. Je précise tout ça, car même si les familles d’écrivains n’ont rien d’exceptionnel – tout comme les familles de musiciens, elles sont cependant assez rares et rarement si nombreuses. Cela étant, raconte-moi un peu ce que dit la chanson.

Lors de sa création, la canzone est interprétée par Erika Mann elle-même, qui arrive en scène casquée et bottée, en uniforme : elle est le Prince de Menterie. La Menterie est un pays, en l’occurrence une principauté, qui a un prince et un principe : le mensonge. En fait, tout le monde (on est en 1934 et la chanteuse est une Allemande exilée) dans le cabaret comprenait immédiatement qu’il s’agissait de la Germanie, de l’Allemagne nazie et que le Prince n’était autre qu’Adolf H., chancelier du Reich de Mille Ans qui n’en a duré que douze. Dès lors, le personnage en scène – le Prince de Menterie fait un discours de propagande, autoglorificateur et mensonger qui est soudain interrompu par Erika, qui enlève son casque, reprend sa voix et récite le dernier couplet qui appelle à la résistance.

« N’allez pas les croire !
Jetez la vérité
Au visage du mensonge !
Car en vérité, il ne reste que la vérité ! »

Moi, dit Lucien l’âne en souriant jusqu’à ses noires oreilles, moi, j’aime les gens qui pratiquent la résistance. Même si je sais que selon les lieux et les circonstances, la résistance est un concept assez flou, assez variable et que par exemple, dans le cas qui nous occupe, Erika Mann avait d’abord – et toute la famille avec elle – dû quitter l’Allemagne avant de pouvoir porter ce spectacle en public. En Allemagne, un tel spectacle les aurait tous conduit dans les prisons de la Gestapo ou dans les camps des SS et vraisemblablement, à une mort prématurée. Et nous-mêmes, à un degré encore moindre de danger, même si nous avons souvent le sentiment de vivre en exil dans notre propre région.

En effet, Lucien l’âne mon ami, ta double constatation est exacte : d’une part, on est dans une zone où existe une relative liberté et d’autre part, on est une sorte d’émigrés de l’intérieur, d’exilés en écriture, de plus, réfugiés dans les réserves indiennes de Wallonie. Pour le reste, je propose qu’on arrête ici notre bavardage et que fasse place à la chanson d’Erika Mann.

Faisons ainsi et reprenons notre tâche qui consiste à tisser le linceul de ce vieux monde déséquilibré, malade de la richesse, de l’avidité, de l’ambition et cacochyme.


Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
LE PRINCE DE MENTERIE

Je suis le Prince de Menterie,
Je mens à faire rougir les prairies, –
Bon Dieu, comme je peux mentir,
Personne au monde ne peut autant mentir.

Je mens avec tant d’imagination
Que le bleu du ciel en tombe ;
Voyez l’air fourmille de mensonges,
De l’étang monte un vent de putréfaction.
Le bel été approche maintenant,
Les arbres sont tout bourgeonnants,
Les renoncules envahissent les prés,
Au cours de la guerre, personne ne sera blessé.

Ha, ha, vous me croyez, c’est sûr,
Je peux le lire sur vos figures.
Bien que ce soit pur mensonge,
Pour vous, c’est vérité pure.

Il est beau de mentir,
Il est bon de mentir.
Mentir porte chance,
Mentir donne du courage,
Mentir embellit les choses,
Mentir rend riche,
Mentir est habile,
Mentir, c’est simuler la vérité
Puis se laver
Et suivre docile comme un chiot en laisse.

La Menterie est mon foyer,
Ici, personne ne peut plus dire la vérité, –
Un filet multicolore de mensonge tressé
Tient notre grand Reich enserré.

Chez nous, on est bien, c’est joli.
On peut tuer nos ennemis.
On décerne même les plus hauts ordres
Aux brillants mensonges et au faux courage.

Celui qui ment une fois, on ne le croit pas ;
Celui qui ment toujours, on le croit.
Mais à la fin, le monde ne se laisse pas berner,
Celle qui l’emporte, c’est la vérité.

Mentir est juste,
Mentir est facile,
Tout est bien,
Quand au but, on arrive, –
Mentir est notre moyen.
Mentir apporte la gloire
À la Menterie,
Mentir est chatoyant
Et élégant ;
La naïve vérité va en chemise grise.

Prince de Menterie,
Face à la vérité, je joue ma survie.
Racrapoté derrière les murs du mensonge,
J’arrête les plus terribles orages.

Je prépare le poison, j’allume l’incendie ;
Je mène mon royaume à la guerre.
Celui qui ne me croit pas, je l’accuse de mensonge,
Moi, moi, le prince de Menterie !

Le monde a beaucoup de patience avec moi,
Et même jusqu’au fond me soutiendra.
On m’entend croasser sur les décombres :
Que tout est la faute des autres !
Doux sont les mensonges,
Subtils sont les mensonges,
Soyez calmes !
Vocalisez, chantonnez
Jusqu’au réveil horrible.
Qu’il faudrait empêcher !

(À ce moment, le Prince enlève son casque, se tourne vers le public et déclare avec force :)

N’allez pas les croire !
Jetez la vérité
Au visage du mensonge !
Car en vérité, il ne reste que la vérité !

envoyé par Marco Valdo M.I. - 17/9/2016 - 22:22


Page principale CCG

indiquer les éventuelles erreurs dans les textes ou dans les commentaires antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org