Langue   

Theresienstädter Kinderreim

Ilse Weber


Langue: allemand


Peut vous intéresser aussi...

Tornavamo dai lager (Salmo dei deportati)
(David Maria Turoldo)
Le Maître et Martha
(Marco Valdo M.I.)
Primo Levi: Nulla rimane della scolara di Hiroshima
(GLI EXTRA DELLE CCG / AWS EXTRAS / LES EXTRAS DES CCG)


‎[1942/44]‎

Una nera ninna nanna dal campo di concentramento di Theresienstadt….‎

Ilse Weber



La sua autrice, Ilse Weber, poetessa e scrittrice di origine ceca e di religione ebraica, fu internata a ‎Theresienstadt nel 1942. Deportata ad Auschwitz nell’ottobre del 1944, fu lì uccisa all’arrivo ‎insieme al figlioletto Tommy…‎
Rira, rirarutsch,‎
wir fahren in der Leichenkutsch,‎
rira, rirarutsch,‎
wir fahren in der Kutsch.‎
Wir stehen hier und stehen dort
und fahren flink die Leichen fort,‎
rirarutsch,‎
wir fahren in der Kutsch.‎

Rira, rirarutsch,‎
was wir einst hatten, ist jetzt futsch,‎
rira, rirarutsch,‎
ist längst schon alles futsch.‎
Die Freude aus, die Heimat weg,‎
den letzten Koffer, fährt, o Schreck,‎
rirarutsch,‎
jetzt fort die Leichenkutsch.‎

Rira, rirarutsch,‎
man spannt uns vor die Leichenkutsch
rira, rirarutsch,‎
man spannt uns vor die Kutsch.‎
Hätt sie geladen unser Leid,‎
wir kämen nicht drei Schritte weit,‎
rirarutsch,‎
zu schwer wär dann die Kutsch.‎

envoyé par Dead End - 28/9/2012 - 10:52




Langue: anglais

Traduzione inglese da Voices ‎From The Shadow, lavoro teatrale-musicale del compositore tedesco americano Gershon Kingsley ‎realizzato 1997 e pubblicato nel 2005.‎
TEREZIN NURSERY RHYME

Mercy, mercy me!‎
We’re riding in a hearse.‎
Mercy, mercy me!‎
We’re riding in a funeral coach.‎
Here and there we stop off
to drop off a corpse or two.‎

Mercy me again!‎
Everything we had is down the drain.‎
Mercy, mercy me!‎
Dead and gone, you see.‎
Drop another coffin off,‎
Mercy, mercy me!‎
to lighten up the coach, you see.‎

Mercy me, now what a fuss!‎
Now they have gone and harnessed us.‎
Mercy, mercy me!‎
To pull the coach ourselves, you see.‎
If they loaded our misery on top,‎
after three paces the coach would stop.‎
Mercy, mercy me!‎
Too heavy for the hearse, you see.‎

envoyé par Dead End - 28/9/2012 - 10:52




Langue: français

Version française – COMPTINE DE THÉRÉSINE – Marco Valdo M.I. – 2014
Chanson tchèque de langue allemande – Theresienstädter Kinderreim - Ilse Weber – 1942/44



Une comptine noire du camp de concentration de Thérésine....

Son auteure, Ilse Weber, poète et écrivaine d'origine tchèque et de religion juive, fut internée à Thérésine en 1942. Déportée à Auschwitz en octobre 1944, elle fut exécutée à son arrivée en même temps que son fils Tommy…

Lucien l'âne mon ami, voici une comptine terrible, née au plus profond de la terreur. On croirait un chant parcouru par des enfants poursuivis par des démons peints par Hieronymus van Aken, alias Jérôme Bosch, dans lequel les futurs cadavres d'enfants tirent un corbillard couvert d'autres cadavres. Juste deux mots sur la ritournelle qui parcourt toute la comptine... Elle est assez douce-amère... Le point de départ est le proverbe français : « Rira bien qui rira le dernier »... C'est une parade des enfants et des faibles face aux abus des grands, des forts et des puissants. C'est l'arme de ceux qui n'ont pas d'arme.

En effet, que pouvaient faire les enfants face aux manigances mortelles de ces brutes nazies ? Face à la folie fasciste ? Sans doute, rien... Et quand il n'y a plus rien, il reste la chanson et l'humour... et ce qu'on appelle l'ironie du désespoir... Alors comme ces enfants, reprenons encore et toujours notre routine et tissons le linceul de ce vieux monde oublieux, engoncé dans ses certitudes, perclus de richesse, amnésique et cacochyme.



Heureusement !



Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
COMPTINE DE THÉRÉSINE

Rirabien, kirira
Nous voyageons en corbillard,
Rirabien, kirira
Nous voyageons en carrosse.
On s'arrête ici, on s'arrête là
Sur le char, les cadavres font une bosse
Rirabien, kirira
Nous voyageons en carrosse.

Rirabien, kirira
Tout ce qu'on a eu est foutu
Rirabien, kirira
Foutu depuis longtemps déjà.
La patrie lointaine, le bonheur perdu,
Dernier voyage, comme il fait froid
Rirabien, kirira
Le corbillard est là.

Rirabien, kirira
On nous attache devant le corbillard
Rirabien, kirira
On nous attache devant le corbillard
C'est nous qui menons le trépas,
On ne fera pas trois pas,
Rirabien, kirira
Le carrosse s'arrêtera.

envoyé par Marco Valdo M.I. - 31/1/2014 - 19:00


Page principale CCG

indiquer les éventuelles erreurs dans les textes ou dans les commentaires antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org