Lingua   

Alessio Lega: Straniero

GLI EXTRA DELLE CCG / AWS EXTRAS / LES EXTRAS DES CCG


Lingua: Italiano

Guarda il video


Alessio Lega. Straniero


Altri video...


Ti può interessare anche...

Ivan Della Mea: Il capitano
(GLI EXTRA DELLE CCG / AWS EXTRAS / LES EXTRAS DES CCG)
La mauvaise herbe
(Georges Brassens)
Santa Croce di Lecce
(Alessio Lega)


legles
[1999?]
Testo e musica di Alessio Lega
Lyrics and music by Alessio Lega
In album: Resistenza e amore [2004]

Agim Sulaj: Lo straniero. (Da agimsulaj.com)
Agim Sulaj: Lo straniero. (Da agimsulaj.com)


Questa canzone non è soltanto la canzone dello straniamento, nel senso più vasto del termine. Non è soltanto la canzone di una dura guerra che mi ha fatto tante e tante volte pensare di inserirla a nome proprio di Alessio Lega, e non tra gli "Extra". Non è soltanto la canzone che riporta alla mente uno Straniero, uno che Alessio deve conoscere bene, che si augurava che, il giorno della sua esecuzione, tanta gente lo accogliesse con grida di odio. È anche la canzone di tutti gli stranieri che siamo, dovunque ci troviamo a vivere. È la canzone di chi, nell'essere straniero, forse individua anche un modo e un motivo di sopravvivenza; ché, se parlare la lingua della società è uniformarsi e omologarsi all'idiocrazia attuale, meglio è sentirsi stranieri. Ma non voglio andare oltre, perché questa canzone sa parlare da sola. È, a mio avviso, non soltanto il capolavoro assoluto di Alessio Lega, ma anche una delle dieci o quindici canzoni più importanti di tutti i tempi in lingua italiana. Probabilmente quella meno nota; ma il tempo saprà fare giustizia. [RV]
…E da una riva a un’altra riva percorsi questo mare
Quando arrivai all’attracco e scesi a questo nuovo porto
E trascinavo la mia vita, chissà per arrivare
Chissà per ritornare o non sentirmi ancora morto…

Sono venuto a sta città
Come straniero che non sa
Come un insulto al cielo nero
In questa pioggia ostile
Lo stile fosco dell’età
E la pietà per questa gente
In tutto questo niente, il vento
Che batte il mio pensiero
E me ne andrò, io mi dicevo
Di notte, come uno straniero
Andrò davvero io non devo
Niente a nessuno andrò leggero via.

Da marciapiede a marciapiede poi si disperde il sogno
Bisogna pur cedere al fondo un’ancora d’appiglio
Però io veglio inquieto ancora e traccio a questo stagno
Punto di fuga che non sia famiglia, moglie o figlio mio

E così vivo in sta città
Come straniero che non parla
La lingua della società
- Il tarlo nella perla –
Sono straniero alla mia via
Mi sento ignoto anche agli specchi
Ai vecchi amici, a casa mia
A ciò che guardi o tocchi
Ho fiori secchi sul balcone
E la pensione per traguardo
Alzo lo sguardo a ogni stazione
Già certo del ritardo mio

Da vita a morte è solo storia di grottesca assenza
Di sete d’aria fresca e nuova e fame di vacanza
Così ogni tanto cerco attorno chi dallo sguardo fa sfuggire
Sul piombo grigio d’ogni giorno la voglia di partire

Siamo stranieri a sta città
Siamo stranieri a questa terra
A quest’infame e dura guerra
Alla viltà e al letargo
Prendiamo il largo verso altrove
Dove non seppellisci i sogni
Dove non inghiottisci odio
E arrivi a odiare i tuoi bisogni…
O morte vecchio capitano
Salpiamo l’ancora, su andiamo
Inferno o cielo cosa importa
Da questa vita morta
Come straniero partirò
Senza più niente da sperare
Fra quattro assi e dieci chiodi
Vedi c’è odor di mare… e ciao.

inviata da Ekbloggethi Seauton Asocial Network - 2/12/2008 - 23:01





Una versione, di Riccardo Venturi, in una lingua straniera. Straniera a ogni cosa, creata all'istante e fatta di parole di dentro. Non ce ne saranno più altre, di versioni del genere, in lingue senza nome e che hanno tutti i nomi di questo mondo. Si può cantare perché è stata seguita una musicalità interiore di natura glossolalica, su base genericamente romanza.
ISTRANJÆR

I d'üna banka â'n otra banka parkürvi vestu mære
kand alandüi âl embark i dünji a vestu nuju porç
i destræneje meina vïa, kisàp far alandære,
kisàp far refeneire u na filærm ankara morç...

Haje fenü austa çitæ
komut istranjær ki na sap
komut ün senju âl himal neiru
in vesta ranja hostilha
l'istilu lusku da l'etæ
i la barmæ da vesta int
in tüç vest' neilh, al vint
ki bat al mein dunkære
i fargissaj, jo m'am dikeje
nüçteis, komut ün istranjær
gissaj farjafe, jo na sçelu
neilh a njem, i fargissaj ligeir.

Da füsgampan a füsgampan pü s'as dapert al suanju
i kort bain kædre âl fünt ün'ànkara d'aponju
doke jo veilh inskürç ankara i 'skisu a vest' pantanju
pünç da fojía ki na siét familha u gæda u filh mein.

I sküs vïu in vesta çitæ
komut istranjær ki na lauk
la gjoma da la soçedæ,
al trolhu næla pærra,
jo sün istranjær a meina rüa
m'am feilu injoun eç âls ispelhs
âls seins feriens, a maisa meina
a kiddi vualhs u tænhs
tink çüres raids ôl balkoun
i la reteira 'mut virsalh
leifu al vualh atç'istaçoun
ja seiur dâl dileju mein.

Da vïa a murç he nüme istoja d'üna grutesk' aseinça
da driest d'ære fresk i nuju i fæme da vakança
i sküs jamvis farsuku gjirgji ki dâl vualh seine sklampære
ôl çümblu çeintru da tüç gjïe la kæia da talære

Süme istranjærs austa çitæ
süme istranjærs austa tærra
austa navüa i dürra verra
âla feinhæ i âl lætark
gissaime lark adüna lhàrrem,
vüfi n'intærrisç als suanjus
vüfi n'ingüttelisç hajina
i t'as düks hajinære teins nijus.
A murç, a sein katapænu
lefaime l'ànkara i gissaime
afern u himal, ko kælhe
da vesta vïa murça
Komut istranjær fargissaj
seine çüs neilh a nadejære
tær vatru æss i dei nælhs
veis hæ ulür a mære...i gjæu.

2/12/2008 - 23:59




Lingua: Francese

Version française – Étranger – Marco Valdo M.I. – 2008

Cette chanson n'est pas seulement la chanson de l'extranéité au sens le plus large du terme. Ce n'est pas seulement la chanson d'une dure guerre... Ce n'est pas seulement la chanson qui ravive dans la pensée un Étranger, un qu'Alessio devait bien connaître, dont on pouvait prévoir que le jour de son exécution tant de gens l'accueillissent avec des cris de haine. C'est aussi la chanson de tous les étrangers que nous sommes, où que nous vivions. C'est la chanson de celui pour qui, être étranger peut être un mode et un motif de survie; pour qui, si parler la langue de la société est uniformisation et homologation à l'idiosyncrasie (forma mentis sociétale, la pensée unique) actuelle, il vaut mieux se sentir étranger. Mais je ne veux pas aller au-delà, car cette chanson parle d'elle-même.... Et à mon avis, c'est non seulement le chef d'œuvre absolu d'Alessio Lega, mais aussi une des dix ou quinze chansons les plus importantes de tous les temps en langue italienne. Probablement la moins connue, mais le temps saura lui rendre justice. [R.V.]

C'est étrange. Cette sensation d'étrangeté, ce sentiment d'extranéité... Qui donc la ressent ainsi ? Celui qui est venu d'ailleurs, celui qui est venu de loin, celui qui a quitté un ailleurs pour venir dans un ici – ville, village, pays, peu importe. Il s'est déporté... ou on l'a déporté, de gré ou de force... Mais la sensation est là. L'émigration engendre la nostalgie, tout le monde (ou presque) le sait.
Mais, il y a une autre dimension à l'étrangeté du monde et elle est bien plus difficile à comprendre. Et allez savoir qui la ressent, qui l'a ressentie... Les errances quotidiennes à l'intérieur-même du chez soi, dans le pays d'où on est (censément). Le pays d'où l'on est (censément) est subitement un ailleurs, on devient soi-même un étranger dans sa propre rue, dans sa propre maison et pour un peu, si on se laisse emporter, un étranger à soi-même.
L'émigré, l'immigré – dans un certain sens – a bien de la chance. Il emporte en son cœur, dans sa pensée, cet ailleurs, ce lieu de l'origine qui l'aide à supporter les jours et les miroirs. Sa nostalgie est féconde.
Mais pour celui qui – comme Marco Valdo M.I. lui-même – se sent émigré dans sa ville quotidienne, exilé chez soi, à vie – car il n'y a pas d'ailleurs qu'il puisse garnir de nostalgie, il est sans recours possible étranger à vie dans sa propre vie – sauf à rompre avec le carcan de la société, à briser le moule de la bonne société, à revendiquer d'être chez lui aussi, mais pas chez eux. Il n'y a pas une société multiple – comme on tente de le faire accroire, il y a de multiples sociétés qui se superposent, qui partagent (mal) le même territoire.
Nous sommes comme les Indiens, comme les Peaux-Rouges, comme les Amérindiens, comme les Noirs africains... Comme ils ont repoussé les Indiens dans les réserves... Nous vivons dans des réserves indiennes, perdues au milieu de leur société, comme des camps où l'on repousse ceux qui ne sont pas comme il faut. La mauvaise herbe dont parlait Georges Brassens.
Quand on naît pauvre, on n'est jamais comme il faut.
Mais...
Rien ne nous empêche de reconquérir un jour notre territoire, notre terre. C'est le sens-même de la guerre de cent mille ans.
Ainsi parlait Marco Valdo M.I.
ÉTRANGER

... Et d'une rive à l'autre, je parcourus cette mer.
Quand j'arrivai à l'accostage, je descendis à ce nouveau port
Je traînais ma vie, pour arriver qui sait
Qui sait pour repartir ou ne pas me sentir mort...

Je suis venu dans cette ville
Comme un étranger qui ne sait pas
Comme une insulte au ciel noir
Dans cette pluie hostile
Le style sombre de l'âge
et la pitié pour ces gens
Dans tout ce vide, le vent
qui bat mon chemin
Et je m'en irai, me disais-je,
De nuit, comme un étranger
Je m'en irai vraiment, je ne dois
rien à personne, je m'en irai léger...

De trottoir en trottoir, puis mon rêve se dissout
Il faut pourtant lâcher au fond une ancre d'appui
Pourtant je veille inquiet encore et je trace sur cet étang
Un point de fuite qui ne soit ni famille, ni femme ou fils.

Et je vis ainsi dans cette ville
Comme un étranger
qui ne parle pas
la langue de la société
(le ver dans la perle)
Je suis étranger à ma rue
Je me sens inconnu même des miroirs
De mes vieux amis, chez moi,
De ce que je regarde ou touche.
J'ai des fleurs sèches sur mon balcon
Et la pension comme objectif
Je lève le regard à chaque gare
Déjà certain de mon retard.

De la vie à la mort, c'est seulement l'histoire d'une grotesque absence
D'une soif d'air frais et neuf et d'une faim de vacances
Ainsi je cherche parfois aux alentours qui du regard laisse transparaître
La volonté de partir sur le plomb gris de chaque jour.

Nous sommes étrangers à cette ville
Nous sommes étrangers à cette terre
À cette infâme et dure guerre
À la lâcheté et à la torpeur
Prenons le large vers ailleurs
Où on n'ensevelit pas les songes
Où on n'avale pas de la haine
Et où on arrive à détester ses propres besoins...
Ô mort, vieux capitaine
Levons l'ancre, allons-nous en
de cette vie morte
Enfer ou ciel, peu importe
Comme un étranger je partirai
Sans plus rien à espérer
Entre quatre planches et dix clous
Il y a cette odeur de mer...
Entre quatre planches et dix clous
Il y a cette odeur de mer... Ciao.

inviata da Marco Valdo M.I. - 3/12/2008 - 14:30


dai cessi del mondo :)

krzyś - 28/8/2013 - 00:24



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org