Langue   

L'Orlando

Sergio Endrigo


Langue: italien


Peut vous intéresser aussi...

Una casa al sole
(Sergio Endrigo)
Le grand-père d'Amérique
(Marco Valdo M.I.)
Giorgio
(Il Parto delle Nuvole Pesanti)


Testo e musica di Sergio Endrigo
ripreso dalla homepage di http://www.bielle.org
Interpretato anche da Il Parto delle Nuvole Pesanti
[Ascoltate brava gente cosa dicono i Cristiani dei feroci Musulmani]
Ecco sono arrivati i Mori, avanza già la mezzaluna
E sulle mura di Palermo, di Granada e Barcellona
Non parlano latino
(la pelle la hanno scura)
Han fatto a pezzi un frate
(il Papa ne ha paura)
Non sanno il Paternoster,
distruggono le vigne,
non mangiano il maiale,
hanno mogli cento e mille
Guerra, guerra nel nome del Signore
dalla Francia all’Inghilterra
Per la fede e per l’onore aspettano la spada nel terrore dell’Islam
L’Orlando

[Or diciamo senza offesa i fedeli di Maometto, dei Cristiani cosa han detto]
Ecco sono partiti i matti
con i pennacchi e i gonfaloni
C’è un vescovo a cavallo
e dietro gli straccioni
Bestemmiano in latino
(in sassone ed in franco)
Si schiacciano i pidocchi
(sul mento rosso e bianco)
Si bevono le vigne, si rubano il maiale, han cento concubine ma la moglie è chiusa a chiave
Guerra, guerra nel nome del profeta
Dalla Mecca a Gibilterra
tutti pronti a dar la vita
E la testa taglieremo al nemico dell’Islam
L’Orlando

Era un terremoto l’Orlando, il cavalier senza paura, con la spada durlindana, una forza di natura
Ha rotto mille teste
(in mille guerre sante)
Salvò regine bionde
(dal drago e dal gigante)
Ma da quando Carlo Magno
l’ha fatto il paladino
Dimentica gli amici
per le femmine ed il vino
Guerra guerra ma l’Orlando è innamorato
Solo Angelica la bella
dritto al cuore l’ha ferito,
La forza ormai gli manca
e più non guarirà
L’Orlando
Era innamorato L’Orlando
e nel dolcissimo duello
Anche un grande capitano
può rimetterci il cervello
L’han visto mezzo nudo
(ormai è proprio matto)
Ormai il suo nemico
(lo porta in mezzo al petto)
E i Mori a cento e a mille
conservano la testa
Se in casa non c’è il gatto tutti i topi fanno festa
Guerra, guerra ma l’Orlando non ci viene
C’è chi dice che è un vigliacco,
e chi dice che fa bene
Ma c’è un solo uomo al mondo
che sa la verità
L’Orlando

13/9/2005 - 02:11



Langue: français

Version française – LE ROLAND – Marco Valdo M.I. – 2017
Chanson italienne – L'Orlando – Sergio Endrigo – 1970
Interprétation : Il Parto delle Nuvole Pesanti

Roland mort


Comme tu le sais, dit Marco Valdo M.I., j’ai un ami qui s’appelle Roland.

Oh oui, certainement, répond Lucien l’âne en présentant un visage d’âne réjoui, je sais même que tu avais écrit une chanson à propos de son grand-père ; bizarrement d’ailleurs, comme tu l’avais signalé, elle t’était venue en italien.

C’est bien de ce Roland-là qu’il s’agit ; ta mémoire ne te trompe pas, Lucien l’âne mon ami. Quant à la canzone-chanson, elle s’intitulait en italien : « Il nonno d’America » et en français, « Le grand-père d’Amérique ». Tout aussi curieusement, elle a été publiée sous son titre français. Eh bien, c’est encore à ce Roland-là que je pensais en faisant cette version française de L’Orlando de Sergio Endrigo. Rien qu’en lisant le titre de l’originale italienne, j’étais déjà content. Et je m’en suis trouvé encore mieux quand j’ai découvert – car tu le sais, une chanson dans une autre langue ne me devient claire que lorsque j’ai établi ma version personnelle, celle que je fais précisément pour comprendre – ce que donc, elle racontait.

Et au fait, dit Lucien l’âne dans un souffle, que contait-elle ?

Elle disait, Lucien l’âne mon ami, la guerre stupide que les religions et les religieux engendraient dans le temps et encore aujourd’hui. Dans le temps, c’est-à-dire au temps de la chanson qui était celui de Charlemagne et aujourd’hui, un temps où certains fantasment de nouvelles confrontations.

Maie enfin, Marco Valdo M.I. mon ami, cette confrontation, ces affrontements sont absolument absurdes et e peuvent mener qu’à des absurdités. Décidément, j’ai longtemps été trop optimiste, quand je m’imaginais que l’homme allait atteindre à l’humanité et aurait laissé aux oubliettes de l’histoire toutes les calembredaines religieuses.

En effet, réplique Marco Valdo M.I., comme bien d’autres, tu es un peu trop optimiste et à m avis, simplement, car tu ne tiens pas assez compte de la durée, des temps différents qui gouvernent les changements. La durée d’une vie d’homme, à condition bien sûr qu’on le laisse vivre, est de l’ordre de quelques dizaines d’années. Pour les grands groupes humains, l’amplitude est celle du siècle ou pour certains, sous doute même, du millénaire. Ceci a des incidences sur les changements et la capacité des hommes vivants de changer les choses. En clair, la durée est une contrainte majeure qu’on en peut compenser par la force.

Oh, Marco Valdo M.I., je sais bien tout cela ; je l’avais juste oublié pour un moment ; je devais avoir le sens égaré par je ne sais quel espoir que j’ai toujours à l’esprit et au ventre, de ce que l’homme atteigne à l’humanité et quand ici, je dis l’homme, il faut comprendre « tous les hommes » ou en tout cas, suffisamment d’hommes et de manière suffisamment profondes. Cela arrive parfois pour certains ; le malheur évidemment, c’est que ce ne sont là encore que des exceptions contredites par l’immense majorité attachée à ses crédulités anciennes ou ce qui complique encore les choses, nouvellement inventées. Mais comme il n’est pas de notre ressort d’ainsi philosopher et qu’il est fort probable qu’on nous le reproche, brisons là et reprenons notre tâche qui est principalement, de tisser le linceul, tels les canuts ou les Parques, le linceul de ce vieux monde crédule, croyant, fanatique et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
LE ROLAND

Oyez bonnes gens ce que disent les Chrétiens des féroces Musulmans.
Les Maures arrivent, on voit déjà le croissant
Sur les murs de Palerme, de Grenade et de Barcelone.
Ils ne parlent pas latin,
Ils ont la peau sombre,
Ils ont coupé en morceaux un sacristain,
Le Pape les craint,
Ils ne savent pas le Notre Père,
Ils détruisent les vignes,
Ils ne mangent pas le cochon,
Ils ont des femmes par cent et par mille,
Ils portent des pantalons.

Guerre, guerre !
Au nom du Seigneur.
De la France à l’Angleterre,
Pour la foi et pour l’honneur,
Les attend,
L’épée à la main face aux cimeterres,
La terreur des Mahométans
Le preux Roland.

Et que disent des Chrétiens, les fidèles de Mahomet ?
Voilà les fous en cavale
Avec panaches et plumets,
L’évêque à cheval
Et derrière, les pauvres.
Ils jurent en latin et en franc,
En saxon et en allemand,
Ils écrasent les parasites,
Sur leur menton sans barbe,
Ils boivent les vignes,
Ils mangent les cochons et les ongulés,
Ils ont cent concubines,
Mais leur femme est sous clé.
Guerre, guerre !
De La Mecque au bout de la Terre,
Tous prêts à donner notre sang
Et nous couperons la tête
Aux ennemis du Prophète
Et au Roland.

Roland était un tremblement de terre,
Le chevalier sans peur, une force de la nature ;
Avec son épée Durandal, il cassa mille têtes
En mille guerres saintes.
Il sauva des reines blondes
Du dragon et du géant,
Mais entretemps,
L’Empereur Charlemagne
L’a fait paladin ;
Il oublie les amis pour les femmes et le vin.
Guerre guerre !, mais tout à l’heure,
Roland tombe amoureux, c’est tragique !
La belle Angélique
L’a touché en plein cœur.
Sa force l’abandonne et maintenant
Il n’en retrouve autant qu’avant,
Car il a l’amour en tête,
Le preux Roland
Et dans le doux combat,
Même un grand soldat
Peut perdre la tête totalement.
Sur le champ, on l’a vu
Courir à moitié nu.
Vraiment fou, il fulmine ;
Son ennemi se tient en sa poitrine.
Et les Maures foncent par cent et par mille,
Et gardent la tête froide.
Quand dans la maison, il n’y a pas de chat,
Tous les rats font la fête.
Guerre, guerre !, mais Roland n’y vient pas :
L’un dit qu’il est un lâche,
Et l’autre dit qu’il ne l’est pas.
Mais un seul homme au monde,
C’est évident,
Sait la vérité de tout cela.
Roland.

envoyé par Marco Valdo M.I. - 24/8/2017 - 13:48


Finalmente questo brano è divenuto disponibile - seppure con colpevole ritardo: appena cinque mesi prima della morte di Endrigo ... - su supporto CD.
L'incisione originale si trova infatti ora all'interno della doppia compilation "Sergio Endrigo '65-'73 - i 45 giri" pubblicata dalla Warner agli inizi del 2005:

Link Pagina

Alberta Beccaro - 6/1/2008 - 01:53


Risulta disponibile su CD l'originale ed interessante versione live di questo brano - risalente all'ottobre 2001 - cantata dal gruppo Il Parto delle Nuvole Pesanti al Premio Tenco di quell'anno, ove l'annuale Rassegna della Canzone d'Autore fu proprio dedicata ad Endrigo.
Questo imponente album-tributo ad Endrigo, che poi è uno dei cosiddetti e benemeriti "dischi del Tenco", si chiama Canzoni per Te (Alabianca, 2002).

Copertina:http://www.sergioendrigo.it/Discografia/Copertine/IDDCT128553870-2_fr.JPG

Alberta Beccaro - Venezia - 14/3/2008 - 01:47


Page principale CCG

indiquer les éventuelles erreurs dans les textes ou dans les commentaires antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org