Lingua   

Kriminal-Tango

Hazy Osterwald Sextett


Lingua: Tedesco

Guarda il video

Loading...

Ti può interessare anche...

Les Ambassadrices
(Marco Valdo M.I.)
Der Fahrstuhl nach oben ist besetzt
(Hazy Osterwald Sextett)


Kriminal-Tango
Hazy Osterwald-Sextett – Kriminal-Tango (1959)
Kriminal-Tango
Text: Kurt Feltz; Musik: Piero Trombotta

Kriminal Tengo


Kriminal-Tango ist ein Schlager aus dem Jahr 1959, der am erfolgreichsten vom Hazy-Osterwald-Sextett interpretiert wurde. Der Kriminal-Tango wurde im Original von Piero Trombetta, einem italienischen Künstler, komponiert und herausgebracht.
Kriminal-Tango in der Taverne
dunkle Gestalten und rotes Licht.

Und sie tanzen einen Tango,
Jacky Brown und Baby Miller.
Und er sagt ihr leise: "Baby,
wenn ich austrink', machst du dicht."
Dann bestellt er zwei Manhattan,
und dann kommt ein Herr mit Kneifer,
Jack trinkt aus und Baby zittert,
doch dann löscht sie schnell das Licht.

Kriminal-Tango in der Taverne,
dunkle Gestalten, rote Laterne.

Abend für Abend lodert die Lunte,
brühende Spannung liegt in der Luft.
Und sie tanzen einen Tango,
alle, die davon nichts ahnen.
Und sie fragen die Kapelle:
"Hab'n Sie nicht was Heißes da?"
Denn sie können ja nicht wissen,
was da zwischen Tag und Morgen
in der nächtlichen Taverne
bei dem Tango schon geschah.

Kriminal-Tango in der Taverne,
dunkle Gestalten, rote Laterne.

Glühende Blicke, steigende Spannung,
und in die Spannung, da fällt ein Schuß.
Und sie tanzen einen Tango,
Jacky Brown und Baby Miller.
Und die Kripo kann nichts finden,
was daran verdächtig wär'.
Nur der Herr, da mit dem Kneifer,
dem der Schuß im Dunklen galt,
könnt' vielleicht noch etwas sagen,
doch der Herr, der sagt nichts mehr.

Kriminal-Tango in der Taverne,
dunkle Gestalten, rote Laterne.

Abend für Abend immer das Gleiche,
denn dieser Tango - geht nie vorbei,
geht nie vorbei, geht nie vorbei!

inviata da Marco Valdo M.I. - 2/9/2016 - 11:08




Lingua: Francese

Version française – LE TANGO DU CRIME – Marco Valdo M.I. – 2016
Chanson allemande – Kriminal-Tango – Hazy Osterwald-Sextett – 1959

Le Tango du Crime, version française de Kriminal-Tango (Texte : Kurt Feltz ; Musique : Piero Trombotta), est une chanson de 1959, qui fut interprétée et popularisée par le Hazy Osterwald-Sextett et qui connut un grand succès.

Ohlala, Marco Valdo M.I. mon ami, un tango du crime. Quelle histoire ! Il s’en passe des choses dans l’Allemagne de cette chanson.

Oui, Lucien l’âne, il s’en passe des choses dans cette Allemagne. Je précise d’abord qu’il s’agit de l’Allemagne Fédérale, peut-être à Berlin, sans doute, à Berlin ou dans une autre ville d’Allemagne de l’Ouest, impérativement de l’Ouest. La guerre est maintenant finie depuis longtemps et la vie quotidienne, y compris la vie nocturne, retrouve progressivement ses marques. Le miracle économique est passé par là, le plan Marshall aussi, Berlin retrouve une vie nocturne comme du temps de Weimar. Il y a quand même une nuance et elle est de taille.

J’aimerais bien savoir de quelle nuance d’une telle taille la vie allemande nocturne peut bien être marquée, dit Lucien l’âne en levant ses deux oreilles en points d’interrogation.

Je disais qu’elle retrouve une vie nocturne comme du temps de Weimar et ce n’est pas inexact, mais la nuance est que le phénomène d’américanisation est encore bien plus fort qu’il ne l’avait été dans les années vingt et cette fois s’étend à toutes les heures du jour. Que raconte la chanson, où se déroule son histoire ?, je vois que cela te turlupine. On se trouve dans une boîte de nuit où l’on danse le tango ; un de ces lieux où sévit un orchestre et où des couples viennent se distraire, viennent passer la soirée, la nuit et dans cet endroit à l’atmosphère argentine, il va se commettre un crime. Une sorte de roman noir express et finalement, loi du genre, parodique et sinistrement drôle et chanté avec un sérieux mortel. Un crime aura lieu, mais on ne saura pas grand-chose de plus ; la police non plus. Le seul qui aurait pu les renseigner est précisément le mort.

Je brûle quand même d’en savoir un peu plus Marco Valdo M.I mon ami, car tu m’as intéressé et tu ne peux me laisser comme ça.

Alors voilà ce que raconte la chanson : un couple vient danser, s’installe au bar, à une table, que sais-je. Il s’installe pour la soirée. On ne dit pas à quoi ils ressemblent, sauf que c’est un gars et une fille ; le genre maquereau avec une donzelle. Le maquereau serre la donzelle. Tango, tango. On boit du champagne. J’ai mis du champagne pour la rime, mais dans la version allemande, ils boivent des Manhattans (mélange de martini et de whisky). Dans cette boîte un peu minable – c’est un bouge, le tango dure toute la nuit.

On dirait une ambiance argentine, comme on dit qu’il y en a à Buenos Aires, dit Lucien l’âne.

Donc, nos deux danseurs, provisoirement attablés – lui, Jacky Brown ; elle, Baby Miller, ce qui ne doit pas être leurs noms, mais ça fait plus américain s’attendent quand même à quelque chose. Lui, en tous cas et il lui qu’elle se mette à l’abri quand il lèvera son verre. Un homme entre, Jacky lève son verre, on éteint précipitamment els lumières, on tire. L’homme est à terre. La police arrive. Personne n’a rien vu, personne ne sait rien. Point. Le tango repart. Voilà l’histoire.

On se croirait dans un film américain, comme dans une histoire de gangster ; brrr, j’en ai froid dans les poils du dos, dit Lucien l’âne en frissonnant de toute son échine.

Précisément, comme au cinéma et le cinéma raconte (lui aussi) la vie et principalement (surtout là et à l’époque) la vie comme en Amérique (aux Zétazunis d’Amérique et encore, dans certains quartiers des villes). Une chanson qui participe du mirage américain, amplement diffusé et injecté dans les populations.

On est loin de la chanson sociale et politique de Weimar, dit Lucien l’âne. Même si celle-ci me paraît jeter un éclairage assez cru sur l’américanisation de l’Allemagne (de l’Ouest) et l’ampleur de ce phénomène.

Remarque, Lucien l’âne mon ami, Bertolt Brecht avait quant à lui écrit « L’Opéra de Quatre Sous » qui se déroule dans un milieu analogue et Arturo Ui, qui s’y passe tout autant, avec une atmosphère de fait divers et de crime assez proche de cette chanson. D’un autre côté, à l’époque de cette chanson, dans la France d’après-guerre (et sans doute dans les autres pays de la future Europe), on notait le succès de tout ce qui venait d’Amérique – cinéma, voitures, frigos, etc et Boris Vian écrivait des romans noirs « américains ». Il faudra d’ailleurs à l’Allemagne beaucoup de temps pour se détacher de cette emprise ; elle n’y est pas encore tout à fait parvenue ; elle ne pourra à mon sens s’en dégager que si elle arrive réellement à se diluer dans l’Europe, non pas en tant que nation, ni en tant que collection de peuples, mais en se sabordant en tant que nation, peuple, etc pour atteindre la citoyenneté européenne individuelle des citoyens – sans frontière. Ce qui vaut pour les gens d’Allemagne, vaut tout autant pour tous les autres citoyens d’Europe.

Tu y vas fort, Marco Valdo M.I. mon ami.

Peut-être, Lucien l’âne mon ami, mais c’est la seule voie pour « se dégager de cette emprise ». Évidemment, les implications de pareille dilution des nations dans l’Europe sont énormes et multiples, mais quand même assez plus intéressantes que les pusillanimités actuelles, faites de méfiances, d’envies et de rancœurs.

On ne réglera pas ça ce soir et en attendant il nous faut reprendre notre tâche et tisser le linceul de ce vieux monde méfiant, envieux, pusillanime et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
LE TANGO DU CRIME

Tango criminel dans le bouge,
Sombres formes et lumière rouge.

Brown Jacky et Miller Baby
Dansent un tango serré,
Il lui dit doucement : « Baby,
Fais-toi petite, si je fais santé. »
Il commande deux champagnes.
Arrive un homme avec des lunettes
Jack lève son verre et Baby tremble,
On coupe alors soudain la lumière.

Tango criminel dans le bouge,
Sombres formes et lumière rouge.

Soir après soir brûle la mèche,
Dans l’air, sue une tension moite
E tous dansent un tango,
Tous, sans rien soupçonner.
Ils demandent à l’orchestre :
« Vous n’avez rien de plus chaud ? »
Car ils ne peuvent pas imaginer,
Ce qui aux petites heures
Dans le bistrot nocturne
Va bientôt se passer, pendant le tango.

Tango criminel dans le bouge,
Sombres formes et lumière rouge.

Éclairs rouges, attention,
Un coup de feu dans la tension,
Jacky et Baby dansent un tango,
Un tango très chaud.
La police n’a rien trouvé,
Rien de suspect.
Sauf l’homme aux lunettes,
Que le tir dans le noir a frappé,
Pourrait dire ce qui s’est passé,
Mais l’homme a cessé de parler.

Tango criminel dans le bouge,
Sombres formes et lumière rouge.

Soir après soir – la même chose, mais
Ce tango – ne finit jamais,
Ne finit jamais, ne finit jamais !

inviata da Marco Valdo M.I. - 2/9/2016 - 11:10




Lingua: Finlandese

Testo finlandese / Finnish lyrics / Paroles finnoises / Suomalaiset sanat: Reino Helismaa

Audio link to the song performed by Kauko Käyhkö:

KRIMINAL-TANGO

Varjoon pikkukadun harmaan
tiesi joskus johtaa varmaan.
Siellä rikos aina viihtyy,
siellä kuuma tango soi.
Saavut hämyyn kujan kurjan,
löydät joukon villin, hurjan.
Siellä kuumaks' veri kiihtyy,
siellä nuori olla voi.

Kriminal-tango, hetkien huumaa,
Kriminal-tango, tunnetta kuumaa.
Kaupunki öinen, sen katulyhdyt,
katsothan taakses', kun tango soi.

Katseet kylmät, otteet kovat
tangon tunnuksina ovat.
Sydän kadun yössä valvoo,
kunnes aamu vallan saa.
Mutta yö on vielä kaitaa,
tango kuuma hetken aikaa.
Katu lapsiansa palvoo,
varjo varjon tummentaa.

Kriminal-tango, hetkien huumaa,
tunnetta kuumaa, Kriminal-tango.

Katseet kylmät, otteet kovat
tangon tunnuksina ovat.
Sydän kadun yössä valvoo,
kunnes aamu vallan saa.
Mutta yö on vielä kaitaa,
tango kuuma hetken aikaa.
Katu lapsiansa palvoo,
varjo varjon tummentaa.

Kriminal-tango, hetkien huumaa,
tunnetta kuumaa, Kriminal-tango.

inviata da Juha Rämö - 2/9/2016 - 14:57


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org