Lingua   

Mio padre è morto a 18 anni partigiano

Gigi Proietti
Lingua: Italiano (Laziale Romanesco)

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

Serenata silenziosa
(Alessandro Mannarino)
Oh Italia
(La Band del Pian Cavallone)
Elvio e Ivan
(Sambene)


[1976]
gigiproiettiUna poesia di Roberto Lerici interpretata da Gigi Proietti
Dallo spettacolo "A me gli occhi, please!"

Quando Gigi la recita, ne canta soltanto due versi, quasi alla fine; c'è una musica di sottofondo. Abbastanza per non ricorrere agli "extra" per questa straordinaria cosa scritta dal grande regista di "Nell'anno del signore", sulla quale non vogliamo aggiungere altro. Forse, rispetto al video inserito in questa pagina, si noteranno delle lievi differenze nel testo scritto; questo perché Gigi Proietti è improvvisatore nell'anima. [CCG/AWS Staff]

Come segnalatoci da Roberta Lerici, figlia di Roberto Lerici (scomparso nel 1992), suo padre è l'autore effettivo di questo testo e degli altri dello spettacolo A me gli occhi please!; ci informa sempre Roberta Lerici che "lo stesso brano è anche depositato alla Siae come pezzo autonomo dallo spettacolo (sez. Dor-monologo), sempre di Roberto Lerici". L'attribuzione, assai diffusa in rete e altrove, a Luigi Magni è quindi da considerarsi del tutto scorretta. Si veda anche questo articolo del Corriere della Sera. [CCG/AWS Staff]


Roberto Lerici.
Roberto Lerici.



Mi' padre è morto partigiano
a diciott'anni fucilato ner nord, manco so dove;
perciò nun l'ho mai visto, so com'era
da quello che mi' madre me diceva:
giocava nella Roma primavera.

Mo l'antra notte, mentre che dormivo,
sarà stato due o tre notti fa,
m'e' parso de svejamme all'improvviso
e de vedello, come fusse vero;
sulla faccia c'aveva un gran soriso,
che spanneva 'na luce come un cero.

- Ammazza, come dormi - m'ha strillato,
era proprio lui, ne so' sicuro,
lo stesso della foto che mi' madre
ciaveva sur comò, dietro na fronda
de palma tutta secca, benedetta,
un regazzino, che ride in camiciola,
cor fazzoletto rosso sulla gola.

Ma siccome sognavo i sogni miei,
pe' la sorpresa j'ho chiesto: - Ma chi sei?-
- So' tu' padre - ma detto lui ridenno
- forse che te vergogni alla tua età
de chiamamme cor nome de papà? -

- No, papà, te chiamo come hai detto,
me fa ride vedette ar naturale,
scuseme tanto se me trovi a letto,
che voi sape'? Nun me posso lamenta',
nun so' un signore, trentadu' anni,
davanti c'ho na vita,
ancora nun è chiusa la partita. -
Lo sai, da quanno mamma s'è sposata
co' mi' padre, che invece è er mi' patrigno...
credo sett'anni dopo la tua morte... -

A 'ste parole ho visto che strigneva un poco l'occhi,
come quanno se sta ar sole troppo forte.
- Scusa papa', credevo lo sapessi -
Ma lui, ridenno senza facce caso,
spavardo, spenzierato, m'ha risposto:

- Ma che ne so io de quello che è successo,
io so' rimasto come v'ho lassato,
quanno giocavo, giocavo, giocavo...
giocavo a calcio e mica me stancavo,
giocavo co' tu madre e l'abbracciavo,
giocavo co' la vita e nun volevo,
coi fascisti però nun ce giocavo,
io sparavo, sparavo, sparavo. -

Poi m'ha toccato i piedi dentro al letto
e ha fatto un cenno, come da di' - Sei alto! -
- E dimmi - dice - prima d'anna' via,
che n'hai fatto della vita
che t'ho dato giocanno co la mia...
Vojo sape' sto monno l'hai cambiato?
Sto gran paese l'avete trasformato?
L'omo novo è nato o nun è nato?
In qualche modo c'avete vendicato?
- e rideva co' l'occhi, coi capelli,
sembrava quasi lo facesse apposta.
Me sfotteva, capito, quer puzzone
rideva e aspettava la risposta.

- Ma tu che voi co' tutte 'ste domanne?
Mo' perché sei mi' padre t'approfitti.
Tu m'hai da rispetta', io so' più grande!
Va beh adesso accampi li diritti
perché sei partigiano fucilato...
ma se me fai sveja' io t'arisponno,
mabbasta solo che aripijo fiato.

Certo che la vita è migliorata!
Avemo pure fatto l'avanzata.
Travolgente hanno scritto sui giornali. -

- Mejo così - me fa - se vede che è servito...
vedi quanno che m'hanno fucilato
Nun ho strillato le frasi de l'eroi
pensavo a voi che sullo stesso campo
avreste certo vinto la partita
pure che io perdevo er primo tempo. -

- No, un momento papà, te spiego mejo...
nun è che avemo proprio già risorto
nella misura in cui ci sta er risvorto emh...
E allora quer ragazzo de mi' padre
che stava a pettinasse nello specchio
s'arivorta me fissa e me domanna:
- Ma insomma, adesso er popolo comanna?-

Qui so zompato sur letto, co' na mano
m'areggevo le mutanne, co' l'altra
cercavo de toccallo, e nun potevo.
Allora j'ho parlato,
perché m'aveva preso come 'na malinconia
e nun volevo che se ne annasse via
prima de sape' bene come è stato.

- Sei ragazzo, papa', come te spiego
nun poi capi' come cambia er monno..
Ce vole tempo, er tempo se li magna
i sogni nostri, io, sai che faccio, aspetto!
Tutto quello che viene, io l'accetto,
semo contenti se la Roma segna,
li compagni so' tanti e li sordi pochi...
e nun ce sta più tempo pe' li giochi! -

- Ma so' sempre quelli te strappano le penne,
ma tu nun poi capi' papa', sei minorenne,
se eri vivo te daveno trent'anni,
mejo che torni da dove sei venuto,
perché quelli che t'hanno fucilato,
proprio quelli lì qui te fanno mori' tutti li giorni!
Lassa perde papà, qui nun e' aria,
semo cresciuti...nun semo piu' bambini,
torna a gioca' co' l'artri regazzini
che hanno fatto come hai fatto tu,
noi semo seri...e nun giocamo più.

A 'sto punto mi padre s'e' stufato,
ha fatto du' spallucce, un saluto,
s'è rimesso in saccoccia la sua gloria
e vortanno le spalle se n'e' annato
ripetendo nel vento la sua storia:

- Ma che ne so io de quello che è successo,
io so' rimasto come v'ho lassato,
quanno giocavo, giocavo, giocavo...
giocavo a calcio e mica me stancavo,
giocavo co' tu' madre e l'abbracciavo,
giocavo co' la vita e nun volevo,
coi fascisti io però nun ce giocavo...
io sparavo, sparavo, sparavo.

inviata da Riccardo Venturi - 4/9/2008 - 19:18



Lingua: Francese

Version française – Mon père est mort à 18 ans partisan – Marco Valdo M.I. – 2008


Chanson romaine (italienne) – Mio padre è morto a 18 anni partigiano – Gigi Proietti (un poème de Roberto Lerici).

Quand Gigi la récite, il en chante seulement deux vers, presque à la fin; il y a une musique de fond. Il n'est pas nécessaire de recourir à des « extras » pour cette extraordinaire chose écrite par le directeur de "Nell'anno del signore", sur laquelle nous ne voulons rien ajouter d'autre... (dit le staff)
Mais, dit Marco Valdo M.I., moi, à cette extraordinaire et stupéfiante (in italiano, commovente) chanson poétique ou ce poème venu de l'au-delà des mots, je veux ajouter quelque chose. C'est ceci, exactement ceci : à peine je l'ai lue; dans la foulée, comme si son père m'avait fait une passe, j'ai prolongé son effort, je l'ai traduite d'un coup, sans désemparer. J'en suis encore tout secoué, comme si la terre s'était mise à trembler. J'ai tout laissé là et j'ai traduit.
Pour le reste, je suis certain que je lui renverrai sa balle, la lui ferai renvoyer la balle par un « ragazzo del suo tempo », qu'il puisse encore une fois marquer pour la Resistenza.... quer papà... Ce papa...

MON PÈRE EST MORT A 18 ANS PARTISAN

Mon père est mort partisan,
à dix-huit ans, fusillé dans le Nord, on ne sait même pas où ;
je ne l'ai jamais vu, je sais juste comme il était
par ce que ma mère m'en disait :
il jouait à la Roma primavera.

Mais l'autre nuit, tandis que je dormais
C'était il y a deux ou trois nuits.
Il est venu me réveiller à l'improviste
et je l'ai vu, comme si c'était vrai;
sur son visage, il y avait un grand sourire
qui s'épandait en lumière comme un cierge.

C'est fou, comme tu dors – m'a-t-il crié,
c'était vraiment lui, j'en suis sûr,
celui-là même de la photographie que ma mère
avait sur la commode, derrière une branche
de palmier toute sèche, bénie,
un jeune homme, en camisole qui rit
avec un mouchoir rouge au cou.

Comme je rêvais dans mes rêves,
Surpris, j'ai demandé : Mais qui es-tu ?
Je suis ton père, m'a-t-il dit en riant
Peut-être es-tu gêné à ton âge
de m'appeler papa.

Non, papa, je t'appellerai comme tu dis,
ça me fait rire de te voir au naturel,
excuse-moi si tu me trouves au lit,
Que veux-tu savoir ? Je ne peux pas me plaindre,
je ne suis pas un monsieur, trente-deux ans,
devant j'ai une vie,
ma partie n'est pas encore finie.
Tu le sais, depuis que maman s'est mariée
avec mon père, qui en fait est mon beau-père...
je crois, sept ans après ta mort...

À ces morts, j'ai vu qu'il plissait un peu les yeux,
comme quand il y a un soleil trop fort.
Excuse-moi papa, je croyais que tu le savais.
Mais lui en riant sans en faire une affaire,
crâneur, insouciant, m'a répondu :

mais qu'en sais-je moi de ce qui s'est passé,
je suis resté comme je vous ai laissés,
quand je jouais, jouais, jouais...
je jouais au foot et ne me fatiguais jamais,
je jouais avec ta mère et je l'embrassais,
je jouais avec ma vie et je ne voulais pas,
avec les fascistes pourtant ne n'y jouais pas,
je tirais, je tirais, je tirais...

Puis, il m'a touché les pieds dans le lit,
et il a fait un signe, comme pour dire : tu es grand !
Et dis-moi, dit-il, avant de m'en aller,
qu'as-tu fais de la vie
que je t'ai donnée en jouant avec la mienne...
Je voudrais savoir : ce monde tu l'as changé ?
Ce grand pays, vous l'avez transformé ?
L'homme nouveau est-il né ou n'est-il pas né ?
De quelle manière vous nous avez vengés ?
Et il riait des yeux, des cheveux,
il semblait presque qu'il le faisait exprès.
Il se foutait de moi, je compris, ce puant,
il riait et attendait ma réponse.

Mais toi, que veux-tu avec toutes ces questions ?
Mais car tu es mon père, tu en profites.
Tu me dois le respect, je suis le plus grand !
Ça va maintenant tu prétends que tu a des droits
car tu es un partisan fusillé...
Mais si tu m'éveilles, je te répondrai
mais attends seulement que je retrouve mon souffle.

Certes, la vie est améliorée !
Nous l'avons quand même fait des progrès.
Irrésistibles, ont-ils écrit dans les journaux.

C'est mieux ainsi – me fait-il – on voit ce que ça a servi...
Tu vois quand ils m'ont fusillé
Je n'ai pas crié les phrases des héros
Je pensais à vous qui sur le même terrain
auriez certainement gagné la partie
même si je perdais la première mi-temps.

Non, un moment papa, je t'explique mieux...
Ce n'est par que nous ayons déjà tout à fait gagné
dans la mesure où il y a un retour hem...
Et alors mon père, ce garçon,
qui se peignait devant le miroir
se retourna, me fixa et me demanda :
Mais en somme, à présent, le peuple commande ?

Là, j'ai bondi sur le lit, avec une main,
je me remontais les pantalons, avec l'autre
je cherchais à le toucher, et je ne pouvais pas.
Alors, j'ai parlé,
car il m'avait pris comme une mélancolie
et je ne voulais pas qu'il s'en aille
avant de savoir bien comment ç'avait été.

Tu es un gamin, papa, comme je t'explique,
tu ne peux pas comprendre comment change le monde.
Il y fait du temps, ce temps mange
nos rêves,; moi, tu sais ce que je fais, j'attends !
Tout ce qui vient, je l'accepte,
Nous sommes contents si la Roma gagne,
Les camarades sont si nombreux et les sourds si peu...
et il n'y a plus temps pour les jeux.

Il y en a toujours qui t'arrachent les plumes,
Mais tu ne pourras pas comprendre, papa, tu es un gamin.
Si tu étais vivant, je t'ajouterais trente ans,
il vaut mieux que tu retournes d'où tu es venu,
car ceux qui t'ont fusillé,
sont précisément ceux-là qui te font mourir tous les jours !
Laisse tomber papa, il n'y a pas d'air ici,
Nous avons grandi... Nous ne sommes plus des enfants.
Retourne jouer avec les autres garçons
qui ont fait comme toi,
nous nous sommes sérieux... et nous ne jouons plus.

À ce point, mon père s'est lassé,
il a haussé les épaules, un salut,
il a remis sa gloire dans son sac,
et il a tourné le dos et s'en est allé
en répétant au vent son histoire :

Mais qu'en sais-je moi de ce qui s'est passé,
je suis resté comme je vous ai laissés,
quand je jouais, jouais, jouais...
je jouais au foot et ne me fatiguais jamais,
je jouais avec ta mère et je l'embrassais,
je jouais avec ma vie et je ne voulais pas,
avec les fascistes pourtant ne n'y jouais pas,
je tirais, je tirais, je tirais...

inviata da Marco Valdo M.I. - 6/9/2008 - 16:38


mi piace molto

Salome - 22/2/2011 - 10:21


sapete se esiste una versione in inglese o in tedesco di questo testo?
grazie

louisa e - 13/4/2016 - 16:06



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org