Lingua   

La Banalité

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese



Ti può interessare anche...

La Grande Zinovie
(Marco Valdo M.I.)
Le Régime en Place
(Marco Valdo M.I.)
Mon Carrousel à Moi
(Marco Valdo M.I.)


La Banalité
Chanson française — La Banalité — Marco Valdo M.I. — 2022

LA ZINOVIE
est le voyage d’exploration en Zinovie, entrepris par Marco Valdo M. I. et Lucien l’âne, à l’imitation de Carl von Linné en Laponie et de Charles Darwin autour de notre Terre et en parallèle à l’exploration du Disque Monde longuement menée par Terry Pratchett. La Zinovie, selon Lucien l’âne, est ce territoire mental où se réfléchit d’une certaine manière le monde. La Zinovie renvoie à l’écrivain, logicien, peintre, dessinateur, caricaturiste et philosophe Alexandre Zinoviev et à son abondante littérature.

LA ZINOVIE

Épisode 1 : Actualisation nationale ; Épisode 2 : Cause toujours ! ; Épisode 3 : L’Erreur fondamentale ; Épisode 4 : Le Paradis sur Terre ; Épisode 5 : Les Héros de l’Histoire ; Épisode 6 : L’Endémie ; Épisode 7 : La Réalité ; Épisode 8 : La Carrière du Directeur ; Épisode 9 : Vivre en Zinovie ; Épisode 10 : Le But final ; Épisode 11 : Les nouveaux Hommes ; Épisode 12 : La Rédaction ; Épisode 13 : Glorieuse et grandiose Doussia ; Épisode 14 : Le Bataillon des Suicidés ; Épisode 15 : Les Gens ; Épisode 16 : Jours tranquilles au Pays ; Épisode 17 : La Région ; Épisode 18 : Mémoires d’un Rat militaire ; Épisode 19 : L’inaccessible Rêve ; Épisode 20 : La Gastronomie des Étoiles ; Épisode 21 : Le Progrès ; Épisode 22 : Faire ou ne pas faire ; Épisode 23 : Le Bonheur des Gens ; Épisode 24 : La Sagesse des Dirigeants ; Épisode 25 : Les Valeurs d’Antan ; Épisode 26 : L’Affaire K. ; Épisode 27 : L’Atmosphère ; Épisode 28 : La Nénie de Zinovie ; Épisode 29 : L’Exposition colossale ; Épisode 30 : La Chasse aux Pingouins ; Épisode 31 : Le Rêve et le Réel ; Épisode 32 : La Vérité de l'État ; Épisode 33 : La Briqueterie ; Épisode 34 : L’Armée des Chefs ; Épisode 35 : C’est pas gagné ; Épisode 36 : Les Trois’z’arts ; Épisode 37 : La Porte fermée ; Épisode 38 : Les Puces ; Épisode 39 : L’Ordinaire de la Guerre ; Épisode 40 : La Ville violée ; Épisode 41 : La Vie paysanne ; Épisode 42 : La Charrette ; Épisode 43 : Le Pantalon ; Épisode 44 : La Secrète et la Poésie ; Épisode 45 : L’Édification de l’Utopie ; Épisode 46 : L’Ambition cosmologique ; Épisode 47 : Le Manuscrit ; Épisode 48 : Le Baiser de Paix ; Épisode 49 : Guerre et Paix ; Épisode 50 : La Queue ; Épisode 51 : Les Nullités ; Épisode 52 : La Valse des Pronoms ; Épisode 53 : La Philosophie spéciale ; Épisode 53 : La Philosophie spéciale ; Épisode 54 : Le Pays du Bonheur ; Épisode 55 : Les Pigeons ; Épisode 56 : Les Temps dépassés ; Épisode 57 : La Faute à la Contingence ; Épisode 58 : Guerre et Sexe ; Épisode 59 : Une Rencontre en Zinovie ; Épisode 60 : La Grande Zinovie ; Épisode 61 : La Convocation ; Épisode 62 : Tatiana ; Épisode 63 : L’Immolation ; Épisode 64 : Que faire ? ; Épisode 65 : Ni chaud, ni froid ; Épisode 66 : Le Congé éternel ; Épisode 67 : À perdre la Raison ; Épisode 68 : Les Sauveurs de l’Humanité ; Épisode 69 : L’Eau qui dort ; Épisode 70 : Le Régime en Place ; Épisode 71 : Un Conflit avec l’Étranger ; Épisode 72 : Petit Manuel de Survie


Épisode 73

Dialogue Maïeutique

PIERRE LE GRAND,     LE DÉBUT DE L’AUTOCRATIE  <br />
Ilia Zorkine — 2022
PIERRE LE GRAND, LE DÉBUT DE L’AUTOCRATIE
Ilia Zorkine — 2022


Ah, dit Lucien l’âne, pourquoi donc cette chanson s’intitule « La Banalité ».

Tout simplement, dit Marco Valdo M.I., à cause d’une réflexion faite par une des voix anonymes de la chanson, qui dit ceci :

« La vie serait d’une profonde tristesse,
Sans les marquis, sans les princesses
Une vie sans légendes, sans contes,
D’une insondable banalité, en fin de compte. »


En fait, comme toujours, il m’a fallu choisir un titre et il est rare qu’il y en ait un et un seul qui permette de caractériser l’ensemble des propos d’une chanson de ce voyage. La preuve en est que je suis généralement obligé de décomposer mon commentaire.

Oui, j’avais remarqué, répond Lucien l’âne. Et cette fois-ci ?

C’est pareil, répond Marco Valdo M.I. ; cette fois-ci, on pourrait décomposer en deux commentaires. Une partie (la première) raconte la Zinovie ; elle évoque les « grandes répressions et les camps de concentration » et les « millions de morts » ; ensuite, les ambitions démesurées du Guide actuel, en ça aussi, fidèle successeur des glorieux anciens bâtisseurs d’empire et du rêve qui depuis longtemps sert de justification au pouvoir.

« Les plus lointains de nos glorieux ancêtres
Avec génie, ont rêvé et conçu la Zinovie
Comme un grand empire et le meilleur être
Capable d’organiser pour toute l’humanité, la vie.
Dans l’égalité commune, tous bénéficieraient
De la justice et du bonheur d’être ensemble,
De travailler, de se distraire ensemble ;
Tous s’aideraient, tous s’aimeraient. »


Enfin, comme disait ma grand-mère, si tu ne crois pas celle-là, dépêche-toi de la croire quand même, car autrement, on t’en fera croire une autre.

Je vois, dit Lucien l’âne ; encore l’avenir radieux.

Oui, reprend Marco Valdo M.I. ; cependant, la dernière partie est décapante ; elle révèle le peu d’illusions qu’entretiennent les voix anonymes sur la réalité de ce rêve magnifique. Je te laisse découvrir tout ça.

Je m’y mets à l’instant, dit Lucien l’âne, et ensemble, tissons le linceul de ce vieux monde fallacieux, faux, fourbe, hypocrite, menteur, mensonger, insidieux, bancal, saugrenu et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
En Zinovie, il y avait autrefois
Des ducs, des princes et des rois.
Ils profitaient à n’y pas croire,
On se raconte encore leurs histoires.
Pour servir et meubler les arrière-plans,
Des esclaves, des serfs, des paysans
Formaient le terreau de la nation
Et vivaient leur vie sans illusion.
La vie serait d’une profonde tristesse,
Sans les marquis, sans les princesses
Une vie sans légendes, sans contes,
D’une insondable banalité, en fin de compte.

Question histoires, en Zinovie,
On est servi pour la vie.
Grâce aux grandioses répressions,
Grâce à nos camps de concentration,
On peut nourrir toute une littérature
Sur la révolution et sa grandiose nature.
Que serait la France sans Napoléon ?
Que serait l’Égypte, sans les pharaons ?
En Zinovie, plus y a de morts –
Dans nos camps de concentration, ;
Il y en a eu plus de cinquante millions –
Plus le pouvoir du Guide est fort.

La Zinovie, hors frontières, compte à peine ;
Elle se contracte, elle rétrécit à l’extérieur.
De son palais, le Guide la voit souveraine.
Normal, il vit replié à l’intérieur.
Les plus lointains de nos glorieux ancêtres
Avec génie, ont rêvé et conçu la Zinovie
Comme un grand empire et le meilleur être
Capable d’organiser pour toute l’humanité, la vie.
Dans l’égalité commune, tous bénéficieraient
De la justice et du bonheur d’être ensemble,
De travailler, de se distraire ensemble ;
Tous s’aideraient, tous s’aimeraient.

La question est : cela est-il possible ?
Ce serait compter sans la complexité
Sans les grands nombres et les individualités
Et la loi historique de l’impossible.
Le monde est bien trop compliqué
Pour permettre un idéal aussi simplifié ;
Plus on tente de l’approcher,
Plus on s’embrouille dans la réalité.
On fait pourtant de notre mieux,
Plus on veut y voir,
Plus on voit le brouillard.
C’est à désespérer de l’avenir radieux.

inviata da Marco Valdo M.I. - 6/10/2022 - 23:06



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org