Lingua   

L’Eau qui dort

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese



Ti può interessare anche...

Nous les ânes
(Lucien Lane)
L'Internationale
(Eugène Pottier)
Le Vase vide
(Marco Valdo M.I.)


L’Eau qui dort

Chanson française — L’Eau qui dort — Marco Valdo M.I. — 2022

LA ZINOVIE
est le voyage d’exploration en Zinovie, entrepris par Marco Valdo M. I. et Lucien l’âne, à l’imitation de Carl von Linné en Laponie et de Charles Darwin autour de notre Terre et en parallèle à l’exploration du Disque Monde longuement menée par Terry Pratchett.
La Zinovie, selon Lucien l’âne, est ce territoire mental où se réfléchit d’une certaine manière le monde. La Zinovie renvoie à l’écrivain, logicien, peintre, dessinateur, caricaturiste et philosophe Alexandre Zinoviev et à son abondante littérature.

LA ZINOVIE

Épisode 1 : Actualisation nationale ; Épisode 2 : Cause toujours ! ; Épisode 3 : L’Erreur fondamentale ; Épisode 4 : Le Paradis sur Terre ; Épisode 5 : Les Héros de l’Histoire ; Épisode 6 : L’Endémie ; Épisode 7 : La Réalité ; Épisode 8 : La Carrière du Directeur ; Épisode 9 : Vivre en Zinovie ; Épisode 10 : Le But final ; Épisode 11 : Les nouveaux Hommes ; Épisode 12 : La Rédaction ; Épisode 13 : Glorieuse et grandiose Doussia ; Épisode 14 : Le Bataillon des Suicidés ; Épisode 15 : Les Gens ; Épisode 16 : Jours tranquilles au Pays ; Épisode 17 : La Région ; Épisode 18 : Mémoires d’un Rat militaire ; Épisode 19 : L’inaccessible Rêve ; Épisode 20 : La Gastronomie des Étoiles ; Épisode 21 : Le Progrès ; Épisode 22 : Faire ou ne pas faire ; Épisode 23 : Le Bonheur des Gens ; Épisode 24 : La Sagesse des Dirigeants ; Épisode 25 : Les Valeurs d’Antan ; Épisode 26 : L’Affaire K. ; Épisode 27 : L’Atmosphère ; Épisode 28 : La Nénie de Zinovie ; Épisode 29 : L’Exposition colossale ; Épisode 30 : La Chasse aux Pingouins ; Épisode 31 : Le Rêve et le Réel ; Épisode 32 : La Vérité de l'État ; Épisode 33 : La Briqueterie ; Épisode 34 : L’Armée des Chefs ; Épisode 35 : C’est pas gagné ; Épisode 36 : Les Trois’z’arts ; Épisode 37 : La Porte fermée ; Épisode 38 : Les Puces ; Épisode 39 : L’Ordinaire de la Guerre ; Épisode 40 : La Ville violée ; Épisode 41 : La Vie paysanne ; Épisode 42 : La Charrette ; Épisode 43 : Le Pantalon ; Épisode 44 : La Secrète et la Poésie ; Épisode 45 : L’Édification de l’Utopie ; Épisode 46 : L’Ambition cosmologique ; Épisode 47 : Le Manuscrit ; Épisode 48 : Le Baiser de Paix ; Épisode 49 : Guerre et Paix ; Épisode 50 : La Queue ; Épisode 51 : Les Nullités ; Épisode 52 : La Valse des Pronoms ; Épisode 53 : La Philosophie spéciale ; Épisode 53 : La Philosophie spéciale ; Épisode 54 : Le Pays du Bonheur ; Épisode 55 : Les Pigeons ; Épisode 56 : Les Temps dépassés ; Épisode 57 : La Faute à la Contingence ; Épisode 58 : Guerre et Sexe ; Épisode 59 : Une Rencontre en Zinovie ; Épisode 60 : La Grande Zinovie ; Épisode 61 : La Convocation ; Épisode 62 : Tatiana ; Épisode 63 : L’Immolation ; Épisode 64 : Que faire ? ; Épisode 65 : Ni chaud, ni froid ; Épisode 66 : Le Congé éternel ; Épisode 67 : À perdre la Raison ; Épisode 68 : Les Sauveurs de l’Humanité ;


Épisode 69

Dialogue Maïeutique

VERS L’AVENIR RADIEUX — 1917
VERS L’AVENIR RADIEUX — 1917


Ah, Lucien l’âne mon ami, quelle bonne surprise de te rencontrer. Je viens de terminer une nouvelle chanson française de mon cru, une de celles de notre voyage en Zinovie.

Ah, fort bien, Marco Valdo M.I. mon ami, je l’attendais impatiemment ; non pas que cette comédie humaine, cette zinovienne comédie, soit une série quelconque où l’auteur ménage des surprises renversantes et des intrigues alambiquées et des situations excitantes et des événements surprenants pour appâter le lecteur, mais simplement, je suis intrigué et intéressé plus encore à ces voix plus encore que s’il s’agissait d’une pièce montée savamment dosée des ingrédients palpitants utilisés pour sidérer le public.

C’est mon avis, dit Marco Valdo M.I., et même en en étant l’auteur, en écrivant tout ça de ma main, j’en suis toujours à me demander, comme chantait François Béranger dans ses Tranches de vie (1ère et 2ième parties) :

« J’en suis encore à me demander
Après tant et tant d’années
À quoi ça sert de vivre et tout
À quoi ça sert en bref d’être né. »,


mais aussi, où le train de ce voyage va encore m’emmener et ce que vont dire les voix de Zinovie.

Alors, dit Lucien l’âne, si tu sais cela, il est temps de me dire le titre de ce soixante-neuvième épisode de notre voyage et quelles choses il raconte.

Nous y arrivons, Lucien l’âne mon ami, comme le train qui est entré en gare et se range le long d’un quai anonyme quelque part en Zinovie. Donc, la chanson est intitulée « L’Eau qui dort » ; on verra que ce titre n’est pas venu comme ça de nulle part, mais bien du passage majeur de la chanson :

« Malgré les dénonciations, malgré les sanctions,
Dans les diverses couches de la population,
En Zinovie, le mécontentement se répand.
Toujours se méfier de l’eau qui dort, dit le dicton. »


Cependant, reprenons : les voix j’en ai dénombré quatre — se répondent sans s’adresser directement l’une à l’autre comme dans une discussion qui regroupe au hasard des gens de rencontre, mettons, au coin d’une rue, sur une place, au marché, à la gare, dans un train, quelque part.
— La première, celle qu’on vient d’entendre, celle qui a connu la révolution dit :

« Au commencement était la révolution :
En Zinovie ! Quelle école, quel tournant !
On l’a fréquentée par millions :
Délateurs, bourreaux et victimes des camps. »


— La deuxième lui réplique :

« Imagine, en Zinovie, l’invraisemblable ;
Imagine, en Zinovie, l’inimaginable ;
Imaginons, en Zinovie, l’impensable ;
En Zinovie, oser se dire l’indicible.… »


Oh, dit Lucien l’âne, « Imagine », on dirait une allusion à une voix étrangère et même peut-être une référence, un renvoi, un rappel, une sorte de message codé qui va se chercher un répondant de l’autre côté du monde.

Certainement, Lucien l’âne, qu’on peut l’interpréter ainsi.
— La troisième, car il me semble que c’en est une autre encore, est assez réaliste et établit un diagnostic de l’état d’âme des gens de Zinovie :

« Il est une insondable léthargie
Au fond du cœur des gens.
En Zinovie, on a cru à l’avenir radieux,
Une fois, mais pas deux. »


et enfin,
— la quatrième est celle que nous connaissons comme l’incarnation de la « vox populi » zinovienne, la dénommée Mariamarie.

Ah et que dit-elle ?, demande Lucien l’âne.

La voix de Mariamarie est en fait une caisse de résonance de la pensée populaire, de celle qui est gavée de propagande télévisuelle et qui est prête à tout pour se donner de l’importance et se rassurer sur sa propre grandeur précisément en s’incarnant dans la grandiose Zinovie entièrement imaginaire qui hante les nuits du Guide.

« Nous, on a la force et la puissance,
Une histoire glorieuse et des valeurs.
Nous, ça nous met en confiance
Et ça effraye les gens d’ailleurs. »


Eh bien, dit Lucien l’âne, nous allons voir ça. En attendant, tissons le linceul de ce vieux monde déclamatoire, fanfaron, prétentieux, stupide, stupéfiant et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
Au commencement était la révolution :
En Zinovie ! Quelle école, quel tournant !
On l’a fréquentée par millions :
Délateurs, bourreaux et victimes des camps.
Ce n’est pas là des on dit,
J’ai tout vu de mes yeux d’enfant,
C’était un monde de jeux interdits,
Où la misère a prospéré depuis ce temps.
Malgré les dénonciations, malgré les sanctions,
Dans les diverses couches de la population,
En Zinovie, le mécontentement se répand.
Toujours se méfier de l’eau qui dort, dit le dicton.

Imagine, en Zinovie, l’invraisemblable ;
Imagine, en Zinovie, l’inimaginable ;
Imaginons, en Zinovie, l’impensable ;
En Zinovie, oser se dire l’indicible.
Imaginez, le Guide et les autres décident
De divulguer la vérité sur les répressions
Et sans restriction, accordent
La liberté aux libres déclarations,
Des groupes, des journaux, des opposants
Et ouvrent franchement, tout grand,
Les portes, les fenêtres et les grilles du régime
Par la loi et la constitution sur cela, unanimes.


Si on laisse les mêmes aux commandes
Du pays, du gouvernement et de son train ;
En Zinovie, ça ne changera rien,
Ils continueront leurs sarabandes,
À maintenir le mode de vie existant,
À n’importe quel prix, n’importe comment.
Parlez-en un peu aux gens de Zinovie,
Écoutez leurs propos indifférents.
Il est une insondable léthargie
Au fond du cœur des gens.
En Zinovie, on a cru à l’avenir radieux,
Une fois, mais pas deux.


Nous, on a la force et la puissance,
Une histoire glorieuse et des valeurs.
Nous, ça nous met en confiance
Et ça effraye les gens d’ailleurs.
Les autres ont peur, dit Mariamarie
Le monde a peur de la Zinovie.
La Zinovie est le plus grand pays
La Zinovie a beaucoup d’amis,
Et d’invincibles armées immenses.
Les autres ont la force et la patience,
Mais les autres ont tellement, tellement à perdre.
Nous, grâce au Guide, on a quasiment rien à perdre.

inviata da Marco Valdo M.I. - 17/9/2022 - 20:39



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org