Lingua   

La Faute à la Contingence

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

Cause toujours !
(Marco Valdo M.I.)
Glorieuse et grandiose Doussia
(Marco Valdo M.I.)
La Rédaction
(Marco Valdo M.I.)


La Faute à la Contingence

Chanson française — La Faute à la Contingence — Marco Valdo M.I. — 2022

LA ZINOVIE
est le voyage d’exploration en Zinovie, entrepris par Marco Valdo M. I. et Lucien l’âne, à l’imitation de Carl von Linné en Laponie et de Charles Darwin autour de notre Terre et en parallèle à l’exploration du Disque Monde longuement menée par Terry Pratchett.
La Zinovie, selon Lucien l’âne, est ce territoire mental où se réfléchit d’une certaine manière le monde. La Zinovie renvoie à l’écrivain, logicien, peintre, dessinateur, caricaturiste et philosophe Alexandre Zinoviev et à son abondante littérature.


LA ZINOVIE

Épisode 1 : Actualisation nationale ; Épisode 2 : Cause toujours ! ; Épisode 3 : L’Erreur fondamentale ; Épisode 4 : Le Paradis sur Terre ; Épisode 5 : Les Héros de l’Histoire ; Épisode 6 : L’Endémie ; Épisode 7 : La Réalité ; Épisode 8 : La Carrière du Directeur ; Épisode 9 : Vivre en Zinovie ; Épisode 10 : Le But final ; Épisode 11 : Les nouveaux Hommes ; Épisode 12 : La Rédaction ; Épisode 13 : Glorieuse et grandiose Doussia ; Épisode 14 : Le Bataillon des Suicidés ; Épisode 15 : Les Gens ; Épisode 16 : Jours tranquilles au Pays ; Épisode 17 : La Région ; Épisode 18 : Mémoires d’un Rat militaire ; Épisode 19 : L’inaccessible Rêve ; Épisode 20 : La Gastronomie des Étoiles ; Épisode 21 : Le Progrès ; Épisode 22 : Faire ou ne pas faire ; Épisode 23 : Le Bonheur des Gens ; Épisode 24 : La Sagesse des Dirigeants ; Épisode 25 : Les Valeurs d’Antan ; Épisode 26 : L’Affaire K. ; Épisode 27 : L’Atmosphère ; Épisode 28 : La Nénie de Zinovie ; Épisode 29 : L’Exposition colossale ; Épisode 30 : La Chasse aux Pingouins ; Épisode 31 : Le Rêve et le Réel ; Épisode 32 : La Vérité de l'État ; Épisode 33 : La Briqueterie ; Épisode 34 : L’Armée des Chefs ; Épisode 35 : C’est pas gagné ; Épisode 36 : Les Trois’z’arts ; Épisode 37 : La Porte fermée ; Épisode 38 : Les Puces ; Épisode 39 : L’Ordinaire de la Guerre ; Épisode 40 : La Ville violée ; Épisode 41 : La Vie paysanne ; Épisode 42 : La Charrette ; Épisode 43 : Le Pantalon ; Épisode 44 : La Secrète et la Poésie ; Épisode 45 : L’Édification de l’Utopie ; Épisode 46 : L’Ambition cosmologique ; Épisode 47 : Le Manuscrit ; Épisode 48 : Le Baiser de Paix ; Épisode 49 : Guerre et Paix ; Épisode 50 : La Queue ; Épisode 51 : Les Nullités ; Épisode 52 : La Valse des Pronoms ; Épisode 53 : La Philosophie spéciale ; Épisode 53 : La Philosophie spéciale ; Épisode 54 : Le Pays du Bonheur ; Épisode 55 : Les Pigeons ; Épisode 56 : Les Temps dépassés


Épisode 57


Dialogue Maïeutique

LA CHARGE DE LA CAVALERIE ROUGE     <br />
Kazimier Malevitch — 1932 ca
LA CHARGE DE LA CAVALERIE ROUGE
Kazimier Malevitch — 1932 ca


La Faute à la Contingence, dit Lucien l’âne, ça me fait penser à Voltaire et à Rousseau.

Et c’est bien à cette sentence bien connue que la chanson fait allusion. Cette antienne ancienne disait, citant Gavroche, personnage des Misérables de Victor Hugo et la chanson « La faute à Voltaire (La chanson de Gavroche) » qui la perpétua :

« Je suis tombé par terre,
C’est la faute à Voltaire ;
Le nez dans le ruisseau,
C’est la faute à Rousseau. »


Oh oui, je m’en rappelle, dit Lucien l’âne, je l’ai encore dans les oreilles.

Et elles sont grandes assez, dit Marco Valdo M.I., pour y mettre tous Les Misérables. Cela dit, elle illustre très exactement la contingence, qui est la grande faiseuse de l’histoire du monde, de l’humanité, des gens et plus également, de la vie. Elle est le moteur de l’évolution ; elle est à la fois, le hasard et la nécessité ; elle détermine l’indétermination et l’indéterminé ; le tout élevé en système. Il faut se faire à l’idée qu’à tout moment, tous les possibles sont possibles et que tous les impossibles peuvent se révéler subitement possibles. C’est ça le règne de la contingence ; dès lors, seule la chose accomplie peut donner le sens de ce qui est accompli.

Certes, dit Lucien l’âne, on peut imaginer que ceci, que cela, mais rien n’est sûr qui n’est pas certainement établi. Soit, mais qu’est-ce que ça vient faire ici avec cette chanson ?

Lucien l’âne mon mai, il fallait que ce fut dit ici pour la comprendre, cette chanson. La contingence… C’est elle qui fait que ce qui était sûr et devait certainement se produire, eu égard à telle ou telle autorité, ne se produit pas et qu’on voit se développer tout autre chose. Comme il est dit à la dernière strophe :

« Tout n’est pas si bien contrôlé :
La faute à l’invisible, à la contingence.
Les importants objectifs initiaux
Restent subitement en souffrance. »


Ça va, dit Lucien l’âne, j’ai compris. C’est ce que j’appelle la surprise du chef, celle qui survient quand le chef a claironné comme un crieur public qu’il allait réaliser ceci ou cela et que la réalité vient lui moucher sa bougie. Au fait, que raconte-t-elle d’autre la chanson ?

D’abord, Lucien l’âne mon ami, il faut se souvenir qu’il s’agit d’un soliloque jeté au vent par une voix anonyme, mais quand même zinovienne. Elle suit son propre discours sans se soucier d’éventuels auditeurs. Elle tente de comprendre, pur elle-même d’abord, ce qui se passe en Zinovie et elle se laisse parfois parasiter par d’autres voix, comme celle qui (mais n’est-ce quand même pas la sienne ?) soudain déboule en criant :

« Nous autres, l’historique escadron,
Au-dessus des nuages, nous galopons. »


et puis, le retour au réel quotidien :

« Adieu, je dois aller demain
Trier les patates à six heures du matin. »


Enfin, elle rumine beaucoup à propos du Guide et de ses extravagances.

Oui, dit Lucien l’âne, et je pense qu’il y aura encore matière à le faire. Mais pour l’instant, c’est assez. Laissons dire à al chanson ce qu’elle entend dire et tissons le linceul de ce vieux monde calfeutré, infatué, gonflé, paradeur et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
L’histoire avance sans se retourner
Fleuve roulant, on ne peut la renverser.
En Zinovie, il suffit de patienter.
On va résolument en marche arrière
Grâce au Guide, on va bientôt retrouver
Les horreurs d’avant la guerre.
En ce temps-là, l’ordre régnait.
Alors, dit-on, les prix avaient baissé,
Alors, dit-on, les salaires avaient grimpé.
Les camps surpeuplés affichaient complet.
On enrôlait de force sur les chantiers.
En Zinovie, tout ça, on l’a oublié.

Nous autres, l’historique escadron,
Au-dessus des nuages, nous galopons.
Le sort des uns s’étale sur toute une vie ;
Le sort des autres expire en un instant.
Un instant qui vaut une vie.
Pour les rouges, pour les blancs,
Nos cris glissent silencieusement,
Étouffés par les hoquets des canons.
On est tous morts, donc innocents
De ce qui se passe à l’horizon.
Adieu, je dois aller demain
Trier les patates à six heures du matin.

Le Zinovien est un être banal ;
Il va d’assemblées en réunions,
De conseils en commissions.
Il suit le cheminement général.
Le Guide veut diriger la société ;
Il pense des projets, des idées magnifiques,
Il rédige de gros traités théoriques
Pour ébranler et piloter l’humanité.
De tous ces principes scientifiques,
Le Guide inonde l’Afrique, l’Asie,
Le monde et même, la Zinovie
D’avenirs radieux mirifiques.

En Zinovie, le Guide mène le jeu,
Avec le sens aigu de l’autorité.
Un jeu grandiose et planifié
Où se profilent des desseins curieux.
L’inconvénient, ce sont les circonstances,
Les hasards, les discordances.
Tout n’est pas si bien contrôlé :
La faute à l’invisible, à la contingence.
Les importants objectifs initiaux
Restent subitement en souffrance.
Le Guide invente des buts nouveaux
Toujours prévus d’avance.

inviata da Marco Valdo M.I. - 26/7/2022 - 11:03



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org