Lingua   

Fatemi respirare

Ugo Mazzei
Lingua: Italiano

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

Canzone per Chico
(Ugo Mazzei)
La Guerre de Cent mille ans
(Marco Valdo M.I.)


2012
Adieu Shangri-la

Adieu Shangri-la
Fatemi respirare
Ai poli soffia un vento tropicale
Mentre il cielo sta cambiando colore
I nostri occhi piangono sudore
E lascia stare tutto quanto il resto
Lo so che questo non è affatto giusto
Pensa al tuo futuro
A tutto il tuo futuro

Perché gli uccelli possano migrare
Volando nella stessa direzione
Perché una stella possa illuminare
La rotta di una barca persa nel mare
Occorre che tutta la brava gente
Che fino ad adesso non ha fatto niente
Cominci a lavorare
Cominci a lavorare

A questo punto, sai, non c'è più tempo
Non c'è più spazio in tutto il firmamento
Quando la vita ci presenta il conto
Ci tufferemo dentro un lago amaranto
Facciamo in modo che si torni a vedere
In un futuro tutto da rifare
La luna in mezzo al mare
La luna in mezzo al mare

E lascia che mi tagli le vene
Per innaffiare un prato di parole
Ma fa che ci governino bene
Che ci schiariscano la luce del sole
In un abbraccio d'uranio e di amianto
Come una scheggia impazzita sul mondo
Su tutte le persone
Milioni di persone

A volte basta una carezza al vento
Con un abbraccio a tutto il mappamondo
Che se restasse come solo un rimpianto
Quello di non avere fatto in tempo
In questa corsa alla democrazia
Verso una liberata prigionia
Un armistizio lento
Che porta solo al pianto

Così sarà, lasciatemelo dire
Non sono guai su cui soprassedere
Le tonnellate di greggio nel mare
L'incendio di una base nucleare
Stancatevi di raccontare balle
Paghiamo tutto sulla nostra pelle
Abbiamo voce per urlare
E voglia di cambiare
E gente da istruire
Abbiamo occhi per guardare
E bocca per parlare
E teste per capire

Fatemi respirare!

inviata da Alberto Scotti - 16/2/2021 - 15:16



Lingua: Francese

Version française – RESPIRATION – Marco Valdo M.I. – 2021
Chanson italienne – Fatemi respirare – Ugo Mazzei – 2012


Dialogue maïeutique

La Migration des oies  <br />
Elisabeth Nourse - 1883
La Migration des oies
Elisabeth Nourse - 1883


Comme tu l’auras sans doute ressenti, Lucien l’âne mon ami, comme à peu près tout le monde de par le monde, notre monde est de plus en plus irrespirable et pas seulement au milieu des grandes concentrations de population que sont les mégapoles et les pollutions envahissent les plus profonds océans et les plus hautes montagnes.

Certes, dit Lucien l’âne, je me souviens encore du bon temps où on pouvait courir le nez en l’air sans être incommodé par les relents de combustions diverses Bien sûr, il y avait les feux, les foyers et les âtres, il y avait aussi d’autres odeurs tenaces dans les cités et les hameaux, mais c’étaient – si on peut faire la distinction – des odeurs naturelles. Ça sentait les excréments et la pourriture ; il n’est pas si ancien le temps où, même ici, les égouts n’existaient pas. Mais aussi, la plupart es gens vivaient en dehors des villes.

Cela posé, dit Marco Valdo M.I., cette chanson intitulée en son origine italienne : « Fatemi respirare » (Faites-moi respirer), je l’ai nommée Respiration. C’est l’essentiel de sa revendication, car c’est là une chanson qui revendique et qui, telle une Cassandre contemporaine, prévient. Tout comme sa consœur « LA FIN » (Armageddon), œuvre du même auteur, elle alerte sur les dangers que l’activité humaine fait courir à tout ce qui est vivant sur la planète. Elle dit en substance ce que disent les climatologues : le monde terrestre s’empoisonne de façon accélérée et il faudrait faire (avant qu’il ne soit trop tard) quelque chose pour arrêter cette dégradation générale. Le vrai drame, c’est – contrairement à par exemple, une pandémie, on ne verra les vrais dégâts que longtemps après que les fauteurs auront disparus. À l’échelle de la durée d’une vie humaine, ce sont des processus lents.

Comme s’ils allaient tous les jours au restaurant ou comme s’ils occupaient la maison sans se soucier de l’entretenir, ni des dégradations, et laissaient la note à leurs enfants, demande Lucien l’âne. J’en connais que ne seront pas contents.

C’est pire que ça, dit Marco Valdo M.I., c’est un peu comme si on vivait à crédit et que ce seront les successeurs qui seront tenus de supporter le poids du remboursement avec les intérêts cumulés.

Mais, dit Lucien l’âne, il est des gens qui disent que tout ça n’est pas vrai.

Évidemment, répond Marco Valdo M.I., qu’il y en a qui disent que ce n’est pas vrai, mais ils le disent pour protéger leurs intérêts ou ceux des gens qu’ils servent. Et la chanson leur répond :

« Ce sera ainsi, en vérité, je vous le dis,
On ne peut s’asseoir sur ces ennuis,
Ces tonnes de brut dans la mer,
L’incendie d’une base nucléaire.
Cessez de vous nourrir de mensonges,
Nous payons tout cela de notre vie. »


Ensuite, elle donne à réfléchir :

« Nous avons des yeux pour regarder,
Et des bouches pour parler,
Et des têtes pour penser.
Tout ça n’est pas sans raison,
Respiration ! »


Protéger leurs intérêts ou ceux des gens qu’ils servent, conclut Lucien l’âne, c’est un épisode de La Guerre de Cent mille ans que les riches font aux pauvres afin de garantir leurs privilèges, promouvoir leurs intérêts, accroître leur domination, renforcer leurs pouvoirs et faire croître et multiplier leurs richesses. D’une certaine manière, l’humanité va se suicider par l’avidité de certains de ses membres, par l’inconscience, réelle ou feinte, de tant d’autres. Rares sont ceux qui n’en veulent pas plus, toujours plus. L’humanité envahit la terre entière et elle la rongera jusqu’à l’os et même, elle le brisera pour sucer la moelle. Ainsi, le seul ennui, c’est qu’elle entraînera dans sa dégringolade presque tout ce qui vit ou survit encore sur la planète. Décidément, la respiration est essentielle et cette chanson n’est pas sans raison. Alors, tissons le linceul de ce vieux monde décati, oppressé, suant, puant et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
RESPIRATION


Respiration.
Tout ça n’est pas raison.
Aux pôles, un vent tropical peste.
Alors que le ciel change de couleur,
Nos yeux suent de pleurs.
Laissez tomber tout le reste.
Pensez à votre futur,
À tout votre futur.

Pour que les oiseaux puissent migrer
Dans la même direction en volant,
Pour qu’une étoile puisse illuminer
La route d’un bateau perdu dans l’océan,
Il faut que tous les braves gens
Qui n’ont rien fait jusqu’à présent
Commencent à travailler,
Commencent à travailler.

À ce point, il ne reste plus de temps,
Il n’y a plus d’espace dans le firmament.
Quand la vie nous présentera l’addition,
Nous plongerons dans un lac en fusion.
Faisons en sorte de pouvoir retrouver,
Dans un futur à recomposer,
La lune au milieu de la mer,
La lune au milieu de la mer.

Et laissez-moi laisser couler mon sang
Pour arroser une prairie de mots vermeils
Et qu’on gouverne bien cependant,
Qu’on libère la lumière du soleil
Dans une lueur d’uranium et d’amiante blonde
Comme un fol éclat sur le monde,
Sur toutes les personnes,
Sur des millions de personnes.

Parfois, il suffit d’une caresse au vent
Pour embrasser le globe entier,
Et qu’il reste seulement à regretter
De n’avoir pas agi à temps
Dans cette course à la démocratie
Vers une captivité libérée,
Une lente amnésie
Et des larmes désespérées.

Ce sera ainsi, en vérité, je vous le dis,
On ne peut s’asseoir sur ces ennuis,
Ces tonnes de brut dans la mer,
L’incendie d’une base nucléaire.
Cessez de vous nourrir de mensonges,
Nous payons tout cela de notre vie.
Nous avons une voix pour qu’on crie
Et de merveilleux songes,
Et des gens à éduquer,
Nous avons des yeux pour regarder,
Et des bouches pour parler,
Et des têtes pour penser.

Tout ça n’est pas sans raison,
Respiration !

inviata da Marco Valdo M.I. - 25/2/2021 - 17:36



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org