Lingua   

Vento del sud

Musicanova
Lingua: Napoletano

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

Corsicana
(Maria Carta)
Tu si' lu giurici
(anonimo)


(1981)
Testo e musicsa di Eugenio Bennato e Carlo D'Angiò
dall'album "Festa Festa"

Eugenio Bennato e Carlo D’Angiò (voci e chitarre), Maria Luce Cangiano (voce), Pippo Cerciello (violino), Mauro Di Domenico (chitarre e mandoloncello), Riccardo Romei (basso elettrico), Alfio Antico (tamburello) e John Perilli (fiati).

A storia è cuminciata cu e Savoia e ch'amm'a fa
ca c'hanno liberato de Burbone e ch'amm'a fa
loro erano Spagnuoli e nui Italiani e ch'amm'a fa
doppo a liberazione éramo nata vota Napulitane

Nu prevete è venuto e m'ha ditto figlio mio
tu cride alli fatture so peccate all'uocchie e Dio
chest'è superstizione nunn'è a vera religione
è o diavolo ca bballa dint'a sta tarantella

Mo iammo tutte a scola ce imparammo a parlà buono
si nun parle italiano si brigante o si cafone
e scuordete a parlata ca sentive a mamma toia
si vuo emigrà a Torino te imparà a capì
quanno chiammo padrone

Vento del sud
vento dell'allegria
ti porta il passo della tarantella
la favola del vino e la poesia
e tutto questo buio che c'è intorno
diventa sole come a mezzogiorno

A storia è cuminciata a storia nun fernesce cchiù
mo simmo tutte eguale sotto e ncoppa Nord e Sud
e passano cient'anni ma nun passa o male antico
a guerra e tutte e iuorne pe truvà a fatica
e pe truvà a fatica

E guerra dopo guerra se ne cade sta città
e pure 'n tiempo 'e pace trema a terra e ch'amm'a fa
comma lu nnamurato ca vo bene a la figliola
nui simmo ncatenati a chesta terra sola
a chesta terra sola

Vento del sud
vento dell'allegria
è l'allegria di chi non ci vuol stare
chi ha voglia di rialzarsi e di cambiare
e tutto questo buio che c'è intorno
diventa sole come a mezzogiorno

6/9/2016 - 15:32



Lingua: Francese

J’ai traduit ce texte à partir de vagues connaissances de dialecte du sud de l’Apulie (dialecte de la ville de Canosa).
Du fait de fortes similitudes propres aux dialectes méridionaux je peux proposer cette traduction approximative.
Merci à tout contributeur qui pourra améliorer et corriger ses défauts.
Voici quelques explications sur des termes spécifiques.
VENT DU SUD

Cette histoire a commencé avec les Savoie, et qu’avons-nous fait !
Qui nous ont libéré des Bourbons, et qu’avons-nous fait !
Eux étaient espagnols et nous italiens, et qu’avons-nous fait !
Après la Libération, nous étions de nouveau Napolitain

Un prêtre est venu, et m’a dit « Mon fils,
Tu crois en la sorcellerie*, c’est un péché aux yeux de Dieu.
C’est des superstitions, ce n’est pas une vraie religion !
C’est le Diable qui danse dans cette tarantelle*

Maintenant nous allons tous à l’école, nous y apprenons a bien parler.
Si tu ne parles pas italien, tu es un bandit ou tu es un rustre.
Et oublie le dialecte que tu tenais de ta mère*.
Si tu veux émigrer à Turin ils t’apprennent à comprendre
Quand le patron t’appelle

Vent du Sud
Vent de l’allégresse
Il t’amène le pas de la tarantelle*
La fable du vin et la poésie
Et toute cette obscurité qu’il y a l’intérieur
Devient soleil comme à midi

Cette histoire a commencé, cette histoire ne finit plus
Maintenant nous sommes tous égaux, de bas en haut*, Nord et Sud
Et passent cent ans, mais la douleur ancienne ne passe pas
C’est la guerre tous les jours pour trouver un travail*
Pour trouver un travail

Et guerre après guerre s’écroule cette ville
Et même en temps de paix la terre tremble, et qu’avons-nous fait !
Comme l’amoureux qui s’éprend de la jeune fille
Nous sommes enchaînés à cette seule terre

Vent du Sud
Vent de l’allégresse
C’est l’allégresse de qui ne veut pas rester
Qui à envie de se relever et de changer
Et toute cette obscurité qu’il y a l’intérieur
Devient soleil comme à midi
NOTES :

* sorcellerie : « fattura », en language populaire
* tarentelle : « tarantella », danse et musique traditionnelle du sud de l’Italie
* e scuordete a parlata ca sentive a mamma toia : « scordare » est un verbe dialectale signifiant « oublier ». Plutôt que d’utiliser le verbe italien « dimenticare », on utilise le S privatif en début de mot pour désigner le fait de « ne pas se rappeler », littéralement.
Le mot « toia » est le seul mot que je ne reconnais pas du tout dans cette traduction. Si quelqu’un connaît sa signification et son origine étymologique je serais très intéressé.
* en haut : « ncoppa », « in capo », ce qui signifie littéralement « en tête, en haut »
* un travail : « a fatica », un travail au sens de « labeur », travail de peine

inviata da Bordiga - 7/12/2019 - 18:09



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org