Lingua   

42 Schulkinder

Erich Fried
Lingua: Tedesco

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

Recht und billig
(Erich Fried)
Till Jack
(Cornelis Vreeswijk)
An meinen amerikanischen Brieffreund Jonny
(Fasia Jansen)


[1966]
Versi di Erich Fried (1921-1988), nella raccolta intitolata “und Vietnam und” (“and Vietnam and”), 1966.
Musica di Hans Werner Henze (1926-2012), importante compositore tedesco, in “Voices – Stimmen”, raccolta di canzoni per mezzo soprano, tenore, elettroniche, campionamenti e 15 musicisti impegnati a suonare una settantina di strumenti diversi, pubblicata nella RDT nel 1973
Alla base della composizione c'erano 22 brani indipendenti, le "voci" di diversi autori, "giovani e vecchi artisti che rifettono sul genere umano, sulla condizione dell'uomo contemporaneo e sui problemi di razza e di classe in cui loro stessi si sono imbattuti nel corso dell'esistenza".

Voices – Stimmen

Erich Fried, viennese, ebreo, era poco più che adolescente quando, a causa dell’Anschluss, l’annessione nazista del 1938, dovette fuggire dall’Austria con i suoi familiari. Ripararono in Gran Bretagna, dove divenne scrittore e commentatore del programma in lingua tedesca della BBC, ma fece anche il bibliotecario, l’operaio chimico e il giornalista. I suoi primi lavori poetici risalgono agli ultimi anni della seconda guerra mondiale e l'inizio del suo primo romanzo – “Ein Soldat und ein Mädchen” ("Un soldato e una ragazza") - risale al 1948.
Numerosi sono i suoi volumi di poesie e di racconti, ma fu anche librettista d'opera, drammaturgo radiofonico e traduttore, soprattutto da T.S. Eliot, Dylan Thomas, Sylvia Plath e William Shakespeare. (it.wikipedia)
Wie weit ist es von Guernica nach Mang Quang
von Washington nach Berchtesgaden
von München nach Prag
von Berlin und Moskau nach Warschau?
Wie weit war es von Guernica nach München?

Ein Jahr und fünf Monate
Das ist nicht sehr weit

Wie weit war es von Guernica nach Warschau
von Hitler bis zu wem und zu welchem Land?

Von Saigon nach Hanoi so weit wie von Berlin nach Kiew
Oder von Münster hinunter nach Guernica

Ich habe Guernica gesucht auf der Karte
weil ich mir Mang Quang anders nicht vorstellen kann

Was haben die Schulkinder von Mang Quang gelernt vonden Bomben?
Was haben wir gelernt von den Schulkindern in Mang Quang?
Was haben wir gelernt von Guernica und von Polen,
von Coventry Stalingrad Dresden Nagasaki, Suez und Sakiet?
Daß es gar nicht so weit ist
Oder daß es noch nicht so weit ist
Oder daß es gar nicht so weit kommen kann?

Die Eltern nahmen die Kinder in ihren Särgen
Um sie hinzutragen zu den Soldaten
Sie wurden von den Soldaten zurückgeschlagen
Und trugen die Särge wieder nach Mang Quang

inviata da Bernart Bartleby - 19/3/2015 - 14:55




Lingua: Tedesco

Original full-text version of the poem / Originalfassung des Gedichts mit Volltext
42 SCHULKINDER

Wie weit ist es
von Guernica nach Man Quang
von Spanien nach Vietnam
von Washington nach Berchtesgaden
von München nach Prag
von Berlin und von Moskau nach Warschau
von Hitler bis zu wem
und zu welchem Land?

Wie weit war es
von Guernica nach München?
ein Jahr und fünf Monate
Das ist nicht sehr weit
Wie weit war es
von Guernica nach Polen?
zwei Jahre vier Monate
Das ist nicht sehr weit
Von Ende April 1937
bis Anfang September 1939

Von Saigon nach Hanoi ist es etwa so weit
wie von Berlin nach Kiew
von Marseille oder Köln nach Belgrad
oder von Guernica nach Münster oder nach
Ich habe Guernica
gesucht auf der Karte von Spanien
weil ich mir Man Quang in Vietnam
anders nicht vorstellen kann
Was haben die Schulkinder
von Man Quang gelernt von den Bomben?
Was haben wir gelernt
von den Schulkindern von Man Quang?

Was haben wir alle gelernt
von Guernica und von Polen
von Coventry Stalingrad Dresden
Nagasaki Suez und Sakiet?

Daß es gar nicht so weit ist
oder daß es noch nicht soweit ist
oder daß es nicht so weit
hätte kommen dürfen?
Die Eltern nahmen die Kinder
in ihren Särgen
um sie hinzutragen
zu den Soldaten
Sie wurden von den Soldaten zurückgeschlagen
und trugen die Särge wieder ins Dorf Man Quang

inviata da Juha Rämö - 5/6/2016 - 10:05




Lingua: Finlandese

Traduzione / Translation / Traduction / Suomennos: Juha Rämö
42 KOULULAISTA

Paljonko on matkaa
Guernicasta Man Quangiin *
Espanjasta Vietnamiin
Washingtonista Berchtesgadeniin
Münchenistä Prahaan
Berliinistä ja Moskovasta Varsovaan
Hitleristä keneen
ja mihin maahan?

Paljonko oli matkaa
Guernicasta Müncheniin?
vuosi ja viisi kuukautta
Se ei ole paljon
Paljonko oli matkaa
Guernicasta Puolaan?
kaksi vuotta ja neljä kuukautta
Se ei ole paljon
Huhtikuun lopusta 1937
syyskuun alkuun 1939

Saigonista Hanoihin on suunnilleen yhtä pitkä matka
kuin Berliinistä Kiovaan
kuin Marseillesta Kölniin tai Berlgradiin
tai Guernicasta Münsteriin tai
Etsin Guernicaa
Espanjan kartalta
koska Man Quangia Vietnamissa
ei voi muuten kuvitella
Mitä koululaiset
Man Quangissa oppivat pommeista?
Mitä me opimme
Man Quangin koululaisista?

Mitä me kaikki opimme
Guernicasta ja Puolasta
Coventrysta Stalingradista Dresdenistä
Nagasakista Suezista ja Sakietista?

Että ne ovat lähempänä kuin uskommekaan
tai että aika ei vielä ole kypsä
tai että näin
ei olisi koskaan saanut tapahtua?
Vanhemmat ottivat lapsensa
arkuissaan
viedäkseen heidät
sotilaiden silmien eteen
Sotilaat pakottivat heidät perääntymään
ja he kantoivat arkut takaisin Man Quangin kylään

* Man Quang on Etelä-Vietnamissa sijaitseva kylä, jonka Yhdysvaltain Starfighter-hävittäjät tuhosivat maaliskuussa 1965 sen jälkeen, kun siellä oli havaittu FNL:n eli Vietkong-sissiliikkeen lippu. Kylän koulu sai hyökkäyksessä osuman, joka surmasi 42 lasta. Eloonjääneet vanhemmat päättivät kantaa kuolleet lapset arkuissaan Da Nangiin protestina hallitusta vastaan, mutta hallituksen joukot pysäyttivät marssijat ja heidät pidätettiin.

inviata da Juha Rämö - 5/6/2016 - 10:07




Lingua: Francese

Version française – 42 ÉCOLIERS – Marco Valdo M.I. – 2016
Chanson allemande – 42 Schulkinder – Erich Fried – 1966

Ecolier mort 1965


Erich Fried, né le 6 mai 1921 à Vienne (Autriche) et mort le 22 novembre 1988 à Baden-Baden est un poète, traducteur, essayiste juif autrichien, établi en Angleterre.
Avec Hans Magnus Enzensberger et Wolf Biermann, il est considéré comme un des représentants de la littérature engagée de langue allemande d’après la Seconde Guerre Mondiale. Pour beaucoup, il est aussi le meilleur traducteur de Shakespeare en allemand.
Fils unique d’une famille juive viennoise, Erich Fried perd en mai 1938 son père, victime d’un interrogatoire de la Gestapo peu après l’Anschluss : « Lycéen autrichien de dix-sept ans, je me transformai en juif persécuté », résumera-t-il plus tard. Il se réfugie alors en Angleterre en passant par la Belgique, crée un groupe de « jeunesse émigrée » (Emigrantenjugend) qui a réussi à faire venir à Londres avant que la guerre n’éclate 70 personnes, dont sa mère. Il survit pendant la guerre grâce à divers emplois. Dès 1943, il quitte une organisation de Jeunesses communistes dont il refuse le stalinisme croissant. De 1952 à 1968, il est commentateur politique au German Service de la BBC.
(pour la suite voir Erich Fried dans Wikipedia)
Ses premières œuvres poétiques remontent aux dernières années de la guerre et son premier roman – « Ein Soldat und ein Mädchen » (« un soldat et une fille ») – date de 1948.
Nombreux sont ses ouvrages de poésies et de récits, mais il fut même librettiste d’opéra, dramaturge radiophonique et traducteur, surtout de T.S. Eliot, Dylan Thomas, Sylvia Plath et William Shakespeare.

Dialogue maïeutique

Je n’ignore évidemment pas, Lucien l’âne mon ami, que tu as connu et sans doute, suivi comme tout un chacun à l’époque, l’interminable « Guerre du Vietnam ». Je dis interminable, car c’est ce qu’ont dû penser les Vietnamiens eux-mêmes, surtout le petit peuple, celui qui est toujours du côté oublié, celui qui en fait ne demande que de vivre en paix.

Interminable, qu’est-ce à dire ?, demande Lucien l’âne en inclinant le front. Il faudrait m’expliquer, même si je considère aussi – moi qui ai vu Troie et Mycènes, Marathon, Alésia, Andernach, Tolède, Jérusalem, Constantinople, Poitiers, Pavie, Iéna, Verdun, l’Ardenne et j’en passe – je considère donc aussi, spécialement quand il s’agit d’une guerre armée, qu’une guerre est toujours trop longue. J’imagine qu’on pourrait m’objecter que c’est là un point de vue civil, peu expert en la matière et même, si c’était quelqu’un d’ici, il n’hésiterait pas à me jeter au visage : « Les rwétans n’ont rin n’à dire ».

En fait, Lucien l’âne mon ami, il y a eu deux guerres qui s’enchaînèrent et qui mirent le Vietnam littéralement à feu et à sang et si elles le laissèrent finalement réuni et débarrassé des occupations étrangères, elles le laissèrent aussi exsangue et en ruines, une ruine qui frappa autant les villes surpeuplées que les campagnes les moins habitées. C’était le résultat de bombardements intenses, les plus intenses que le monde ait jamais connus. Il s’agissait en bombardant de nettoyer le pays de la guérilla vietcong. L’autre bord, question massacres et assassinats ne fut pas en reste ; c’était juste plus artisanal.
Quant à la longueur de la durée de cette guerre, il faut considérer qu’elle avait commencé dès le jour de la première colonisation française. Elle aura donc duré à peu de chose près un siècle et demi – de 1858 à 1975. Dans sa phase finale, on la connut sous deux noms : la Guerre d’Indochine – c’était la version française, qui se clôt en 1954 ; et la Guerre du Vietnam, qui s’achève en 1975 – c’était la version vietnamienne-étazunienne – les Zétazunis s’engageant de plus en plus dans l’affaire ; elle dura vingt ans. Elle fit côté vietnamien environ 3 000 000 de morts et environ 150 000 soldats étazuniens. On dit que les Zétazunis avaient gagné sur le sol vietnamien et perdu chez eux.

Arrête, Marco Valdo M.I. mon ami, c’est suffisant. Si tu continues à parler de cette guerre, on n’en sortira plus. Parle-moi de la canzone.

Si je t’ai tant parlé de l’Indochine et du Vietnam, Lucien l’âne mon ami, c’est que, vois-tu, si la chanson s’intitule 42 écoliers, il s’agit de 42 écoliers du village vietnamien de Mang Quang, victimes d’un bombardement étazunien lors de cette fameuse guerre. Ce sont des écoliers, en quelque sorte, emblématiques de l’ensemble des Vietnamiens victimes de cette effroyable confrontation, des 3 000 000 de morts, sans compter les blessés, les veufs, les veuves, les orphelins, les villes, les villages, les forêts, les fleuves et bien évidemment, les animaux. L’essentiel de ces destructions a été le fait des bombardements aériens entre 1965 et 1972, on a relevé 3 400 000 sorties aériennes, rien que du côté des Zétazunis et de leurs alliés. Dans une région, Quang Tri, on a calculé qu’il était tombé 3000 bombes au km².
Un observateur étazunien, travaillant pour le US Forest Service, Arthur Westling notait en 1973 à propos du paysage de Quang Tri :
« Malgré un an de combat sur le front de Corée et malgré trois voyages précédents en Indochine pour étudier les zones de guerre au Cambodge et au Sud-Vietnam, je n’étais pas préparé (à voir) l’horrible dévastation que j’ai rencontrée partout où je suis passé…
Jamais nulle part ailleurs, nous n’avions rencontré un panorama infini de cratères. Aussi loin que nous pouvions voir pas un seul bâtiment, urbain ou rural, n’était intact : plus d’habitations, plus d’écoles, plus de bibliothèques, plus d’églises ou de pagodes et plus d’hôpitaux… la seule voie de chemin de fer à travers cette province avait aussi été effacée. »
Ces 42 écoliers emblématiques de ce village rasé à l’heure de classe étaient ceux-là qui étaient censés se poser la question de la distance entre Mang Quang et toutes sortes de villes ou entre ces villes elles-mêmes ; toutes ces villes – on trouve aussi le nom d’une personne : Adolf H., comme ce village, comme aujourd’hui Alep en Syrie et demain d’autres encore évoquent des bombardements et des massacres de civils. Il faut dire que depuis Mang Quang, on ne compte plus les écoliers écrasés sus les bombes, depuis cette lointaine guerre du Vietnam (depuis il y a eu l’Afghanistan, le Biafra, l’Irak, le Liban, la Libye, l’Iran, l’ex-Yougoslavie et que sais-je encore la Grenade, on a eu le temps d’en fabriquer – et d’en vendre – des avions, des bombes et toutes ces sortes de choses écrasantes. Au fait, les B 52 qui ravagèrent le Vietnam sont toujours en service.

J’imagine, dit Lucien l’âne, que depuis la fin de cette guerre militaire, le Vietnam a pu reprendre une vie plus tranquille. Quant à nous, reprenons notre tâche et tissons le linceul de ce vieux monde où fleurissent les canons et les guerres, ce vieux monde meurtrier, avide et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
42 ÉCOLIERS

De Guernica à Mang Quang, quelle distance ?
De Washington à Berchtesgaden, quelle distance ?
De Munich à Prague, quelle distance ?
De Berlin et de Moscou à Varsovie, quelle distance ?
De Guernica à Munich, quelle distance ?

Une année et cinq mois, au fond,
Ce n’est pas très long.

Quelle distance y avait-il de Guernica à Varsovie,
D’Hitler à n’importe qui et à n’importe quel pays ?

De Saigon à Hanoi, de Berlin à Kiev, quelle distance ?
Ou de Münster à Guernica, quelle distance ?

J’ai cherché Guernica sur la carte soigneusement,
Car je ne peux pas me représenter Mang Quang autrement.

Qu’ont appris des bombes les écoliers de Mang Quang ?
Qu’avons-nous appris des écoliers Mang Quang ?
De Guernica et de la Pologne, qu’avons-nous appris ?
De Coventry, Stalingrad, Dresde, Nagasaki, Suez et Sakiet, qu’avons-nous appris ?
Que ce n’est vraiment pas si loin,
Ou qu’il n’est pas encore assez loin,
Ou que ça ne peut pas venir de si loin ?

Les parents ont pris les enfants dans leurs cercueils
Pour les porter aux soldats.
Ils ont été repoussés par les soldats
Et à Mang Quang, sont retournés les cercueils.

inviata da Marco Valdo M.I. - 24/12/2016 - 19:02



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org