Lingua   

Les aciéries

Marc Robine
Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

A l'enseigne du temps perdu
(Marc Robine)
Yellow Triangle
(Christy Moore)
Le braconnier
(Marc Robine)


[1990]
Parole e musica di Marc Robine
Nell’album intitolato “L’errance”

L’errance
Tout au nord du quartier ouest
Abritées par de hauts murs gris
Il y a les aciéries
Ou plutôt ce qu´il en reste
Car on ne voit plus de fumée
Au-dessus des cheminées
Plus de rumeurs de machines
Dans les couloirs de l´usine

Et les seuls bruits que j´entends
Ce sont les longues plaintes du vent
Qui se cogne dans le soir
Contre les murs sans mémoire

Accroché au grand portail
Il y a un écriteau
Dont la vieille peinture s´écaille
"Fermeture, plus de boulot"
Et on ne voit jamais d´enfants
Dans les ruelles du quartier
A peine quelques passants
Qui se hâtent de rentrer

Et les seuls bruits que j´entends
Ce sont les longues plaintes du vent
Qui se cogne dans le soir
Contre les murs sans mémoire

Quelques vieux, dans un café
Sur un tapis de cartes usé
Viennent à bout de leurs journées
A petits coups de blanc limé
Ils parlent comme sans y penser
A demi-mot, à demi-pleur
Des jeunes qui s´en sont allés
Ailleurs monnayer leur sueur

Et les seuls bruits que j´entends
Ce sont les longues plaintes du vent
Qui se cogne dans le soir
Contre les murs sans mémoire

Sur le faubourg, de temps en temps
Se glisse l´appel d´une cloche
Ça n´est jamais pour une noce
Y a plus que des enterrements
Alors, autour des tables en bois
Pour que les vides ne se voient pas
Ils parlent de se mettre à l´aise
Et ils espacent un peu les chaises

Et les seuls bruits que j´entends
Ce sont les longues plaintes du vent
Qui se cogne dans le soir
Contre les murs sans mémoire

Oh, les seuls bruits que j´entends
Ce sont les longues plaintes du vent
Qui se cogne dans le soir
Contre les murs sans mémoire

Tout au nord du quartier ouest
Abritées par de hauts murs gris
Il y a les aciéries
Ou plutôt ce qu´il en reste
Car on ne voit jamais d´enfants
Dans les ruelles du quartier
A peine quelques passants
Qui se hâtent de passer

Et les seuls bruits que j´entends
Ce sont les longues plaintes du vent
Qui se cogne dans le soir
Contre les murs sans mémoire

Oh, les seuls bruits que j´entends
Ce sont les longues plaintes du vent
Qui se cogne dans le soir
Contre les murs sans mémoire

inviata da Bernart Bartleby - 24/6/2014 - 20:28



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org