Lingua   

Les Souris et les Chats

La Chanson du Dimanche
Lingua: Francese

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

I gatti randagi
(Nomadi)
La queue du chat
(Les Frères Jacques)
Super Pouvoir d'achat
(La Chanson du Dimanche)


Les Souris et les Chats

Chanson française (Fable électorale) – Les Souris et les Chats – La Chanson du Dimanche – 2012
sur une idée originale de Thomas Douglas, fondateur de la sécurité sociale au Canada : “Mouse land”

La Chanson du Dimanche


Ah, Lucien l'âne mon ami, voici une chanson qui parle de souris, de chats et de leurs relations quelque peu tendues, le tout enveloppé dans un superbe emballage électoral. Dans cette histoire, tu le verras, c'est presque incroyable, les souris votent pour les chats. En gros, cette histoire électorale me rappelle la réalité de toutes les élections de l'histoire, avec des intensités différentes... Mais toutes et toujours débordent sur l'installation au pouvoir de gens qui, comme dit Léo Ferré... qui plaisent aux riches. Quand ce n'est pas le cas, on leur fait le coup du 11 septembre – un petit coup d'État, un Pinochet et hop, c'est reparti pour une séance de dictature.

Si je comprends bien, dit Lucien l'âne en clignant de ses yeux noirs d'avoir tant vu le soleil noir, si je comprends bien, quand les gens du peuple, les gens tout simplement, ont l'idée saugrenue d'élire – encore faut-il qu'il y en ait et que ce soit possible – des gens qui ne plaisent pas aux riches, des gens qui se rangent du côté des pauvres, des gens qui tiennent leurs promesses et n'en dérogent pas... Alors, le scénario est simple : soit, on les liquide purement et simplement et on installe une dictature de transition vers une « vraie démocratie ». ; soit, on les décrie, on les déconsidère, on les met en quarantaine, on les encercle, on les ruine, on les affame, on fait le blocus... On voit ça vingt fois, cent fois par an... partout dans le mond.

Donc, la chanson démontre une chose : les souris ont bien tort de voter pour les chats. L'ennui, c'est qu'elle en reste là. La chanson est assez juste quand elle parle de la « souris » qui propose de voter pour les souris, solution rejetée par les autres souris – toujours aussi myopes – qui accusent la malheureuse – qui avait el malheur d'être un peu logique – d'être communiste, terroriste... On connaît l'antienne, on l'a souvent entendue cette chanson... mais, il serait intéressant de poser la question : que se passerait-il si en effet, elles votaient pour des souris...

Mais, Marco Valdo M.I, mon ami, cela ne fait que déplacer la question... Tout simplement, dit l'âne Lucien, comme on l'a déjà souvent vu tout au travers de l'histoire, il se créerait une bande de souris, qui prenant goût aux privilèges et au pouvoir, engagerait sans doute des chats (pas beaucoup) pour les protéger, elles, leur pouvoir, leurs privilèges, leurs richesses... Et pour cela, elles iraient même jusqu'à passer des accords – tacites ou formels, peu importe – avec le pays des chats... Car tel est le vrai problème de la « démocratie » ... C'est qu'elle délègue le pouvoir, c'est-à-dire le droit de dominer, le droit de décider, les privilèges et les richesses qui s'ensuivent. Et qu'on soit chat ou souris... Une fois au pouvoir, il s'agit d'y rester...

À l'évidence, ce n'est pas là, la bonne solution. Du moins tant que durera la Guerre de Cent Mille Ans que les riches (chats, souris, hommes...) font aux pauvres pour garder et étendre leurs richesses, multiplier leurs profits, renforcer l'exploitation, et surtout, surtout, assurer leur domination – sans laquelle ils ne seraient rien... Le monde est malade de la richesse et cette maladie le ronge, le ronge jusqu'à en crever...

Et cela ne saurait tarder, du moins à l'échelle du temps planétaire. La vie de toutes les espèces, à commencer par celle de l'espèce humaine toute entière, risque bien de faire les frais de pareille avidité, de pareil infantilisme de la possession et de la domination. Résumons : la vie elle-même est en grand danger de disparaître si les hommes n'éliminent pas la richesse, le droit d'exploiter d'autres hommes, d'autres espèces et les ressources ultimes de la planète. Alors, pour sauver la vie sur terre, pour sauver l'espèce humaine de sa propre folie, il importe de mettre fin à ce cycle infernal de la Guerre de Cent Mille Ans et au vieux monde qui en découle. Alors, Marco Valdo M.I. mon ami, tissons sans relâche le suaire de ce vieux monde crachotant, maladif, égrotant et cacochyme

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
Il était une fois des souris
Qui avaient élu à leur tête
Une bande de chats tout gris
Qui avaient l’air plutôt honnêtes

La première loi des chats tout gris
Fut d’élargir les souricières
Pour pouvoir choper les souris
Sans se salir les pattes arrière

Et les souris ne comprenaient pas
Pourquoi la vie était devenue un enfer
Non les souris ne comprenaient pas
Pourquoi la vie était devenue un combat

Les souris toutes rabougries
Voulurent chasser les chats tout gris
Alors elles votèrent massivement
Pour une bande de chats tout blancs

La première loi des chats tout blancs
Qui avaient promis du changement
Fut d’élargir les souricières
Pour soulager leurs pattes avant

Et les souris ne comprenaient pas
Pourquoi la vie était devenue un enfer
Non les souris ne comprenaient pas
Pourquoi la vie était devenue un combat

Les souris élurent pour changer
Des chats moitié gris, moitié blancs
Elles appelèrent ça « cohabiter »
Quand une souris sortit du rang

” Pourquoi dit-elle élire des chats ?
On devrait élire des souris ! ”
Les autres lui dirent : ” Scélérat !
Sale communiste ! Va t’en d’ici ! ”

Et les souris ne comprenaient pas
Pourquoi la vie était devenue un enfer
Non les souris ne comprenaient pas
Pourquoi la vie était devenue un combat

Et les souris ne comprenaient pas
Pourquoi la vie était devenue un enfer
Non les souris ne comprenaient pas
Qu’elles se feraient manger tant qu’elles voteraient pour des chats !

inviata da Marco Valdo M.I. - 26/3/2012 - 14:14




Lingua: Italiano

Versione italiana di Lorenzo Masetti

cat-and-mouse
GATTI E TOPI

C'erano una volta dei topi
che avevano eletto alla loro testa
una banda di gatti tutti grigi
che avevano l'aria alquanto onesta

La prima legge dei gatti grigi
fu di allargare le trappole
per poter acchiappare i topi
senza sporcarsi le zampe di dietro

E i topi non capivano
perché la vita fosse diventata un inferno
No i topi proprio non capivano
Perché la vita fosse diventata una lotta

Allora i topi tutti delusi
vollero cacciare i gatti tutti grigi
E allora votarono in massa
per una banda di gatti tutti bianchi

La prima legge dei gatti tutti bianchi
che avevano promesso grandi cambiamenti
fu di allargare le trappole
per alleggerirsi le zampe davanti

E i topi non capivano
perché la vita fosse diventata un inferno
No i topi proprio non capivano
Perché la vita fosse diventata una lotta

I topi elessero per cambiare
Dei gatti mezzi grigi e mezzi bianchi
La chiamavano "coabitazione"
Quando un topo uscì dalla schiera

"Perché - disse - eleggere dei gatti ?
Bisognerebbe eleggere dei topi! "
Gli altri gli dissero "Scellerato!
Sporco comunista! Vattene di qui!"

E i topi non capivano
perché la vita fosse diventata un inferno
No i topi proprio non capivano
Perché la vita fosse diventata una lotta

E i topi non capivano
perché la vita fosse diventata un inferno
No i topi proprio non capivano
Che si faranno mangiare finché voteranno per dei gatti!

26/3/2012 - 21:32


iL CONVIENDRAIT AUSSI DE SE MÉFIER DES CHATS DÉGUISÉS EN SOURIS....

LUCIEN LANE

Lucien Lane - 27/3/2012 - 20:14





Versione greca di Gian Piero Testa
ΓΑΤΕΣ ΚΑΙ ΠΟΝΤΙΚΙΑ

Μια φορά κι έναν καιρό
κάποια ποντίκια ψηφήσανε
αρχηγούς τους μια συμμορία γκρίζες γάτες
που αρκετά τιμιές τους φαινότανε

Με τον πρώτο τους νόμον οι ολόγκριζες γάτες
θεσπίσανε πλατύτερες οι παγίδες να φτειαχτούν
για τα ποντίκια να πιαστούν
χωρίς να λερωθούν τα πίσω ποδάρια τους

Και τα ποντίκια δεν καταλαβαίνανε
γιατί η ζωή τους είχε γίνει κόλαση
'Οχι, τα ποντίκια δεν καταλαβαίνανε
γιατί η ζωή τους είχε γίνει μάχη

Τα ποντίκια απατημένα
αποφάσησαν να διώξουν τις γκρίζες γάτες
και τότε ψήφησαν μαζικά
μια συμμορία ολόασπρες γάτες

Με τον πρώτο τους νόμον οι ολόασπρες γάτες
που είχαν προαγγηλεί αλλαγή μεγάλη
θεσπίσανε πλατύτερες οι παγίδες να φτειαχτούν
για να μην κουραστούν τα μπροστινά ποδάρια τους

Και τα ποντίκια δεν καταλαβαίνανε
γιατί η ζωή τους είχε γίνει κόλαση
'Οχι, τα ποντίκια δεν καταλαβαίνανε
γιατί η ζωή τους είχε γίνει μάχη

Τότε ξανά τα ποντίκια ψηφήσανε
μια ομμάδα γάτες μεσόασπρες και μεσόγκριζες
με τρόπο που τον είπαν συνοίκηση
μα ένα ποντίκι βγήκε από μέσα στις γραμμές

«Γιατί παιδιά επιμένουμε να βρούμε γάτες;
kάλλιο να ψάξουμε ανάμεσα στα ποντίκια!»
«Τι λες ρε αλανιάρη - απαντήσανε τα άλλα
Φύγε από δω που 'σαι σκατοκομούνα!»

Και τα ποντίκια δεν καταλαβαίνανε
γιατί η ζωή τους είχε γίνει κόλαση
'Οχι, τα ποντίκια δεν καταλαβαίνανε
γιατί η ζωή τους είχε γίνει μάχη

Και τα ποντίκια δεν καταλαβαίνανε
γιατί η ζωή τους είχε γίνει κόλαση
'Οχι, τα ποντίκια δεν καταλαβαίνανε
πως ασταμάτητα θα φαούν
ως πότε θα ψηφήσουν γάτες!

inviata da Gian Piero Testa - 28/3/2012 - 10:36



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org