Lingua   

Révision

Gaston Couté
Lingua: Francese

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

Complainte des ramasseux d'morts
(Gaston Couté)
Au lieu d'un pauv petit pompon
(Gaston Couté)
Commune, espoir du monde
(Eugène Bizeau)


[1900?]
Divertente canzone sulla visita per l’arruolamento militare… “Se non mi hai visto il culo, eccolo qui!”.
Poesia sicuramente autobiografica, visto che proprio all’alba del secolo delle carneficine mondiali il libertario Gaston Couté scampò il servizio militare essendo prima arruolato con riserva e poi riformato…

Interpretata da Marc Ogeret nel suo “Chansons Contre (suite)” del 1980, rieditato in cd nel 1988.
Je suis à poil et cependant
Je ne suis pas chez ma voisine
Sur moi la toise en descendant
A fait un bruit de guillotine
Et voici monsieur le major
Être doux comme le tonnerre
Qui me palpe et me palpe encore
D'un geste de vétérinaire

Alors sans bouger le sourcil
Je me dis pendant ce temps-là
Si tu n'as pas vu mon cul le voici
Si tu n'as pas vu mon cul le voilà
Alors sans bouger le sourcil
Je me dis pendant ce temps-là
Si tu n'as pas vu mon cul le voici
Si tu n'as pas vu mon cul le voilà

Devant moi le nombril caché
Sous le tricolore bandage
Les maires témoins du marché
S'intéressent au marchandage
Œil sournois, œil terne et chassieux
Regard de veau, regard de fouine
Tous les regards de tous ces yeux
Courent sur moi comme vermine

Alors sans bouger le sourcil
Je me dis pendant ce temps-là
Si tu n'as pas vu mon cul le voici
Si tu n'as pas vu mon cul le voilà
Alors sans bouger le sourcil
Je me dis pendant ce temps-là
Si tu n'as pas vu mon cul le voici
Si tu n'as pas vu mon cul le voilà

Le gaillard n'est pas trop mal fait
Il a même une bonne tête
Comme aux comices le préfet
Admire aussi la belle bête
Et j'entends ce sacré major
Louanger ensuite à son aise
Un tout autre endroit de mon corps
Objet de gaieté bien française

Alors sans bouger le sourcil
Je me dis pendant ce temps-là
Si tu n'as pas vu mon cul le voici
Si tu n'as pas vu mon cul le voilà
Alors sans bouger le sourcil
Je me dis pendant ce temps-là
Si tu n'as pas vu mon cul le voici
Si tu n'as pas vu mon cul le voilà

La chair jeune de vingt ans
Qu'étalera fièvre ou bataille
Savez-vous que c'est épatant
Quand on la drague ou qu'on la taille
Et le morticole abrutis
Portant du velours sur la manche
Numérote mes abattis
Pour les lendemains de revanche

Alors sans bouger le sourcil
Je me dis pendant ce temps-là
Si tu n'as pas vu mon cul le voici
Si tu n'as pas vu mon cul le voilà
Alors sans bouger le sourcil
Je me dis pendant ce temps-là
Si tu n'as pas vu mon cul le voici
Si tu n'as pas vu mon cul le voilà

C'est la croix au dos du mouton
Il a dit "bon pour le service"
Un sergent vague écrit mon nom
Sur la liste des sacrifices
Eh ! l'homme aux manches de velours
Même quand on est militaire
Faut pas vendre la peau de l'ours
Avant qu'on ne l'ait mis par terre

Alors sans bouger le sourcil
Je me dis pendant ce temps-là
Si tu n'as pas vu mon cul le voici
Si tu n'as pas vu mon cul le voilà
Alors sans bouger le sourcil
Je me dis pendant ce temps-là
Si tu n'as pas vu mon cul le voici
Si tu n'as pas vu mon cul le voilà

inviata da Bartleby - 29/9/2010 - 11:37


A proposito di questa splendida canzone sulla visita militare, traggo questo aneddoto dal volumetto “Eugène Bizeau et Gaston Couté, deux poètes paysans anarchistes à la fin du 19ème siècle”, a cura di Michel Di-Nocera:

“[Couté] Il continue de se produire dans des cabarets où il provoque régulièrement quelques scandales… Lors d’un spectacle, à l’écoute du poème «Révision» - poème qu’aimait particulièrement Eugène Bizeau et qu’il fera mettre en musique par un ami compositeur [forse proprio Marc Ogeret, ndr] - un capitaine, alors se lève et s’insurge «Je rougis des paroles que vous prononcez contre l’armée !», ce à quoi Gaston Couté répond : «Le rouge va très bien aux militaires !». Au-delà de l’anecdote, cette situation n’arrangera pas les relations de Couté avec l’armée, qui par trois fois lui fait passer le Conseil de révision, duquel il ressort toujours réformé.”

Bernart Bartleby - 14/5/2015 - 14:19



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org