Lingua   

La Sedia Vuota

Talco
Lingua: Italiano

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

Terra Madre
(Maleducazione Alcolica)
L'ultima notte
(Skassapunka)
Perduto maggio
(Talco)


2006
Combat Circus

CombatCircus

"Di Che Guevara hanno parlato tutti, è diventata una tematica trita e ritrita, noi abbiamo cercato di adeguarla al concept album “Combat Circus”: l’idea del rivoluzionario che abbandona la poltrona politica per andare in contro a una vita dove gli ideali e i valori sono messi prima di ogni cosa, è ancora d’esempio in una società che tende ad abbandonare in un cassetto l’etica per un bieco arrivismo istituzionale. In Italia la sinistra istituzionale ha cercato di rivalutare personaggi come Craxi, condannati per corruzione nel periodo di Tangentopoli, di pari passo con una brama di potere che calpesta sempre più la gente comune. Gli scandali dovuti all’appoggio della sinistra (ex-sinistra) istituzionale a poco chiare scalate economiche nei gruppi bancari e non solo, è la dimostrazione più chiara di questa crisi di valori e ideali della società, che, invece di guardare a Craxi, avrebbe molti esempi del passato molto migliori da seguire."
Signori accorrete
Ho una storia da raccontare
Io piango sogni indignati
Non abbiate timor di me
I cieli non fanno la storia
È di un giorno vero che voglio parlare
Guardate giù nelle strade
Qui troverete i perché

Scomparso in nudi sentieri
Cammina per giorni e sere
Tra lamenti nel vuoto
Nel tormento e la povertà
Lo sdegno è un'idea che si accende
Tra macerie di false barriere
Ernesto ha sguardo sicuro
E cresce con la verità

Qui nelle città grida grida la gente
Ci han rapito con l'odio il sole della verità
Ma ditelo a chi ancora non sa
Qui c'è il pianto di un uomo morto per la libertà

E voi dall'alto che predicate
Annacquati da effimeri miti
Che svendete l'amore e la vita
Per le spoglie dell'idiozia
Il sogno piange i suoi figli
E non raccoglie ideali traditi
Cammina in mezzo alla gente lungo il sentiero dell'utopia

Ma il sole dov'è portatori di democrazia?
Vi hanno visto gettarlo nel fango lì con la nostra utopia
Noi gridiamo a voi, traditori della verità
Sopra un volo gettato nel fango si rialza la nostra città

inviata da Marco Valdo M.I. - 23/8/2010 - 23:43



Lingua: Francese

Version française - LA CHAISE VIDE – Marco valdo M.I. A – 2010
Chanson italienne – La Sedia Vuota – Talco – 2006

Regarde, Lucien l'âne mon ami, voici une chanson où l'on conte l'histoire d'un homme qui a tant cheminé, qui a parcouru des chemins déserts, montagneux... et qui fut assassiné... Il s'appelait Ernesto... Toi qui as suivi tant chemin sur les chemins déserts et montagneux... As-tu rencontré cet Ernesto, ce rêveur d'utopie... Qui peut-il bien être ?

Oh, mon ami Marco Valdo M.I., j'en ai parcouru des chemins montagneux et déserts... J'y ai rencontré toutes sortes de gens, des gens souvent bien pauvres, bien exploités, qui semblaient porter sur leur dos un monde de douleurs si immense...J'ai couru le monde, j'ai parcouru la terre, j'en ai vu des villes et des campagnes, j'en ai vu des plaines et des montagnes... J'ai entendu les plaintes de bien des peuples et, voici qui va t'intéresser, j'ai souvent entendu parler d'Ernesto... On dit qu'il était médecin, on dit qu'il était généreux, on dit – mais c'est peut-être une légende, qu'il était beau et bien d'autres choses encore... Ernesto parcourait les montagnes d'Amérique latine et il leur parlait de libération, de dignité et d'indépendance... de justice et de liberté aussi. On en a fait un héros, ce n'était pas ce qu'il cherchait. Il cherchait le bien. Il l'a trouvé, je l'ai vu dans ses yeux qui semblaient contenir tout le bleu du ciel. Il avait un surnom qui sautait d'une bouche silencieuse à une oreille avide de l'entendre... Ce n'était plus qu'un murmure, le prononcer était en certains lieux, en ceux où il fut réduit en lambeaux, extrêmement dangereux, c'était un murmure de résistance et il continue à courir le monde... L'Ernesto auquel je pense, était surnommé le Che.


Si je me souviens bien, lui aussi, à sa manière et au prix de sa vie, tissait le linceul de ce vieux monde avide et cacochyme...dit Marco Valdo M.I. Ora e sempre : Resistenza ! (Maintenant et toujorus : Résistance !) aurait pu être sa devise...


Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
LA CHAISE VIDE

Messeigneurs , accourez !
J'ai une histoire à vous conter
Je pleure des rêves indignés
N'ayez pas peur de moi
Les cieux ne font pas l'histoire
C'est d'un jour véridique que je veux parler
Regardez à terre dans les rues
Vous y trouverez le pourquoi.

Disparu dans des sentiers arides
Il chemine pendant des jours et des nuits
Au milieu de plaintes dans le vide
Dans le tourment et la pauvreté
L'indignation est une idée qui s'enfla mme
Parmi les débris des fausses barrières
Ernesto a le regard sûr
Et il grandit avec la vérité.

Ici dans les villes les gens crient, crient
On y a enlevé avec la haine, le soleil de la vérité
Mais dites-le encore à qui ne sait pas
Ici, il y a le chagrin d'un homme mort pour la liberté.

Et vous du haut qui prêchez
Amollis d'éphémères mythes
Qui bradez l'amour et la vie
Pour les dépouilles de l'idiotie
Mon rêve pleure ses fils
Et ne retrouve pas les idéaux trahis
Il marche parmi les gens le long des chemins de l'utopie.

Mais où est le soleil, porteurs de la démocratie ?
Nous vous avons vu le jeter dans la boue là avec notre utopie
Nous vous crions, traîtres de la vérité
Sur notre envolée jetée dans la boue, se redresse notre cité.

inviata da Marco Valdo M.I. - 23/8/2010 - 23:44



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org