Lingua   

Matteotti

Alessio Lega
Lingua: Italiano

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

Corso Regina Coeli
(anonimo)
Bella Ciao
(anonimo)
Bandiera rossa
(anonimo)


[Dicembre 2004]
Testo e musica di Alessio Lega
Lyrics and Music by Alessio Lega

"Malatesta"
released 13 March 2013
Credits:

Alessio Lega | voce
Rocco Marchi | pianoforte, eko tiger, pianet, synth
Andrea Faccioli | chitarre, banjo, autoharp
Francesca Baccolini | contrabbasso
Andrea Belfi | batteria, percussioni, fischi

giamat

"Mi attanaglia un dubbio che spesso attanaglia chi si ritiene in dissidio aperto e in lotta col suo tempo: Che fare? Penso a come si dovesse sentire un sincero antifascista nel 1937, col regime al pieno del consenso e -apparentemente- solidissimo. Al nostro antifascista viene in mente la figura di Giacomo Matteotti, uomo magari lontano dai suoi sentimenti rivoluzionari, ma uomo fiero nel sapere dire "no", anche quando questo "no" può costare la vita. Ed ecco che il nostro antifascista decide di chiamare suo figlio con quel nome che per lui ha il significato fondamentale di resistenza: vita-contro-morte. Giacomo. La resistenza comincia sempre da un atto di memoria viva. Per cominciare a fare è necessario ricordare." (a.l.)
Un vento scuro e ghiaccio
si fa dai Pirenei
strada fra fango e roccia
per arrivare a noi

Mi prende al collo e blocca
mi fa star zitto e duole
mi prende a calci in bocca
nel calco del dolore

E non c'è sogni che si spinga più in là del sonno
non c'è risveglio dall'incubo di tutt'attorno
non c'è ragione, non c'è follia o coraggio
non c'è viaggio che spinga il viso oltre l'oltraggio

Questo natale a casa
si giocherà a tresette
per far morir qualcosa:
l'inverno trentasette

E la miseria è un orlo
al bavero scucito
più scivoli e nel farlo
ti aggrappi all'impiantito

Così di fondo in fondo si va per acquiescenza
si smette d'essere uomini, si avanza nell'essenza
si smette l'aria, si smettono gli abiti usati
lo strazio delle libertà, gli stracci accumulati.

Disse mia moglie, "Aspetto
un figlio per quest'anno",
anima benedetta,
speranza nel'affanno...

Giacomo lui che viene:
che si chiamasse come...
"Giacomo mi sta bene,
Giacomo è un bel nome."

Così io quando chiamerò mio figlio a voce alta
ricorderò che c'era, che ci sarà ogni volta
qualcuno che con gli occhi fissi al buio triste
guarda la morte in faccia, la guarda e le resiste.

Così ogni volta che io a Giacomo in queste notti
di questi anni matti coi sogni che interrotti
nasconderò il nome di chi vive e muore
di amore della vita, di morte dell'amore.

"Piazza Montecitorio,
là ci sta una salita
presero Matteotti
e ci lasciò la vita."

inviata da CCG/AWS Staff - 11/5/2010 - 19:17



Lingua: Francese

Version française - Giacomo 1938 – Marco Valdo M.I. – 2010
Chanson italienne – Giacomo '38 (Matteotti) – Alessio Lega – 2010

« Un doute me tenaille qui souvent tenaille celui qui se trouve en conflit ouvert et en lutte avec son temps : Que faire ? Je pense à comment devait penser un antifasciste sincère en 1937, avec le régime bénéficiant d'un consensus maximum et – apparemment – très solide. À notre antifasciste venait à l'esprit la figure de Giacomo Matteotti, un homme peut-être loin des sentiments révolutionnaires, mais un homme fier qui savait dire « non », même si ce « non » devait coûter la vie. Et voilà que notre antifasciste décide d'appeler son fils de ce nom qui pour lui a le sens fondamental de résistance : vie contre mort. Giacomo. La résistance commence toujours par un acte de mémoire vive. Pour commencer à faire, il est nécessaire de rappeler. (a.l.)

Giacomo Matteotti : député socialiste italien, enlevé et assassiné par des sbires fascistes de Mussolini, le 10 juin 1924. Voici donc le fait dans sa brute réalité. Mais, vois-tu Lucien l'âne mon ami, cette chanson d'Alessio Lega, nous montre une autre manière de tisser le linceul de ce vieux monde pourrissant et cacochyme. Ici, un homme, un antifasciste sous le fascisme triomphant, donne le prénom de Giacomo à son fils qui va naître en 1938... Un enfant né sous le fascisme à son zénith, quand la grenouille se faisait plus grosse que le bœuf, quand le cochon ( voir Animal's farm) se prenait pour le lion, quand l'Impero se voyait installé pour mille ans … Lui donner ce prénom – in memoriam, c'était ancrer la résistance dans le cœur de l’être nouveau (Ora e sempre : Resistenza !). Ainsi, je connais un jeune garçon qui a dans ses prénoms celui de Buonaventura, en souvenir éclatant de Buenaventura Durruti Dumange, militant anarchiste mort à Madrid le 20 novembre 1936.

Dans le sens inverse, je veux dire a contrario, dit Lucien l'âne en faisant de grands yeux jubilatoires, je me souviens du film La vie est belle ! où les deux garnements de ce fasciste avec fez et gland sur la tête, ces deux sales gamins s'appelaient Adolf et Benito. D'où la joie qu'il y avait à les voir punir sévèrement par leur père à fez et gland sur la tête. Comme quoi, il y a des prénoms qu'il vaut mieux éviter de donner à ses enfants, même si ces pauvres prénoms n'y sont pour rien dans leur déchéance morale.

Tu as raison, Lucien l'âne mon ami, cette dimension morale est l'essence de toute civilisation qui vaille. Vouloir exclure cette dimension du fonctionnement du monde est une indignité majeure. Par exemple, si tu me comprends, dire que l'économie n'a rien à voir avec la morale, c'est-à-dire en clair qu'on ne peut introduire de règle morale dans le fonctionnement de l'économie, est en soi la première escroquerie qui permet toutes les autres. En fait, ce refus de la morale, ce refus d'une appréciation des actes fondée sur la morale, c'est le fondement du capitalisme. Il en va de même pour la raison d’État ou pour l'immunité que certains puissants revendiquent.... Et c'est là la source de la Guerre de Cent Mille Ans que les riches font aux pauvres, pour pouvoir étendre ad infinitum leur puissance et leur richesse.

C'est donc être moral que de défendre les pauvres et de dénoncer les riches...

En effet, Lucien l'âne mon ami, c'est bien cela. C'était d'ailleurs ce que faisait Giacomo Matteotti et ce pourquoi, ils l'ont assassiné.

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
GIACOMO 1938

Un vent obscur et glacial
Vient des Pyrénées
À travers boues et roches
Pour arriver jusqu'à nous.

Il m'attrape et me bloque le cou
Il me fait taire et souffrir
Dans la bouche, ses coups,
Impriment la douleur

Il n'y a plus de rêves qui surgit dans mon sommeil
Dans ce cauchemar, il n'y a plus de réveil
Il n'y a plus de raison, ni folie ni courage
Il n'y a pas de voyage qui pousse mon visage par delà l'outrage

Ce noël chez moi
On jouera à la trésette
Pour faire mourir
Cet hiver trente-sept

Et la misère est une limite
Au col décousu
Tu glisses de plus en plus
Et tu t'agrippes au plancher

Ainsi de fond en fond, on va par complaisance
On cesse d'être hommes, on avance dans l'essence
On oublie l'air, on perd ses habits usés
Les déchirures accumulées, le martyre de la liberté,

Ma femme dit : « J'attends
Un enfant cette année »,
Bonne âme,
Elle espère malgré l’anxiété...

Giacomo celui qui vient :
Qu'il s'appelle comme...
« Giacomo me va bien,
Giacomo est un beau nom. »

Ainsi quand j'appellerai mon fils à voix haute
Je rappellerai qu'il y avait, qu'il y aura chaque fois
Quelqu'un avec des yeux fixes dans le noir triste
Qui regarde la mort en face, la regarde et résiste.

Ainsi chaque fois qu'à Giacomo dans ces nuits
De ces années folles avec nos rêves interrompus
Je cacherai le nom de celui qui vit et meurt
D'amour de la vie, de mort de l'amour.

« Place Montecitorio*
Là où il y a une rampe
Ils prirent Matteotti
Et il y laissa la vie ».
* Piazza Montecitorio : place romaine où est situé le Parlement italien.

inviata da Marco Valdo M.I. - 13/5/2010 - 10:02


QUANDO VI CHIEDERANNO CHI ERA GIACOMO MATTEOTTI
targa distrutta


Questa notte, a Roma, hanno distrutto la targa in ricordo di Giacomo Matteotti, a pochi giorni dal Giorno della Memoria. Ricordare chi era è il più grande dispetto che possiamo fare all'ignoranza e agli imbecilli.

Il 10 giugno di una manciata d'anni fa uccisero Giacomo Matteotti. Qualche giorno prima, nell'aula della Camera, Matteotti aveva denunciato la violenza del Governo fascista, che utilizzava una milizia armata composta dai cittadini del suo stesso partito per condizionare il risultato delle elezioni.
Finito il suo discorso, rivolto ai suoi compagni, disse: "Io, il mio discorso l’ho fatto. Ora voi preparate il discorso funebre per me".
Il giorno dopo Mussolini scrisse sul "Popolo d'Italia" che la maggioranza era stata troppo paziente e che la mostruosa provocazione di Matteotti meritava qualcosa di più concreto di una risposta verbale.

E così siamo al 10 giugno 1924, ore 16:15.
Matteotti uscì di casa, a piedi. Percorse il lungotevere Arnaldo da Brescia, con l'intenzione di tagliare poi verso Montecitorio. Qui era ferma un'auto nera, elegante, con a bordo cinque persone. Appena lo videro gli balzarono addosso. Matteotti si divincolò e ne buttò uno a terra. Il terzo lo stordì con un pugno e gli altri due lo caricarono in macchina.
All'interno dell'auto scoppià una rissa e dall'abitacolo Matteotti riuscì a gettare il suo tesserino da parlamentare, che fu ritrovato, poi, da due contadini. A quel punto, nel trambusto della macchina, Giuseppe Viola estrasse un coltello e colpì Matteotti sotto l'ascella e al torace. Dopo alcune ore di agonia Giacomo Matteotti morì. I cinque assassini la sera raggiunsero la Macchia della Quartarella, un bosco nel comune di Riano a 25 km da Roma. Qui scavarono una buca con il cric dell'auto, e seppellirono il cadavere piegato in due. Poi tornarono a Roma e chiusero la macchina in un garage privato.

Velia Matteotti, la vedova, chiese che al funerale non fossero presenti esponenti del Partito Nazionale Fascista e della Milizia:
«Chiedo che nessuna rappresentanza della Milizia fascista sia di scorta al treno: nessun milite fascista di qualunque grado o carica comparisca, nemmeno sotto forma di funzionario di servizio. Chiedo che nessuna camicia nera si mostri davanti al feretro e ai miei occhi durante tutto il viaggio, né a Fratta Polesine, fino a tanto che la salma sarà sepolta. Voglio viaggiare come semplice cittadina, che compie il suo dovere per poter esigere i suoi diritti; indi, nessuna vettura-salon, nessun scompartimento riservato, nessuna agevolazione o privilegio; nessuna disposizione per modificare il percorso del treno quale risulta dall'orario di dominio pubblico».

Purtroppo come Giacomo Matteotti ne nascono pochi, e di fascisti troppi. Per questo ricordare non è un esercizio accademico, ma un politicissimo moto del cuore.

Saverio Tommasi

14/1/2017 - 00:32


QUAND ON VOUS DEMANDERA QUI ÉTAIT GIACOMO MATTEOTTI

Version française de Quando vi chiederanno chi era Giacomo Matteotti de Saverio Tommasi
plaque détruite


Cette nuit, à Rome, ils ont détruit la plaque en souvenir de Giacomo Matteotti, à quelques jours du Jour de la Mémoire. Se remémorer qui il était, est la plus grande réplique que nous pouvons offrir à l'ignorance et aux imbéciles.

Le 10 juin d’une année lointaine, fut assassiné Giacomo Matteotti.L jour précédent, à la Chambre, Matteotti avait dénoncé la violence du Gouvernement fasciste, qui utilisait une milice armée composée de citoyens de son propre parti pour manipuler le résultat des élections.

Son discours terminé, tourné vers ses camarades, il dit : « Moi, mon discours, je l'ai fait. Maintenant à vous de préparer mon discours funèbre ».

Le lendemain, Mussolini écrivit sur « Popolo d’Italia » que la majorité avait été trop patiente et que la monstrueuse provocation de Matteotti méritait quelque chose de plus concret qu’une réponse verbale.

Et ainsi nous arrivons au 10 juin 1924, à 16 h15.
Matteotti sortit de chez lui, à pied. Il parcourt le lungotevere Arnaldo di Brescia, avec l'intention de couper ensuite vers Montecitorio (siège du Parlement). Là, était stationnée une auto noire, élégante, avec à bord cinq personnes. Dès qu'ils le virent, ils lui sautèrent dessus. Matteotti se dégagea et il en jeta un à terre. Le troisième l'étourdit d’un coup de poing et les autres deux le chargèrent dans la voiture.

À l'intérieur de l'auto éclata une bagarre et de l'habitacle Matteotti réussit à jeter sa carte de parlementaire, qui fut retrouvée par deux paysans. À ce point, dans le remue-ménage de la machine, Giuseppe Viola sort un couteau et frappe Matteotti sous l'aisselle et au thorax. Après quelques heures d'agonie, Giacomo Matteotti meurt. Les cinq assassins rejoignent le soir la Macchia della Quartarella, un bois dans la commune de Riano à 25 km de Rome. Là, ils creusent un trou avec le cric de l'auto, et enterrent le cadavre plié en deux. Ensuite, ils rentrent à Rome et remisent la voiture dans un garage privé.

Velia Matteotti, la veuve du député, demanda qu’à l'enterrement ne soient pas présents des représentants du Parti National Fasciste et de la Milice :
« Je demande qu'aucune représentation de la Milice fasciste ne fasse escorte au train ; aucun soldat fasciste de quelque degré ou charge n’y paraisse, même pas sous la forme du fonctionnaire de service. Je demande qu'aucune chemise noire ne se montre devant le cercueil et mes yeux pendant tout le voyage, ni à Fratta Polesine, jusqu'à ce que le corps soit enterré. Je veux voyager comme simple citoyenne, qui accomplit son devoir pour pouvoir exiger ses droits ; dès lors, aucune voiture-salon, aucun compartiment réservé, aucune facilité, ni privilège ; aucune disposition pour modifier le parcours du train tel que prévu à l’horaire public ».

Malheureusement, il en naît peu comme Giacomo Matteotti , et trop de fascistes. C’est pourquoi, se remémorer n'est pas un exercise académique, mais mouvement du cœur très politique.

Marco Valdo M.I. - 14/1/2017 - 11:21


Se però vi chiederanno chi era, anzi chi è, Saverio Tommasi, bisognerebbe anche specificare che è il medesimo "sincero democratico" che, circa due anni e qualche mese fa (il 6 dicembre 2014 per la precisione), ha pubblicamente sparato a zero su degli antifascisti fiorentini che, in quartiere periferico della città, stavano tentando di impedire che si tenesse una iniziativa razzista dei nazisti di "Forza Nuova" convocata a Firenze dopo i fatti di Tor Sapienza. Tentativo terminato in scontri, manganellate, arresti e denunce, mentre i fascisti si ritiravano in una piazzetta di Peretola. Il buon Tommasi non perse l'occasione; del resto, l'antifascismo a chiacchiere sembra essere la sua riconosciuta specialità. Solo per specificare da parte di uno che ricorda un po', e che c'era.

Uno. - 14/1/2017 - 11:49



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org