Language   

Portella delle Ginestre

Ignazio Buttitta
Back to the song page with all the versions


OriginalVersion française – PORTELLA DELLE GINESTRE – Marco Valdo M.I....
PORTELLA DELLE GINESTREPORTELLA DELLE GINESTRE
  
Nta lu chianu dâ Purtedda chiusa a 'n menzu a ddu' muntagniSur le plateau de Portella enfermé entre deux montagnes
c'è 'na petra supra l'erba pi ricordu a li compagni.Il y a une roche sur l'herbe en mémoire des camarades
A l'addritta nni 'sta petra a lu tempu di li Fasci (1)À la droite de la roche aux temps des Faisceaux (siciliens)
un apostulu parrava di lu beni pi cu nasci.Un apôtre nous disait d'où provenait toute la richesse.
E di tannu finu a ora a Purtedda dâ GinestraEt depuis jusqu'aujourd'hui à Portella delle Ginestre
quannu veni 'u primu maggiu 'i cumpagni fannu festa...Quand vient le Premier Mai les camarades font la fête...
  
E Giulianu lu sapìa ch'era 'a festa di li poveri,Et Giuliano le savait que c'était la fête des pauvres
'Na jurnata tutta suli doppu tantu tempu a chiòviriUne belle journée de soleil après tant de pluie,
Cu ballava, cu cantava, cu accurdava li canzuniOn dansait, on chantait, on partageait les chansons
E li tavuli cunzati di nuciddi e di turrùni!Et les tables apprêtées avec les noisettes et les nougats !
  
Ogni asta di bannera, era zappa, vrazza e manuChaque hampe de drapeau était houe, bras et mains
Era terra siminata, pani càudu, furnu e granu.Était terre ensemencée, pain chaud, four et grain.
  
La spiranza d'un dumani chi fa 'u munnu 'na famigghiaL'espérance d'un lendemain qui ferait du monde une famille
La vidèvunu vicinu e cuntavunu li migghia,Il la voyait désormais tout près et ils en décomptaient déjà la distance,
l'uraturi di ddu jornu jera Japicu Schirò,L'orateur de ce jour était Jacopo Schirò,
dissi: « Viva 'u primu maggiu », e la lingua ci siccô.Dit à peine : “Vive le Premier Mai” et il resta sans voix.
  
Di lu munti 'i la Pizzuta ch'è l'artura cchiù vicinaDu mont de la Pizzuta le surplomb le plus proche
Giulianu e la so banna scatinô 'a carneficina.Giuliano et sa bande déchaînaient le massacre.
  
A tappitu e a vintagghiu,En tapis et en éventail
mitragghiavunu la gentiIls mitraillaient les gens
Comi fauci chi meticomme une faux qui moissonne
cu lu focu 'ntra li denti,Avec le feu entre les dents.
c'è cu cianci spavintatu,Celui-ci pleure épouvanté,
c'è cu scappa e grida ajutu,Celui-là s'échappe et crie au secours
c'è cu jetta 'i vrazza a l'ariaCelui-là lève les bras
a difìsa comu scutu..Invoquant une protection.
  
E li matri cu lu ciatu,Et les mères essoufflées
cu lu ciatu - senza ciatu:Avec leur souffle – mais sans plus aucun souffle
– Figghiu miu, corpu e vrazzaMon fils, (tu as) corps et bras
comu 'nchiommur' aggruppatu!Un emmêlement plombé !
  
Doppu un quartu di ddu 'nfernu, vita, morti e passioni,Après un quart d'heure de cet enfer, vie, mort et passion
'i briganti si nni jeru senza cchiù munizioni,Les bandits s'en sont allés faute de munitions
arristàr a menzu ô saŋŋu e 'ntà l'erba di lu chianu,Restèrent au milieu du sang et de l'herbe du plateau
vinti morti, puvireddi, chi vulìanu un munnu umanu..Vingt morts, les pauvres, qui voulaient un monde humain.
E 'nta l'erba li ciancèru matri e patri agginucchiati,Et dans l'herbe les pleurèrent mères et pères à genoux
cu li lacrimi li facci ci lavàvunu a vasàti.Qui les baisaient leur lavaient le visage de leurs larmes
  
Epifania Barbatu, cu lu figghiu mortu 'nterra dici:Epifania Barbato, à terre, à côté de son fils mort dit :
« A li poveri, puru ccà, ci fannu a guerra... »« Aux pauvres jusqu'ici ils font la guerre... »
Mentri Margarita la Glisceri, ch'era ddà cu cincu fìgghiMargherita La Glisceri qui était là avec ses cinq fils
arristô morta ammazzata, e 'nto ventri avea 'u sestu figghiu...Et dans son ventre, avait le sixième... avait été touchée à mort
  
'A 'ddu jornu, fu a Purtedda, cu ci va doppu tant'anni,Depuis ce jour, à Portella, celui qui y retourne après tant d'années
vidi morti 'n carni e ossa, testa, facci, corpa e jammi,Voit les morts en chair et en os, tête, visage et jambes,
vivi ancora, ancora vivi e 'na vuci 'n celu e 'n terra,Vivre encore, encore vivants et peut entendre une voix entre ciel et terre
e 'na vuci 'n celu e 'n terra: O justizia, quannu arrivi?Qui crie : Ô Justice, quand donc arriveras-tu ?
O giustizia, quannu arrivi?!!Ô Justice, quand donc arriveras-tu ?


Back to the song page with all the versions

Main Page

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org