Lingua   

Chanson pour l'auvergnat

Georges Brassens
Pagina della canzone con tutte le versioni


OriginaleVersione catalana di Miquel Pujadó dal suo disco “Pujadó can...
CHANSON POUR L'AUVERGNATCANÇÓ PER A UN CAMPEROL
  
Elle est à toi cette chansonÉs per a tu, aquesta cançó.
Toi l´auvergnat qui sans façonTu, el camperol d’aquell racó,
M´as donné quatre bouts de boisque vas donar-me fusta, quan
Quand dans ma vie il faisait froidel fred ja m’estava gelant.
Toi qui m´as donné du feu quandTu, que em vas escalfar les mans
Les croquantes et les croquantsquan els ganàpies dels voltants
Tous les gens bien intentionnés‎-la gent com cal, gent de diner-
M´avaient fermé la porte au nezm’havien deixat al carrer.
Ce n´était rien qu´un feu de boisNo va ser un foc gaire brillant
Mais il m´avait chauffé le corps‎-sols un grapat de branquillons-
Et dans mon âme il brûle encorep’rò m’espurneja encara al fons
A la manièr´ d´un feu de joietalment un foc de Sant Joan.
Toi l´auvergnat quand tu mourrasTu, el camperol, quan moriràs,
Quand le croqu´mort t´emporteraquan cap Enllà te n’aniràs,
Qu´il te conduise à travers cielque el qui t’enterri, per poc preu,
Au père éternelet dugui fins ‘Déu.
Elle est à toi cette chansonÉs per a tu, aquesta cançó.
Toi l´hôtesse qui sans façonTu, la mestressa del racó,
M´as donné quatre bouts de painque em vas donar un crostó de pa
Quand dans ma vie il faisait faimdesprés de temps de dejunar,
Toi qui m´ouvris ta huche quandi em vas obrir el teu rebost, quan
Les croquantes et les croquantstots els ganàpies del voltant
Tous les gens bien intentionnés‎-la gent com cal, de dret camí-
S´amusaient à me voir jeûnerfruïen en veure’m sofrir.
Ce n´était rien qu´un peu de painNo fou res més que un poc de pa,
Mais il m´avait chauffé le corpsp’rò va saber escalfar-me el cor,
Et dans mon âme il brûle encorei em nodrirà fins a la mort
A la manièr´ d´un grand festincom una mena de mannà.
Toi l´hôtesse quand tu mourrasMestressa, quan tu moriràs,
Quand le croqu´mort t´emporteraquan cap Enllà te n’aniràs,
Qu´il te conduise à travers cielque el qui t’enterri, per poc preu,
Au père éternelet dugui fins ‘Déu.
Elle est à toi cette chansonÉs per a tu, aquesta cançó.
Toi l´étranger qui sans façonTu, l’estranger d’aquell racó,
D´un air malheureux m´as sourique em vas somriure un xic dolgut
Lorsque les gendarmes m´ont prisquan se’m van endur detingut.
Toi qui n´as pas applaudi quandTu, que no vas picar de mans
Les croquantes et les croquantsquan els ganàpies dels voltants
Tous les gens bien intentionnés‎-la gent com cal, tot el ramat-
Riaient de me voir emmenerse’n reien, de veure’m lligat.
Ce n´était rien qu´un peu de mielNo fou res més que un poc de mel,
Mais il m´avait chauffé le corpsp’rò va saber escalfar-me el cor,
Et dans mon âme il brûle encorei hi brillarà fins a la mort
A la manièr´ d´un grand soleilcom brillen els astres al cel.
Toi l´étranger quand tu mourrasTu, l’estranger, quan moriràs,
Quand le croqu´mort t´emporteraquan cap Enllà te n’aniràs,
Qu´il te conduise à travers cielque el qui t’enterri, per poc preu,
Au père éternelet dugui fins ‘Déu.‎


Pagina della canzone con tutte le versioni

Pagina principale CCG


hosted by inventati.org