Language   

Clergue si fan pastór

Pèire Cardenal
Back to the song page with all the versions


OriginalTraduzione francese dal sito dedicato a Pèire Cardenal‎
CLERGUE SI FAN PASTÓRLES CLERCS SE DONNENT POUR PASTEURS
  
Clergue si fan pastórLes clercs se donnent pour pasteurs
E son aucizedór;et ils sont criminels.
E par de gran sanctórIl y a apparence de grande sainteté
Qui los vei revestir,pour celui qui les voit revêtir l'habit,
E-m pren a soveniret il me prend à me souvenir
Que n'Ezengris, un día,que maître Ysengrin, un jour,
Volc ad un parc venir:voulut venir en un parc :
Mas pels cans que temíamais à cause des chiens qu'il craignait
Pel de mouton vesticil endossa une peau de mouton
Ab que los escarnic,grâce à quoi il les berna,
Puois manget e traïcpuis il mangea et ingurgita
Tot so que li-abelic. ‎tout ce qui lui plut.‎
  
Rei e emperador,Rois et empereurs,
Duc, comte e comtorducs, comtes et comtors
E cavalier ab loret avec eux les chevaliers
Solon lo mon regir;comme il était d'usage, régentaient le monde.
Ara vei possezirAujourd'hui je vois que la souveraineté
A clers la seinhoríaest en la possession des clercs
Ab tolre e ab traïravec le vol et la trahison.
E ab ypocrezía,avec l'hypocrisie,
Ab forsa e ab prezic;avec la violence et la prédication.
E tenon s'a fasticEt ils tiennent pour intolérable
Qui tot non lor o gicqu'on ne leur cède pas tout
E sera, quan que tric. ‎et il en sera ainsi, quoi qu'il tarde.‎
  
Aissi can son majorPlus ils sont puissants,
Son ab mens de valormoins ils ont de valeur,
Et ab mais de follor,mais plus de folie,
Et ab meins de ver diret moins de véracité,
Et ab mais de mentir,plus de mensonge,
Et ab meins de paríaet moins d' amitié,
Et ab mais de faillir,plus de manquement,
Et ab meins de clerzía.et moins d'instruction.
Dels fals clergues o dic:Des faux clercs je dis ceci :
Que anc hom non auzicque jamais je n'ai entendu parler
A Dieu tant enemicde personne si ennemi de Dieu
De sai lo tems antic. ‎depuis le temps ancien.‎
  
Can son en refreitorQuand je suis invité en un réfectoire
No m'o tenc ad honor,je ne tiens pas cela pour un honneur,
C'a la taula aussorcar à la plus haute table
Vei los cussons assirje vois les coquins s'asseoir
E premiers s'escaussir.et les premiers se servir .
Aujas gran vilanía:Écoutez une grande vilenie
Car i auzon venirc'est qu'ils osent y venir
Et hom no los en tría.et que personne ne les en écarte.
Pero anc non lai vicPourtant jamais je ne vis là
Paubre cusson mendicpauvre coquin mendiant
Sezen laz cusson ric:s'asseoir près d'un riche coquin
D'aitan los vos esdic. ‎de cela du moins, je disculpe les clercs. ‎
  
Ja non aion paorQu'ils ne craignent point
Alcais ni Almansorles petits caïds ou les grands sultans
Que abat ni priorque les abbés ou les prieurs
Los anon envaziraillent un jour les attaquer
Ni lor terras sazir,ou s'emparer de leurs terres,
Que afans lor sería;car ce serait pour eux une besogne trop pénible.
Mas sai son en cossirC'est ici que sont leurs préoccupations:
Del mon consi lor síasavoir comment le monde pourra être leur
E com en Fredericet comment ils auraient pu chasser le seigneur Frédéric
Gitesson de l'abric:hors de son asile
Pero tals l'aramic‎- pourtant tel l'attaqua
Qui fort no s'en jauzic. ‎qui n'eut fort à s'en réjouir! – ‎
  
Clergue, qui vos chauzicClercs, celui qui crut vous voir
Ses fellon cor enicsans un cœur traître et mauvais
En son comte faillic,se trompa sur votre compte,
C'anc peior gent non vic. ‎car jamais pire engeance je ne vis.‎


Back to the song page with all the versions

Main Page

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org