Lingua   

Le roi Renaud [La mort du roi Renaud; Quand Renaud de guerre revint]

anonimo
Pagina della canzone con tutte le versioni


OriginaleVersione a ballata scozzese del XVI-XVII secolo di Riccardo Venturi 17 agosto 2005
LE ROI RENAUD [LA MORT DU ROI RENAUD; QUAND RENAUD DE GUERRE REVINT]KYNGE RENAWDES HAMECAMYNG FRAE WARRE
  
Le roi Renaud de guerre vintKynge Renawde frae War came hame
tenant ses tripes dans ses mains.Hys Guttes houdan in hys Handes.
Sa mère était sur le créneauHys Mither stoode att her Bowers Window
qui vit venir son fils Renaud.Spyed her Sonne Renawde a-cumman.
  
- Renaud, Renaud, réjouis-toi!Renawde, Renawde cheere in Rejoycyng!
Ta femme est accouché d'un roi!Thy Wyffe is wyth Chylde of a Kynge!
- Ni de ma femme ni du filsAlas, bit nouther for Sonne and Wyffe
je ne saurais me réjouir.Can I rejoyce in cheeryng sweete.
  
Allez ma mère, allez devant,Gae then my Mither, gae thou in Haste,
faites-moi faire un beau lit blanc.and mak my Bedde baith safte and white!
Guère de temps n'y resterai:Schort Tymme haue I for to rest there,
à la minuit trépasserai.By Midnichte am I to passe awa'.
  
Mais faites-le moi faire ici-basBit haue thy Bedde made doun here,
que l'accouchée n'l'entende pas.thy pregnaunt Wyffe so maun not heare.
Et quand ce vint sur la minuit,An whan the Nychte war waye vp mete
le roi Renaud rendit l'esprit..Kynge Renawde hee turnit a Ghoste.
  
Il ne fut pas le matin jourNot had ybroke the Morn to Daune,
tous les valets pleuraient très tous.an a' the Seruaunts were a-weepynge,
Il ne fut temps de déjeuneran' by the Howre of Meale-Eatynge
que les servantes ont pleuré.the Maydens a' wer crying in the ha'.
  
- Mais dites-moi, mère, m'amie,Now telle mee my Mither deire,
que pleurent nos valets ici ?Quhy gar a' owre Servaunts wepe sae luid?
- Ma fille, en lavant nos chevauxDochter, a-laugan owr Horsses
ont laissé noyer le plus beau.They garde the ffyneste droune.
  
- Oh pourquoi donc, mère m'amie,Now telle mee o Mither sae deire,
pour un cheval pleurer ainsi ?is a' this Wepynge for ae Horsse?
Quand Renaud reviendra,Whan Renawde sa' cume hame
plus beaux chevaux ramènera.heele brynge the ffyneste Steides.
  
- Et dites-moi, mère m'amie,An telle mee o Mither sae deire,
que pleurent nos servantes ici ?Quhy gar a' owre Maydenes wepe sae luid?
- Ma fille, en lavant nos linceuls [1]Dochter, a-laugan owre Linen
ont laissé aller le plus neuf.they garde the neweste gae.
  
- Oh pourquoi donc, mère m'amie,Now telle mee o Mither sae deire,
pour un linceul pleurer ainsi ?is a' this Wepynge for ae Pys o' Linen?
Quand Renaud reviendra,Whan Renawde sa' cume hame
plus beau linceul ramènera.heele brynge the ffyneste Hollan!
  
- Ah, dites-moi, mère m'amie,An telle mee o Mither sae deire,
Qu'est-ce que j'entends cogner ici ?Wha bee a' these Slaughs I do heare?
- Ma fille, ce sont les charpentiersDochter, itt is bit the Carpyntere
Qui raccommodent le plancher.a-fittan the Flvre as thou can heare.
  
- Ah ! Dites-moi, mère m'amie,Now telle mee o Mither sae deire,
Pourquoi les cloches sonnent ici ?Quhy are a' these Clockes a-ringan?
- Ma fille, c'est la processionDochter, itt is bit the holy Processyoun
Qui sort pour les rogations. [2]a-gand a' around ffor Rogacyoun.
  
- Mais, dites-moi, mère m'amie,An telle me nowe o Mither sae deire,
C'est que j'entends chanter ici ?Wha is a' this Syngyng that I do heare?
- Ma fille, c'est la processionDochter, itt is bit the holy Processyoun
Qui fait le tour de la maison.a gand a' around and around owre Huis.
  
Or quand ce fut passé huit jours,Eicht Dayes, eicht Dayes had barely gaed
A voulut faire ses atours.Whan shee woud make vp to the Nynes
Or, quand ce fut pour relever,Tymme was cum for her to gyue Byrthe
à la messe elle voulut aller,an shee longit for the Mass to heare.
  
- Mais dites-moi, mère m'amie,Bit telle mee now o Mither sae deire,
quel habit mettrai-je aujourd'hui ?Wilk Attyre am I to-daye to dress in?
- Mettez le blanc, mettez le gris,O tak the whyte, o tak thou the grey,
mettez le noir pour mieux choisir. [3]O tak the swarte gin yee chvse best.
  
- Mais dites-moi, mère m'amie,Now telle mee o Mither sae deire,
qu'est-ce que ce noir-là signifiewha sall itt stand a' this swarte ffor?
- A femme relèvant d'enfant,To a Wyfman gaend to gyue Byrthe
le noir lui est bien plus séant. [4] [5]is Swart ffar an ffar the beste Colour.
  
Mais quand elles fut parmi les champs,Bitt as they yode acrosse the Fieldes
Trois pastoureaux allaient disant :Thre Schepherds yode an sayde sae
- Voici la femme du seignour [6]Heres the Wyffue o' that gentyll Laird
Que l'on enterra l'autre jour !wee toke an buryit a yesteren Day!
  
- Ah ! Dites-moi, mère m'amie,Now telle mee o Mither sae deire,
Que disent ces pastoureaux-ci ?wha gar these Schepherdes saye?
- Il disent de presser le pas,They saye wee maun mak haste an rin
Ou que la messe n'aura pas.gin wee wull nae the Holy Mass misse.
  
Or quand elle fut dans l'église entrée,An whan shee steppit into the Kyrke
un cierge on lui a présenté.shee was handit a Kendyll o' Waxe.
Aperçoit en s'agenouillantAn whan for Prayer shee fe' doun on her Knies
la terre fraîche sous son banc.Shee felte the Earthe shiver vndir her Benke.
  
- Ah ! Dites-moi, mère m'amie,Now telle me o Mither sae deir,
pourquoi la terre est rafraîchie?Quhy gars the Earthe shiver sae strang?
- Ma fille, ne puis plus vous celer, [7]Dochter, itt is Tymme now to tell thee
Renaud est mort et enterré.Renawde is deid an buryit ffor lang.
  
Puisque le roi Renaud est mort,Syn Kynge Renawde is buryit an deid
voici la clé de mon trésor.heres the Lutyll to a' my Gowd an Rynges.
Voici mes bagues et mes joyaux,O tak a' my Rynges o tak a' my Joyes
prenez bien soin du fils Renaud.O tak a' thy Care foor Renawdes Sonne.
  
Terre, ouvre-toi, terre fends-toi,O Earth, oppen wide, o Earth berst in twa
que j'aille avec Renaud, mon roi!lett mee rejoyne Renawde my Kynge!
Terre s'ouvrit, et se fendit,An Earth opnit wide an Earth barst in twa
et ci fut la belle engloutie.an sae was a' that beautë engoulfryt.
NOTE al testo originale
NOTES au texte original

(da/d'après cette page)

[1] linceul : drap dans lequel on enterrait les morts mais auparavant un grand drap de toile, ce qui explique la broderie (on brode rarement un linceul !)

[2] rogations : prières publiques et processions faites pendant les trois jours qui précédaient l'Ascension, pour attirer sur les champs la bénédiction du Ciel.

[3] relevailles : le sang était impur aussi une femme ayant accouchée devait accomplir certains rites à l'église pour se purifier, elle relevait de couches (la même exclusion frappait les femmes lors des règles) - inutile de dire que la position de l'Eglise a énormément évoluée et changée !

[4] rime gris/choisir : en ancien français, ça rimait !

[5] séant : décent, convenable.

[6] seignour : forme locale et ancienne de seigneur (conservée ici sans doute pour la rime).

[7] celer : cacher, taire.

Une dernière remarque : on n'enterrait guère dans les églises que des hauts prélats, des moines et des seigneurs (par la suite des bourgeois riches). Comme l'église doit être celle du village qui dépend du château (à moins qu'il ne s'agisse de la chapelle du château) la demande de la femme de Renaud a quelque chose d'incongru, car normalement elle doit se douter de la réponse.


Pagina della canzone con tutte le versioni

Pagina principale CCG


hosted by inventati.org