Lingua   

Le Déserteur

Boris Vian
Pagina della canzone con tutte le versioni


OriginaleGRECO ANTICO (CLASSICO) / ANCIENT (CLASSICAL) GREEK / GREC ANCIEN...
LE DÉSERTEURTOU LEIPŌSTRATIŌTOU AĬSMATION
hypò toû Borisíou Ouiàn poiēthén
Monsieur le Président,
Je vous fais une lettre
Que vous lirez, peut-être,
Si vous avez le temps.
Je viens de recevoir
Mes papiers militaires
Pour partir à la guerre
Avant mercredi soir.
Monsieur le Président,
Je ne veux pas la faire!
Je ne suis pas sur terre
Pour tuer des pauvres gens...
C'est pas pour vous fâcher,
Il faut que je vous dise:
Ma décision est prise,
Je m'en vais déserter.
Ô kýrioi árkhontes
epistolèn pròs hymâs gráphō
hèn tákh’àn anagnóiēte
èi hymîn hikanòs khrónos génoito.
Prosetáxat’emòi gàr
diarrhédēn hōs polítēĭ
óikothen synekhôs
epì stratéian exelthêin,
ô árkhontes, all’egò
tèn stratéian apoptýō,
ek mētròs ou gégona
ptōkhôn sphagéus
emè di’orgês ékhousin
árkhousi dêi tâuta légein,
perì hemautoû ebouleusámēn
tèn stratéian lipêin.
Depuis que je suis né
J'ai vu mourir mon père,
J'ai vu partir mes frères
Et pleurer mes enfants;
Ma mère a tant souffert,
Elle est dedans sa tombe
Et se moque des bombes
Et se moque des vers.
Quand j'étais prisonnier
On m'a volé ma femme,
On m'a volé mon âme
Et tout mon cher passé...
Demain de bon matin
Je fermerai ma porte.
Au nez des années mortes
J'irai sur les chemins.
Ek páidōn heórōn mèn
toû patròs tòn thánaton
tôn adelphôn tèn éxodon
tôn páidōn tà dákrya,
hē métēr dè tós’épathe
hôst’en tôĭ táphōĭ keiménē
tôn pyrobolôn katatolmâĭ
kài skōlékōn katagelâĭ,
aikhmalótou óntos moi
tèn gynâika éklepsan
kaì syn autêĭ tèn psykhén
kài pánth’hósa en tôĭ bíōĭ,
áurion órthrou bathéos
tês oikías thýran apoklêisas
toùs prìn khrónous pántas
óikothen poréuō
Je mendierai ma vie
Sur les routes de France,
De Bretagne en Provence
Et je dirai aux gens:
Refusez d'obéir!
Refusez de la faire!
N'allez pas à la guerre,
Refusez de partir.
S'il faut donner son sang,
Allez donner le vôtre!
Vous êtes bon apôtre,
Monsieur le Président...
Si vous me poursuivez,
Prévenez vos gendarmes
Que je n'aurai pas d'armes
Et qu'ils pourront tirer.
Tèn d’ephémeron trophèn
katà tèn khóran metaitésō
kài eis tèn Pelopónnēson
pâsi tâuta poreuómenos léxō,
ananéusete hypakoúsesthai
tôis hymîn epì stratéian
exelthêin prostáttousin
kài óikothen porêusai,
àn oûn khrêĭ hâima khêin
hymôn khêite, ô ándres,
par’hymôn gàr
ou prosdokô
hypókrisin toiáutēn,
all’àn dióxēté me tóinyn
tóth’héipete tôĭ astynómōĭ
hōs kalós eimi hoplítēs
kài hymâs amynoûmai.


Pagina della canzone con tutte le versioni

Pagina principale CCG


hosted by inventati.org