Lingua   

Le Déserteur

Boris Vian
Pagina della canzone con tutte le versioni


OriginaleGENOVESE / GENOESE - Paolo Bosso / Buio Pesto
LE DÉSERTEURO DISERTÔ
Monsieur le Président,
Je vous fais une lettre
Que vous lirez, peut-être,
Si vous avez le temps.
Je viens de recevoir
Mes papiers militaires
Pour partir à la guerre
Avant mercredi soir.
Monsieur le Président,
Je ne veux pas la faire!
Je ne suis pas sur terre
Pour tuer des pauvres gens...
C'est pas pour vous fâcher,
Il faut que je vous dise:
Ma décision est prise,
Je m'en vais déserter.
In pinn-a facoltæ, Egregio Prescidente,
ghe scrivo a presente, che spero scia a lezzià.
A cartolinn-a chi, me dixe tæra tæra,
che devo anâ a fâ a guæra, quest'atro lunedì.
Ma mi no staggo chi, Egregio Prescidente,
pé ammassâ da-a gente, ciù o meno comme mì.
Mì no ghe l'ho con lé, g'ho diggo pè inciso,
ma sento che ho deciso, e che mì disertiò.
Depuis que je suis né
J'ai vu mourir mon père,
J'ai vu partir mes frères
Et pleurer mes enfants;
Ma mère a tant souffert,
Elle est dedans sa tombe
Et se moque des bombes
Et se moque des vers.
Quand j'étais prisonnier
On m'a volé ma femme,
On m'a volé mon âme
Et tout mon cher passé...
Demain de bon matin
Je fermerai ma porte.
Au nez des années mortes
J'irai sur les chemins.
Ho avuo solo di-i guai da quande son nasciuo,
e i figgi ch'ho cresciuo, han ciænto insemme a mì.
Mé moè e anche me poè, ormai son sotto tæra
e a loiatri de stà guæra, no ghe ne pêu fregà.
Quand'ea prexonê, qualcun o m'ha arröbou,
a mæ sposa e o mæ passou, a mæ ciù bella etæ.
Doman mì me issiò, e poi serriò a porta
in sci-a stagion zâ morta e poi m'incamminiò.
Je mendierai ma vie
Sur les routes de France,
De Bretagne en Provence
Et je dirai aux gens:
Refusez d'obéir!
Refusez de la faire!
N'allez pas à la guerre,
Refusez de partir.
S'il faut donner son sang,
Allez donner le vôtre!
Vous êtes bon apôtre,
Monsieur le Président...
Si vous me poursuivez,
Prévenez vos gendarmes
Que je n'aurai pas d'armes
Et qu'ils pourront tirer.
Viviò de caitæ in sci-e stradde de Spagna,
de França e de Bretagna e a tutti mì criò,
de no partì mai ciù, e de no obbedì,
de no anâ a moî, pé no l'importa chi.
E dunca se servià, do sangue ad ogni costo,
anæ a daghe o vostro, se a cosa vé piaxà.
Sci-a digghe pure ai sò, se vegnan a çercame,
che peuan anche sparame, mi armi no ghe n'ho.


Pagina della canzone con tutte le versioni

Pagina principale CCG


hosted by inventati.org