Language   

Le Déserteur

Boris Vian
Back to the song page with all the versions


OriginalSARDO / SARDINIAN / SARDE [2] - Francesco Frau
LE DÉSERTEURSU DISERTORE
Monsieur le Président,
Je vous fais une lettre
Que vous lirez, peut-être,
Si vous avez le temps.
Je viens de recevoir
Mes papiers militaires
Pour partir à la guerre
Avant mercredi soir.
Monsieur le Président,
Je ne veux pas la faire!
Je ne suis pas sur terre
Pour tuer des pauvres gens...
C'est pas pour vous fâcher,
Il faut que je vous dise:
Ma décision est prise,
Je m'en vais déserter.
Mi pigo cunfidentzia
e bi imbio sa presente,
illustre presidente
dda lezat cun cussentzia.
Oe mi est arribau
s'ordine de pretzettu
de lassare onnia affettu
seo in gherra richiamau.
Zeo rispondo como
egregiu presidente
po ochire atera zente
non mi movo de 'omo.
Cun sambene e suòre
tribballo custa terra
non b'ando a cussa gherra
fatzo su disertore.
Depuis que je suis né
J'ai vu mourir mon père,
J'ai vu partir mes frères
Et pleurer mes enfants;
Ma mère a tant souffert,
Elle est dedans sa tombe
Et se moque des bombes
Et se moque des vers.
Quand j'étais prisonnier
On m'a volé ma femme,
On m'a volé mon âme
Et tout mon cher passé...
Demain de bon matin
Je fermerai ma porte.
Au nez des années mortes
J'irai sur les chemins.
Dae cando seo naschìu
apo solu peleau
tres fizos allevau
cun megus an'patìu.
Babbu paris cun mama
che suni sutta 'e terra
a issos custa gherra
no binde ‘atit fama.
Seo istau in prisonia
e cando seo torrau
luttos ap'agattau
in sa famillia mia.
Totu mi ch'ant furau
benes e propiedade(s)
sa mia dinnidade
e a pobidda mia.
Je mendierai ma vie
Sur les routes de France,
De Bretagne en Provence
Et je dirai aux gens:
Refusez d'obéir!
Refusez de la faire!
N'allez pas à la guerre,
Refusez de partir.
S'il faut donner son sang,
Allez donner le vôtre!
Vous êtes bon apôtre,
Monsieur le Président...
Si vous me poursuivez,
Prévenez vos gendarmes
Que je n'aurai pas d'armes
Et qu'ils pourront tirer.
Chitzo cras manzanu
in domo frisco totu
zeo mi ‘etto a mortu
e mi ch'ando lontanu.
Mi ch'ando a pedire
in sas biddas de Ispagna,
de Frantza e de Bretagna
sa zente ap’a avvertire.
A no ponner in mente
a no andare a fagher gherra
de lassare sa cuntierra
e a non bochire zente.
Si sàmbene chéries
semper a d’onnia costu
bogàe-che su ‘ostru
ca meda nde tenìes.
E si m’ais a agatare
inue mi seo cuau
zeo seo disarmau
mi podìes isparare.


Back to the song page with all the versions

Main Page

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org