Lingua   

A Giordano Bruno

Giuseppe Di Modugno
Lingua: Italiano

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

In lode de l'asino
(Giordano Bruno)
La Charrette
(Marco Valdo M.I.)
Anima Mundi (a Giordano Bruno)
(Massimiliano Larocca)


Testo di Giuseppe Di Modugno
Musica e arrangiamento di Giuseppe Mereu
Canta Doc Pippus

Giordano Bruno


Filippo Bruno, noto con il nome di Giordano Bruno (Nola, 1548 – Roma, 17 febbraio 1600), è stato un filosofo, scrittore e frate domenicano italiano vissuto nel XVI secolo. Il suo pensiero, inquadrabile nel naturalismo rinascimentale, fondeva le più diverse tradizioni filosofiche - materialismo antico, averroismo, copernicanesimo, lullismo, scotismo, neoplatonismo, ermetismo, mnemotecnica, influssi ebraici e cabalistici - ma ruotava intorno a un'unica idea: l'infinito, inteso come l'universo infinito, effetto di un Dio infinito, fatto di infiniti mondi, da amare infinitamente.
Condannato al rogo per eresia, il 17 febbraio 1600, con la lingua serrata da una mordacchia perché non potesse parlare, venne condotto in piazza Campo de' Fiori, denudato, legato a un palo e arso vivo. Le sue ceneri furono poi gettate nel Tevere.
Ecco una breve sintesi del pensiero filosofico di Giordano Bruno:
- sco-prire, togliere il velo all’apparenza, e capire come stanno le cose a «lume di ragione», liberando la mente dell’uomo dall’abitudine di credere ciecamente, e dando importanza ad una educazione laica e antidogmatica;
- contrastare l’irriformabile religione dominante della cieca soggezione, proclamare l’autonomia dal confessionismo e la separazione tra leggi umane e divine, nonché tra Stati e Chiesa, liberando le persone dalla soggezione psicologica ai rigidi confessionalismi, che vorrebbero individui replicanti in modelli precettistici prioritariamente iscritti in supposte idee di anime;
- costruire una società civile che leghi l’uomo all’uomo nella giustizia, che a sua volta è costruzione umana, attraverso leggi giuste, affermando tra l’altro che non c’è giustizia senza uguaglianza, intesa non come appiattimento, ma pari opportunità propugnando l’emancipazione umana individuale, sociale e dal bisogno, che poi è diritto al lavoro nella dignità del lavoro stesso;
- porre al centro di tutto ciò che esiste la «materia-vita-natura», che si autoproduce e di cui fa parte ogni essere umano che, sottratto a finalismo e provvidenzialismo, è padrone della propria vita, con il risultato di dare centralità alla dignità personale di ciascun individuo, in un universo, composto da un cielo infinito e una materia creatrice, finalmente frutto di un infinito amore;
- essere costantemente dalla parte delle donne, ribaltando gli schemi sessisti propri di un’epoca in cui la misoginia era strutturale e le donne venivano arse vive come streghe.
A Campo dei Fiori
ti ho visto arrivare
la bocca serrata
da un ferreo bavaglio
perché era un pericolo
farti parlare
ma negli occhi neri
non c’era viltà.
E poi mi hanno detto
qual’era il tuo nome
e che ti chiamavano
Bruno il Nolano
perché tu da Nola
eri un giorno arrivato
ma il tuo vero nome
era invece Giordano.
Caro Giordano è bello per noi poter pensare
che sarà sempre amore che alfine vincerà
perché nei sognatori dolce nasce dal cuore
la voglia di sperare sol nella libertà.

Un frate attonito
allampanato
con voce stridula
a salmodiar
la fiamma sale
non è la luce
ma la farfalla
sopra le sta.
Di quale crimine
ti eri macchiato
per meritare
una morte ingloriosa?
Dicevi che
si muove ogni cosa
spinta da un intimo
impulso d’amore.
Non basta certo il fuoco a poter cancellare
la voglia di arrivare fino alla verità.
La fiamma mai potrà le menti allontanare
dal fiero desiderio che vince la viltà.

Campo dei Fiori,
fu lì il tuo Calvario
e con sentenza
dell’autorità
tra giaculatorie
e qualche rosario
fosti immolato
per la libertà.
Ma non di correre
né di viaggiare
o di andare
a fare all’amore
più della vita
credevi migliore
poter cercare
la verità.
Sale la fiamma ardente del fuoco distruttore
ma non potrà fermare il tempo che verrà
e i posteri sapranno di certo giudicare
l’amore per la gente da quale parte sta.

E se ripenso
a quel giorno lontano
a quelle fiamme
in Campo dei Fiori
il mio saluto
va fino a Giordano
mandato al rogo
con infamità.
E anche se
tanto tempo è passato
sarebbe bello
ed anche opportuno
che ancora al mondo
ci fosse qualcuno
ad indicarci
la verità.
Sale la fiamma ardente del fuoco distruttore
ma non potrà fermare il tempo che verrà
e i posteri sapranno di certo giudicare
l’amore per la gente da quale parte sta

E anche se
tanto tempo è passato
sarebbe bello
ed anche opportuno
di ricordare
Giordano Bruno
arso sul rogo
per la libertà.

inviata da Giuseppe Di Modugno - 8/5/2022 - 15:37



Lingua: Francese

Version française – À GIORDANO BRUNO – Marco Valdo M.I. – 2022
Chanson italienne – A Giordano Bruno – Giuseppe Di Modugno – 2019

Texte : Giuseppe di Modugno
musique : Giuseppe Mereu
interprète : Doc Pippus

EXÉCUTION DE GIORDANO BRUNO <br />
Campo dei Fiori – Rome – 17 février 1600
EXÉCUTION DE GIORDANO BRUNO
Campo dei Fiori – Rome – 17 février 1600


Filippo Bruno, dit Giordano Bruno (Nola, 1548 – Rome, 17 février 1600), est un philosophe, écrivain et dominicain italien qui a vécu au XVIᵉ siècle. Sa pensée, que l’on peut classer dans le naturalisme de la Renaissance, mêle les traditions philosophiques les plus diverses – matérialisme antique, averroïsme, copernicanisme, lullisme, scotisme, néoplatonisme, hermétisme, mnémotechnie, influences juives et cabalistiques – mais tourne autour d’une seule idée : l’infini, entendu comme l’univers infini, effet d’un Dieu infini, composé de mondes infinis, à aimer infiniment.
Condamné à être brûlé sur le bûcher pour hérésie, le 17 février 1600, la langue serrée dans un étau afin qu’il ne puisse pas parler, il est emmené sur la place du Campo de' Fiori, déshabillé, attaché à un poteau et brûlé vif. Ses cendres ont ensuite été jetées dans le Tibre.

Voici une brève synthèse de la pensée philosophique de Giordano Bruno :
— découvrir, enlever le voile de l’apparence, et comprendre comment sont les choses à la « lumière de la raison », en libérant l’esprit de l’homme de l’habitude de la croyance aveugle, et en donnant de l’importance à une éducation laïque et anti-dogmatique ;
— combattre l’irréformable religion dominante de la sujétion aveugle, proclamer l’autonomie par rapport au confessionnalisme et la séparation entre les lois humaines et divines, ainsi qu’entre les États et l’Église, libérer les gens de la sujétion psychologique à un confessionnalisme rigide, qui voudrait que les individus reproduisent des modèles dogmatiques inscrits principalement dans de supposées idées d’âmes ;

— construire une société civile qui relie l’homme à l’homme dans la justice, qui est à son tour une construction humaine, à travers des lois justes, en affirmant entre autres qu’il n’y a pas de justice sans égalité, comprise non pas comme un aplatissement, mais comme une égalité des chances prônant l’émancipation humaine individuelle, sociale et fondée sur les besoins, qui est alors le droit au travail dans la dignité même du travail ;
— placer au centre de tout ce qui existe la « matière-vie-nature », qui s’autoproduit et dont chaque être humain fait partie, qui, loin du finalisme et du providentialisme, est maître de sa propre vie, avec pour résultat de donner une centralité à la dignité personnelle de chaque individu, dans un univers, composé d’un ciel infini et d’une matière créatrice, finalement le fruit d’un amour infini ;
— être constamment du côté des femmes, renversant les schémas sexistes d’une époque où la misogynie était structurelle et où les femmes étaient brûlées vives comme sorcières.

Dialogue Maïeutique

Encore un hommage à Giordano Bruno, c’est une bonne chose. N’était-ce pas ce brave Bruno qui avait fait un Éloge de l'âne - In lode de l'asino, demande Lucien l’âne ?

Oui, en effet, répond Marco Valdo M.I., il voyait un monde infini, qu’il avait baptisé Dieu pour les besoins de la survie de la divinité et de la religion et il avait affublé la nature, celle que déjà Lucrèce portait aux nues, du nom de Dieu, une nature autoproduite et éternellement en train de se faire elle-même. C’était là son ultime concession au siècle, mais le siècle ne voulut rien entendre – là-bas, vers 1600 (et même encore longtemps après), comme en Zinovie, on use de La Charrette

« Et ceux qui pensent, on les fait taire. »


De mémoire d’âne, dit Lucien l’âne, c’est ce qu’ont fait depuis toujours les religions et les idéologies dogmatiques ; c’est ce qu’elles font encore aujourd’hui. Quant à nous, nous tissons le linceul de ce vieux monde religieux, dogmatique, croyant, crédule et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
À GIORDANO BRUNO




Au Campo dei Fiori,
Je t’ai vu arriver
Le visage pris
Dans un bâillon de fer,
Car il y avait grand danger
À te laisser parler,
Car dans tes yeux noirs,
Il n’y avait pas de lâcheté.
Et ensuite, ils m’ont fait savoir
Ton nom et que tu t’appelais
Bruno Nolano
Car de Nola, tu venais,
Et ton prénom était Giordano.
Cher Giordano,
Il est bon de pouvoir penser
Que toujours l’amour finit par gagner.
Car chez les rêveurs
Naît du cœur
L’intense désir de liberté.


Un frère médusé,
Émacié,
À la voix stridente,
Psalmodiante, chante.
Une flamme monte :
Ce n’est pas un lumignon,
Mais un papillon
Volant vers Bételgeuse.
Quel crime t’a donc sali
Pour mériter ainsi
Une mort si ignominieuse ?
Tu disais que toujours
Se meuvent toutes les choses
Animées par l’amour,
Et le feu ne peut effacer
Le désir d’atteindre la vérité,
Et la flamme jamais ne peut
Aux fiers esprits ôter
Le désir généreux
De surmonter la lâcheté.


Le Champ des fleurs,
Fut ton Calvaire
Et par une sentence autoritaire,
Entre les oraisons des prieurs
Et de lamentables rosaires,
Tu fus immolé
Pour la liberté.
Pas celle de courir,
Ni celle de partir,
Ou de chercher l’amour
Jour après jour.
Tu as pensé
Meilleur de passer
Ta vie à chercher
La vérité.

La flamme ardente du feu destructeur
Ne peut arrêter le temps qui viendra
Et la postérité saura sans erreur
De quel côté l’amour des gens se tiendra.

À repenser ici
À ce jour lointain,
À ces flammes d’un matin
Au Campo dei Fiori,
Mon salut aussitôt
S’en va à Giordano,
Par l’infamie
Envoyé au bûcher,
Et même si maintenant
Tant d’années ont passé,
Il serait temps
Et même indiqué
Que dans le monde
Encore, il y ait
Quelqu’un qui débonde
La vérité.

La flamme ardente du feu destructeur
Ne peut arrêter le temps qui viendra
Et la postérité saura sans erreur
De quel côté l’amour des gens se tiendra.

Et même si maintenant
Tant d’années ont passé,
Il serait temps
Et même indiqué
De remémorer le Nolano
Giordano Bruno,
Brûlé sur le bûcher
Pour la liberté.

inviata da Marco Valdo M.I. - 11/5/2022 - 12:05



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org