Lingua   

איך װיל ניט קײן אײַזערנע קײטן

Baruch "Vladeck" Charney [Borekh Nakhmen Tsharni] / ברוך נחמן טשאַרני
Lingua: Yiddish

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

Gino della Pignone
(Canzoniere Pisano)
(זינג מײַן פֿידעלע (בערלין 1990
(Mishke Alpert [Michael Alpert] / מישקע אַלפערט)
שפֿרהלעס פּאָרטרעט
(Mordkhe Gebirtig [Mordechai Gebirtig] / מרדכי געבירטיג)


Ik vil nit keyn ayzerne keytn
[?]
Testo / Lyrics / Paroles / Sanat: Baruch "Vladeck" Charney
Musica / Music / Musique / Sävel: Mikhl Gelbart (1889-1962)

Baruch Charney "Vladeck", 1886-1938
Baruch Charney "Vladeck", 1886-1938
mikhlgelb



Ancora dal repertorio della band Koyt Far Dayn Fardrakht, una canzone musicata da Mikhl Gelbart e di cui non sono -almeno per ora- riuscito a determinare l'anno di composizione anche se, probabilmente, è successivo al 1908, l'anno in cui l'autore, Baruch “Vladeck” Charney, fuggì emigrando nei Faraynikte Shtatn.

Baruch Charney (Baruch = Benedetto, come Spinoza) era nato a Dukor, un villaggio non lontano da Minsk in Bielorussia, il 13 gennaio 1886; era figlio di un ebreo ultraortodosso chasīd Lubavitch, Zev Volf; poiché, come è noto, l'ebraismo si trasmette per via femminile, assunse il cognome della madre, Brokhe Tsharney. Tsharney, o Tsharny, è la resa del bielorusso Чарны, che significa “nero”; indi per cui un fratello di Baruch, divenuto un importante critico letterario, assunse lo pseudonimo di Shmuel Niger. Un altro fratello fu il poeta di lingua yiddish Daniel Charney.

Nei primi anni del XX secolo, il giovanissimo Baruch fu coinvolto nel movimento rivoluzionario contro l'autocrazia zarista, divenendo un attivista dell'Unione Generale dei Lavoratori Ebrei, il Bund. Poiché l'attivismo con il proprio nome e cognome era altamente pericoloso sia per lui che per la sua famiglia, scelse come nom de plume “Vladek” (in russo, un diminutivo di Vladimir). Nella forma “Vladeck” lo mantenne per tutta la vita, adottandolo anche come cognome aggiuntivo. “Vladek” fu arrestato per la prima volta nel 1904, rimanendo in carcere per circa 8 mesi. Fu di nuovo arrestato nel 1905 e deportato in Siberia; lo scoppio della rivoluzione del 1905, con le susseguenti amnistie, lo fece ritornare; ma, nel 1907, la pesante restaurazione zarista lo spinse a emigrare negli Stati Uniti, dove arrivò nel 1908.

Negli USA, “Vladeck”, che aveva condotto serissimi ed estesi studi sulla cultura e sulla realtà del suo nuovo paese, divenne un apprezzato oratore tenendo conferenze su diversi temi politici e socioeconomici. Fu quindi chiamato nella redazione del quotidiano socialista The Jewish Daily Forward, l'edizione inglese del quotidiano in lingua yiddish Forverts; nel 1918, Baruch Charney divenne direttore del quotidiano, carica che mantenne fino alla morte nel 1938.

Nel 1917, Baruch Charney fu eletto consigliere municipale di New York come socialista. Nel 1921 si ripresentò, ma fu sconfitto. Fu rieletto nel 1937 per l'American Labour Party. Nel 1933, Charney fu tra i fondatori del Jewish Labor Committee, formato da sindacalisti, socialisti e altri esponenti della sinistra americana ebraica per contrastare l'ascesa del nazismo in Germania. Morì il 30 ottobre 1938, all'età di soli 52 anni, per una trombosi coronarica. [RV]
איך װיל ניט קײן אײַזערנע קײטן, [1]
איך װיל ניט קײן גאָלדענע קרױן.
די קנעכטשאַפֿט איז מיאוס און ביטער,
זי מעג זײַן גאָטהײַט אַלײן.

איך װײַס ניט פֿון מורא פֿון לײַטן,
איך װײֵס ניט פֿון כּורעים פֿאַר גאָט.
מײַן האַרץ איז מײַן קנעכט אין באַפֿעלער,
מײַן װילן איז אױך מײַן געבאָט.

זאָל שעלטן דער קלײנלעכער שונא,
און שאַרפֿן זײַן טענפּיקן שװערד-
צו זינקען אין פֿינסטערן אָפּגרונט,
איז אים פֿון מײַן צוקונפֿט באַשערט.

איך שפּין מײַן פֿאָדעם פֿון שטראַלן,
איך װעב מיר מײַן גלױבן, מײַן פֿאָן -
פֿון די װעלכער שפּילן אין לעבן,
געװינט נאָר דער דרײסטער דעם קאָן.
[1] Trascrizione / Transcription:

Ikh vil nit keyn ayzerne keytn,
ikh vil nit keyn goldene kroyn.
Di knekhtshaft iz mies un biter,
zi meg zayn di gothayt aleyn.

Ikh veys nit fun moyre fun laytn,
ikh veys nit fun koyrim far got.
Mayn harts iz mayn knekht un bafeler,
mayn viln iz oykh mayn gebot.

Zol sheltn der kleynlekher soyne,
un sharfn zayn tempikn shverd -
tsu zinken in finstern opgrunt,
iz im fun mayn tsukunft bashert.

Ikh shpin mir mayn fodem fun shtraln,
ikh veb mir mayn gloybn, mayn fon -
fun di velkher shpiln in lebn,
gevint nor der dreyster dem kon.

inviata da Riccardo Venturi - 22/3/2022 - 07:09




Lingua: Italiano

Traduzione italiana / Italian translation / Traduction italienne / Italiankielinen käännös:
Riccardo Venturi, 22-3-2022 07:15
Non voglio catene di ferro

Non voglio catene di ferro,
non voglio una corona d'oro.
La schiavitù è orrenda e amara,
anche fosse in sé santità.

Io non ho paura dei ricchi, [1]
io non mi inchino davanti a un dio.
Il mio cuore è il mio schiavo e il mio padrone,
la mia volontà è anche il mio comando.

Lanci pure anatemi il futile nemico,
e affili la sua ottusa spada -
sprofondare nell'oscuro abisso
è tutto ciò che il mio futuro gli riserva.

Tesso i miei fili da raggi di sole,
la mia bandiera dai miei ideali -
fra tutti quelli che si giocano la vita
solo gli arditi vincono il premio.
[1] In yiddish, laytn (ted. Leute) non ha generalmente, se usato da solo, il significato generico del tedesco (“gente”). Significa piuttosto “gente facoltosa, i ricchi”, o "la gente bene"

22/3/2022 - 07:17




Lingua: Inglese

Traduzione inglese / English translation / Traduction anglaise / Englanninkielinen käännös:
rozele (Koyt Far Dayn Fardrakht)
I Want No Iron Chains

I want no iron chains,
I want no golden crown.
Slavery is ugly and bitter
Even if it alone were holiness.

I don’t know from fear of the wealthy,
I don’t know from bowing to god.
My heart is my slave and my master,
My will is my only commandment.

Let the petty enemy curse
And sharpen his dull sword-
To sink into the dark abyss
Is all my future holds for him.

I spin my threads from sunrays
And weave from my ideal my flag -
Of all who gamble their lives
Only the brave win the prize.

inviata da Riccardo Venturi - 22/3/2022 - 07:20




Lingua: Francese

Version française – JE NE VEUX PAS DE CHAÎNES – Marco Valdo M.I. – 2022
d’après la version italienne – Non voglio catene di ferro – Riccardo Venturi – 2022
d’une chanson yiddish – Ik vil nit keyn ayzerne keytn – איך װיל ניט קײן אײַזערנע קײטן – Baruch “Vladeck” Charney / ברוך נאַכמאַן טשאַרנײ – s.d.
Texte : Baruch “Vladeck” Charney
Musique : Mikhl Gelbart (1889-1962)

VLADECK

Odessa 1905  <br />
Révolte des marins russes contre le pouvoir impérial, illustrée par le film Le Cuirassé Potemkine
Odessa 1905
Révolte des marins russes contre le pouvoir impérial, illustrée par le film Le Cuirassé Potemkine


Baruch Charney est né le 13 janvier 1886, dans un petit village près de Minsk, dans ce qui est maintenant Biélorussie. Au début du siècle dernier, Baruch Charney est participe au mouvement révolutionnaire contre l’Empire russe ; il choisit alors le nom de Vladeck. Baruch Charney l’utilisera comme nom de famille pour le reste de sa vie.
Vladeck a été arrêté en 1904, arrêté en 1905, exilé en Sibérie. Vladeck, comme de très nombreux autres, choisit l’émigration vers les États-Unis. En 1908, il quitte l’Europe pour l’Amérique du Nord et débarqua à Ellis Island.
En Amérique, Vladeck a fait usage de son expérience antérieure en tant qu’orateur, voyageant beaucoup pendant quatre ans et donnant des conférences publiques sur une variété de sujets sociaux, politiques et économiques. Par la suite, Vladeck entre au journal socialiste The Jewish Daily Forward en 1912. En 1918, il devint directeur du journal. En 1917, Vladeck fut élu au conseil de New York, où il poursuivit son action politique jusqu’à sa mort en 1938.

Dialogue Maïeutique

Lucien l’âne mon ami, en établissant la version française de cette chanson en yiddish révolutionnaire et athée, je me suis demandé quel rapport elle pouvait avoir avec ce qui se passe actuellement là-bas aux confins de l’Ukraine et la Biélorussie et puis, ce qu’aurait pu penser son auteur des événements actuels aux bords de l’Empire russe qu’il avait dû fuir en raison de la barbarie et de la brutalité du pouvoir, il y a environ un siècle.

Évidemment, répond Lucien l’âne, ce sont là des questions qui viennent inévitablement à l’esprit ; elles ont d’ailleurs tout leur sens.

Oui, c’est ce qu’il m’a semblé, dit Marco Valdo M.I., surtout quand je me suis particulièrement intéressé à Vladeck, son auteur. Né dans l’Empire russe du côté de Minsk en Biélorussie, après s’être révolté contre le pouvoir dictatorial en vigueur en Russie (on était en 1905 – époque de la révolte de marins d’Odessa), avoir été condamné à la déportation en Sibérie et bénéficié in extremis d’une amnistie générale, il a pris la route de l’exil en direction des États-Unis, qui apparaissaient aux rétifs de l’Empire comme la terre de liberté et aussi, un lieu où vivre.

Oui, dit Lucien l’âne, je me souviens de ça et ces gens-là furent si nombreux que ce pays au bout de l’océan est en fait actuellement principalement peuplé d’exilés et parmi ceux venus d’Europe, on compte de très nombreux rescapés des famines et des exilés politiques.

Mais il y a plus dans le cas de Vladeck, reprend Marco Valdo M.I., qui importa en Amérique son engagement social, communautaire et politique en s’impliquant dans les luttes en cours au début du siècle dernier. Ce n’est pas du tout un cas unique que cet orateur itinérant portant le message d’union, de révolte et de résistance auprès des exilés. Il suffit d’évoquer Emma Goldman et Ovseï Ossipovitch, dit Alexandre, dit Sacha Berkman, ces infatigables militants pour la paix, pour la révolution et pour la liberté. Pour en revenir à ma question de départ, on voit ainsi très bien le lien entre cette chanson et la situation actuelle de l’Empire russe : c’est la continuité d’un régime de terreur et d’oppression. Dans les deux cas, le pouvoir russe terrorise les peuples voisins et sa propre population.

Oui, dit Lucien l’âne, c’est toujours ainsi avec les empires ; ils y sont contraints pour se maintenir jusqu’au moment où ils s’effondrent et disparaissent bel et bien. Certains laissent des ruines, mais pas toujours. Ce sont des épisodes de la Guerre de Cent Mille Ans que les riches et les puissants font aux pauvres et aux plus faibles afin de se maintenir au pouvoir et de continuer à accroître leur domination et à jouir de leurs privilèges.

Et puis, Lucien l’âne mon ami, parfois, les esclaves se rebellent comme l’ont fait les marins russes à Odessa en 1905. Peut-être leurs lointains successeurs de la flotte de la Mer Noire reprendront-ils le flambeau pour imposer au pouvoir la paix et l’amèneront à sa dissolution ?

Oh, dit Lucien l’âne, n’est-ce pas ce qui s’est passé, il y a une trentaine d’années ? En tout cas, il faut l’espérer. Enfin, tissons le linceul de ce vieux monde impérial, brutal, barbare, idiot et cacochyme.

Heureusement,

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane.
JE NE VEUX PAS DE CHAÎNES

Je ne veux pas de chaînes,
Je ne veux pas de couronne.
L’esclavage est horrible et désespéré,
Même quand c’est de la sainteté.

Je n’ai pas peur des riches,
Devant Dieu, je ne me prosterne pas.
Mon cœur est mon esclave et mon guide,
Ma volonté aussi dirige mes pas.

Qu’il lance ses anathèmes, l’ennemi frivole,
Et qu’il aiguise son épée molle -
Sombrer dans l’abîme sombre,
C’est tout ce que mon futur lui offre.

Je tresse mes fils ensoleillés de lumière,
De mes idéaux, je tisse ma bannière –
Et de tous ceux qui mettent leur vie en jeu,
Seuls emportent le prix, les audacieux.

inviata da Marco Valdo M.I. - 23/3/2022 - 20:49



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org