Lingua   

Inventur

Günter Eich


Lingua: Tedesco


Ti può interessare anche...

Latrine
(Günter Eich)
Les Ambassadrices
(Marco Valdo M.I.)


[1945-46]
Versi di Günter Eich (1907-1972), poeta e drammaturgo tedesco, nella raccolta “Abgelegene Gehöfte” pubblicata nel 1948.
Su YouTube si trovano diverse letture del brano accompagnate da musica. Mi risulta poi che i versi di Eich siano stati utilizzati per una performance del gruppo altoatesino di teatrodanza Muspilli su musiche della compositrice Manuela Kerer.



Günter Eich scrisse questa poesia mentre si trovava in un campo di prigionia americano.
“Inventur” è una delle più note e rappresentative composizioni della cosiddetta “Trümmerliteratur”, la letteratura delle macerie, nella Germania dell’immediato secondo dopoguerra.
Dies ist meine Mütze,
dies ist mein Mantel,
hier mein Rasierzeug
im Beutel aus Leinen.

Konservenbüchse:
Mein Teller, mein Becher,
ich hab in das Weißblech
den Namen geritzt.

Geritzt hier mit diesem
kostbaren Nagel,
den vor begehrlichen
Augen ich berge.

Im Brotbeutel sind
ein Paar wollene Socken
und einiges, was ich
niemand verrate,

so dient es als Kissen
nachts meinem Kopf.
Die Pappe hier liegt
zwischen mir und der Erde.

Die Bleistiftmine
lieb ich am meisten:
Tags schreibt sie mir Verse,
die nachts ich erdacht.

Dies ist mein Notizbuch,
dies meine Zeltbahn,
dies ist mein Handtuch,
dies ist mein Zwirn.

inviata da Bernart Bartleby - 26/9/2016 - 10:39




Lingua: Italiano

Traduzione italiana di Simone Furlani da Perìgeion
INVENTARIO

Questo è il mio berretto
questo è il mio cappotto
qui le mie cose per radermi
nel borsello di lino.

Barattolo di conserva:
il mio piatto, il mio bicchiere,
nello stagno bianco
ho inciso il nome.

Inciso qui con questo
chiodo prezioso,
che sorveglio
da occhi bramosi.

Nel tascapane ci sono
un paio di calzini di lana
e alcune cose che non ho
mostrato a nessuno,

molto utili di notte
come cuscino per la mia testa.
Il cartone sta qui
tra me e il terreno.

La mina della matita
l’amo più di tutto il resto:
di giorno mi scrive i versi
che di notte ho inventato.

Questo è il mio taccuino,
questo il mio telo da tenda,
questo è il mio asciugamano
questo è il mio filo da cucire.

inviata da Bernart Bartleby - 26/9/2016 - 10:40




Lingua: Finlandese

Traduzione / Translation / Traduction / Suomennos: Juha Rämö
INVENTAARIO

Tämä on lakkini,
tämä on manttelini,
tässä parranajovälineeni
pellavaisessa pussissa.

Säilykepurkki:
lautaseni, mukini,
jonka valkoiseen peltiin
olen raapustanut nimeni.

Raapustanut tällä
kallisarvoisella neulalla,
jonka olen kätkenyt
ahnailta katseilta.

Leipäpussissa on
pari villasukkia
ja jotain, mitä en
paljasta kenellekään.

Se on tyynynä
öisin pääni alla.
Tämä pahvi on
allani maata vasten.

Lyijykynän lyijy
on kalleimpani:
päivisin se kirjoittaa säkeitä,
jotka yö on tuonut mieleeni.

Tämä on muistikirjani,
tämä on telttakankaani,
tämä on pyyheliinani,
tämä on lankani.

inviata da Juha Rämö - 26/9/2016 - 15:02




Lingua: Francese

Version française – INVENTAIRE – Marco Valdo M.I. – 2016
Chanson allemande – Inventur – Günter Eich – 1948

Günter Eich écrivit cette poésie alors qu’il se trouvait dans un camp de prisonniers américain.
« Inventur » est une des œuvres les plus connues et les plus représentatives de la « Trümmerliteratur », la littérature des décombres, qui apparut dans l’Allemagne de l’immédiat après-guerre.

Inventaire


Dialogue Maïeutique

Mon cher Lucien l’âne, mon ami, tu te souviendras certainement – car nous l’avons croisé fort récemment ici-même – de Günter Eich, ce poète allemand qui écrivit au camp d’internement de Remagen une série de textes poétiques qui allaient ouvrir la voie à une renaissance allemande, du moins pour ce qui concerne la littérature. Comme sans doute tu le sais, il s’agit d’une littérature nageant jusqu’au coup dans l’histoire, une littérature du réel, une littérature assez poétique pour dire le vrai sans fard et assez maître de son geste pour s’affirmer d’emblée. Un des textes fondateurs est le poème de Günter Eich dont je t’avais fait connaître ma version française et qui s’intutilait tout simplement Latrine – LATRINES. Ce poème de Günter Eich est considéré comme une des premières pierres de la Kahlschlagslitteratur (Littérature des essarts, littérature du défrichage), de la Trummerliteratur (Littérature des ruines, des débris, des décombres), tout comme celui-ci, opportunément intitulé « Inventur - INVENTAIRE ». Une littérature du « degré zéro », basique, fondamentale et de ce fait, au début, elle se doit d’être extrêmement sobre, banale, en quelque sorte, factuelle ou si tu préfères, terre à terre. Tu verras qu’Inventur est on ne peut plus conforme à cette définition. La Trummerlitteratur se prolongera au travers particulièrement du Gruppe 47 (dont on a déjà parlé – notamment, car on y retrouve Günter Grass), dont Günter Eich fut un des membres, presque dès le début et dont il fut le premier lauréat en 1948, pour le recueil où on retrouve ces deux canzones. Cet Inventaire venait à point nommé pour marquer le début d’un nouveau monde qui commençait à partir des ruines et des cendres.

Halte-là, Marco Valdo M.I. mon ami, on n’est pas ici pour faire un cours de littérature allemande, mais bien plus simplement, pour parler de cette chanson dont – parenthèse – tu ne m’as pas encore dit grand-chose, c’est là ton moindre défaut. Tu t’en vas toujours à la dérive, un peu au gré des vents qui balayent les profondeurs abyssales de ton crâne vide. Alors, je t’en prie, Marco Valdo M.I. mon ami, reviens sur terre et dis-moi, dis-moi quelque chose de cette canzone. Son titre m’inspire mille idées, mille prémonitions que j’aimerais corroborer.

Ah, dit Marco Valdo M.I., Lucien l’âne mon ami, je n’ai absolument pas l’intention de faire une cours de quoi que ce soit, ni ici, ni ailleurs. J’ai dans le passé refusé de le faire et je ne reviendrai pas là-dessus. Pourtant, il me faut ajouter le fait que je suis – au moins pour ce qui touche à la littérature en général et à la littérature allemande tout particulièrement, une sorte de Béotien émerveillé, mais terriblement ignorant et cela ne s’arrangera sans doute pas. D’abord, parce que je n’ai pas l’intention de me spécialiser.

Comme je te comprends, Marco Valdo M.I. mon ami, dit Lucien l’âne en riant de tout son cou, les naseaux vers le soleil et les oreilles bien à plat, brillant sur le poil noir, il vaut mieux rester un touche à tout. De toute façon, il faut s’y faire, tu n’as rien d’un personnage académique et moins encore de l’esprit de système qui s’impose quand on s’engage dans pareil dédale et si tu veux mon avis et j’espère que tu ne m’en voudras pas, car il est sincère, j’ajouterais volontiers dans tout dédale organisé ou si tu veux que je le dise autrement, dans tout domaine spécialisé, généralement quelconque. En somme, et dans ma bouche tu comprendras que c’est un compliment, tu es un âne qui va obstinément son chemin, broutant de-ci, de-là au gré des chardons et des bords du chemin.

Oh, Lucien l’âne mon ami, quelle avalanche de compliments, me voilà portraituré en baudet allant à l’aventure. Cela me convient assez pour que je te remercie. Cependant, il nous faut quand même revenir à la chanson de Günter Eich, à cet inventaire que fait un vagabond de son équipage et comme à l’habitude, ce vagabond, ce mendiant, c’est l’Allemagne, ce sont les gens qui sortent des camps et des ruines du Reich de Mille Ans. Merci Adolf ! Certains avaient derrière eux un passé lourd de mille vilenies et d’atrocités et d’autres avaient tout simplement été pris dans la tourmente comme on est pris dans un mouvement de foule d’où l’on ne peut se dégager. Il convenait de faire le tri ; ces camps d’après-guerre étaient des centres de tri. On peut certes discuter de leur efficacité, pas de leur opportunité. Ceux qui en sortaient libres connaissaient le sort des prisonniers de guerre et se trouvaient souvent face à un vide terrible. On sort rarement indemne d’une guerre, même de celles qu’on n’a pas voulues, qu’on a dénoncées, refusées, contre lesquelles on a lutté, on paie même pour les fautes d’un régime auquel on a résisté.

En effet, dit Lucien l’âne en grattant le sol de ses sabots noirs en signe de perplexité, le simple fait d’être Allemand (ou, ou…) était en soi, a priori, une tare. Et pourtant, les premiers assassinés par les nazis furent des Allemands ; à mon avis, on l’oublie trop souvent. Cela dit, il nous revient de poursuivre plus obstinément encore notre tâche et tisser le linceul de ce vieux monde malade de la guerre, riche, trop riche et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
INVENTAIRE

Ceci est mon chapeau,
Ceci est mon manteau,
Voici mon matériel de rasage
Dans le sac de linge.

Boîte à conserves :
Mon assiette, ma tasse,
Sur le fer blanc, j’ai gravé
Mon nom entier.

Incisé là avec ce
Clou précieux,
Je le garde avec convoitise
Sous mes yeux.

Dans mon sac à pain, il y a
Une paire de chaussettes en laine
Et deux-trois choses, que moi
Je ne montre à personne.

Il sert aussi la nuit
De coussin pour ma tête.
Je pose un carton ici
Entre moi et la terre.

Mon crayon et sa mine
Me sont particulièrement chers :
De jour, ils écrivent les vers,
Que la nuit j’invente.

Voici mon carnet,
Voilà ma bâche,
Voici ma serviette,
Voici mes lacets.

inviata da Marco Valdo M.I. - 9/10/2016 - 12:41


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org