Lingua   

Ninna nanna per non dormire

Sergio Laccone
Lingua: Italiano

Lista delle versioni e commenti



Testo: Franca Mazzei
Musica: Sergio Laccone

Album: Il ritorno degli eroi (2005)
Il ritorno degli eroi
Ninna ninna nanna
ninna nanna non dormire
in questo mondo senza colori
senza dentro e senza fuori
e voci e odori più sfocati
ora che tutti se ne sono andati
e chi resta non ha occhi
e non si muove se lo tocchi.

A sfiorarci solo il vento
che accarezza questo momento
e abbiamo perso e abbiamo vinto
e abbiamo per anima un gran dipinto
coi colori di un bandiera
troppo inutile per essere vera
e non ci scalda e non ci consola
in questa notte di una vita sola.

Sveglia amore mio
sono sveglio anch'io
anche se tra noi
c'è la notte.
Ancora, sveglia amore mio
resta accanto a me
ho bisogno di te.

E questa notte mi vorrei svegliare
per non dovermene dimenticare
di essere padre di tutti i sogni
di tutti gli incubi e i bisogni
di tutti i dubbi nella notte nera
e dei profumi della primavera
di quel che ho tolto e di quel che ho dato
di tutto quello che non ho trovato.

Sveglia amore mio
sono sveglio anch'io
anche se tra noi
c'è la notte.
Ancora, sveglia amore mio
resta accanto a me
ho bisogno di te.

inviata da Pierangelo Indolfi - 10/5/2016 - 20:47



Lingua: Francese

Version française – BERCEUSE POUR NE PAS DORMIR – Marco Valdo M.I. – 2017
Chanson italienne – Ninna nanna per non dormire – Sergio Laccone – 2005
Texte : Franca Mazzei
Musique : Sergio Laccone

« La Berceuse de Marmottes » est une création de Plink et Plonk, joyeux artistes suisses.
« La Berceuse de Marmottes » est une création de Plink et Plonk, joyeux artistes suisses.


Les berceuses, en italien Ninna nanna – ce qui est un très joli mot pour dire la chose, comme tu le sais Lucien l’âne mon ami, ces petites chansons sont des ritournelles que l’on sert aux enfants le soir au moment de les mettre au lit ou devant la cheminée et le feu hypnotique, avant de les emmener dans la chambre où l’on aimerait qu’ils s’endorment. Comme dans toutes les langues et dans toutes les régions et chez tous les peuples de la Terre, comme on peut le supposer, il y en a à profusion. Il y a celles que tout un chacun invente en espérant un résultat, autrement dit que sa comptine plaise au(x) petit(s) – celles-là sont innombrables et pour la plupart inconnues ; il y a celles qui ont une diffusion plus vaste, généralement traditionnelles ; ce sont une partie des premières qui se sont transmises de génération en génération, par manque d’imagination ou par nostalgie ou par conviction de ce qu’elles ont fonctionné et devraient fonctionner encore. Elles sont aux comptines ce que les recettes de grand-mère sont à la cuisine. On veut toujours retrouver le bon goût d’antan en oubliant que c’était celui de sa propre enfance et le miracle fonctionne souvent.

C’est heureux, dit Lucien l’âne ne riant. Imagine les soirées et les nuits que connaîtraient les parents si ces lénifiantes chansons douces n’étaient pas somnifères, si les ninna nanna étaient faites pour tenir éveillé.

Eh bien, Lucien l’âne mon ami, voici une chanson qui donne vie à ton hypothèse absurde, car c’est une « ninna nanna pour ne pas dormir ». En fait, j’ai bien l’impression que c’est même une berceuse pour réveiller celle ou celui qui dort, chantée par celui qui traverse un moment d’inquiétude, qui vogue sur une vague d’angoisse et une mer de solitude. La berceuse s’adresse à son partenaire.

Oh, dit Lucien l’âne, ce sont des moments qui arrivent souvent chez certains. Il y a des gens ainsi qui vivent avec l’inquiétude comme horizon, avec le tracas au milieu de la nuit. De là, à réveiller l’autre, il y a de la marge.

Enfin, je ne sais pas trop, Lucien l’âne mon ami, si tu dis juste. Pour la simple raison que la nuit, je dors et à vrai dire, je n’ai pas ces moments d’incertitude. Mais enfin, c’est le thème de la chanson.

Note bien, Marco Valdo M.I. mon ami, que la situation du monde a de quoi perturber les meilleurs esprits. Enfin, berceuse pour berceuse, ninna nanna pour ninna nanna, nous reprendrons – avant de nous endormir – notre tâche et nous tisserons un peu encore le linceul de ce vieux monde angoissé, inquiet, perturbé et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
BERCEUSE POUR NE PAS DORMIR

Ninna ninna nanna
Non, non, ne dors pas
Dans ce monde incolore
Sans dedans et sans dehors
De voix et de parfums estompés
Maintenant que tous s’en sont allés
Et que celui qui reste ne voit pas
Et quand on le touche, ne bouge pas.

Et seul, nous effleure le vent
Qui caresse ce moment.
Nous avons perdu
Et nous avons vaincu,
Nous avons pour âme une grande toile
Avec les couleurs d’une bannière
Trop inutile pour être véritable
Qui ne nous chauffe, ni ne nous console
Dans cette nuit d’une vie solitaire.

Réveille-toi mon amour !
Je suis éveillé moi aussi,
Même si entre nous,
Il y a la nuit.
Encore, réveille-toi mon amour !
Reste auprès de moi,
J’ai besoin de toi.

Et cette nuit, je voudrais me réveiller
Pour ne pas oublier
D’être le père de tous tes rêves d’enfant,
De tous tes besoins, de tous tes cauchemars
De tous tes doutes dans la nuit noire
Et des parfums du printemps
De ce que j’ai pris et de ce que j’ai donné,
De tout ce que je n’ai pas trouvé.

Réveille-toi mon amour !
Je suis éveillé moi aussi,
Même si entre nous,
Il y a la nuit.
Encore, réveille-toi mon amour !
Reste auprès de moi,
J’ai besoin de toi.

inviata da Marco Valdo M.I. - 16/10/2017 - 19:56


Non capisco perché sia spostata tra gli extra.
Il testo è chiarissimo. A meno che non sia necessario dire "dormi sepolto in un campo di grano", altrimenti non è contro la guerra.
Chi parla nella canzone è il morto ammazzato...

Pierangelo - 11/5/2016 - 22:16


Beh, chiarissimo forse per te...
Magari se spendevi qualche parola d'introduzione, invece di risentirti dopo...
Comunque una bella canzone.
Saluti

B.B. - 11/5/2016 - 22:32


comunque l'abbiamo tolta dagli extra, in effetti rileggendo il testo sapendo chi sta parlando ci sta sicuramente.

CCG Staff - 11/5/2016 - 23:15


Bella assai :)

Krzysiek - 11/5/2016 - 23:41


Tanto che ci siamo, cogliamo l'occasione per raccomandare sempre ai contributori di scrivere anche una piccola introduzione: bastano anche due righe per chiarire meglio il senso di un testo e si evitano "qui quo qua" come quello avvenuto su questa (bella) canzone. Saluti!

CCG/AWS Staff - 12/5/2016 - 05:31



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org