Lingua   

Poema de atención

Antonio Resines
Lingua: Spagnolo

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

La escalera de Mauthausen
(Antonio Resines)
Jugando al futbol
(Luís Pastor)
Poema de silencio
(Antonio Resines)


[1975]
Dalla “Cantata del exilio - ¿Cuándo volveremos a Sevilla?"
Parole di Antonio Gómez
Musica di Antonio Resines
Prima edizione a Parigi nel 1976, poi nel 1978 finalmente a Madrid.
Grafica dell’album realizzata dal collettivo di artisti denominato “El Cubri”, formato dai disegnatori Saturio Alonso e Pedro Arjona e dallo sceneggiatore Felipe Hernández Cava.



La prima delle canzoni presenti nell’album dedicate ai circa 13.000 spagnoli – molti di essi ebrei inclusi in una lista di 6.000 nomi che nel 1941 Franco aveva fornito direttamente ad Himmler, regalo del caudillo al führer - che finirono nei campi di sterminio nazisti, e a Mauthausen-Gusen in particolare: ne sopravvissero soltanto 2.000.

"La Cantata del exilio" fu composta da Antonio Resines, un importante cantautore membro del gruppo folk-rock "Almas Humildes", e scritta da Antonio Gómez [che ringraziamo perché ha voluto mettere per intero a disposizione delle CCG/AWS questa sua importante opera], fondatore del collettivo madrileno "Canción del Pueblo".
Parteciparono al progetto molti noti cantanti, come Teresa Cano, Pablo Guerrero, Luis Pastor e Quintín Cabrera.
Il sottotitolo, "¿Cuándo llegaremos a Sevilla?", fa riferimento alla frase che la vecchia madre del poeta repubblicano Antonio Machado continuava a ripetere al figlio mentre nel gennaio del 1939 stavano fuggendo, in realtà, verso la Francia... Sarebbero entrambi morti di lì a qualche settimana, annientati dalla fatica e dal dolore.
E dalla fuga e morte di Machado prende avvio questa cantata che alterna canzoni a brani strumentali e testimonianze dei protagonisti che vissero quegli anni di esilio, di morte e di resistenza... Già, perchè all'avvento di Franco molti combattenti repubblicani spagnoli riuscirono a riparare in Francia dove li sorprese lo scoppio della seconda guerra mondiale... Allora molti proseguirono a combattere i nazi-fascisti incorporandosi nelle formazioni dei maquis francesi. Molti morirono nei campi di concentramento nazisti, altri per mano dei fascisti di Vichy. Nel 1943 alcuni di questi veterani vennero inquadrati in formazioni dell'esercito francese, come la celebre Division Leclerc, e parteciparono alla liberazione di Parigi; e infatti il 26 agosto del 1944 sugli Champs-Élysées sfilarono anche veicoli blindati battezzati "Guadalajara", "Madrid", "Ebro", "Guernica"...
Sul finire della guerra, i sopravvissuti tra questi irriducibili combattenti antifascisti tornarono in Spagna per riprendere la lotta contro il regime: i cosiddetti GE (Guerrilleros Españoles) furono attivi dal 1944 al 1947 ma poi la repressione si fece durissima e nel 1952 l'ultima formazione partigiana fu smobilitata.

Insomma, una lotta estenuante, per molti durata oltre dieci anni e conclusasi con la solo momentanea vittoria dei fascisti, visto che già dai primi anni 60 una nuova resistenza (FRAP e ETA) fu di nuovo in grado di dare del filo da torcere alla dittatura...



Pero ahora os pedimos
atención al que canta,
escuchad en silencio,
no levantéis el habla,
escuchad al poeta
silencioso del alba,
al que no escribe versos
ni utiliza palabras,
al que hizo posible
el canto en la mañana,
con árboles, con manos,
con el fusil y el agua.
Escuchad al hermano
de Auschwitz, camaradas,
al que murió en la sombra,
al que no dijo nada
y al que lo dijo todo,
al que tuvo esperanza,
al que gritó su miedo
y también al que calla,
al héroe, al cobarde,
al valiente, al canalla,
al que sufrió tortura
y se quemó en la llama.

inviata da Bartleby - 3/3/2011 - 13:41




Lingua: Italiano

Versione italiana di Lorenzo Masetti
POESIA DI ATTENZIONE

Ma adesso vi chiediamo
attenzione per chi canta,
ascoltate in silenzio,
non alzate la voce,
ascoltate il poeta
silenzioso dell'alba,
quello che non scrive versi
né utilizza parole,
quello che rese possibile
il canto nella mattina,
con alberi, con mani,
con il fucile e l'acqua.
Ascoltate il fratello
di Auschwitz, compagni,
quello che morì nell'ombra,
quello che non disse niente
e quello che disse tutto,
quello che ebbe speranza
quello che gridò la sua paura
e anche quello che tace,
l'eroe, il codardo,
il coraggioso, la canaglia
quello che soffrì la tortura
e si bruciò nella fiamma.

5/3/2011 - 21:25




Lingua: Francese

Version française - ATTENTION POÈME !- Marco Valdo M.I. – 2011
Chanson espagnole – Poema de atención - Antonio Resines – Paroles d'Antonio Gómez – Musique
de Antonio Resines – 1975
d'après la version italienne de Lorenzo Masetti – POESIA DI ATTENZIONE


La chanson est dédié à environ 13.000 Espagnols – beaucoup étaient Juifs et étaient inclus dans une liste de 6.000 noms qu'en 1941, Franco avait fourni directement à Himmler, cadeau du caudillo au führer – qui finiront dans les camps d'extermination nazis et en particulier à Mauthausen-Gusen, il n'en survivra que 2.000.
« La Cantate de l'Exil » fut composée par Antonio Resines, un important chantauteur, membre du groupe folk-rock "Almas Humildes", et écrite par Antonio Gómez , fondateur du collectif madrilène.
Participèrent au projet beaucoup de chanteurs connus comme Teresa Cano, Pablo Guerrero, Luis Pastor et Quintín Cabrera.
Le sous-titre « ¿Cuándo llegaremos a Sevilla? » (Quand arriverons-nous à Séville ?) renvoie à la phrase que la vieille mère du poète républicain Antonio Machado continuait à répéter à son fils pendant qu'ils fuyaient en janvier 1939, en réalité, vers la France... ils mourront tous les deux quelques semaines plus tard, anéantis par la fatigue et par la douleur.

Cette cantate débute avec la fuite et la mort de Machado. Elle alterne les morceaux chantés et instrumentaux et les témoignages de protagonistes qui vécurent ces années d'exil, de mort et de résistance... À l'avènement de Franco, nombre de combattants républicains espagnols réussirent à se mettre à l'abri en France où les surprit la seconde guerre mondiale... Beaucoup continuèrent à combattre les nazi-fascistes en s'incorporant dans les formations des maquis français. Beaucoup moururent dans les camps de concentration nazis, d'autres des mains des fascistes de Vichy. En 1943, certains de ces vétérans furent incorporés dans les formations de l'armée française, comme al célèbre division Leclerc et participèrent à la libération de Paris et le 26 août 1944 sur les Champs-Élysées défilèrent des véhicules blindés baptisés "Guadalajara", "Madrid", "Ebro", "Guernica"... À la fin de la guerre, les survivants de ces irréductibles combattants antifascistes retournèrent en Espagne pour reprendre la lutte contre le régime. Les GE (Guerrilleros Españoles) furent actifs de 1944 à 1947, mais ensuite, la répression devînt très dure et en 1952, la dernière formation partisane fut démobilisée.

En somme, une lutte exténuante, pour beaucoup de plus de dix ans et qui se conclut par la victoire momentanée des fascistes, vu que dès les premières années 1960, une nouvelle résistance (FRAP et ETA) fut de nouveau à même de donner du fil à retordre à la dictature...

Cette chanson interprétée par Teresa Cano ouvre l’album et pour cela ne pouvait qu'être dédiée justement à Antonio Machado, le grand poète symbole non seulement de la résistance contre les fascistes mais aussi de l'exil qui fut le destin de tant d'Espagnols après la défaite de la République.
Antonio Machado fut peut-être la première victime illustre de cet exil qui pour beaucoup se prolongera jusqu'à la mort de Franco en 1975. Machado mourut de fatigue et de chagrin à Collioure, en France, à la frontière espagnole, le 22 février 1939, quelques semaines après la chute de Barcelone et quelques semaines avant la prise de Madrid et de la fin.

Voir aussi à ce sujet la splendide En Cotlliure de Joan Manuel Serrat

Cette chanson fait partie de la Cantate de l'Exil, comme la dizaine de chansons reprises sur le site des Chansons contre la Guerre. Dans la mesure du possible, dit Marco Valdo M.I., j'en ferai une version française complète. Voici comment elle se présente en espagnol :

Cantata del Exilio

Muerte de Antonio Machado - Argelès-sur-Mer - Dulce muchacha - Celestino Alfonso - Poema de atención - Carta imaginaria a casa - Tema de los campos/ El trabajo libera - La escalera de Mauthausen - Diálogo de Belchite/ Liberación de París - Poema de silencio

Et je le ferai tout spécialement pour les Républicains espagnols auxquels aujourd'hui en 2011 justice n'a pas encore été rendue. Je le fais aussi en pensant à Santiago et à son épouse, Espagnols exilés, qui dans le modeste restaurant qu'ils avaient ouvert près de la Grand Place de Bruxelles, restaurant appelé La Cibèles, ont quelquefois nourri l'impécunieux jeune homme que j'étais.

Ainsi Parlait Marco Valdo M.I.

ATTENTION POÈME !

À présent nous vous demandons
Votre attention pour celui qui chante
Écoutez en silence
N'élevez pas la voix,
Écoutez le poète
silencieux de l'aube,
Celui qui n'écrit pas de vers
Ni utilise des mots
Celui qui rend possible
Le chant du matin
Avec les arbres, avec les mains
Avec le fusil et l'eau.
Écoutez notre frère
D'Auschwitz, camarades
Celui qui meurt dans l'ombre
Celui qui en dit rien
Et celui qui dit tout
Celui qui eut l'espérance,
Celui qui cria sa peur
Et même, celui qui se tait
Le héros, le couard
Le courageux, la canaille
Celui qui souffrit sous la torture
Et se consuma dans les flammes.

inviata da Marco Valdo M.I. - 6/3/2011 - 21:04



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org