Langue   

Jo vull ser rei

Els Pets


Langue: catalan


Peut vous intéresser aussi...

Per això canto cançons
(Joan Isaac)
Pau
(Els Pets)
T'adones, amic
(Raimon)


[1994]
Album: Brut Natural

brutnatural


Ironica e allegra canzoncina sui sacri diritti dinastici, scritta nel 1994 (in tempi non sospetti) dalla band catalana “Els Pets”, letteralmente: “Le scoregge”. All'epoca, era ancora re di Spagna Giancarlo Primo di Borbone (non ho mai capito perché la regina o il re d'Inghilterra debbano essere “Elisabetta” o “Carlo” in italiano, e quello di Spagna non possa essere Giancarlo, tanto più che è nato a Roma, in viale dei Parioli 122 -pure un "pariolino" è!). Giancarlo Primo era stato messo sul trono da Francisco Franco; poi si dice che abbia “facilitato il trapasso alla democrazia”. Però, si chiedono Els Pets, come mai, perbacco, io non potrò mai essere re? Mai votato o eletto? C'è da chiederselo magari anche in questo frangente, con il successore di Giancarlo, tale Filippo, bel fiœu e amorevole papà di reucci che un giorno gli succederanno quando darà le dimissioni (in gergo si dice abdicare, ndr) o tirerà il calzino, che è tutto contro una libera votazione e che non dice nemmeno mezza parola sui modi in cui si è cercato di impedirla, ben sostenuto dal governo, dai partiti (persino quello “socialista”!), dai militari e pure da una non meglio precisata Unione Europea, che pure, ultimamente, ha dovuto subire la defezione di un'antica monarchia dalle sue file. Illuminante la motivazione fornita da re Filippo: “L'economia andrà a rotoli”. Come dire: evviva i sacri e indivisibili confini della Patria! Nel lontano 1994, però, dei ragazzotti musicosi si chiedevano, con un po' di ironico disappunto, perché loro non potessero aspirare ad essere re, ad averci la moto già accesa sotto casa, a poter viaggiare, a andare a sciare in Svizzera. Che volessero la Repubblica? Chissà. Intanto, nel video qua sotto si vedono storiche immagini di re Giancarlo, che , pur avendo abdicato gode tuttora di invidiabile salute (ha 79 anni) e vince persino trofei internazionali in barca a vela. La barca a vela dev'essere roba da re; ne era un campione, ad esempio, anche il famoso Costantino di Grecia (ancora una volta: perché non Konstandinos?), che vinse addirittura la medaglia d'oro alle Olimpiadi di Roma del 1960; qualche anno dopo, invece, vinse un dorato esilio dopo aver fatto male i calcoli in occasione di un colpo di stato fascista (che, peraltro, instaurò la repubblica: come dire, non c'è mai niente di perfetto in questo mondo). Per quel che mi riguarda personalmente di persona, da pischellotto provai, all'Elba, a mettere piede su una barchetta a vela di classe “Laser”, con esiti disastrosi. Poi provai col windsurf, rovesciandomi rovinosamente e beccando in pieno un povero riccio di mare che terminò la sua esistenza piantandomi ventiseimila aculei in un piede. Ciò dimostra ché né io e né i Pets catalani potremo mai essere re. Però mi piace terminare con le parole di un suddito di una monarchia, definito “un barbaro non privo d'ingegno”, scritte parecchio tempo addietro per una sua recita. Si chiamava Guglielmo (non vedo perché chiamarlo “William”).

Oh gentiluomini, il tempo della vita è breve!
Trascorrere questa brevità nella bassezza
sarebbe cosa troppo lunga.
Se viviamo è per marciare sulla testa dei Re.

[AT-XXI]

Jo vull ser rei
ser per collons cap de l´Estat,
tenir-ho tot fet
només per ser fill de papà
fer-ho tot bé,
mai ser escollit, mai ser votat
sempre trobar
la moto amb el botó engegat.

Tan avorrit d'estar envoltat
per una colla de llepons
suant infal·libilitat
com un cacic o un dictador.

Fotre un polvet
amb la total seguretat
de que el xiquet
tindrà el futur encaminat,
tenir a en Porcel
per poder-me defensar
o fer un discurs
que ben segur que aplaudiran.

Tan avorrit d'estar envoltat
per una colla de llepons
suant infal·libilitat
com un cacic o un dictador.

Si és cert que som iguals davant la llei
per què collons jo mai podré ser rei,
podré ser rei,
podré ser rei?

Reivindicar
al que em va colocar on sóc
sense parlar
res que no sigui l´espanyol,
i viatjar molt
sigui oficial o per plaer
que ja se sap
que a Suïssa s´esquia molt bé.

Tan avorrit d'estar envoltat
per una colla de llepons
suant infal·libilitat
com un cacic o un dictador.

Si és cert que som iguals davant la llei
per què collons jo mai podré ser rei,
podré ser rei,
podré ser rei?

envoyé par L'Anonimo Toscano del XXI secolo - 5/10/2017 - 11:38




Langue: italien

Traduzione italiana dell'Anonimo Toscano del XXI Secolo
5 ottobre 2017 11:50
VOGLIO ESSERE RE

Voglio essere re
essere, cazzo, capo dello Stato
aver tutto già pronto
solo perché sono figlio di papà,
far tutto ammodo
non essere mai eletto, non essere mai votato
trovare sempre
la moto col bottone già pigiato.

Tanto annoiato d'essere circondato
da una banda di leccaculo
che trasudano infallibilità
come un cacicco o un dittatore.

Farsi una scopatina
con la completa certezza
che il pargolo
avrà il futuro già ben segnato.
Avere il Porcel [1]
per potermi difendere
o fare un discorso
del tutto certo che applaudiranno.

Tanto annoiato d'essere circondato
da una banda di leccaculo
che trasudano infallibilità
come un cacicco o un dittatore.

Se è certo che siamo uguali davanti alla legge
perché, cazzo, io non potrò mai essere re,
essere re,
essere re?

Rivendicare
chi mi ha messo qui dove sono
senza parlare
nient'altro che lo spagnolo.
E viaggiare molto
sia ufficialmente che per diletto
ché beh si sa
che in Svizzera si scia benissimo.

Tanto annoiato d'essere circondato
da una banda di leccaculo
che trasudano infallibilità
come un cacicco o un dittatore.

Se è certo che siamo uguali davanti alla legge
perché, cazzo, io non potrò mai essere re,
essere re,
essere re?
[1] Baltasar Porcel i Pujol (1937-2009), importante scrittore, saggista, drammaturgo e giornalista maiorchino, che scrisse sia in lingua castigliana che catalana. Particolarmente nota fu la sua stretta amicizia con Giancarlo I di Borbone.

5/10/2017 - 11:50




Langue: français

Version française – ÊTRE ROI – Marco Valdo M.I. – 2017
d’après la version italienne VOGLIO ESSERE RE de l’ Anonimo Toscano del XXI Secolo
d’une Chanson catalane – Jo vull ser rei – Els Pets – 1994


Les élèves d'un lycée de Barcelone jouent "Jo vull ser rei" dans le jardin de leur école & environs.


Une chansonnette amusante et ironique sur les droits sacrés des dynasties, écrite en 1994 (in tempore non suspecto) par le groupe catalan « Els Pets », littéralement : « Les Pets » (ou les prouts). À l’époque, Juan Carlos 1er (Juan Carlos Alfonso Víctor María de Borbón y Borbón-Dos Sicilias) était encore roi d’Espagne (je n’ai jamais compris pourquoi la reine ou le roi d’Angleterre doivent s’appeler « Elisabetta » ou « Carlo » en italien, et celui d’Espagne ne pourrait pas être Giancarlo – en français : Jean-Charles, d’autant plus qu’il est né à Rome, viale dei Parioli 122 – c’est même un « pariolino » (nom donné aux habitants de ce quartier assez snob ; dans les campagnes, on dirait « un de la ville » !). Jean-Charles Premier avait été mis sur le trône par Francisco Franco ; ensuite on a dit qu’« il avait facilité le passage à la démocratie ».

Cependant, Els Pets se demandent, comment est-ce possible, putain, je ne pourrais jamais être roi ? Jamais voté ou élu ? C’est ce que se demandait peut-être lui aussi dans cette circonstance, le successeur de Jean-Charles, un certain Philippe, un beau fieu et affectueux papa de roitelets qui un jour lui succéderont lorsque il donnera sa démission (en jargon, on dit abdiquer, ndr) ou tirera sa révérence, qui est obstinément absolument contre un vote libre et qui n’a même pas dit un mot sur les façons avec lesquelles on a cherché à l’empêcher, bien soutenu par le gouvernement, les partis (même celui « socialiste » !), les militaires et une improbable Union Européenne, qui pourtant, dernièrement, a dû subir la défection d’une ancienne monarchie. La motivation fournie par le roi Philippe est éclairante : « L’économie sera sur les genoux ». Autant dire : Vive les sacrées et indivisibles frontières de la Patrie !

Dans la lointaine 1994, cependant, des garçons musiqueux se demandaient, avec un peu de désappointement ironique, pourquoi ils ne pouvaient pas aspirer à être rois, avoir la moto déjà pétaradante au pied de la maison, pouvoir voyager et aller faire du ski en Suisse. Qui voudraient la République ? Peut-être. Entre temps, ici, on voit des images historiques du roi Jean-Charles, qui, bien qu’ayant abdiqué jouit toujours d’une enviable santé (à 79 ans) et remporte même des trophées internationaux en voilier. Le voilier doit être une affaire de roi ; Constantin de Grèce (encore une fois : pourquoi pas Konstandinos ?), par exemple, en était un champion et célèbre, il remporta même la médaille d’or aux Olympiades de Rome de 1960 ; quelques années après, par contre, il gagna un exil doré après avoir mal fait ses calculs à l’occasion d’un coup d’état fasciste (qui, d’autre part, instaura la république ; c’est dire qu’il n’y a jamais rien de parfait dans ce monde).

Pour ce qui me concerne moi personnellement en personne, encore tout gamin je tentai, à l’Elbe, de mettre pied sur un petit bateau à voile de classe « Laser », avec des résultats désastreux. Ensuite je m’essayai au windsurf, en me renversant catastrophiquement et en frappant de plein fouet un pauvre oursin qui termina son existence en me plantant vingt-six mille aiguillons dans un pied. Cela prouve que ni moi, ni les Pets catalans ne nous pourrons jamais être rois. Cependant, il me plaît terminer avec les mots d’un sujet d’une monarchie, défini comme « un barbare ne manquant pas de talent », écrits il y a quelque temps pour une de ses pièces. Il s’appelait Guglielmo (je ne vois pas pourquoi l’appeler « William »).

« Oh gentilhommes, le temps de la vie est bref !
Passer cette brièveté dans la bassesse
Serait chose trop longue.
Si nous vivons, c’est pour marcher sur la tête des Rois. »


[At-XXI]


Dialogue Maïeutique
Tu vois, Lucien l’âne mon ami, notre ami l’Athée du XXIième siècle est de retour. Saluons-le.

Juan2BCarlos2Bchampion2Bvoile2B79-ans


Oh, oui, Marco Valdo M.I. mon ami, il convient de toujours saluer les athées, car ce sont des amis, surtout pour nous les ânes qui ne croyons ni à Dieu(x), ni à diable(s) ; ni aux barbus, ni aux cornus. Je le salue donc. Et j’en profite pour lui signaler cet autre marin de plaisance qu’était Guillaume, alias Wilhelm, alias Friedrich Wilhelm Viktor Albrecht von Hohenzollern,Guillaume dessine des bateaux tellement passionné de régates du côté de Kiel, qu’il se fit faire une marine complète avec croiseurs et sous-marins ; les choses se sont mal terminées pour lui aussi et pire encore évidemment pour les populations qui le chérissaient tellement – croyait-il. Là aussi, il y eut des surprises.

Tout cela est exact, Lucien l’âne mon ami, mais il me faut en venir à la canzone et d’abord et avant tout, rappeler que c’est une chanson catalane et qu’avec le recul (elle date de 1994 et nous sommes en 2017), elle éclaire d’une singulière lueur les événements qui se déroulent actuellement. Une petite remarque pour attirer ton attention sur le fait que j’ai laissé de côté la référence directe à Porcel, plus exactement Baltasar Porcel le Pujol (1937-2009), important écrivain, essayiste, dramaturge et journaliste majorcain, qui écrivit tant en castillan qu’en catalan. Il fut très lié à Jean-Charles de Bourbon et que je lui ai préféré le nom de « plume », nettement plus général, lequel englobe tous les scribes, écrivassiers, journaleux à la solde du pouvoir. Au passage, on aurait ainsi une interprétation un peu hérétique de l’adage « La plume est serve, mais la parole est libre », que j’interpréterais et que j’utiliserais de la façon suivante : les plumitifs (gens à la solde du pouvoir central et en ce cas, royal) sont à la botte, mais la parole de la rue est libre. Autre façon d’éclairer les événements. Pour le reste, je te laisse découvrir le texte de cette chanson où la fonction et la personne royales sont plongées dans un bain d’acide ironique.

Oh, dit Lucien l’âne en riant de toutes ses dents, c’est une vision très populaire, mais les puissants ne l’entendent pas de cette oreille. Ils n’aiment pas les caricatures ; c’est contraire à leur nature révérencieuse et protocolaire et pour tout dire, imbue d’elle-même plus que raison. Les riches et les puissants détestent qu’on se moque de leurs petits travers et de leurs gros ridicules (grosses bagnoles, costumes d’apparence, démarches guindées, langues ampoulées, cous amidonnés), car – et ils ont raison – ils soupçonnent qu’on met ainsi en cause leur importance. En fait, elle est égale à toutes les autres, c’est-à-dire nulle ou infinie. Ce qui les gêne, c’est surtout qu’elle soit égale. C’est l’égalité qu’ils veulent exclure de la légalité. Quant à nous, reprenons notre tâche et tissons le linceul de ce monde riche, trop riche, inégal, insensé, raide, gonflé de son importance et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
ÊTRE ROI

Je veux être roi !
Être, bordel, chef de l’État !
Avoir tout pour moi

Parce que je suis le fils à papa ;
Faire tout à ma mode
Sans être jamais élu, jamais candidat ;
Avoir toujours prête
Ma moto en bas de chez moi.

Très gêné d’être entouré
D’une bande de lèche-bottes
Qui suent l’infaillibilité
Tel un dictateur, tel un cacique.

Me faire une petite baise
Avec la certitude
Que l’enfant ainsi né
Aura son avenir bien assuré.
Avoir une plume
Qui me défende
Ou me fasse des discours
Que tous applaudissent toujours.

Très gêné d’être entouré
D’une bande de lèche-bottes
Qui suent l’infaillibilité
Tel un dictateur, tel un cacique.

S’il est certain qu’on est égaux devant la loi,
Pourquoi, bordel, je ne pourrais jamais être roi,
Être roi,
Être roi ?

Réclamer
Contre qui m’a mis ici
À ne parler
Que l’espagnol et puis,
Beaucoup voyager
Tant officiellement que pour mon plaisir
Qui est, comme on sait,
De skier en Suisse à loisir.

Très gêné d’être entouré
D’une bande de lèche-bottes
Qui suent l’infaillibilité
Tel un dictateur, tel un cacique.

S’il est certain qu’on est égaux devant la loi,
Pourquoi, bordel, je ne pourrais jamais être roi,
Être roi,
Être roi ?

7/10/2017 - 14:44




Langue: espagnol

Versione spagnola da Cataloterapia

Canción muy republicana, en la que el cantante se pregunta por qué él no puede ser rey, con todas las facilidades que eso conllevaría. Predomina la ironía, y la letra está bien trabajada.
YO QUIERO SER REY

Yo quiero ser rey,
ser por cojones jefe de Estado,
tenerlo todo hecho
sólo por ser hijo de papá.
Hacerlo todo bien,
nunca ser elegido, nunca ser votado,
siempre encontrar
la moto con el motor
en marcha.

Tan aburrido de estar rodeado
por un puñado de chupaculos,
sudando infalibilidad
como un cacique o un dictador.

Echar un polvo
con la total seguridad
de que el chiquillo
tendrá el futuro encaminado.
Tener a Porcel
para poderme defender,
o hacer un discurso
que seguro que aplaudirán.

Tan aburrido de estar rodeado
por un puñado de chupaculos,
sudando infalibilidad
como un cacique o un dictador.

Se sabe que somos iguales ante la ley;
¿por qué cojones yo nunca
podré ser rey?

Reivindicar
al que me colocó donde estoy
sin hablar
nada que no sea español.

Y viajar mucho,
ya sea oficial o por placer,
que ya se sabe
que en Suiza se esquía muy bien.

Tan aburrido de estar rodeado
por un puñado de chupaculos,
sudando infalibilidad
como un cacique o un dictador.

Se sabe que somos iguales
ante la ley;
¿por qué cojones yo nunca
podré ser rey?

31/10/2017 - 23:03


Page principale CCG

indiquer les éventuelles erreurs dans les textes ou dans les commentaires antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org