Langue   

Agafant l'horitzó

Txarango


Langues: catalan, espagnol


Peut vous intéresser aussi...

Para todos, todo (No morirá la flor de la palabra)
(Subcomandante Marcos)
Esperança
(Txarango)
Vamos a la playa
(Righeira)


(2017)

Txarango


'Agafant l'horitzó' és un tema que Txarango hem composat pel sí al referèndum de Catalunya, per un sí transformador. La cançó ha comptat amb la col·laboració de Gemma Humet, Aspencat, Cesk Freixas, Les Kol·lontai (Montse Castellà, Sílvia Comes, Meritxell Gené i Ivette Nadal) i Ascensa Furore.

El tema ha estat inspirat en la tornada final del tema 'Article 1.1' de Cesk Freixas i en els versos d'Ovidi Montllor. Des del món de la música no ens quedem amb els braços plegats. Perquè començar de nou és una oportunitat per reconstruir tots els aspectes de la nostra societat. Perquè aquells que somiem en un altre món possible, sabem que cal canviar-ho tot.

*

'Agafant l'horitzó' (Afferrando l'orizzionte) è un pezzo che i Txarango hanno composto in appoggio al sì al referendum in Catalogna, per un sì di cambiamento. La canzone ha contato con la collaborazione di Gemma Humet, Aspencat, Cesk Freixas, Les Kol·lontai (Montse Castellà, Sílvia Comes, Meritxell Gené e Ivette Nadal) e Ascensa Furore.

Il testo è ispirato al ritornello finale del tema 'Article 1.1' di Cesk Freixas e a versi di Ovidi Montllor. Dal mondo della musica non resteremo con le mani in mano. Perché cominciare da zero è una opportunità per ricostruire tutti gli aspetti della nostra società. Perché quel che sogniamo è un altro mondo possibile, sappiamo che è necessario cambiare tutto.


Questo sito è per natura contro i nazionalismi, e non vogliamo prendere le parti del nazionalismo catalano contro il nazionalismo spagnolo. Però vogliamo ribadire il nostro appoggio al diritto di qualunque popolo di decidere del proprio futuro, se lo desidera anche attraverso un'indipendenza che - come dice questa canzone - sia un primo passo per cambiare un intero sistema. E soprattutto condanniamo i meschini tentativi del governo reazionario di Rajoy di fermare attraverso le intimidazioni giudiziarie e la repressione poliziesca un legittimo processo democratico di autodeterminazione.
Tenim futur, tenim memòria.
Foc a les mans per teixir la història.
Portem en elles un llarg camí.
Viure vol dir prendre partit.

No volem fum, no volem dreceres.
Aquí no venim a fer volar banderes.
Comptem amb tu, ara no pots fallar.
Un dia u per tornar a començar.

Gent de mar, de rius i de muntanyes.
Ho tindrem tot i es parlarà de vida.
Gent de mar, de rius i de muntanyes.
Ho tindrem tot i es parlarà de vida.

Anem lluny, serem molts empenyent endavant.
Qui sembra rebel·lia, recull la llibertat.
Que no ens guanyi la por. El demà avui és nostre.
Tu i jo agafant l’horitzó.

Ara i aquí és el moment del poble.
No serà nostre si no hi som totes.
És part de tu, també és part de mi.
Viure vol dir prendre partit.

No tenim a les mans els problemes del món.
No hi tenim totes les solucions.
Però venim amb coratge i amb somnis gegants.
I pels problemes del món tenim les nostres mans.

Res per nosaltres; per a totes, tot.
A la por i al racisme, calar-hi foc.
Qui treballa la terra se la mereix.
El poble mana, el govern obeeix.

Nuestras manos seran nuestro capital.
Quien mueva el engranaje debe decidir.
Crear, construir consciencia popular.
Eterna divisa que nos guia; vivir llibres o morir.

Gent de mar, de rius i de muntanyes.
Ho tindrem tot i es parlarà de vida.
Gent de mar, de rius i de muntanyes.
Ho tindrem tot i es parlarà de vida.

Anem lluny, serem molts empenyent endavant.
Qui sembra rebel·lia, recull la llibertat.
Que no ens guanyi la por. El demà avui és nostre.
Tu i jo agafant l’horitzó.

Serem llum, serem molts empenyent endavant.
Som futur i alegria seguint el pas dels anys.
Que no ens guanyi la por. El demà avui és nostre.
Tu i jo agafant l’horitzó.

Gent de mar, de rius i de muntanyes.
Ho tindrem tot i es parlarà de vida.
Gent de mar, de rius i de muntanyes.
Ho tindrem tot i es parlarà de vida.

20/9/2017 - 22:31




Langue: italien

Traduzione italiana di Lorenzo Masetti
AFFERANDO L'ORIZZONTE

Abbiamo futuro, abbiamo memoria
Fuoco nelle mani per tessere la storia
portiamo in mano un lungo cammino
Vivere vuol dire prendere partito.

Non vogliamo fumo, non vogliamo scorciatoie
Non veniamo qui a sventolare bandiere
Contiamo su di te, ora non puoi sbagliare
Un giorno o per ricominciare

Gente di mare, di fiumi e di montagne
Otterremo tutto e parleremo della vita
Gente di mare, di fiumi e di montagne
Otterremo tutto e parleremo della vita

Andiamo lontano, saremo in molti a spingere in avanti
chi semina ribellione, raccoglie la libertà
che non ci vinca la paura. Il domani oggi è nostro
Io e te afferrando l'orizzonte.

Qui e ora è il momento del popolo
Non sarà nostro se non ci siamo tutti
è parte di te, è anche parte di me.
Vivere vuol dire prendere partito.

Non abbiamo in mano i problemi del mondo
Non abbiamo tutte le soluzioni.
Però veniamo con coraggio e con sogni giganti
E per i problemi del mondo abbiamo le nostre mani

Per noi niente, per tutti tutto [1]
La paura e il razzismo, li inceneriremo
Chi lavora la terra se la merita
il popolo comanda, il governo obbedisce.

Le nostre mani saranno il nostro capitale
Chi muove l'ingranaggio deve decidere.
Creare, costruire coscienza popolare
Motto eterno che ci guida: vivere liberi o morire.

Gente di mare, di fiumi e di montagne
Otterremo tutto e parleremo della vita
Gente di mare, di fiumi e di montagne
Otterremo tutto e parleremo della vita

Saremo luce, saremo in molti a spingere in avanti.
Siamo futuro e allegria lungo lo scorrere degli anni
che non ci vinca la paura. Il domani oggi è nostro
Io e te afferrando l'orizzonte.

Gente di mare, di fiumi e di montagne
Otterremo tutto e parleremo della vita
Gente di mare, di fiumi e di montagne
Otterremo tutto e parleremo della vita
[1] citazione del Subcomandante Marcos: Para todos todo. Para nosotros nada.

1/10/2017 - 22:13




Langue: français

Version française – NOUS ATTEINDRONS L’HORIZON – Marco Valdo M.I. – 2017
d’après la version italienne AFFERANDO L’ORIZZONTE de Lorenzo Masetti
d’une chanson catalane « Agafant l’horitzó » de Txarango – 2017

’Agafant l’horitzó’ (NOUS ATTEINDRONS L’HORIZON) est un morceau que Txarango a composé pour soutenir le oui au référendum en Catalogne, pour un oui de changement. La chanson a reçu la collaboration de Gemma Humet, d’Aspencat, de Cesk Freixas, de Les Kol·lontai (Montse Castellà, Sílvia Comes, Meritxell Gené et Ivette Nadal) et Ascensa Fureur.

Le texte est inspiré au refrain final du thème ’Article 1,1’ de Cesk Freixas et à de vers d’Ovidi Montllor. Du monde de la musique, nous ne resterons pas avec les mains inertes. Parce que recommencer de zéro , c’est une opportunité pour reconstruire tous les aspects de notre société. Parce que nous rêvons qu’un autre monde est possible, nous savons qu’il est nécessaire de changer tout.


Ce site est par nature contre les nationalismes, et nous ne voulons pas prendre le parti du nationalisme catalan contre le nationalisme espagnol. Cependant, nous voulons réaffirmer notre soutien au droit de tout peuple de décider de son propre futur, s’il le désire même à travers une indépendance qui – comme dit cette chanson – soit un premier pas pour changer le système entier. Et surtout nous condamnons les mesquines tentatives du gouvernement réactionnaire de Rajoy d’arrêter à travers les intimidations judiciaires et la répression policière un légitime processus démocratique d’autodétermination.

Commençons mon cher Lucien l’âne par une conversation contre la guerre entre deux membres des Canzoni contro la Guerra ; dialogue que j’ai pris la peine de traduire, car il intéresse toute l’Europe d’aujourd’hui et plus encore, de demain. Ensuite, nous irons de notre petit dialogue maïeutique.

On a donc : B.B. et Lorenzo qui confrontent leurs opinions sur ce qui se passe en Catalogne et à Barcelone que chantait Boris Vian.

Conversation contre la Guerre

La Catalogne est déjà une communauté autonome, comme toutes les autres régions d’Espagne.

Je pense que cette revendication de l’indépendance est une volonté nationaliste et égoïste, stérile et porteuse seulement de nouvelles frontières et de difficultés, au fond « léghiste » (comme la Ligue du Nord, en Italie), pour nous comprendre.

Toutefois, ensemble à toutes les autres communautés autonomes, la Catalogne aurait pu forcer l’État à une révision constitutionnelle dans un sens plus fédéral, surtout sous le profil fiscal. En démocratie certains objectifs, s’ils se veulent légitimes et consolidés, s’atteignent à travers des négociations et des accords et pas par des épreuves de force.

Cela dit, la réaction violente du gouvernement espagnol est honteuse, mais dans la droite ligne où ce gouvernement a toujours été même après le franquisme : un gendarme autoritaire toujours concentré rabattre les différentes poussées centrifuges.(B.B. – 1/10/2017 – 14:16)

Je ne suis absolument pas d’accord avec l’assimilation de l’indépendantisme catalan au « léghisme » (italien). Historiquement l’indépendantisme catalan, comme le basque, le breton, le corse et dans une certaine mesure même, le sarde ont été et sont des mouvements de gauche, inclusifs et pas xénophobes. Ensuite, il y a aussi certainement des motivations moins idéalistes, vu que la Catalogne est une des régions les plus riches de l’Espagne, même si depuis quelques années, elle a été frappée comme le reste de l’Europe du Sud par une crise économique très grave. Il suffit de penser que le front des partis catalans en faveur du oui inclut un parti bourgeois de centre droit comme l’ex-Convergència Unió et la gauche d’Esquerra Republicana. Mais en dehors des partis, je pense que c’est un mouvement populaire que nous ne pouvons pas taxer de racisme. Au fond, Barcelone a été l’unique parmi les grandes villes européennes à organiser une manifestation en faveur de l’accueil des roms au lieu de défilés aux flambeaux contre les roms. Et les gens qui participaient à cette manifestation étaient dans une large mesure les mêmes qui manifestent pour l’indépendance ; donc, les accuser de léghisme me semble vraiment déplacé.

Il convient de dire que si nous sommes arrivés à ce point c’est à cause du refus absolu du gouvernement espagnol de traiter et de dialoguer. Probablement avec un gouvernement moins autoritaire et moins centraliste, on serait arrivé à un accord dans un sens plus fédéraliste ou à un référendum concerté qui dans une situation plus conciliante aurait vu sans doute les Catalans choisir de rester à l’intérieur de l’Espagne.

Par ailleurs, la question n’était pas pour ou contre l’indépendance, mais celle de la possibilité de pouvoir voter. Je voudrais voir ce qu’aurait écrit El País, si au Venezuela, la « dictature chaviste » avait envoyé la police séquestrer les urnes pour empêcher le référendum de l’opposition. (Lorenzo – 1/10/2017 – 18:23)

Je n’ai certainement pas taxé les indépendantistes catalans de xénophobie et de racisme, c’est ton interprétation personnelle de ce que j’ai dit. J’ai utilisé « léghiste » une seule fois et entre des guillemets.

Je réaffirme cependant que, à mon avis, les indépendantistes catalans (qui ne représentent pas la majorité de cette communauté) sont des nationalistes et des populistes. Et moi personnellement j’abhorre les deux choses, avec les frontières et les référendums qui en sont l’expression.

Il n’y a pas un nationalisme et un populisme mauvais – celui de droite – et un nationalisme et un populisme bon – celui de gauche.

Et ensuite, au bout du compte, cette indépendance catalane, c’est une velléité que même ceux qui la soutiennent ne savent comment elle pourra jamais fonctionner. Seulement l’énième multiplication de règles, de lois, de taxes et de centres décisionnels.

Salutations (B.B. – 1/10/2017 – 20:19)

Mille excuses B.B, mais l’indépendance catalane fonctionnerait exactement comme tous les autres États, comme ont fonctionné dans les vingt-cinq dernières années par exemple la Slovénie, la Slovaquie, la République Tchèque, la Lettonia, le Montenegro, etc. Il est clair que ce ne serait pas la solution à tous les problèmes, mais elle fonctionnerait plus ou moins, avec sa dose d’injustices, de répression, de lois, de taxes, de corruption, peut-être un tantinet moins, parce que pour arriver au niveau de la monarchie borbonica gouvernée par les post-franquistes de Rajoy, il en faudrait ! (Lorenzo – 1/10/2017 – 21:13)

Ça ne fonctionnera pas, car ensuite arriveront les Basques et tous les autres pour demander la même chose. Ce serait un grand foutoir qui aurait pu être géré en renforçant une organisation fédérale.

Mais ensuite, je me demande, de gauche quel sens y a-t-il à aspirer à un énième petit État quand l’Ennemi de toujours, le Capital, fonctionne au niveau global, en se foutant des frontières qui sont réservées seulement aux hommes et, en particulier, aux derniers et plus désespérés et sans défense ?

Excuse-moi, mais j’ai vraiment des difficultés à choisir entre le nationalisme de gauche du Puigdemont et celui post-fasciste de Rajoy… (B.B. – 1/10/2017 – 21:58)

Eh bien, Puigdemont n’est même pas de gauche, c’est plus ou moins un démocrate-chrétien. Mais parmi ceux qui chantent « Cara al sol » en défendant l’intouchabilité de l’Espagne sacrée et les gens qui pacifiquement font la queue pour voter et sont matraqués, je sais bien de quel côté je suis. (lorenzo – 1/10/2017 – 22:21)

Lorenzo, t’es-tu aperçu qu’aujourd’hui, on est le 1 octobre 2017 et pas le 26 janvier 1939 ? (B.B. – 1/10/2017 – 22:36)

Eh bien moi, oui, je m’en suis aperçu. Il faudrait aussi que s’en aperçoivent ces gens-là ces gens ici… (les partisans de Rajoy qui font le salut fasciste en chantant « Cara al sol »). (Lorenzo – 1/10/2017 – 22:52)


Dialogue Maïeutique

Carte Europe autonome


Souviens-toi, Lucien l’âne mon ami, les Espagnols ne voulaient pas nous laisser notre indépendance et nous, nous avons réussi à nous débarrasser de ces Grands d’Espagne et leurs sbires qu’envoyait le Roi Philippe (en espagnol Felipe), disait Till Uylenspiegel. Ce même Philippe de la chanson Till et Philippe:

« Inerte, sec, revêche, sans émotion,
Philippe, fils de Carolus Quintus
Confit en dévotions.
Philippe se signe à l'Angélus. »

Auparavant, ces Espagnols avaient fait de grands massacres et de grands bûchers ; ils avaient ravagé toutes nos régions.

J’entends des voix d’Indiens d’Amérique, ajoute Lamme Goedzack.

Moi, j’entends les voix des réfugiés de 1936-39 et tous ceux qui en payèrent le prix dans les années suivantes, dit Marco Valdo M.I.

Et moi, dit Lucien l’âne, j’ai souvenir de l’écrasement de Barcelone par les Bourbons d’Espagne vers 1700, le roi d’Espagne s’appelait Philippe (en espagnol : Felipe). Encore un Felipe – Philippe ; ces rois Philippe sont des calamités.

Cet asservissement de la Catalogne à l’Espagne est une longue histoire qu’on tente de passer sous silence et qui qu’on le veuille ou non, ressort toujours. Et je me demande bien ce qui justifie la domination de tel ou tel État sur telle ou telle population, sauf peut-être l’éternelle revendication des riches et des puissants de conserver leurs privilèges, leurs pouvoirs et leurs possessions. Et puis, je comprends les gens de Catalogne qui veulent – comme bien des Basques, des Galiciens… – se débarrasser du centralisme madrilène, qui fleure encore toujours la vieille Espagne, celle des Bourbons, du Royaume et de Franco.

Pour l’instant, dans le cas d’une indépendance nouvelle ou retrouvée – dans n’importe quelle région d’Europe, on aura un pouvoir à la place d’un autre, mais il n’est sans doute pas nécessaire et surtout sous les formes que l’on connaît actuellement, lesquelles résultant principalement de la Guerre de Cent Mille Ans que les riches et les puissants font aux pauvres. Donc, dans l’immédiat, la vraie question, dit Lucien l’âne, pour nous qui voyons les choses d’ici et maintenant, du fond d’une des réserves indiennes de Wallonie, est d’articuler les bons niveaux de décision.

Exactement, dit Marco Valdo M.I. On aurait nettement tendance à imaginer une Europe (niveau assez général en attendant de n’avoir plus qu’une humaine nation), des régions (niveau suffisant) et une solide réduction de l’emprise des États nationaux, ou carrément, la disparition de ces vieilles structures héritées du XIXe siècle, qui ne semblent plus du tout adaptées au réel, comme des costumes surannés et usés aux entournures.

Oh, dit Lucien l’âne, quel mal y aurait-il à laisser les gens vivre comme ils l’entendent et quel mal y aurait-il à démantibuler ces vieilles structures issues d’ambitions anciennes pour les remplacer par des dispositions nouvelles, plus conformes au réel contemporain et sans doute aussi, libératoires de vieilles turpitudes et génératrices de pestilences et de rancœurs. Il s’agirait de combiner des entités plus petites, plus cohérentes dans un système (sans aucun doute plus) complexe au niveau le plus général (possible, comme disait Candide).

Il est évident que (et je survole à peine à titre exemplatif ; chacun complétera dans son aire habituelle) à première vue : les Bretons, les Basques, les Occitans, les Catalans, les Wallons, les Flamands, les Bruxellois… ont exprimé des souhaits d’autonomie et il serait bien d’y donner suite avant qu’on en vienne à plus d’ébullition. Il y faut de la souplesse.

En somme, aménager les pouvoirs pour permettre aux hommes d’organiser leur vie. Cela évitera aux voisins de se comporter en ennemis et incitera – bien au contraire – à des rapprochements de bonne entente, fondées cette fois sur la liberté. Les relations de bon voisinage sont incontournables si l’on veut que les routes conduisent encore quelque part et ces relations ne peuvent exister que dans une entente pacifique fondée sur l’autonomie de tout qui la réclame. Dans les temps qui viennent, les vieux pays, héritages de forfaitures passées, n’arriveront plus à régenter les gens de force et de plus, leur utilité s’évapore à vue d’œil, tout comme leur pertinence.

Il s’agit de donner de l’air à l’ensemble d’autant plus que le dit-ensemble (Europe ?) risque bien de ne pas se ressembler d’ici quelque temps et deux ou trois migrations plus loin.

Pour le reste, Lucien l’âne mon ami, toi, moi et les autres, on continuerait notre vie de grain de sable. Vamos a la playa… et tissons le linceul de ce vieux monde oppresseur, envahisseur, dominateur et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
NOUS ATTEINDRONS L’HORIZON

Nous avons le futur, nous avons la mémoire,
Du feu dans les mains pour tisser l’histoire.
Nous avons fait un long chemin jusqu’ici :
Vivre veut dire prendre parti.

Nous ne voulons pas de flou, nous ne voulons pas reculer
Nous ne venons pas ici agiter des drapeaux
Nous comptons sur toi, à présent il ne faut pas se tromper
Un jour pour recommencer à nouveau

Gens de la mer, des fleuves et des montagnes,
Nous aurons tout et nous parlerons de la vie.
Gens de mer, de fleuves et de montagnes,
Nous aurons tout et nous parlerons de la vie.

Allons loin, nous serons nombreux à pousser ;
Qui sème la rébellion, récolte la liberté !
La peur ne nous fait pas peur. Demain, aujourd’hui sera nôtre,
Toi et moi, nous atteindrons l’horizon.

Ici et maintenant, c’est le moment du peuple !
Il ne sera pas à nous, si on n’y est pas tous aujourd’hui
Pour toi, pour moi, pour notre peuple.
Vivre veut dire prendre parti.

Nous ne résoudrons pas tous les problèmes du monde,
Nous n’avons pas toutes les solutions,
Mais nous venons avec notre courage et nos rêves
Et de nos mains, nous referons notre monde.

Rien pour nous, tout pour les autres.
Nous incendierons la peur et le racisme.
Qui travaille la terre, la mérite !
Le gouvernement obéit, le peuple commande !

Nos mains sont notre richesse,
Qui connaît la machine doit conduire.
Créer, construire une conscience populaire,
Notre devise : vivre libres ou mourir.

Gens de la mer, des fleuves et des montagnes,
Nous aurons tout et nous parlerons de la vie.
Gens de mer, de fleuves et de montagnes,
Nous aurons tout et nous parlerons de la vie.

Nous serons la lumière, nous serons nombreux à l’unisson.
Nous sommes le futur et la joie,
La peur ne vaincra pas.
Toi et moi, on atteindra l’horizon !

Gens de la mer, des fleuves et des montagnes,
Nous aurons tout et nous parlerons de la vie.
Gens de mer, de fleuves et de montagnes,
Nous aurons tout et nous parlerons de la vie.

envoyé par Marco Valdo M.I. - 4/10/2017 - 11:14


Quella di Catalogna è già una comunità autonoma, come peraltro tutte le altre regioni di Spagna.

Penso che quella dell'indipendenza sia una volontà nazionalista ed egoista, inconcludente e portatrice solo di nuovi confini e di guasti, in fondo "leghista", per intenderci qua tra noi.

Semmai, insieme a tutte le altre comunità autonome, la Catalogna avrebbe potuto costringere lo Stato ad una revisione costituzionale in senso più federale, soprattutto sotto il profilo fiscale. In democrazia certi traguardi, se si vogliono legittimi e consolidati, si raggiungono attraverso trattative ed accordi e non prove di forza.

Detto questo, la reazione violenta del governo spagnolo è vergognosa, ma in linea con quello che quel governo è sempre stato anche dopo il franchismo, un gendarme autoritario sempre concentrato a rintuzzare le diverse spinte centrifughe.

B.B. - 1/10/2017 - 14:16


Non sono assolutamente d'accordo con l'assimilare l'indipendentismo catalano al leghismo. Storicamente l'indipendentismo catalano, come quello basco, quello bretone, quello corso e in una certa misura anche quello sardo sono stati e sono movimenti di sinistra, inclusivi e non xenofobi. Poi certamente ci saranno anche motivazioni meno idealiste, dato che alla fine la Catalogna è una delle regioni più ricche della Spagna, anche se negli ultimi anni è stata colpita come il resto dell'Europa del sud da una crisi economica molto grave. Basti pensare che il fronte dei partiti catalani a favore del sì include un partito borghese di centrodestra come gli ex Convergència i Unió e la sinistra di Esquerra Republicana. Ma a parte i partiti, penso che ci sia un movimento popolare che non possiamo tacciare di razzismo. In fondo Barcellona è stata l'unica tra le grandi città europee a organizzare una manifestazione a favore dell'accoglienza invece delle fiaccolate contro i rom. E la gente che partecipava a quella manifestazione era in larga misura la stessa che manifestava per l'indipendenza quindi accusarli di leghismo mi sembra veramente fuori luogo.

C'è da dire che se siamo arrivati a questo punto è a causa di una assoluto rifiuto del governo spagnolo di trattare e di dialogare. Probabilmente con un governo meno autoritario e centralista si sarebbe arrivati ad un accordo in senso più federalista o ad un referendum concordato che in una situazione più conciliante avrebbe visto senz'altro i catalani scegliere di rimanere all'interno della Spagna.

D'altra parte la questione non era essere pro o contro l'indipendenza, ma la possibilità di poter votare. Vorrei vedere cosa avrebbe scritto El País se in Venezuela la "dittatura chavista" avesse mandato la polizia a sequestrare le urne per impedire il referendum dell'opposizione.

La risposta della Guardia Civil


Catalunya

Lorenzo - 1/10/2017 - 18:23


Io non ho certo tacciato gli indipendentisti catalani di xenofobia e di razzismo, è la tua personale interpretazione di quello che ho detto. Ho anche usato "leghista" una sola volta e tra virgolette.

Ribadisco però che, a mio parere, gli indipendentisti catalani (che non rappresentano nemmeno la maggioranza di quella comunità) sono dei nazionalisti e dei populisti. Ed io personalmente aborrisco entrambe le cose, insieme ai confini e ai referendum che ne sono espressione.

Non ci sono un nazionalismo ed un populismo cattivi - quelli di destra - ed un nazionalismo ed un populismo buoni - quelli di sinistra.

E poi, in fin dei conti, questa dell'indipendenza catalana è una velleità che nemmeno quelli che la sostengono sanno come potrà mai funzionare. Soltanto l'ennesima moltiplicazione di regole, leggi, tasse e centri di potere.

Saluti

B.B. - 1/10/2017 - 20:19


Scusa B.B. ma l'indipendenza catalana funzionerebbe esattamente come tutti gli altri stati, come negli ultimi venticinque anni hanno funzionato per esempio la Slovenia, la Slovacchia, la Repubblica Ceca, la Lettonia, il Montenegro, ecc. Cioè chiaramente non è che sarebbe la soluzione di tutti i problemi, ma più o meno funzionerebbe, con la sua dose di ingiustizie, repressione, leggi, tasse, corruzione, magari un filino meno perché arrivare ai livelli della monarchia borbonica governata dai post-franchisti di Rajoy ce ne vuole!

Lorenzo - 1/10/2017 - 21:13


Non funzionerà perchè poi arriveranno i Baschi e tutti gli altri a pretendere lo stesso. Un grandissimo casino che avrebbe potuto essere gestito rafforzando un impianto federale.

Ma poi, mi chiedo, da sinistra che senso ha aspirare ad un ennesimo staterello quando il Nemico di sempre, il Capitale, si muove a livello globale, fottendosene delle frontiere che sono riservate solo agli uomini e, in particolare, agli ultimi e più disperati ed indifesi?

Scusami, ma ho proprio difficoltà a scegliere tra il nazionalismo di sinistra dei Puigdemont e quello post-fascista dei Rajoy...

B.B. - 1/10/2017 - 21:58


Beh Puigdemont non è neanche di sinistra, è più o meno un democristiano. Ma tra quelli che cantano "Cara al sol" difendendo l'intoccabilità della sacra Spagna e la gente che pacificamente fa la coda per votare e viene bastonata so bene da che parte stare.

lorenzo - 1/10/2017 - 22:21


Lorenzo, ti sei accorto che oggi è il 1 ottobre 2017 e non il 26 gennaio 1939?

B.B. - 1/10/2017 - 22:36


Eh eh io sì me ne sono accorto. Bisognerebbe anche che se ne accorgesse questa gente qua...

Lorenzo - 1/10/2017 - 22:52


Si possono avere opinioni diverse sulla Catalogna, sull'indipendenza ma cosa dire di un partito che ha nelle sue fila gente del genere?



"Vimos que el pasado día 6 pasó sin pena ni gloria el 83 aniversario de la declaración de independencia por parte de Companys. Creo que la historia no hay que repetirla, esperemos que mañana no se declare nada. A lo mejor, el que lo declare acaba como el que lo declaró hace 83 años".

"Lo scorso 6 ottobre è passato senza infamia né gloria l'83mo anniversario della dichiarazione di indipendenza da parte di Companys. Credo che non si debba ripetere la storia, speriamo che domani non si dichiari niente. Magari chi la dichiarerà domani farà la stessa fine di quello che la dichiarò 83 anni fa".


Per la cronaca Lluis Companys presidente della Generalitat de Catalunya dal 1934 e durante la Guerra civile spagnola non fece una bella fine. Dopo la guerra fu catturato in Francia dove era esiliato e consegnato dalla Gestapo a Franco, che lo fece fucilare nella fortezza del Montjuïc il 15 ottobre 1940.

Lorenzo - 9/10/2017 - 23:13


Caro Lorenzo, come ho già cercato di farti osservare non siamo nel 1939. Il tizio di cui sopra sarà anche uno spregevole uomo di Rajoy ma si riferiva alla dichiarazione d'indipendenza della Catalogna nel 1934, quando poi Companys fu arrestato e detenuto fino all'avvento del Frente Popular.

La fuga in Francia, la sua cattura e l'esecuzione da parte dei fascisti sono fatti successivi, che hanno a che vedere con la Guerra Civile e non con l'Indipendenza.

Saluti

B.B. - 10/10/2017 - 09:41


Beh la cosa era volutamente ambigua, tant'è vero che la giornalista poi glielo chiede espressamente a cosa si riferisce, se a finire in carcere come nel '34 o fucilato come nel '40 e il fascistone la butta sul ridere "non sono storico né indovino", ma la sua frase era ambigua e minacciosa. Sarebbe un po' come se in Italia uno dicesse "attento che poi fai la fine di Gramsci".

Boh poi io spero proprio che Puigdemont non dichiari l'indipendenza oggi perché sicuramente i risultati del referendum per come si è svolto e per l'affluenza relativamente bassa (anche per le condizioni in cui si è tentato di votare) non gli danno certo un mandato per una dichiarazione unilaterale. Certo è che dovrebbero rimettersi a trattare lasciando da parte le minacce stile guerra civile. Non capisco come il governo spagnolo sia riuscito alla fine a trattare anche con l'ETA quando ancora non aveva deposto le armi e non possa parlare con un tranquillo pacifico borghese come il President.

Lorenzo - 10/10/2017 - 10:04


DIALOGO DI UN VENDITORE DI ALMANACCHI E DI UN PASSEGGERE
A proposito de' recenti avvenimenti di Catalagna

di un Anonimo Toscano del XIX secolo

almanach


Venditore – Almanacchi, almanacchi nuovi; gazzette d'oggi. Bisognano, signore, almanacchi o gazzette?
Passeggere – Avete le gazzette d'ogg'istesso?
Venditore – Sì signore; eccovi il Gazzettino delle Venezie, il Monitore di Forlimpopoli, l' Avvisatore di Lucca...
Passeggere – E, ditemi, riportano codeste gazzette e codesti avvisatori l'ultime nuove a proposito della Catalagna...?
Venditore – Certamente che sì, mio signore, e con grande dovizia. Esse contengono le dichiarazioni di Sua Maestà il re d'Ispagna, de' suoi ministri, le grandi sfilate di folle in Barcellona e le trascrizioni dell'assemblee del Parlamento di Catalagna.
Passeggere – E contengono esse eziandio i numeri del plebiscito per l'indipendenza...?
Venditore – Mio signore, senza meno.
Passeggere – Credete voi dunque che l'indipendenza della Catalagna si farà...?
Venditore – Signore, io son persona poco istruita...mi chiedete forse voi un parere sovra accadimenti di cotanta importanza in una contrada sì distante...?
Passeggere – Sì, e le vostre opinioni le m'interessano; d'altro canto, a voialtri che vendete le gazzette, non capita mai di leggerne alcunché...?
Venditore – Invero non lo disdegno, e mi compiaccio di tenermi al giorno delle cose.
Passeggere – Orbene, vi sarete quindi fabbricato un' opinione.
Venditore – Sia pur vaga, signore; ma, secondo il mio parere, una contrada la non puote distaccarsi facilmente da un regno antico, potente e illustre come quello d'Ispagna. Le son tutte chimeruole senza senso alcuno.
Passeggere – Credete voi dunque che 'l popolo della Catalagna non debba avere il desiderio, e anche il diritto, di reclamare la propria indipendenza da un antico e illustre regno? Pensate alla nostra Patria, all'Italia, e a' suoi sforzi acciocché tante terre si distaccassero dall'Impero Austriaco...credete voi che sia fatto a buon diritto?
Venditore – Invero che sì, mio signore. Io sono buon patriota e mi son battuto per l'Italia a Curtatone e Montanara.
Passeggere – E come fate allora a sostenere che 'l popolo di Catalagna non abbia eguale diritto? Anche la nostra era una chimeruola?
Venditore – Affé mia, no di certo! Ma noialtri, mio signore, siamo ben differenti da' todeschi, dagli slavi e da' barbari d'Ongarìa. I catalagni 'e sono spagnuoli come quelli di Madrile, di Toledo e di Siviglia...
Passeggere – Ignorate voi dunque che la Catalagna possiede un proprio idioma diverso dallo spagnuolo, e che gli spagnuoli non intendono, una sua letteratura, una sua cultura? Ignorate voi che la Catalagna 'e fue lungamente sovrana, e che essa fa parte dell'Ispagna soltanto dall'undici di settembre dell'anno mille e settecento quattordici...?
Venditore – Ohibò, mio signore, lo ignoravo. Le gazzette, sapete, scrivono che son tutti spagnuoli. Con ciò, non veggo perché la si dovrebbe distaccare da un regno sì eccelso che le diede fama e ricchezza.
Passeggere – Le diede ricchezza ma se l'è pur presa; e le gazzette riporteranno per certo le minacce che 'l Borbone di Spagna ha profferito alla Catalagna, di ruinarle i commerci, gli scambi e la riputazione or che le nazioni d'Europa si son raunate in un comune mercato.
Venditore – Ne parlano, e credo che 'l re d'Ispagna non sia nel torto. E aggiungo che un gran numero di catalagni desidera restare a far parte dell'Ispagna...
Passeggere – Codesto gli è pur vero; come sapete, a tale riguardo era stato infatti chiamato il popolo di Catalagna a plebiscito, acciocché s'esprimesse. Ma il re d'Ispagna e il primo ministro don Mariano lo impedirono, inviando la truppa a schiacciare quella consultazione, assaltando e fedendo.
Venditore – Questo non fu ben fatto.
Passeggere – Anche voi quindi siete d'accordo su che si dovesse fare.
Venditore – E' si doveva fare, ma con tutto questo credo che non si puote intaccare l'unitade dell'Ispagna, signore mio. Ella esiste da secoli. I regni e gli stati 'e non si fanno e disfano a piacimento.
Passeggere – Però nell'istoria, sapete quanti stati, regni e pur anco imperii 'e si son fatti e disfatti. Pensate all'Imperio Romano. Esso era assai più potente del Regno d'Ispagna, non credete? O per andar più vicini a noi nel tempo, pensate al dismembramento del regno de' Croatti, de' Servi e de' Cragnolini (*), che tanti lutti e ruine addusse or sono anni alcuni...
Venditore – Ma quel regno vivea sotto una dura tirannia. L'Ispagna è un regno ove 'l popolo ha la voce.
Passeggere – L'Ispagna è rimasta lungamente sotto eguale e durissima tirannia per mano del dittatore don Francisco Franco e Bacamondi, che si ribellò ottant'anni or sono e mosse assieme a' Mori una orrenda guerra intestina; egli poi ebbe a opprimere per quarant'anni il suo stesso popolo, e ancor più duramente i catalagni e i baschi.
Venditore – Ma don Francisco ubbidiva al re e alla Santa Religione; nel regno' degli Slavi erano de' senza Dio.
Passeggere – E credete dunque che pur li catalagni sieno de' senza Dio?
Venditore – Per quanto ne so, credettero fortemente in de' malfattori che proclamarono l'abolizione della Fede, distrussero e saccheggiarono i templi et arrivarono a sovvertire tutti gli ordinamenti.
Passeggere – Li catalagni le son teste calde, gli è pur vero. Non ostante ciò, non credete che essi avrebbero 'l diritto di governarsi da soli se lo desiderano?
Venditore – Può darsi che sì, mio signore; eppure non mi convincono i loro pensieri e le loro azioni. Meglio far parte d'un'Ispagna potente e forte, che ridursi a un picciol regno di niuna importanza, o -Iddio ne scampi- a una repubblica.
Passeggere – Sapete voi che anche il nostro grand'eroe, Giuseppe Garibaldi, era fautore di una repubblica.
Venditore – Sì, ma poi ubbidì a' sovrani savoiardi e ben fece.
Passeggere – Come vedete voi dunque l'avvenire della Catalagna?
Venditore – Anderanno avanti ma saranno duramente schiacciati e puniti; l'avvenire gli è questo. Non mi rende felice, ma non veggo come puote essere altramente.
Passeggere – Pur troppo, qui debbo dichiararmi d'accordo con voi. I plebisciti son doverosi, ma se un popolo desidera distaccarsi da un regno di cui e' non si sente parte, la sola azione da intraprendere 'e gli è la formazione di un'armata di popolo guidata da buoni generali e uffiziali, che sappia confrontarsi bravamente con forze soverchie.
Venditore – Si vedrebbe così davvero se desiderano l'indipendenza, o se le son solo chiacchiere e cicalecci di qualche agitatore. Le non esistono strade diverse; i plebisciti e le illusioni le si somiglian come fratelli gemelli.
Passeggere – Così è. E ricordate che ogni autorità di questo mondo, i regni, gli imperii e le repubbliche, hanno sempre un principio, ma anche una fine.
Venditore – E fia che, in un remoto avvenire, la Catalagna poterebbe di nuovo desiderare di riunirsi all'Ispagna.
Passeggere – All'Ispagna, alla Francia o al Mondo della Luna. E chi lo puote sapere, signore. Per l'intanto, staremo noi a vedere; fortunatamente, da noialtri non esistono tali perigli. L'Italia è una e indivisibile.
Venditore – E così penso anch'io; in fondo, le son cose di paesi lontani.
Passeggere – Lontanissimi e rimoti. Ditemi, vendete voi eziandio lo Starnazzatore della Padania...?
Venditore – Dolente di deludervi, signore mio, ma quel gazzettino cessò d'esser pubblicato alcun tempo or fa.
Passeggere – Lo ignoravo.
Venditore – Posso darvi, se lo desiderate, un esemplare della Gazzetta del Diporto con le ultime e interessanti nuove su' tornei di pallacorda, di tamburello e di pugilazione.
Passeggere – Mi chiedevo invero se la nostra fazione la si fosse qualificata per il torneo terraqueo di pallacorda che ha d'aver luogo nell'Impero Russo, impero sancito da Dio e che non avrà mai fine. Datemi orsù una copia della Gazzetta del Diporto.
Venditore – Eccovela, signore; costa un bajocco e venti crazie. Grazie illustrissimo, e a rivedervi. Almanacchi, almanacchi nuovi; gazzette d'oggi !

(*) Antica italica denominazione degli Sloveni.

Nota. Tale dialoghetto, o operetta mor(t)ale, fu scritto da un mio lontano avo circa nella seconda metà del XIX secolo; come da àvita tradizione del mio casato, anch'egli era rigorosamente anonimo. L'ho rinvenuto tra i cimeli di famiglia, e ho pensato che, in questi frangenti, potesse esser di qualche utilità leggere degli avvenimenti della Catalogna (allora detta "Catalagna") del tempo, e di come i contemporanei s'esprimessero al riguardo. - L'Anonimo Toscano del XXI Secolo

L'Anonimo Toscano del XXI secolo - 10/10/2017 - 11:07


DIALOGUE D’UN VENDEUR D’ALMANACHS ET D’UN BADAUD
À propos des récents événements de Catalagna


Version française par Marco Valdo M.I. de :
DIALOGO DI UN VENDITORE DI ALMANACCHI E DI UN PASSEGGERE
A proposito de’ recenti avvenimenti di Catalagna
par un Anonimo Toscano del XIX secolo


almanachvendeur
Vendeur – Almanachs, almanachs nouveaux ; gazettes d’aujourd’hui. Pour vous, monsieur, almanachs ou gazettes ?

Badaud –Vous avez les gazettes d’aujourd’hui même ?

Vendeur – Oui monsieur  ; voici la Petite Gazette des Venises, le Moniteur de Forlimpopoli, le Courrier de Lucques

Badaud – Et, dites-moi, ces gazettes et ces courriers donnent les dernières nouvelles à propos de la Catalagna… ?

Vendeur – Certes oui, monsieur, et avec beaucoup de détails. Elles contiennent les déclarations de Sa Majesté le roi d’Ispagna, de ses ministres, les grands défilés de foules à Barcelone et les transcriptions des assemblées du Parlement de Catalagna.

Badaud – Et ils contiennent également les résultats du plébiscite pour l’indépendance… ?

Vendeur – Monsieur, évidemment.

Badaud – Vous croyez vraiment que l’indépendance de la Catalagna se fera… ?

Vendeur – Monsieur, moi, je suis un personne peu instruite… vous me demandez mon avis sur des événements d’une si grande importance dans une région si lointaine… ?

Badaud – Oui, et votre opinion m’intéresse  ; d’autre part, à vous autres qui vendez les gazettes, ne vous arrive-t-il jamais d’en lire l’une ou l’autre… ?

Vendeur – À dire vrai, je le fais volontiers, et ça me plaît de me tenir au courant des choses.

Badaud – Fort bien, vous vous êtes donc formé une opinion.

Vendeur –Elle est assez vague, monsieur ; mais, à mon avis, une région ne peut pas se détacher facilement d’un royaume ancien, puissant et illustre comme celui d’Ispagna. Ce sont là des fantasmes brumeux.

Badaud – Croyez-vous donc que le peuple de la Catalagna ne puisse pas avoir le désir, et même le droit, de réclamer son indépendance vis-à-vis d’un ancien et illustre royaume ? Pensez à notre Patrie, à l’Italie, et à ses efforts pour que tant de terres se détachent de l’Empire autrichien… Vous croyez que c’était à bon droit ?

Vendeur – En vérité oui, mon bon monsieur. Je suis bon patriote et je me suis battu pour l’Italie à Curtatone et Montanara.

Badaud – Et comment pouvez-vous alors soutenir que le peuple de Catalagna n’ait pas le même droit ? Chez nous aussi, c’était un fantasme ?

Vendeur – Oh non, certainement pas ! Mais nous autres, mon bon monsieur, nous sommes bien différents des Boches, des Slaves et des barbares de Hongrie. Les Catalans sont des Espagnols comme ceux de Madrid, de Tolède et de Séville…

Badaud – Ignorez-vous donc que la Catalagna possède son idiome divergé de l’espagnol, et que les Espagnols ne connaissent pas, ni sa littérature, ni sa culture ? Ignorez-vous que la Catalagna fut longtemps souveraine, et qu’elle fait partie de l’Ispagna seulement depuis le onze septembre de l’an mil et sept cent quatorze… ?

Vendeur – Ohlala, mon bon monsieur, je l’ignorais. Les gazettes, savez-vous, écrivent qu’ils sont tous Espagnols. Avec ça, je ne comprends pas pourquoi elle devrait se détacher d’un royaume si sublime qui lui donna renommée et richesse.

Badaud – Il donna la richesse, mais il l’a surtout prise ; et les gazettes rapporteront certainement les menaces que les Bourbons d’Espagne ont proféré à la Catalagna, ruiner ses commerces, les échanges et sa réputation alors que les nations d’Europe se sont rassemblées dans un marché commun.

Vendeur – Elles en parlent, et je crois que le roi d’Ispagna n’a pas tort. Et j’ajoute qu’un grand nombre de Catalans désirent continuer à faire partie de l’Ispagna…

Badaud – C’est vrai aussi ; comme vous savez, à cet égard, le peuple de Catalagna avait été appelé à un référendum, afin qu’il s’exprime, mais le roi d’Ispagna et le premier ministre don Mariano l’empêchèrent, en envoyant la troupe écraser cette consultation, en l’attaquant et en l’interdisant.

Vendeur – Ce ne fut pas bien fait.

Badaud – Donc, vous êtes aussi d’accord à propos de ce qu’on devait faire.

Vendeur – On devait faire, mais avec tout ceci je crois qu’on ne peut attaquer l’unité de l’Ispagna, mon bon monsieur. Elle existe depuis des siècles. Les royaumes et les États ne se font et défont pas à loisir.

Badaud – Cependant dans l’histoire, combien d’États, de royaumes et aussi des empires se sont faits et défaits. Pensez à l’Empire romain. Il était beaucoup plus puissant que le royaume d’Ispagna, ne croyez-vous pas ? Ou pour venir plus près de nous dans le temps, pensez au démembrement du royaume de Croatie, de Serbie et de Slovénie, qui entraîna tant de ruines et de deuils, il y a quelques années…

Vendeur – Mais ce royaume vivait sous une dure tyrannie. L’Ispagna est un royaume où le peuple a la parole.

Badaud – L’Espagne est restée longtemps sous une pareille et dure tyrannie sous la férule du dictateur don Francisco Franco et Bacamondi, qui se rebella il y a quatre-vingts ans et mena avec des Maures une horrible guerre intestine ; ensuite, il opprima pendant quarante ans son peuple, et encore plus durement, les Catalans et les Basques.

Vendeur – Mais don Francisco obéissait au roi et à la Sainte Religion ; dans le royaume des Slaves c’étaient des sans Dieu.

Badaud – Et croyez-vous donc aussi que les Catalans sont des sans Dieu ?

Vendeur – Pour ce que j’en sais, je croirais volontiers que ce sont des malfaiteurs qui proclameront l’abolition de la Foi, détruiront et pilleront les temples et arriveront à renverser tout le système.

Badaud – Les Catalans sont des têtes chaudes, c’est aussi vrai. Nonobstant cela, ne croyez-vous pas qu’ils auraient le droit de se gouverner tous seuls s’ils le désirent ?

Vendeur – Il se pourrait que oui, mon bon monsieur ; pourtant leurs pensées et leurs actions ne me convainquent pas. Mieux vaut faire partie d’une Ispagna puissante et forte, que se réduire à un petit royaume de peu d’importance, ou – Dieu nous en préserve – à une république.

Badaud – Savez-vous que même notre grand héros, Giuseppe Garibaldi, était partisan d’une république.

Vendeur – Oui, mais ensuite, il obéit aux souverains savoyards et il fit bien.

Badaud – Comment vous voyez donc l’avenir de la Catalagna ?

Vendeur – Ils iront de l’avant, mais ils seront durement écrasés et punis ; leur avenir est celui-là. Il ne me rend pas heureux, mais je ne vois pas comment il pourrait en être autrement.

Badaud – Malheureusement, ici je dois me déclarer d’accord avec vous. Les référendums sont justes, mais si un peuple désire s’éloigner d’un royaume dont il ne se ressent pas comme une partie, la seule action à entreprendre est la formation d’une armée du peuple guidée par de bons généraux et par des officiers qui sachent affronter victorieusement les forces de l’oppresseur.

Vendeur – On verrait ainsi s’ils désirent vraiment l’indépendance, ou si ce sont seulement propos et bavardages de quelque agitateur. Il n’y a pas d’autre voie ; les référendums et les illusions se ressemblent comme des frères jumeaux.

Badaud – C’est ainsi. Et rappelez-vous que toutes les autorités de ce monde – royaumes, empires et républiques, ont toujours un début, mais aussi une fin.

Vendeur – Et il est possible que, dans un lointain avenir, la Catalagna pourrait désirer se réunir à nouveau à l’Ispagna.

Badaud – À l’Ispagna, à la France ou au Monde de la Lune. Qui peut savoir, monsieur. Entre temps, c’est à voir ; chanceusement, chez nous, de tels périls n’existent pas. L’Italie est une et indivisible.

Vendeur – Je le pense moi aussi ; au fond, ce sont des histoires de pays lointains.

Badaud – Très lointains et perdus. Dites-moi, vous vendez également le Starnazzatore della Padania (L’Échotier de la Padanie…) ?

Vendeur – Désolé de vous décevoir, mon bon monsieur, mais cette feuille a cessé d’être publiée il y a déjà quelque temps.

Badaud – Je l’ignorais.

Vendeur – Je peux vous donner, si vous le désirez, un exemplaire de la Gazette du Loisir avec les dernières et intéressantes nouvelles des tournois de paume, de tambourin et de lutte.

Badaud – Je me demandais justement si notre équipe s’était qualifiée pour le tournoi mondial de paume qui doit avoir lieu dans l’Empire russe, royaume institué par Dieu et qui n’aura jamais de fin. Donnez-moi alors un exemplaire de la Gazette du Loisir.

Vendeur – Le voici, monsieur ; il vous en coûte une maille et un félin. Merci très illustre sire, et à vous revoir. Almanachs, almanachs nouveaux  ; gazettes d’aujourd’hui !


Note. Ce petit dialogue, ou œuvrette morale, fut écrit par un de mes lointains parents dans la seconde moitié du XIX siècle  ; selon la tradition ancestrale de notre lignée, il était lui aussi rigoureusement anonyme. J’ai retrouvé ce document parmi les vestiges de famille et j’ai pensé que, dans ces circonstances, il pouvait être de quelque utilité à lire à propos des événements de la Catalogne (alors dite « Catalagna ») de ce temps, et de la manière dont les contemporains s’exprimaient à ce sujet. – L’Anonyme Toscan du XXI Siècle.

Marco Valdo M.I. - 11/10/2017 - 12:44


Grazie Anonimo Toscano per una lettura si istruttiva, in specie sul finire.

Cattia Salto - 10/10/2017 - 12:47


Questo articolo mi sembra interessante. Delle nefandezze e delle responsabilità del governo Rajoy si è già detto, mi sembra giusto anche sottolineare le responsabilità del governo catalano e di come la destra catalana sia riuscita a spostare l'attenzione dalla crisi economica e sociale, di cui è corresponsabile, giocando la carta dell'indipendentismo.

14/10/2017 - 11:13


Page principale CCG

indiquer les éventuelles erreurs dans les textes ou dans les commentaires antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org