Langue   

E forse un giorno

Carmen Consoli


Langue: italien


Peut vous intéresser aussi...

Un sorso in più
(Carmen Consoli)
Il circo delle pantegane
(CapaRezza)


[2015]
Parole e musica di Carmen Consoli
Nell'album “L'abitudine di tornare”

L'abitudine di tornare
Per quanto tempo dovrò
Cercare un modo per restare a galla
Mio marito non lavora da un po’
Ed insieme al sorriso ha detto addio a salute e dignità

Per quanto tempo dovrò
Chiedere ai miei figli di stringere i denti
Tra pane, libri, mutuo, luce e gas
Già vedo un’altra torrida estate in città

Ma la primavera tornerà
Nei nostri poveri cuori abbrutiti e invecchiati e li scalderà
E forse un giorno ci daranno l’aria
Ad un prezzo più conveniente della benzina
Una lacrima autentica di santa pazienza
Alla lotteria quest’anno in palio un buono per la spesa

Per quanto tempo dovrò
Portare il peso di questa vergogna
Da circa un mese dormiamo tutti in macchina
Siamo diventati estranei agli occhi della comunità

Ma la primavera tornerà
Nei nostri poveri cuori avviliti e ammalati e li guarirà
E forse un giorno ci daranno l’aria
Ad un prezzo più conveniente dell’aspirina
Una dose legittima di sana speranza
Alla lotteria quest’anno in palio una pensione a vita

Quella multa benevola sul parabrezza
È la prova che ancora qualcuno ci pensa
Che bella sorpresa tra la brina e la nebbia
Com’è caldo l’abbraccio della provvidenza

E forse un giorno ci daranno l’aria
Ad un prezzo più conveniente dell’immondizia
E forse un giorno ci daranno l’aria
Ad un prezzo più conveniente dell’immondizia

Per quanto tempo dovrò
Chiedere ai miei figli di stringere i denti...

envoyé par Bernart Bartleby - 7/3/2017 - 20:06



Langue: français

Version française – UN JOUR PEUT-ÊTRE – Marco Valdo M.I. – 2017
Chanson italienne – E forse un giorno – Carmen Consoli – 2015

UN JOUR PEUT-ÊTRE
UN JOUR PEUT-ÊTRE

Pendant combien de temps,
Devrais-je chercher le moyen de surnager ?
Mon mari ne travaille plus depuis longtemps
Et avec son sourire, il a perdu sa santé et sa dignité.

Pendant combien de temps,
Devrais-je demander à mes fils de serrer les dents ?
Entre pain, livres, électricité, gaz et loyer,
Sur la ville plombe déjà un autre été.

Mais le printemps reviendra,
Dans nos pauvres cœurs abrutis et vieillis et il les chauffera
Et peut-être un jour, ils nous donneront l’air
À un prix plus avantageux que l’essence.
Un sourceau authentique de sainte patience,
À la loterie, j’ai gagné une misère.

Pendant combien de temps, qui sait ?,
Devrais-je porter le poids de cette indignité ?
Nous dormons dans l’auto, cet été ;
Aux yeux du quartier, nous sommes devenus des étrangers.

Mais le printemps reviendra
En nos pauvres cœurs humiliés et malades et il les guérira
Et peut-être un jour, ils nous donneront l’air
À un prix plus avantageux que l’aspirine.
En attendant, à la loterie, j’espère,
Cette année encore, gagner une rente à vie.

Ce joli papillon posé sur le pare-brise
Est la preuve qu’à nous encore, on pense.
Quelle belle surprise entre brouillard et givre !
Comme il est chaud le baiser de la providence.

Et un jour peut-être, ils nous donneront l’air
À un prix plus avantageux que les ordures.
Et un jour peut-être, ils nous donneront l’air
À un prix plus avantageux que les ordures.

Pendant combien de temps
Devrais-je demander à mes fils de serrer les dents…

envoyé par Marco Valdo M.I. - 8/3/2017 - 21:19


Grazie Marco Valdo, comme toujours.
Un saluto e una carezza a Lucien Lane.
Hi ho!

B.B. - 8/3/2017 - 22:45


Page principale CCG

indiquer les éventuelles erreurs dans les textes ou dans les commentaires antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org