Langue   

Das weiche Wasser

Dieter Dehm


Langue: allemand

Regarder le vidéo

Loading...

Peut vous intéresser aussi...

Tomorrow's Children
(Pete Seeger)
La Troisième Guerre
(Marco Valdo M.I.)


[1988]
Testo / Lyrics / Text: Dieter Dehm
Interpretata dall'autore e dai Bots
Performed by the author and by Bots



Interpretata dai Bots
Performed by Bots


È un curioso personaggio, Dieter Dehm. Nato nel 1950 a Francoforte sul Meno, è sia un imprenditore discografico di successo, sia un cantautore assai engagé in proprio; ma notissima è anche la sua attività politica, che lo ha portato a far parte del Bundestag, il parlamento tedesco, dal 1994 al 2005. Nel 2015 ha annunciato il suo ritiro dalla scena politica attiva; aveva esordito nell' “ala sinistra” della SPD, la Sozialdemokratische Partei Deutschlands, ed è giustappunto questa sua canzone (conosciuta particolarmente nell'interpretazione dei Bots che qui conosciamo) che rappresenta da quando è stata scritta (1988) una sorta di “inno semi-ufficiale” del partito che fu del sig. Herbert Frahm, più noto come Willy Brandt; un nome non citato a caso, dato che lo stesso Willy Brandt prese parte all'omonimo progetto musicale di Dieter Dehm, e compare nel disco). Passò poi alla PDS, per terminare in “Die Linke”, il partito dell'estrema sinistra tedesca. Ma Das weiche Wasser (nota anche col titolo completo Das weiche Wasser bricht den Stein, un proverbio tedesco corrispondente all'italiano “L'acqua cheta rovina i ponti”) può non essere considerata un inno di partito; meglio, anzi, prenderla come una canzone del tutto autonoma, e da ascoltare come tale. Così, come tale, l'ha non solo ascoltata, ma pure cantata (assieme all'autore) Pete Seeger. La versione originale tedesca è invece molto conosciuta (pur essendo stata interpretata anche dall'autore) nella versione della rock band antagonista olandese dei Bots. [RV]
Europa hatte zweimal Krieg,
der dritte wird der letzte sein.
Gib bloß nicht auf, gib nicht klein bei.
Das weiche Wasser bricht den Stein

Die Bombe, die kein Leben schont
Maschinen nur und Stahlbeton,
hat uns zu einem Lied vereint.
Das weiche Wasser bricht den Stein.

Es reißt die schwersten Mauern ein,
und sind wir schwach und sind wir klein,
wir wollen wie das Wasser sein.
Das weiche Wasser bricht den Stein.

Raketen steh'n vor uns'rer Tür,
die soll'n zu unser'm Schutz hier sein.
Auf solchen Schutz verzichten wir.
Das weiche Wasser bricht den Stein.

Es reißt die schwersten Mauern ein,
und sind wir schwach und sind wir klein,
wir wollen wie das Wasser sein.
Das weiche Wasser bricht den Stein.

Die Rüstung sitzt am Tisch der Welt,
und Kinder die vor Hunger schrein.
Für Waffen fließt das große Geld.
Doch weiches Wasser bricht den Stein.

Es reißt die schwersten Mauern ein,
und sind wir schwach und sind wir klein,
wir wollen wie das Wasser sein.
Das weiche Wasser bricht den Stein.

Komm feiern wir ein Friedensfest
und zeigen wie sich's leben läßt.
Mensch! Menschen können Menschen sein.
Das weiche Wasser bricht den Stein.

Es reißt die schwersten Mauern ein,
und sind wir schwach und sind wir klein,
wir wollen wie das Wasser sein.
Das weiche Wasser bricht den Stein.

envoyé par Juha Rämö - 20/5/2015 - 13:35




Langue: italien

Traduzione italiana di Riccardo Venturi
20 maggio 2015

Due parole del traduttore. Si tratta di una versione letterale condotta direttamente sul testo tedesco. La versione inglese di Pete Seeger e quella finlandese di Mikko Perkoila sono invece traduzioni d'arte studiate per il canto, ma almeno quella inglese corrisponde solo in minima parte al testo originale.
L'ACQUA TRANQUILLA

L'Europa ha avuto due volte la guerra,
la terza sarà l'ultima.
Tu non mollare, non abbassare la cresta:
L'acqua tranquilla spezza la pietra

La bomba, che non risparmia nessuno
ma solo le macchine e il cemento armato,
ci ha riuniti in una canzone:
L'acqua tranquilla spezza la pietra

Fa crollare i muri più resistenti
e se siamo piccoli e deboli
vogliamo essere come l'acqua:
L'acqua tranquilla spezza la pietra

Abbiamo i missili alla porta,
che ci dovrebbero difendere.
Di questa difesa ne facciamo a meno:
L'acqua tranquilla spezza la pietra

Fa crollare i muri più resistenti
e se siamo piccoli e deboli
vogliamo essere come l'acqua:
L'acqua tranquilla spezza la pietra

Gli armamenti siedono al tavolo del mondo
mentre i bambini gridano dalla fame.
Per le armi scorrono fiumi di soldi,
ma l'acqua tranquilla spezza la pietra

Fa crollare i muri più resistenti
e se siamo piccoli e deboli
vogliamo essere come l'acqua:
L'acqua tranquilla spezza la pietra

Vieni, facciamo una festa della pace
e mostriamo com'è che si vive.
Uomo! Gli uomini possono essere umani,
L'acqua tranquilla spezza la pietra

Fa crollare i muri più resistenti
e se siamo piccoli e deboli
vogliamo essere come l'acqua:
L'acqua tranquilla spezza la pietra

20/5/2015 - 18:37




Langue: anglais

Versione inglese / English version / Englische Version: Pete Seeger


Interpretata da Pete Seeger, Dieter Dehm & Diadem
Performed by Pete Seeger, Dieter Dehm & Diadem
WATERFALL

A drop of water stands alone
Come join the others in this call
Together we will turn the stone
Together as a waterfall

Surely now our road is long
Remember hardships of the past
But moving makes the water strong
No rock was ever made to last

As water turns these walls to sand
Though we are weak we understand
It's time to heed the water's call
No rock could stand the waterfall

For Europe has seen two world wars
A third would surely end us all
Be strong, believe, don't change your course
Love force is like a waterfall

While hungry children cry in vain
A banquet's set with arsenals
The tablecloth with blood is stained
We'll wash it in the waterfall

As water turns these walls to sand
Though we are weak we understand
It's time to heed the water's call
No rock could stand the waterfall

Monopoly the ice cold game
Where every figure stands alone
The winner always wants the same
But power turns it into stone

Come show you're strength, come show your grace
Come dancing at our festive ball
We're still part of the human race
No rock could stand the waterfall

As water turns these walls to sand
Though we are weak we understand
It's time to heed the water's call
No rock could stand the waterfall

envoyé par Juha Rämö - 20/5/2015 - 13:37




Langue: finnois

Versione finlandese / Finnish version / Finnische Version / Suomenkielinen versio: Mikko Perkoila
PEHMEÄ VESI

Sota kahdesti poltti jo Euroopan.
Jos kolmas tulee, se loppumme on.
Jos toivosi pettää, muistathan:
vesi murtaa kallion.

Olet pieni, mutta et yksin jää,
olet heikko, mutta et voimaton.
Sillä vaikka vesi on pehmeää,
se voi murtaa kallion.

Ei pommi valikoi uhrejaan,
ei kivääri kysy, kenet ammutaan.
On vastassa koneisto tunteeton,
mutta vesi murtaa kallion.

Yhä ohjukset ihmisiin suunnataan
ja lisää tuodaan rauhaamme turvaamaan.
Niiden turvassa olo on rauhaton,
mutta vesi murtaa kallion.

Olet pieni, mutta et yksin jää,
olet heikko, mutta et voimaton.
Sillä vaikka vesi on pehmeää,
se voi murtaa kallion.

Saavat lapset itkeä nälissään,
kun armeijat kutsutaan mässäämään.
Rahavirran suunta on muuttumaton,
mutta vesi murtaa kallion.

Kun saamme aseet vaikenemaan,
löytää ihminen sen, mikä ihmisen on.
Kun saamme rauhan maailmaan,
on vesi murtanut kallion.

Olet pieni, mutta et yksin jää,
olet heikko, mutta et voimaton.
Sillä vaikka vesi on pehmeää,
se voi murtaa kallion.

envoyé par Juha Rämö - 20/5/2015 - 13:38




Langue: français

Version française – L’EAU DOUCE – Marco Valdo M.I. – 2017
Chanson allemande – Das weiche Wasser – Dieter Dehm -1988

Lao Tse


Mon ami Lucien l’âne, voici une chanson qui me semble se référer à une sagesse des plus anciennes et pour nous, des plus lointaines. À ce propos connais-tu Lao Tseu ? Est-ce que ce nom te dit quelque chose ?

Et comment !, Marco Valdo M.I. mon ami. Je l’ai rencontré là-bas dans la montagne cheminant sur un buffle énorme et placide, dont le nom était Chemin Pesant. J’ai salué le gros ongulé et j’ai salué l’humain. Alors, l’homme m’a dit : « Qui es-tu âne savant et causant, personnage bien surprenant ?
Car, dit le philosophe, car Lao Tseu était lui aussi philosophe, comme tous les buffles que j’ai rencontrés, notre ami le buffle Chemin Pesant, ici présent, ne dit pas un mot, ce qui est bien reposant pour les longs voyages. Je ne savais trop que lui répondre.
Alors, je lui révélai que j’étais âne et homme tout à la fois – ceci expliquant cela et comme lui, déambulant dans le monde. Il allait à sa retraite, dont il m’a fait jurer de ne jamais révéler l’endroit et moi, j’allais vers mon destin.
Cependant, Marco Valdo M.I. mon ami, ce n’est pas le moment ni le lieu ici et maintenant de raconter tout ce qu’il me confia au long de notre bout de chemin d’exil en commun.
D’autres l’ont déjà fait et particulièrement, Bertolt Brecht dans une de ses Kalendergeschichten, une de ses histoires de calendrier, celles qui accompagnent l’année tout au long de son chemin et qu’on nommerait en français plus volontiers : Histoires d’almanach.

Bertolt Brecht, dis-tu Lucien l’âne mon ami. Voilà qui est intéressant, car on l’a déjà rencontré plusieurs fois ici ; c’est un habitué, en quelque sorte. Peux-tu préciser à quoi tu fais allusion ?

Marco Valdo M.I. mon ami, je m’en vais illico satisfaire à ta dévorante curiosité. Il se fait, vois-tu, que Bertolt Brecht, un homme curieux de tout, s’est fortement intéressé à l’Asie et particulièrement, à la Chine ancienne.
Ainsi, un jour alors qu’il vivait en exil, il en vint à écrire un poème, assez long d’ailleurs où il raconte l’histoire de Lao Tseu partant en exil.
Il l’avait intitulé : « Legende von der Entstehung des Buches Tao Te King auf dem Weg des Laotse in die Emigration  », ce qui se traduit, écoute bien, par : « Légende de la naissance du livre Tao Te King de Lao Tseu sur la route de l’émigration ».
On voit déjà que rien que ce titre confirme ce que je t’ai dit à propos de Lao Tseu, du buffle Chemin Pesant et de leur voyage vers l’endroit de la retraite cachée du vieux maître chinois, il y a plus de deux mille cinq cents ans d’ici. C’était aux alentours d’environ 550 ans avant Zéro et pour la bonne forme, je te cite le passage où il est question de l’eau douce et qui à mon idée devrait bien être celui auquel renvoie la chanson :

« Daß das weiche Wasser in Bewegung
Mit der Zeit den harten Stein besiegt. »

« L’eau douce en mouvement
Défait la pierre dure, avec le temps. »


Tout à fait exact, Lucien l’âne mon ami, c’était bien là aussi mon sentiment. Il faut tout aussi évidemment comprendre que ce texte n’est pas sans rapport avec l’exil de Bertolt Brecht lui-même au temps du frénétique moustachu.
Cette parabole du sage chinois monté sur le buffle parle de bien autre chose qu’elle n’en laisse entrevoir au départ. Il s’agit d’une double réflexion adressée aux Allemands (notamment) : d’une part, aux hitléristes pour leur signifier leur futur et inéluctable effondrement et d’autre part, aux exilés et aux résistants de l’intérieur (Widerstand) pour leur donner confiance et courage.
Et le texte de Brecht, dans son préambule, met clairement en évidence le contexte – pour qui veut bien lire entre les lignes ou entre les mots :

« Comme dans le pays, le bien s’émoussait
Et le mal se répandait
Il mit ses souliers
Et s’en alla sur le sentier… »


Oh, Marco Valdo M.I., voilà qui est bien intéressant. Cependant, ne pourrais-tu dire deux trois choses, une sentence ou l’autre de ce Tao Te King, dont on attribue la paternité à Lao Tseu.

Bien évidemment, Lucien l’âne mon ami, mais ma version n’a certainement qu’une très lointaine parenté avec le texte d’origine et je ne puis te garantir que Lao Tseu lui-même y reconnaîtrait ses propos ; cela d’autant plus que je ne puis moi-même vérifier la pertinence des sources ne connaissant absolument pas le chinois Mais enfin, voici mon adaptation et tu en feras ce que tu voudras.
C’est une série de préceptes paradoxaux comme le sage ancien aimait à en faire. C’est un peu comme en musique, une variation sur le thème du TTK 63.

« Use de la paresse,
Abuse du farniente
Savoure le fade
Regarde le minuscule comme immense
Le peu comme multiple
Construis ton œuvre
Avec une lente patience
Partout, le difficile débute par le facile
Toujours, le géant par la petitesse »


Merci beaucoup, dit Lucien l’âne en riant, mais avec tout ça, je ne sais encore rien de la chanson elle-même, je ne sais même pas de quoi elle parle.

En effet, Lucien l’âne mon ami. Réparons immédiatement cet oubli. La canzone examine la possibilité, la forte probabilité d’une troisième guerre mondiale et tente de la conjurer en appelant à une résistance festive et douce ; douce comme l’eau qui dissout la pierre et finit par la traverser de part en part et par la briser.

La canzone date d’il y a maintenant environ trente ans, pense à haute voix Lucien l’âne, et la troisième guerre mondiale n’a pas encore eu lieu.
Oh, ce n’est pas que le feu ne couve pas sous la cendre, ce n’est pas que les braises ne flambent pas ici ou là, mais enfin, la grande explosion n’a pas encore éclaté. À mon sens, on ne peut l’exclure et cette chanson est comme en écho, me semble-t-il, avec la toute dernière histoire d’Allemagne, intitulée d’ailleurs : « La Troisième Guerre» et qui a sans doute raison quand elle dit :

« La guerre se fait autrement
En civil, maintenant
On conquiert par l'argent
Avec lui, on asservit les gens.
Les temps ne sont plus les mêmes
Déjà a commencé la troisième. »


Dès lors, reprenons notre tâche et tissons, tissons encore et toujours le linceul de ce vieux monde plein de rumeurs, de furieux, absurde, abominable et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
L’EAU DOUCE

L’Europe a connu deux fois la guerre,
La troisième sera la dernière.
Ne faiblissez pas, ne laissez pas faire.
L’eau douce défait la pierre

La bombe qui n’épargne aucune vie,
Sauf les machines et les pierres,
Par une chanson tous nous relie.
L’eau douce défait la pierre.

Elle perce les parois les plus épaisses,
Doux et tendres,
Comme l’eau nous voulons être.
L’eau douce défait la pierre.

Les fusées devant notre porte
Sont là pour nous défendre.
On se passerait bien de cette défense
L’eau douce défait la pierre.

Elle perce les parois les plus épaisses,
Doux et tendres,
Comme l’eau nous voulons être.
L’eau douce défait la pierre.

Les armes couvrent la table du monde,
Quand des enfants pleurent de faim.
Pour les armes, l’argent coule à plein.
Mais l’eau douce défait la pierre.

Elle perce les parois les plus épaisses,
Doux et tendres,
Comme l’eau nous voulons être.
L’eau douce défait la pierre.

Venez avec nous en paix faire la fête
Et montrer comment les hommes vivent.
Hommes ! Les hommes peuvent être des hommes.
L’eau douce défait la pierre.

Elle perce les parois les plus épaisses,
Doux et tendres,
Comme l’eau nous voulons être.
L’eau douce défait la pierre.

envoyé par Marco Valdo M.I. - 19/3/2017 - 20:10


Page principale CCG

indiquer les éventuelles erreurs dans les textes ou dans les commentaires antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org