Language   

L’Exposition colossale

Marco Valdo M.I.
Language: French



Related Songs

Il est cinq heures, Paris s'éveille
(Jacques Dutronc)
Le Rêve et le Réel
(Marco Valdo M.I.)
Canzone de Lucien l'âne
(Lucien Lane)


L’Exposition colossale

Chanson française – L’Exposition colossale – Marco Valdo M.I. – 2022

LA ZINOVIE
est le voyage d’exploration en Zinovie, entrepris par Marco Valdo M. I. et Lucien l’âne, à l’imitation de Carl von Linné en Laponie et de Charles Darwin autour de notre Terre et en parallèle à l’exploration du Disque Monde longuement menée par Terry Pratchett.
La Zinovie, selon Lucien l’âne, est ce territoire mental où se réfléchit d’une certaine manière le monde. La Zinovie renvoie à l’écrivain, logicien, peintre, dessinateur, caricaturiste et philosophe Alexandre Zinoviev et à son abondante littérature.

LA ZINOVIE

Épisode 1 : Actualisation nationale ; Épisode 2 : Cause toujours ! ; Épisode 3 : L’Erreur fondamentale ; Épisode 4 : Le Paradis sur Terre ; Épisode 5 : Les Héros de l’Histoire ; Épisode 6 : L’Endémie ; Épisode 7 : La Réalité ; Épisode 8 : La Carrière du Directeur ; Épisode 9 : Vivre en Zinovie ; Épisode 10 : Le But final ; Épisode 11 : Les nouveaux Hommes ; Épisode 12 : La Rédaction ; Épisode 13 : Glorieuse et grandiose Doussia ; Épisode 14 : Le Bataillon des Suicidés ; Épisode 15 : Les Gens ; Épisode 16 : Jours tranquilles au Pays ; Épisode 17 : La Région ; Épisode 18 : Mémoires d’un Rat militaire ; Épisode 19 : L’inaccessible Rêve ; Épisode 20 : La Gastronomie des Étoiles ; Épisode 21 : Le Progrès ; Épisode 22 : Faire ou ne pas faire ; Épisode 23 : Le Bonheur des Gens ; Épisode 24 : La Sagesse des Dirigeants ; Épisode 25 : Les Valeurs d’Antan ; Épisode 26 : L’Affaire K. ; Épisode 27 : L’Atmosphère ; Épisode 28 : La Nénie de Zinovie


Épisode 29

Dialogue Maïeutique

L’AGRICULTURE VITAMINÉE  Vitaly Urzhumov - 2014
L’AGRICULTURE VITAMINÉE Vitaly Urzhumov - 2014


Encore une chanson de Zinovie, Lucien l’âne mon ami.

Encore un titre étonnant, Marco Valdo mon ami ; je me demande chaque fois où tu peux bien aller le chercher.

Dans la chanson, Lucien l’âne mon ami, dans la chanson.

Soit, répond Lucien l’âne, mais une exposition coloniale en Zinovie ? Comment se peut-il ? Il faudra encore une fois m’expliquer ce dont il s’agit.

Volontiers, rétorque Marco Valdo M.I. ; je vais m’y employer. D’abord, pour ceux qui lisent trop vite, je tiens à préciser qu’il ne s’agit nullement d’une exposition coloniale – la Zinovie n’ayant pas de colonies, du moins officiellement. Il s’agit d’une exposition colossale, ce qui est bien autre chose.

Colossale, dit Lucien l’âne, ah, cette fois, je reconnais cette Zinovie où, du moins officiellement, tout est glorieux, héroïque, grandiose, colossal et ainsi de suite. Au fait, de quelle exposition titanesque est-il question dans la chanson ? Et pourquoi une telle gigantesque manifestation ?

Eh bien, Lucien l’âne mon ami, il s’agit tout bonnement de l’exposition agricole que Stalone avait décrétée dans la capitale, c’était en 1937-38, pour exalter l’immense échec de la collectivisation des campagnes et de l’agriculture nationale. Cette exposition existe encore.

« Chez nous, au temps de la collectivisation,
Le paysan disparaissait, la campagne se vidait,
L’agriculture s’asphyxiait, la famine s’étendait.
Les gens se mouraient par millions.
On décréta une colossale exposition agricole ;
Notre agriculture modèle faisait école. »


C’est d’ailleurs le thème général de la chanson, mise à part, la dernière strophe qui parle d’un autre caractère marquant de la Zinovie.

Et de quoi donc ?, demande Lucien l’âne.

De l’alcoolisme des uns, de l’ivrognerie des autres, répond Marco Valdo M.I., qui sont des penchants et des comportements les plus communs aux habitants de Zinovie ; certains y voient un trait national, une tradition, une coutume inaltérable. D’une certaine manière, c’est aussi un moyen de résistance au régime en place et probablement, un des freins les plus puissants à l’enthousiasme national et collectif exigé par le Guide – quel que soit le Guide et quel que soit l’objet proposé à l’adoration publique. D’autre part, on peut y voir également une manière de tromper l’ennui et de combattre le désespoir au quotidien.

J’ai entendu dire qu’en Zinovie, dit Lucien l’âne, on ne sait pas trop, et les buveurs les premiers, ce qui pousse à boire. À part, bien sûr, le premier verre et la vie comme elle va. Quant à nous, tissons le linceul de ce vieux monde grandiose, magnifique, sidéré, sidéral et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
L’époque est à la liquidation
Du retard colossal de civilisation.
Avant, on édifiait l’avenir radieux.
Par la production d’un grand bond,
On est entré au paradis merveilleux ;
On l’a vu tout de suite : c’était du bidon.
Maintenant, on progresse toujours comme avant ;
Quand on n’est pas content, on nous gave de médicaments.
Après cent ans, on nous leurre.
On n’a toujours pas de beurre.
En Zinovie, notre organisation
C’est du vent, c’est de l’incantation.

Chez nous, au temps de la collectivisation,
Le paysan disparaissait, la campagne se vidait,
L’agriculture s’asphyxiait, la famine s’étendait.
Les gens se mouraient par millions.
On décréta une colossale exposition agricole ;
Notre agriculture modèle faisait école.
Le budget quinquennal fut englouti ;
Les moissons n’avaient plus de semis.
Dans la capitale, l’exposition était un conte de fées,
La réalité était complètement dépassée.
L’exposition, c’était moins cher
Quand même que cultiver la terre.

Quand on y va, on la voit.
Elle fait encore toujours son effet,
L’exposition colossale est toujours là ;
C’est la vitrine agricole du progrès.
Certains visiteurs y croient,
L’exposition colossale est un succès.
L’agriculture marche pas à pas ;
Les campagnes procèdent lentement ;
La production agricole prend du temps
Et dans le pays, la pauvreté progresse.
Si on ne peut rien procurer aux gens,
On peut les nourrir de promesses.

Le secret d’État le mieux gardé,
Mieux que les nids de fusées,
Est notre façon de trinquer.
La Zinovie spiritueuse
Est une entité mystérieuse.
Dans les couches privilégiées,
On boit seul des heures durant,
Chez soi ou dans les restaurants.
Au fond, assis, on a les buveurs discrets
Et là aussi, les ivrognes debout du buffet
Et les gens boivent en groupe, partout, à l’usine,
À l’armée, à la campagne, au fond de la mine.

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2022/3/13 - 18:08



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org