Language   

Les nouveaux Hommes

Marco Valdo M.I.
Language: French


Related Songs

L'amiral Boum
(Marco Valdo M.I.)
Que nenni ! T'en as menti !
(Marco Valdo M.I.)
Canzone de Lucien l'âne
(Lucien Lane)


Les nouveaux Hommes

Chanson française – Les nouveaux Hommes – Marco Valdo M.I. – 2021

LA ZINOVIE
est le voyage d’exploration en Zinovie, entrepris par Marco Valdo M. I. et Lucien l’âne, à l’imitation de Carl von Linné en Laponie et de Charles Darwin autour de notre Terre et en parallèle à l’exploration du Disque Monde longuement menée par Terry Pratchett.
La Zinovie, selon Lucien l’âne, est ce territoire mental où se réfléchit d’une certaine manière le monde. La Zinovie renvoie à l’écrivain, logicien, peintre, dessinateur, caricaturiste et philosophe Alexandre Zinoviev et à son abondante littérature.

LA ZINOVIE

Épisode 1 : Actualisation nationale ; Épisode 2 : Cause toujours ! ; Épisode 3 : L’Erreur fondamentale ; Épisode 4 :Le Paradis sur Terre ; Épisode 5 : Les Héros de l’Histoire ; Épisode 6 : L’Endémie ; Épisode 7 : La Réalité ; Épisode 8 : La Carrière du Directeur ; Épisode 9 : Vivre en Zinovie ; Épisode 10 : Le But final


Épisode 11

Dialogue Maïeutique

LES NOVHOMS  <br />
Vadim Rokhline – 1969
LES NOVHOMS
Vadim Rokhline – 1969


Comme on va pouvoir s’en rendre compte par la chanson, dit Marco Valdo M.I.., en Zinovie, il y a une certaine logique à l’œuvre et elle est assez épouvantable.

Une logique épouvantable ?, s’étonne Lucien l’âne. Je me demande de quoi il peut s’agir ?

C’est fort simple, répond Marco Valdo M.I. ; voici de quoi il s’agit. Quand on veut changer le monde, il faut changer la société, c’est logique et jusque-là, tout va bien. Et tout aussi logiquement, on en vient à vouloir changer l’homme (ou l’enfant, ou la femme…) qui en est l’élément de base. Cependant, les choses ne se passent pas si aisément.

Changer l’homme (etc.), dit Lucien l’âne, soit, mais comment ? Il faut que l’intéressé change de lui-même et dans le sens qu’on souhaite. Et pur ce que j’en sais, l’homme a naturellement une tête de mule et à mon avis, il est quasiment impossible de le changer. Sauf évidemment, si on laisse la nature et le passage des générations s’en charger ; ce qui prend du temps, demande de la patience, beaucoup d’intelligence et pas mal de chance. C’est une chose progressive et à vouloir aller plus vite que la musique, il y a des couacs, mais je suppose qu’il ne s’agit pas de s’en tenir à cette évolution qu’on appelle aussi la civilisation.

Ah, si c’était ça, Lucien l’âne, il n’y aurait rien à y redire. On pourrait juste s’inquiéter de sa relative lenteur. Très relative d’ailleurs. Cependant, en Zinovie, on a imaginé de changer l’homme lui-même à marches forcées ; c’est une idée révolutionnaire.

Fort bien, mais il se trouve que comme la mule, dit Lucien l’âne, et pour tout dire, l’ensemble des organismes vivants complexes, l’homme (etc.) est contraint par sa propre nature à suivre le rythme de l’évolution, elle-même hasardeuse, capricieuse, hésitante, lente et contraignante. Pourtant, chaque homme (etc., comme tout être vivant) est à chaque instant un homme nouveau. Il ne reste jamais pareil à lui-même, même si ces changements sont infinitésimaux et leur action immédiate, en quelque sorte, invisible ou insensible. L’homme (etc.) change et en changeant, change les autres, la nature autour de lui ; et la nature et les autres le changent à leur tour. Bien entendu, il faut en plus tenir compte de la multitude et de certaine tendance de la nature à résister au changement. C’est une mutation perpétuelle tempérée ; c’est la musique de la vie.

D’accord, coupe Lucien l’âne, mais où veux-tu en venir ?

À la chanson, tout bonnement, Lucien l’âne mon ami. Elle raconte, vu par un Zinovien, sujet et témoin de la chose, comment et même pourquoi en Zinovie, on change l’homme. L’affaire se déroule dans un établissement spécialisé, une sorte d’usine à fabriquer le « novhom », comme on appelle là-bas l’homme nouveau. En gros, il s’agit de formater l’homme nouveau au standard de la société nouvelle, en partant du principe que puisque l’homme n’est pas conforme, il faut le conformer. Pour cela, on recourt à un chloroforme perfectionné.

Et ça marche ?, demande Lucien l’âne.

Oui et non, répond Marco Valdo M.I. ; presque, mais totalement ; il y a au dedans de l’être vivant comme un résidu de résistance.

« On obéit, sans discuter.
Ils le croient, mais c’est une erreur.
En dedans, il reste un résidu de résistance,
Maintenant et toujours, indépendance ! »


Et de toute façon, comme on peut l’anticiper, le résultat est effrayant et de ce fait, ne peut être généralisé.

Comment pourrait-il en être autrement, demande Lucien l’âne. On ne peut rien obtenir de bon en forçant la nature ; on finit toujours par créer des monstres. Alors, tissons tranquillement le linceul de ce vieux monde agonisant, étouffant, gâteux, bêtifiant, zinoviant et cacochyme.

Heureusement !
Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
Ici, on forme les nouveaux hommes,
Les échantillons presque réussis
De la vie sociale du nouveau pays.
On les nomme les novhoms.
Les infirmiers et les gardiens sont venus.
On ne les a pas trop battus.
L’homme nouveau ne peut pas mourir,
Mais pour apprendre, le « novhom » doit souffrir.
Dresser les êtres vivants est difficile :
Tous, animaux, plantes, à un moment
Se rebiffent et sont résistants.
Puis, meurent, seuls les morts sont dociles.

Absurde tout ce passé,
Du blabla pour la gloire,
Cent ans se sont effacés
Et ils parlent encore d’histoire.
Pourquoi tout ce cinéma ?
Pour maintenir le guide au pouvoir,
Les amis et la camarilla,
Imposer leur image à la mémoire.
Rien pour nous, tout pour eux.
Mais à leur place, ferait-on mieux ?
Il a dit que lui, il ne voulait pas.
La question est de savoir pourquoi ?

On l’a ramené inconscient.
À la première piqûre, il a gémi,
Sangloté comme un enfant,
Il a soupiré et s’est endormi.
À la deuxième piqûre, il a souri
Et s’est pris pour le président.
Ils l’ont écouté juste un instant.
À la troisième piqûre, il a dit
Qu’il avouait tout ce qu’on voulait,
Qu’il dénonçait tous ses amis,
Qu’il ferait tout ce qu’on lui dit,
Qu’il ferait tout ce qu’on voudrait.

Le jour, le soir, la nuit, le matin,
Ici, on n’est presque plus rien.
Des bouts de connaissance,
Des bribes de réminiscences,
Des souvenirs, des soupirs, des sourires.
Réalité vraie ou simple délire ?
Où est passée notre volonté ?
On ne sent plus la faim, ni la douleur.
On obéit, sans discuter.
Ils le croient, mais c’est une erreur.
En dedans, il reste un résidu de résistance,
Maintenant et toujours, indépendance !

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2021/12/18 - 18:04



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org