Language   

Francesco Guccini: Canzone di notte n. 3

GLI EXTRA DELLE CCG / AWS EXTRAS / LES EXTRAS DES CCG
Language: Italian

List of versions


Related Songs

Les Paumés du Petit Matin
(Jacques Brel)
Francesco Guccini: Canzone di notte
(GLI EXTRA DELLE CCG / AWS EXTRAS / LES EXTRAS DES CCG)
Piccola storia ignobile
(Francesco Guccini)


it.fan.musica.guccini
[1987]
Testo e musica: Francesco Guccini
Lyrics and music by Francesco Guccini
Paroles et musique: Francesco Guccini
Sanat ja sävel: Francesco Guccini
Album / Albumi: Signora Bovary

Bovary




Esistenza, che stai qui di contrabbando,
come un ladro sempre pronta per fuggire,
ogni età chiude in sé i crismi dello sbando, sbaglio e intuire,
coi suoi giochi di carambola e rimando, prendere e offrire,
ma si muoia solo un po' di quando in quando,
ma sia poco a poco che si va a morire...

Ogni giorno è un altro giorno regalato,
ogni notte è un buco nero da riempire,
ma per quanto non l' ho mai visto colmato, così per dire,
resta solo l' urlo solito gridato, tentare e agire,
ma si pianga solo un po' perchè è un peccato
e si rida poi sul come andrà a finire...

Lo capisco se mi prendi per le mele,
ma ci passo sopra, gioco e non mi arrendo,
ogni giorno riapro i vetri e alzo le vele, se posso prendo,
quando perdo non sto lì a mandar giù fiele e non mi svendo
e poi perdere ogni tanto ci ha il suo miele
e se dicono che vinco stan mentendo

perchè quelle poche volte che busso a bastoni,
mi rispondono con spade o con denari,
la ragione diamo e il vincere ai coglioni, oppure ai bari,
resteremo sempre a un punto dai campioni (tredici è pari),
ma si perda perchè siam tre volte buoni
e si vinca solo in sogni straordinari...

Ah, quei sogni, ah, quelle forze del destino
che chi conta spingerebbe a rinnegare,
ci hanno detto di non fare più casino, non disturbare:
canteremo solo in modo clandestino, senza vociare,
poi ghignando ce ne andremo pian pianino
per sederci lungo il fiume ad aspettare...

Quello che mi gira in testa questa notte
son tornato, incerta amica, a riferire,
noi immergenti, noi con fedi ed ossa rotte, lasciamo dire:
ne abbiam visti geni e maghi uscire a frotte per scomparire...
Noi, se si muore solo un po' chi se ne fotte,
ma sia molto tardi che si va a dormire...

Contributed by Dq82 - 2021/4/10 - 19:53



Language: French

Version française – CHANSON NOCTURNE N°3 – Marco Valdo M.I. – 2021
Chanson italienne – Canzone di notte n. 3 – Francesco Guccini – 1987
Paroles et musique : Francesco Guccini
Album : Signora Bovary

Dialogue maïeutique

LES JOUEURS DE CARTES <br />
Paul Cézanne – 1891
LES JOUEURS DE CARTES
Paul Cézanne – 1891


Encore une fois, Lucien l’âne mon ami, je vais insister : ceci n’est pas une traduction.

Je sais, dit Lucien l’âne, c’est écrit dessus, c’est une version française et tu as l’habitude d’ajouter qu’on peut très bien la considérer comme une chanson « en soi », « in se », en quelque sorte détachée de son origine étrangère, prête à vivre sa vie.

C’est exactement ce à quoi je faisais allusion, répond Marco Valdo M.I. ; cependant, ce l’exclut en rien qu’elle ait aussi pour but et pour effet de faire connaître l’œuvre d’origine. Elle fait ce qu’on appelle d’une pierre deux coups. En fait, les choses ont tendance lorsqu’elles se répliquent ont tendance à être modifiées et même quand on passe d’une langue à l’autre, la modification est inévitable. C’est encore plus vrai avec les textes d’allure poétique qui sont déjà dans un langage qui laisse place à l’interprétation ; pire, qui la sollicite. Et c’est forcément le cas de cette chanson nocturne de Francesco Guccini.

Ah, dit Lucien l’âne, on y vient à la chanson. Que dit-elle, que raconte-t-elle ?

Eh bien, Lucien l’âne mon ami, il en va des chansons comme des trains. Il y a des chansons de nuit, des chansons nocturnes. Sans vouloir en faire un concept, ni la figer dans une catégorie, la chanson de nuit – du moins celle-ci – raconte une nuit ou alors, une autre, ou plusieurs nuits. C’est précisément en cela qu’elle est nocturne : elle dit ce qui s’y passe, elle dit ce qu’on y fait, elle suggère ce qu’on y pense et mille autres choses encore, mais toutes dans la nuit. Un soliloque qui médite en tournant sur elle-même comme un derviche, se soûlant de temps.

Oh, dit Lucien l’âne, je connais ça. Ça arrive souvent quand on est seul avec soi-même ; surtout, dans la nuit. C’est vraiment une chanson nocturne. Et que raconte-t-elle encore ?

Elle raconte, Lucien l’âne mon ami, qu’au cœur de la nuit, des amis jouent aux cartes. Elle raconte les ruminations d’un joueur de cartes, la partie de cartes, chaque fois rebattue, comme les épisodes de la vie elle-même. Et les raisons qui se bousculent d’avoir raison, de gagner, de perdre, de tenter le destin, de jouer quand même.

« Les rares fois où je joue en carreau,
On me répond par pique ou par cœur.
On donne raison et victoire aux couillons, aux tricheurs ;
On reste toujours à un pli du capot,
On perd, car on est trois fois meilleurs
Et on gagne seulement dans nos rêves les plus beaux.»

Et la nuit, la nuit finit dans une sorte de désarroi. Elle se parle toute seule de la vie et comme de juste, elle tourne à la mélancolie. Brel racontait la nuit de certains nocturnes à sa manière dans « Les Paumés du Petit Matin » :

« Venez pleurer
Copain copain copain allez
Allez venez venez
Allez venez pleurer
Et ça pleure les yeux dans les seins. »

Maintenant, conclut Lucien l’âne, tissons le linceul de ce vieux monde somnolent, indolent, nocturne, nyctalope et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
CHANSON NOCTURNE N°3

Existence, qui vis ici clandestinement,
Comme un voleur toujours prête à fuir,
Tout âge contient les règles du désarroi, de l’erreur et de l’entendement,
Avec ses jeux de carambole et de renvoi, prendre et offrir
On meurt seulement un peu de temps en temps,
Petit à petit, on s’en va mourir.

Chaque jour est un autre jour à s’offrir,
Chaque nuit est un trou noir à remplir,
Je ne l’ai jamais vu comblé, pour ainsi dire,
Seul reste le cri habituel, tenter et agir,
On pleure juste un peu de se voir flétrir
Et on rit de la façon que ça va finir.

Quand vous me prenez pour une pomme,
Je passe outre, je joue, jamais, je n’abandonne.
Je rouvre les fenêtres et je lève les voiles, si je peux je prends,
Si je perds, je ne reste pas à me brader ou à baver mon fiel.
Et puis, perdre parfois a son propre miel,
Et si on dit que je gagne, on ment.

Les rares fois où je joue en carreau,
On me répond par pique ou par cœur.
On donne raison et victoire aux couillons, aux tricheurs ;
On reste toujours à un pli du capot,
On perd, car on est trois fois meilleurs
Et on gagne seulement dans nos rêves les plus beaux.

Ah, ces songes, ah, ces forces du destin
Que celui qui compte pousse à renier,
On nous a dit pas de bruit, pas déranger ;
On chantera sans voix, sur le mode clandestin
Puis grimaçant, on s’en ira doucement
Au bord du fleuve voir passer le temps.

Ce qui me tourne en tête cette nuit
Je suis revenu, incertaine amie, faire connaître,
Que nous aux fois et aux os brisés, dans nos nuits,
On a vu des génies et des mages naître et disparaître.
Et puis, après tout, on s’en fout si on meurt juste un peu,
Il est tard, allons dormir, le temps se fait vieux.

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2021/4/13 - 19:36



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org