Language   

Penelope

Fiorella Mannoia
Language: Italian

List of versions


Related Songs

Inevitabilmente (lettera dal carcere)
(Enrico Ruggeri)
Giovanna d'Arco
(Fiorella Mannoia)
La Complainte Du Phoque En Alaska
(Beau Dommage)


Testo e musica di Ivano Fossati
Assolo di fisarmonica di Antonello Salis
dall'album della Mannoia "Personale" (2019)

“Penelope” di Carmen Munafò
“Penelope” di Carmen Munafò


Ivano Fossati si è ritirato dalle scene da alcuni anni come cantante. Ma non come autore e ha regalato alla Mannoia questo pezzo secondo me stupendo. Penelope che aspetta Ulisse di ritorno dalla guerra di Troia diventa il simbolo di tutte le donne che un giorno vedono una barca portare via il proprio amato, e che sanno andare avanti - senza implorare, senza pregare - nonostante tutto con ottimismo e fiducia.
E non sarò un’artista
ma una femmina ottimista, sì
non mi piace implorare
non mi metto in ginocchio
ma ho una grazia da domandare
ho una grazia da domandare

Io proprio non lo sapevo
che l’amore fosse anche veleno
io proprio non lo vedevo
che una barca qualunque
lo portava via
me lo portava via

So curare le rose
aggiustare le cose, io so
poi aspetto il tramonto con gli occhi chiusi
alla distesa del mare
e del mondo

Accendo luci e canzoni
per continuare a sperare
ecco in altre parole mi potrebbe vedere
se pensasse di ritornare
se pensasse di ritornare

Ecco a cosa mi serve
questo trucco sugli occhi
il respiro è tranquillo
se una bocca lo bacia
ma non c’è
nessuno che mi tocchi
qui non c’è nessuno che mi tocchi

E non mi sento sicura
nelle notti affannate
però in nome del cielo
è solo vento che soffia
e parole presto dimenticate

Qui è la vita ordinaria
dove tutti hanno un sogno
e se qualcuno lo vuole il tuo sogno
allora tutto si calma intorno
allora tutto si calma intorno

E non sarò un’artista
ma una femmina ottimista, sì
non mi piace implorare
non mi metto in ginocchio
ma ho una grazia da domandare
ho qualcuno da far ritornare
ho qualcuno da far ritornare

Contributed by Lorenzo Masetti - 2019/4/4 - 22:40



Language: French

Version française – PÉNÉLOPE – Marco Valdo M.I. – 2020
Chanson italienne – Penelope – Fiorella Mannoia – 2019
Texte et musique : Ivano Fossati

Ivano Fossati s’est retiré de la scène depuis quelques années comme chanteur. Mais pas en tant qu’auteur et il a donné à Mannoia ce morceau selon moi merveilleux. Pénélope qui attend le retour d’Ulysse de la guerre de Troie devient le symbole de toutes les femmes qui voient un jour un bateau emporter celui qu’elles aiment, et qui savent aller de l’avant – sans implorer, sans prier – malgré tout avec optimisme et confiance.

Dialogue Maïeutique

ATTENTE<br />
Max Liebermann - 1890
ATTENTE
Max Liebermann - 1890


Pénélope, Pénélope ?, voilà un titre que j’ai déjà rencontré, dit Marco Valdo M.I. un peu songeur.

Pénélope, dit Lucien l’âne, voilà un nom que je connais depuis fort longtemps. On en parlait déjà dans la plus haute Antiquité et je me demande même si ce n’est pas cette même Pénélope – oui, tout copte fait, j’en suis sûr, elle s’appelait Pénélope – que je véhiculais le soir à la plage d’Ithaque jusqu’à avoir mes pieds dans l’eau. La journée, je l’aidais aux champs. Elle disait que son mari était parti faire un cheval de bois à Troie et qu’il reviendrait bientôt par la mer, forcément par la mer, vu qu’Ithaque est une île. Je me suis dit alors, par-devers moi, que c’était vraiment une drôle d’idée de laisser sa femme au bord de la mer pour aller faire un cheval de bois à Troie. C’est un peu comme La Complainte Du Phoque En Alaska, qui disait :

« Ça ne vaut pas la peine
De laisser ceux qu’on aime
Pour aller faire tourner
Des ballons sur son nez »


D’accord, c’est un cheval de bois, mais il est devenu célèbre ; quoique ce soit un cheval quand même et comme on sait, les chevaux de bois, ça tourne, ça tourne. Et puis, le gars, enfin, le mari de Pénélope avait promis qu’il rentrerait vite, sitôt le cheval fini, mais c’est toujours la même histoire, il avait traîné en route et il lui a servi au retour de ces fols racontars invraisemblables avec des géants, des sirènes, des tempêtes, des volcans en éruption, des cyclopes et que sais-je encore. Un fameux baratineur, car en finale, elle l’a cru ou alors, elle s’est ravisée et elle s’est dit qu’il valait mieux faire semblant de le croire et que ça n’aurait servi à rien de l’avoir attendu si longtemps et d’avoir tissé, tissé, tissé telle une araignée obstinée et patiente une toile monumentale pour se disputer avec lui et le renvoyer à son cheval de bois et ses sirènes. En somme, comme je lui avais personnellement conseillé, elle a fait semblant d’avaler tous ces bobards et d’admirer son héros. Comme beaucoup d’entre elles, c’était une femme intelligente.

Oui, certes, Lucien l’âne mon ami, Pénélope est une femme intelligente et nombre de femmes ont cette intelligence qui leur permet de supporter les hommes et cette odyssée a fait pas mal de chemin depuis et puis, ce n’est pas vraiment le sujet de la chanson, sauf indirectement. La femme qui chante ici fait bien sûr allusion à la virée du marin mari :

« Je n’imaginais pas, c’est tout,
Qu’une barque, que de simples avirons
L’emmèneraient,
Me le prendraient. »


et à la difficulté à le faire rentrer à la maison :

« Je chante pour continuer à espérer
Qu’il puisse ainsi me voir
Et penser à rentrer,
Et penser à rentrer. »


Cela dit, Marco Valdo M.I. mon ami, il me semble qu’au début, tu évoquais une chanson qui porte le même titre en français ; à quoi pensais-tu ?

Eh bien, Lucien l’âne mon ami, à celle – cette Pénélope – qu’avait composée Georges Brassens, qu’il avait interprétée lui-même et qui fut ensuite si fémininement interprétée par Barbara. C’est dire si c’est une chanson qu’il faut entendre et d’ailleurs, je suis certain qu’elle a toute sa place ici auprès de celle-ci, dont je me suis amusé à faire la version française. Je m’empresserai donc d’insérer cette chanson de Brassens, quand j’aurai un peu de temps, car cette Pénélope est emblématique et est un personnage au centre de la manière de considérer la femme dans notre société. Ailleurs dans le monde, je ne sais pas vraiment ; qu’en serait-il de Pénélope dans les pays sous influence musulmane ou par exemple, en Afrique, où circule ce proverbe très patriarcal qui dit : « La place de la femme est à la cuisine ».

Oufti, dit Lucien l’âne, voilà qui est rétrograde. Pour une telle réflexion, même l’ânesse la plus soumise foutrait au bonhomme un fameux coup de pied et je préfère ne pas préciser l’endroit comme disait Georges Brassens – encore lui – à propos de l’enterrement de son Grand-père.

« Ma botte partit, mais je me refuse
De dire vers quel endroit,
Ça rendrait les dames confuses
Et je n’en ai pas le droit. »


Cela dit, reprenons notre tâche et tissons, tels des Pénélopes imperturbables, le linceul de ce vieux monde sexiste, patriarcal, benêt, menteur, borné et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
PÉNÉLOPE

Je ne suis pas une artiste,
Mais une femme optimiste.
Il ne me plaît pas d’implorer,
Je n’aime pas m’incliner,
Mais j’ai une grâce à demander,
J’ai une grâce à demander.

Je ne le savais pas du tout,
Que l’amour était aussi un poison.
Je n’imaginais pas, c’est tout,
Qu’une barque, que de simples avirons
L’emmèneraient,
Me le prendraient.

Je sais guérir les roses,
Je sais arranger les choses
Et j’attends le crépuscule les paupières closes
Face à la mer, à ses ondes
Et face au monde.

J’allume des lumières et le soir,
Je chante pour continuer à espérer
Qu’il puisse ainsi me voir
Et penser à rentrer,
Et penser à rentrer.

Oui, c’est curieux
Ce bandeau sur mes yeux.
Mais je respire mieux,
Quand une bouche l’embrasse,
Mais rien ne se passe.
Personne ne m’approche,
Personne ne me touche.

Je ne me sens pas en sécurité
Dans la nuit aux moments étouffants
Mais à la vérité,
C’est juste le vent qu’on entend
Et des mots vite oubliés.

Ici, on vit la vie ordinaire
Où tous ont un rêve.
Et quand quelqu’un partage votre rêve,
Alors tout s’apaise et se perd,
Alors tout s’apaise et se perd.

Je ne suis pas une artiste,
Mais une femme optimiste.
Je n’aime pas implorer,
Je n’aime pas m’incliner,
Mais j’ai une grâce à demander.
J’ai quelqu’un à faire rentrer,
J’ai quelqu’un à faire rentrer.

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2020/11/10 - 11:57


Bella... grazie Lorenzo.
Ciao

B.B. - 2019/4/5 - 00:56


Antonello Salis è anche il fisarmonicista che suonava in Le radici e le ali, l'intro del brano, a detta di Marino Severini e dei vari fisarmonicisti che ci si sono cimentati, è una delle più difficili che siano state suonate.

Dq82 - 2019/4/5 - 09:34


Avete ascoltato Penelope di Joan Manuel Serrat? Altra classe.
Buona la versione di Gino Paoli

2019/11/15 - 16:20



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org