Language   

Lekcja Historii Klasycznej

Jacek Kaczmarski
Language: Polish

List of versions


Related Songs

Cervantes
(Jacek Kaczmarski)
W domach z betonu
(Martyna Jakubowicz)
Syneczku
(Zbombardowana Laleczka)


[1979]
Parole e musica di Jacek Kaczmarski
Dall'album "Krzyk" [1981-1989]
Il testo dal sito: kaczmarski.art.pl

Giulio Cesare di Asterix
"Galia est omnis divisa in partes tres
Quorum unam incolunt Belgae aliam Aquitani
Tertiam qui ipsorum lingua Celtae nostra Gali apelantur
Ave Caesar morituri te salutant!"

Nad Europą twardy krok legionów grzmi
Nieunikniony wróży koniec republiki
Gniją wzgórza galijskie w pomieszanej krwi
A Juliusz Cezar pisze swoje pamiętniki

"Galia est omnis divisa in partes tres
Quorum unam incolunt Belgae aliam Aquitani
Tertiam qui ipsorum lingua Celtae nostra Gali apelantur
Ave Caesar morituri te salutant!"

Pozwól Cezarze gdy zdobędziemy cały świat
Gwałcić rabować sycić wszelkie pożądania
Proste prośby żołnierzy te same są od lat
A Juliusz Cezar milcząc zabaw nie zabrania

"Galia est omnis divisa in partes tres
Quorum unam incolunt Belgae aliam Aquitani
Tertiam qui ipsorum lingua Celtae nostra Gali apelantur
Ave Caesar morituri te salutant!"

Cywilizuje podbite narody nowy ład
Rosną krzyże przy drogach od Renu do Nilu
Skargą krzykiem i płaczem rozbrzmiewa cały świat
A Juliusz Cezar ćwiczy lapidarność stylu!

"Galia est omnis divisa in partes tres
Quorum unam incolunt Belgae aliam Aquitani
Tertiam qui ipsorum lingua Celtae nostra Gali apelantur
Ave Caesar morituri te salutant!"

Contributed by Krzysiek Wrona - 2013/9/30 - 01:16




Language: Italian

Versione italiana di Krzysztof Wrona
LEZIONE DI STORIA ANTICA

"Gallia est omnis divisa in partes tres
Quarum unam incolunt Belgae aliam Aquitani
Tertiam qui ipsorum lingua Celtae nostra Galli appellantur
Ave Caesar morituri te salutant!"

Sopra l’Europa tuona il passo duro delle legioni
Che preannunciano la fine ineluttabile della repubblica
Marciscono le colline della Gallia nel sangue mescolato
E Giulio Cesare sta scrivendo le sue memorie

"Gallia est omnis divisa in partes tres
Quarum unam incolunt Belgae aliam Aquitani
Tertiam qui ipsorum lingua Celtae nostra Galli appellantur
Ave Caesar morituri te salutant!"

Dacci il permesso Cesare, quando conquisteremo il mondo intero
Di stuprare, saccheggiare e di saziare tutte le nostre bramosie
Le semplici richieste dei soldati sono le stesse da anni
E Giulio Cesare, con il suo silenzio, mica proibisce di svagarsi un po’

"Gallia est omnis divisa in partes tres
Quarum unam incolunt Belgae aliam Aquitani
Tertiam qui ipsorum lingua Celtae nostra Galli appellantur
Ave Caesar morituri te salutant!"

L’ordine nuovo sta civilizzando i popoli sottomessi
Le croci crescono lungo le strade dal Reno al Nilo
Il mondo intero eccheggia di lamento, grido e pianto
E Giulio Cesare si sta esercitando nella lapidarietà dello stile!

"Gallia est omnis divisa in partes tres
Quarum unam incolunt Belgae aliam Aquitani
Tertiam qui ipsorum lingua Celtae nostra Galli appellantur
Ave Caesar morituri te salutant!"

2013/10/1 - 21:35




Language: Italian

La versione italiana del ritornello in latino tratto ovviamente dal celeberrimo incipit del "De Bello Gallico" più il classico "Morituri te salutant"
La Gallia nel suo insieme è divisa in tre parti,
una abitata dai Belgi, un’altra dagli Aquitani,
la terza da coloro che nella propria lingua si chiamano Celti, nella nostra Galli
Ave Cesare, i morituri ti salutano

2013/10/1 - 21:47


E la marcia dell'armata di Suvorov continua...

k - 2015/11/15 - 23:52


Bisogna pur ricordare che la frase: "I morituri ti salutano" non veniva mica pronunciata dai gladiatori morenti nel circo.

k - 2015/11/15 - 23:58


In mezzo a tutta questa...kaczmarskata di questi giorni intendo dedicarmi anche alle tue traduzioni italiane, Krzysiek (come tu ti dedichi giustamente alle mie dal polacco). Devo dire che questa è notevolmente corretta; mi sono permesso solo due cosette. La prima nel titolo, che in italiano suona molto meglio in forma indeterminata ("Lezione di storia antica"): chi parla una lingua senza articolo (tipo il polacco) a volte tende a mettercelo anche dove non ci vuole :-) La seconda è che, nella traduzione, sono intervenuto....sul latino restaurando la dizione corretta di Giulio Cesare: "Gallia", "Galli" e "appellantur" (e "quarum"), anche se magari l'eliminazione delle doppie nel latino kaczmarskiano era voluta....oppure citava a memoria senza ricordarsi bene. Ma nelle Polonicae scholae si studia il latino? Saluti!

Riccardo Venturi - 2018/6/7 - 15:19




Language: French

Version française – LEÇON D’HISTOIRE ANCIENNE – Marco Valdo M.I. – 2018
d’après la version italienne LEZIONE DI STORIA ANTICA de Krzysztof Wrona
d’une
Chanson polonaise – Lekcja Historii Klasycznej – Jacek Kaczmarski – 1979
Paroles et musique de Jacek Kaczmarski
Album : Krzyk [1981-1989]
Texte du site : kaczmarski.art.pl


« Gallia est omnis divisa in partes tres
Quorum unam incolunt Belgae aliam Aquitani
Tertiam qui ipsorum lingua Celtae nostra Gali apelantur
Ave Caesar morituri te salutant ! »


Dialogue maïeutique
Ambiorix, roi des Éburons
Ambiorix, roi des Éburons


Lucien l’âne mon ami, je suppose que tu te souviens un peu de ton latin et que comme moi (et des millions d’autres), il te serait aisé de traduire ces quelques lignes ci-dessus, et même, d’en situer l’auteur et de donner le titre de l’ouvrage dont les trois premières lignes sont extraites.

Bien évidemment, Marco Valdo M.I. et tu as eu raison de remettre Gallia avec deux « l », car ainsi était-ce dans l’ancienne Rome. Comme tu le devines, un âne comme moi a dû rabâcher et entendre rabâcher ce texte comme le chardon sauvage. C’est le début du « De bello gallico », le début de la Guerre des Gaules de Jules César, un modèle pour bien des généraux ; un des derniers en date s’appelait coïncidemment Charles De Gaulle, avec 2 « l », cette fois ce qui évite d’en faire un Charles de Gaule, sorte d’empereur héréditaire à retardement. Certains pensent qu’il s’en est fallu de peu.
Bref, pour en revenir au texte de César, il est un autre passage qu’on répète à l’envi dans les écoles de Belgique, mais sans aller au-delà de la citation tronquée et ce texte, je le cite de mémoire en latin et en français :

« Hōrum omnium fortissimī sunt Belgæ, »
« Parmi eux tous, les plus forts sont les Belges »…


On croirait un commentaire footballistique comme ceux que pondent nos brillants journalistes. C’est en quelque sorte le « Nos ancêtres les Gaulois… » dont l’école française assomma les populations africaines, asiatiques, océaniennes et américaines qui étaient sous la domination de la République.
Pour en venir à la chanson, elle décrit assez bien la réalité de l’intervention de Jules César dans la vie des hommes, où il fit ce que firent ceux qui l’avaient précédé dans la Rome républicaine et que feront ceux qui le suivront dans l’Empire romain. À ce stade, il convient de se souvenir que Jacek Kaczmarski est un auteur polonais et de ce fait, habitait un pays sujet aux invasions impériales.

Et toujours susceptible de l’être, dit Lucien l’âne. Cette perspective était, sans doute, plus nette quand Jacek Kaczmarski écrivit la chanson (1979), mais le vent tourne à nouveau et pourrait soudain amener la tempête de ce côté.

Peut-être, dit Marco Valdo M.I., la chose n’est pas à exclure. Il est des habitudes dont l’Histoire a du mal à se défaire. Mais laissons là ces supputations horrifiques. J’aimerais pour finir régler un vieux compte avec Jules César et dire deux mots de son style tant vanté. La chanson se termine sur cette phrase énigmatique : « Et Jules César s’applique à la concision de son style ! », qu’à mon sens, il faut interpréter comme une variante du lavage des mains de Ponce Pilate ou la position du chameau dans la chanson : « Le chameau s’en fout ! ». Il faut cependant accorder la chose à Jacek Kaczmarski : le style de César est concis…

Si !, s’empresse de dire Lucien l’âne. Il l’est, je l’ai lu.

Je te l’accorde aussi, reprend Marco Valdo M.I., il l’est vraiment. C’est un style militaire qui fait la joie du militaire (sûrement) et rase avec la maîtrise de Figaro le civil amateur de poésie, de finesse et d’intelligence. Depuis de nombreux autres généraux (Ulysse S. Grant, par exemple ou Jacques Massu) se sont essayés à la dissertation – c’est une manie et on pourrait en remplir une bibliothèque style empire, avec des abeilles en ornement.

Tranchons, Lucien l’âne mon ami. Le style de César est un style militaire, c’est tout dire ; un style pompier, avec le casque au ras des sourcils et un front de grande guerre. Cependant, il faut se dire que tant que durera la Guerre de Cent Mille Ans, les militaires seront des acteurs incontournables et des protagonistes inévitables de la comédie humaine. Taratata !

D’accord, Marco Valdo M.I. mon ami. Maintenant, reprenons notre tâche avec encore plus d’ardeur et nous qui nous voulons et nous pensons civils, tissons le linceul de ce vieux monde militaire, galonné, casqué, botté, discipliné et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane.
LEÇON D’HISTOIRE ANCIENNE

« La Gaule est divisée en trois parties :
Une habitée par les Belges, une autre par les Aquitains,
La troisième par ceux qu’on appelle dans leur langue Celtes ; dans la nôtre, Gaulois.
Ave César, ceux qui vont mourir te saluent ! »

Sur l’Europe tonne le pas martial des légions
Qui annoncent la fin inéluctable de la république,
Pourrissent les collines de la Gaule de sang loyal
Et Jules César écrit ses mémoires.

« La Gaule entière est divisée en trois parties :
Une habitée par les Belges, une autre par les Aquitains,
La troisième par ceux qu’on appelle dans leur langue Celtes ; dans la nôtre, Gaulois.
Ave César, ceux qui vont mourir te saluent ! »

César, laisse-nous, quand nous conquerrons le monde entier,
Violer, piller et rassasier toutes nos passions.
Les requêtes des soldats sont les mêmes depuis des années
Et Jules César, par son silence, n’interdit pas la distraction.

« La Gaule entière est divisée en trois parties :
Une habitée par les Belges, une autre par les Aquitains,
La troisième par ceux qu’on appelle dans leur langue Celtes ; dans la nôtre, Gaulois.
Ave César, ceux qui vont mourir te saluent ! »

L’ordre nouveau civilise les peuples soumis ;
Les croix poussent le long des routes du Rhin au Nil ;
Le monde entier retentit de lamentations, de cris et de plaintes
Et Jules César s’applique à la concision de son style !

« La Gaule entière est divisée en trois parties :
Une habitée par les Belges, une autre par les Aquitains,
La troisième par ceux qu’on appelle dans leur langue Celtes ; dans la nôtre, Gaulois.
Ave César, ceux qui vont mourir te saluent ! »

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2018/6/9 - 17:29



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org