Language   

Televisiòn

Davide Van De Sfroos
Language: Italian (Lombardo "Laghèe")

List of versions


Related Songs

Davide Van De Sfroos: La balàda del Genesio
(GLI EXTRA DELLE CCG / AWS EXTRAS / LES EXTRAS DES CCG)
Il Figlio di Guglielmo Tell
(Davide Van De Sfroos)
La frontiera
(Davide Van De Sfroos)


[2001]
Dall’album “...e semm partii”



“… oramai è troppo tardi, oramai non non m’importa più di sapere perché andavano sulla luna e portavano a casa i sassi e in giro sulla terra continuano ad ammazzarsi…”
L'è capitaa tücoos in quéla televisiòn:
la vardàvum al bar traa là in söl bancùn,
facc in biaanch e negru che i passàven a manétta,
el muund in biaanche e negru in quéla scatulétta…
Prema ghe n'é vön che canta una canzòn
e dopu i suspenden la trasmissiùn,
hann cupàa un Presideent, pulizia - che casòtt –
soe una machina giò Dallas, senza la capòt.
Hann dii che l'era bràvu, hann dii che l'era bònn,
però i g'hann sparaa giù de'n balcòn,
hann dii che l'era bravu e l'ha faa tanti prumess
e tanti americani i piàngen ammò adéss…

Televisiòn, quanti dé quanti nòcc sö quii pultrùnn
Televisiòn, quanti nocc quanti dé cun quél butòn

E noen in Italia viagiàvum in Cinceent
e cambiàvum tanti ròpp a segùnda del veent,
rüvàva el carosello cun tücc i nuvità
che noen el dé dopu nàvum a crumpà
el Papa de Bérgum che parlàva cume noen
g'a faa fina sugnà de vés püssé bòn,
ancamò incöö che i henn passàa tanti ann,
in cà di italiani gh'è ammò el Papa Giuvànn,
magari pugiàa sura la televisiòn
mentre parlen de Sanremo, de guéra o de balòn

Televisiòn, quanti dé quanti nòcc sö quii pultrùnn
Televisiòn, quanti nocc quanti dé cun quél butòn

E quanti bei film al lünedé de sira,
Giòn Uéin cupàva tücc senza gnaa ciapà la mira,
e quanti Maik Bongiorno al giuvedé de sira,
se te séret la risposta purtàvet a cà la lira.
E quaand che i partiit i henn diventaa a culuu,
l'é staa cumé quaand dopo la pioggia rüva el suu
e alura tütt el muund a l'era deent in quéla bàla,
cun la televisiòn in dell'uffizzi o in de la stàla
vusàvum e bevévum cumé tanti rembambii,
convinti che anca l'arbitro el pudéva sentì …
E i naven in sö la loena e i purtàven a cà i sàss
e in giir in sö la Téra segütàven a cupàss…

Televisiòn, quanti dé quanti nòcc sö quii pultrùnn
Televisiòn, quanti nocc quanti dé cun quél butòn

Ho vedüü tütt el muund e tücc i città
setàa giù in poltrona, saraa deent in cà.
Ho vedüü tücc i ròpp che han vurüü famm vedé,
ho savüü tücc i ròpp che hann vurüü fàmm savé,
g'ho scià el telecomando e g'ho piö de levà sö
ma urmai l'é tropp tardi, urmai en pùdi piö
perchè i nàven sö la loena e i purtàven a cà i sàss
e in giir in sö la Tera segütàven a cupàss…
i nàven sö la loena e i purtàven a cà i sàss
e in giir in sö la Tera segütàven a cupàss…

Contributed by Bartleby - 2011/8/5 - 08:50




Language: Italian

Versione italiana di Gian Piero Testa
TELEVISIONE

È capitato di tutto in quella televisione:
la guardavamo al bar appoggiata sul bancone,
facce in bianco e nero che passavano in gran fretta,
il mondo in bianco e nero in quella scatoletta...
Prima c'è un tale che canta una canzone
e dopo interrompono la trasmissione,
hanno ucciso un Presidente, polizia - che casino -
su una macchina là a Dallas senza la capote.
Hanno detto che era bravo, hanno detto che era buono,
ma poi gli hanno sparato da un balcone,
hanno detto che era bravo e ha fatto tante promesse
e tanti americani lo piangono ancora adesso...

Televisione, quanti giorni quante notti su quelle poltrone
Televisione, quante notti quanti giorni con quel pulsante

E noi in Italia viaggiavamo in Cinquecento
e cambiavamo tante cose a seconda del vento,
arrivava il carosello con tutte le novità
che noi il giorno dopo andavamo a comperare
il Papa di Bergamo che parlava come noi
ci ha fatto anche sognare di essere più buoni,
ancora oggi che sono passati tanti anni,
magari appoggiato sopra il televisore
mentre parlano di Sanremo, di guerra o di pallone

Televisione, quanti giorni quante notti su quelle poltrone
Televisione, quante notti quanti giorni con quel pulsante

E quanti bei film il lunedì sera,
John Wayne accoppava tutti senza neanche prendere la mira,
e quanti Mike Bongiorno il giovedì sera,
se sapevi la risposta portavi a casa le lire.
E quando le partite sono diventate a colori
è stato come quando dopo la pioggia arriva il sole
e allora tutto il mondo era dentro quella palla,
con la televisione in ufficio o nella stalla
gridavamo e bevevamo come tanti rimbambiti,
convinti che anche l'arbitro ci potesse sentire...
E andavano sulla luna e portavano a casa i sassi
e per tutta la Terra continuavano ad accopparsi...

Televisione, quanti giorni quante notti su quelle poltrone
Televisione, quante notti quanti giorni con quel pulsante

Ho visto tutto il mondo e tutte le città
seduto in poltrona, chiuso in casa mia.
Ho visto tutte le cose che hanno voluto farmi vedere,
ho saputo tutte le cose che hanno voluto farmi sapere,
ho qui il telecomando e non devo più alzarmi
ma ormai è troppo tardi, ormai non ne posso più
perché andavano sulla luna e portavano a casa i sassi
e per tutta la Terra continuavano ad accopparsi...
perché andavano sulla luna e portavano a casa i sassi
e per tutta la Terra continuavano ad accopparsi...

Contributed by Gian Piero Testa - 2011/8/7 - 17:17




Language: French

Version française – TÉLÉVISION – Marco Valdo M.I. – 2011
Chanson italienne (Comasque Laghée) – Televisiòn – Davide Van De Sfroos – 2001
d'après la version italienne de Gian Piero Testa

« … il est trop tard désormais, désormais il ne m'importe plus de savoir pourquoi ils allaient sur la lune et ramenaient des cailloux et sur la terre, ils continuent à s'assassiner... »



Mon bon et brave ami Lucien l'âne, tu en as de la chance d'être un âne...

Ah, oui... et pourquoi ? , demande l'âne Lucien en faisant de ses deux grandes et magnifiques oreilles d'un noir d'encre de Chine de superbes points : d'interrogation avec celle de droite et d'exclamation avec celle de gauche, de sorte qu'il exprime à la fois : par la droite, sa dubitation (comme disait Michel de Montaigne) et par la gauche, sa stupéfaction. Sa dubitation et pas son doute... Car cette dernière est action tandis que le doute est un fait, un état ; en somme, elle est la mise en doute...

Pourquoi ? Je vais te le dire, mais ça risque de prendre un peu de temps. En résumé, tu as la chance de ne pas avoir dû subir la télévision et à ce fait, j'attribue ta vivacité d'esprit, ta capacité à réfléchir ainsi que ton ouverture sur le monde. Il faut dire évidemment que depuis plus de deux mille ans que tu le parcours, tu en as vu des choses, tu as eu le temps d'y penser et de les méditer. En vérité, tu mérites bien ton attribut de « somaro », du moins tel que je le conçois.

Au fait, je ne te suis plus trop, mon ami Marco Valdo M.I. Ce n'est pas que cela me gêne d'être ce que je suis, d'être un âne, une bête de somme, un « somaro », mais en quoi cela peut-il être gratifiant ? Il faut que tu me l'expliques.

Souviens-toi des paysans pauvres de Basilicate qui disaient, ainsi que le rapporte Carlo Levi dans « Le Christ s'est arrêté à Eboli » : « Noi, non siamo cristiani, siamo somari »... et nous, nous en avons fait notre devise. Et ils avaient raison ces paysans pauvres de Lucanie, c'est bien ainsi que les considèrent les gens de la « Civilisation ». Ce qui ne fut en aucun cas le sort de bien des humains dits civilisés... Civilisé – en gros, dans notre coin du monde et pour l'esprit du temps, cela veut dire « cristiani » –
« chrétiens »... Cette dichotomie, cette opposition implicite faite par les paysans de Lucanie entre cristiani d'une part et somari (c'est-à-dire eux-mêmes) d'autre part, désigne très exactement l'état du monde au temps de la Guerre de Cent Mille Ans que les riches (civilisés, cristiani, etc...) font aux pauvres (somari, pauvres, etc...) pour accroître leurs richesses et leur pouvoir.

Cette division du monde, qui est la conséquence et la cause de cette Guerre de Cent Mille Ans, a l'air fort simple... et pour certains, elle peut sembler simpliste... Je les entends d'ailleurs déjà ces voix de crécerelle...

Peut-être est-elle simple, mais elle recouvre une réalité bien complexe ; on la trouve à l'œuvre dans toutes les activités humaines ; elle traverse de part en part toute la vie de l'homme et même, de la Terre...

Et qui sait ?, dit Lucien l'âne en souriant à pleines dents. Demain peut-être s'en ira-t-elle dans l'espace... On ne sait jamais avec les progrès...

En effet, tu as raison. Ce pourrait bien être le cas, si on ne résout pas cette affaire avant ce grand saut... Et comme je l'ai déjà exposé, seule la disparition de la richesse, de l'idée-même de richesse, de cette poursuite infantile de l'avoir, de ce voyage dans l'avide, de cette manie de l'accumulation peut mettre un terme à cette Guerre, dont toutes les guerres ne sont que des épisodes. Et c'est dans ce cadre particulier et complexe qu'il faut situer le rôle de la télévision...

À propos de la télévision, dit Lucien l'âne, il me semble qu'il n'y a pas très longtemps qu'elle est arrivée dans les maisons et on dirait, à t'entendre, à entendre la chanson, on dirait pourtant qu'elle occupe presque toute la vie des gens. Un peu comme le faisait avant elle, l'église...

C'est un peu ça, dit Marco Valdo M.I. Aujourd'hui, disons depuis quelques dizaines d'années, la vieille chaîne médiatique (celle qui enchaînait les peuples) qu'était le réseau des églises, celle qui diffusait le message « civilisateur » a été submergée par les chaînes de la télévision. Car, et c'est important de le comprendre, la télévision fonctionne exactement comme l'église ou comme une religion (quelle qu'elle soit d'ailleurs). Il y a là au centre un émetteur (et sa structure) qui diffuse la bonne parole, via un nombre incalculable (ou presque) de relais, et de ce fait, impose sa vision du monde, c'est-à-dire ses propres intérêts à l'ensemble (ou presque) de l'humanité. Pour les détenteurs du pouvoir et donc de la télévision, il s'agit d'inculquer l'image de « leur société » dans la conscience, c'est-à-dire imprimer le modèle de « leur société » au cœur-même de la conscience (au sens où on dit « il a repris conscience ») de chacun, au plus profond de ce qu'en d'autres temps, on nommait l'âme ; il s'agit en réalité d'agir sur le processus vital, d'imposer le modèle unique et – enfoncez-vous bien ça dans la tête... – le seul possible. Pour ce faire et pour que cela fonctionne au mieux, il faut court-circuiter toute autre voie de réflexion, de fonctionnement, d'action... il faut éteindre toute source de divergence et dès lors, empêcher tout phénomène concurrent ou perturbateur afin de pouvoir installer une vision du monde (et une seule) et une façon de penser conformes à l'objectif poursuivi... Comme on ferait pour le dressage d'un chien. Dans cet exercice (du pouvoir), la télévision est un instrument presque parfait en ce qu'elle éteint toute velléité de pensée grâce à son effet hypnotique.

J'ai aussi la nette impression qu'elle cherche à noyer tout le monde dans une sorte de mélasse sirupeuse et plus que tout, à disqualifier la pensée, la réflexion, la méditation... « Vu à la télé »... Elle paralyse et séquestre...Elle enserre comme une pieuvre... Comme il est dit dans la chanson : « Assis dans mon divan, enfermé chez moi... J'ai la télécommande et je ne dois même plus me lever. »

Oui, oui, de plus, elle tente d'imposer l'idée que ce qui n'apparaît pas à la télévision, ce qui n'est en quelque sorte sanctifié par l'écran n'est pas digne d'exister, n'est pas à prendre en considération... C'est la recette des religions, c'est la recette de la publicité commerciale, c'est la recette de la politique où le produit vanté est le politicien lui-même.

Si j'ai bien compris l'effet hypnotique, c'est une sorte de lanterne magique qui s'allume et qui comme le prestidigitateur capte le regard du spectateur et puis, l'emmène dans une série de tours de passe-passe qui l'empêchent de voir ce qui se passe réellement. La télévision est un éteignoir à pensées. Elle joue un peu les artifices religieux qui pour camoufler les misères terrestres parlent du paradis à venir...


Certainement, mais il y a une grande différence dans l'efficacité à court terme. Vois-tu, Lucien l'âne mon ami, la télévision, elle ne promet pas le paradis, elle l'offre. Certaine religion promet au martyr (un croyant qui s'est sacrifié pour la bonne cause) un Eden rempli de jeunes personnes aux charmes ravageurs... La télévision l'offre sur un plateau tous les jours, à toutes les heures... D'où, l'abondance de culs, de fesses, de nichons, de cuisses... sur les écrans et leur nécessaire présence, leur omniprésence. Car la télévision est ubiquitaire, comme Dieu. Dieu est partout ; en fait, Dieu pour être Dieu doit être partout, le même et en même temps – ce que fait très exactement l'écran cathodique. D'où le fait que les écrans sont de plus en plus grands pour voir ce qu'on voit au fond du temple, c'est-à-dire le vide hypnotique.

Je ne sais trop comment votre humanité (et nous avec vous) va pouvoir échapper à pareille assuétude et sortir des griffes de pareille bête de proie, ni quand finira la Guerre de Cent Mille Ans, mais ce que je sais, par contre, c'est qu'il nous faut assumer modestement et sans trop barguigner notre tâche qui, tu le sais comme moi, consiste à tisser le linceul de ce vieux monde abondant, avide, arrogant, ambitieux et cacochyme.

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane.
TÉLÉVISION


Il y eut de tout dans cette télévision :
Nous la regardions au bar posée sur le comptoir,
Des visages en noir et blanc passaient à grande vitesse,
Le monde en blanc et noir dans cette petite boîte...
D'abord, il y en a un qui chante une chanson
Et puis s'interrompt la transmission...
On a tué un Président, police – quel bazar -
Là à Dallas dans une voiture sans capote.
On a dit qu'il était brave, on a dit qu'il était bon,
Mais quand même ils l'ont tué d'un balcon,
On a dit qu'il était brave et il a fait tant de promesses
Et tant d'Étazuniens le pleurent encore à présent...

Télévision, combien de jours combien de nuits dans ce divan
Télévision, combien de jours combien de nuits avec ce bouton

Et nous en Italie, on voyageait en Cinqcents
Et nous changions tant de choses selon le vent,
Arrivait le carrousel avec toutes les nouveautés
Que le jour d'après, nous allions acheter
Le Pape de Bergame qui parlait comme nous
Nous a fait penser à devenir meilleurs
Et encore aujourd'hui que sont passées tant d'années,
Posé peut-être sur le téléviseur,
Tandis qu'on parle de San Remo, de foot ou de destinée.

Télévision, combien de jours combien de nuits dans ce divan
Télévision, combien de jours combien de nuits avec ce bouton

Et combien de beaux films le lundi soir
John Wayne les descendait tous sans même viser
Et combien de fois Mike Bongiorno le jeudi soir,
Quand tu connaissais la réponse, tu ramenais le blé
Et quand on diffusa les matchs en couleurs
Ce fut comme quand après la pluie le soleil est arrivé
Et tout le monde alors était dans cette balle
Avec la télévision au bureau ou à l'étable
On criait, on buvait comme autant de gâteux !
Convaincus que l'arbitre pouvait nous entendre...
Et ils allaient sur la lune et ils ramenaient des cailloux...
Et par toute la Terre, on continuait à s'assassiner.

Télévision, combien de jours combien de nuits dans ce divan
Télévision, combien de jours combien de nuits avec ce bouton

J'ai vu le monde entier et toutes ses villes
Assis dans mon divan, enfermé chez moi.
J'ai vu touts les choses qu'on a voulu me faire voir,
J'ai su toutes les choses qu'on a voulu me faire savoir,
J'ai la télécommande et je ne dois même plus me lever.
Mais désormais il est trop tard, désormais je n'en peux plus
Car ils allaient sur la lune et ils ramenaient des cailloux...
Et par toute la Terre, on continuait à s'assassiner.
Car ils allaient sur la lune et ils ramenaient des cailloux...
Et par toute la Terre, on continuait à s'assassiner.

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2011/8/15 - 09:03



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org