Lingua   

La Croisade de Pierre

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese



La Croisade de Pierre

Canzone française - La Croisade de Pierre – Marco Valdo M.I. - 2008

L'histoire bégaye, l'histoire a tendance à reproduire certains mécanismes . Par exemple, il est souvent arrivé que l'on cherche en dehors un ennemi pour résoudre certaines difficultés internes.

L'Europe vers l'an mil avait connu une poussée de population et en même temps de grandes épidémies et des famines. Elle était parcourue de centaine de milliers de rôdeurs, gens sans terre, sans rien qui inquiétaient puissamment le pouvoir temporel de l'époque, la grande puissance de l'Occident : l'Église Apostolique, Catholique et Romaine, qui en ce temps-là déjà, croyait incarner l'Europe et au-delà le monde et au-delà encore, l'au-delà.

Les papes se sont toujours senti des vocations d'Empereurs, il leur reste encore quelque chose comme un rêve de la gloire de Rome.
Il est temps de revoir ces temps primitifs et leurs mécanismes sous-jacents, car on pourrait bien y trouver certaines similarités avec les nôtres de temps.

Deux mots sur la canzone elle-même : elle s'inscrit nettement dans la saga de la Guerre de Cent Mille Ans; elle en décrit même un épisode très sanglant.

Pour la bonne compréhension de la chose : « la ville où coule le miel » n'est autre que la ville qui fit couler le plus de sang dans toute l'histoire, à savoir Jérusalem, un des plus hauts lieux du fanatisme. « Fanatiques de tous les pays, calmez-vous ! », dit le sage.

D'autre part, elle porte une morale que certains feraient bien de méditer; cette morale inspirée directement d'une épigramme ou d'une répartie de François-Marie Arouet, mieux connu sous son nom d'écrivain : Voltaire. Voici la version d'époque :

« L’autre jour au fond d’un vallon,
Un serpent piqua Jean Fréron ;
Que croyez-vous qu’il arriva ?
Ce fut le serpent qui creva. »

Cette épigramme est piquante à plus d'un titre. Outre le serpent, bien évidemment...
Il est piquant aussi en effet que Fréron, qui s'en prenait méchamment à Voltaire, fut le défenseur du Trône et de l'Autel, un des ardents sectateurs de l'Église Catholique contre les philosophes. Bref, une sorte de calotin des plus incisifs.

La perspective se renverse dans la morale de notre histoire, dont notera la connotation plus positive :

« À la fin, savez-vous ce qui arriva
Ce fut le Turc qui nous en délivra. »

Eu égard aux services rendus par les Turcs à l'Europe, ne devrait-on pas revoir certaines positions intégristes ?

Le pendule de l'Aya Sophia va et vient marquant le centre du monde; on ne saurait négliger la place qu'occupe Constantinople – Istanbul dans l'histoire et la géographie de l'Europe; on ne saurait oublier que les actuels Stambouliotes sont eux aussi les descendants de Constantin, de l'Empire romain et des Grecs de l'Antiquité.

Pas tous, dira-t-on...

En effet, mais qui peut prétendre que l'Europe ne descend pas d'abord de Cro-Magnon ?

Ainsi Parlait Marco Valdo M.I.
Le Pape Urbain criait à Clermont-Ferrand
« Dieu le veut », « Sus aux Musulmans! »
Chtio Pierre rassembla deux cent mille tueurs,
Pour aller en la ville où coule le miel
"Libérer le Tombeau du Seigneur".
Et gagner plus rapidement le ciel.
La famine durait depuis déjà tant de temps
Comme un épisode de la Guerre de Cent Mille Ans
La peste et la faim ravageaient l'Occident
Il fallait se débarrasser de tous ces mendiants
À la fin, savez-vous ce qui arriva
Ce fut le Turc qui nous en délivra.

Ce qui pour de vrai se passa, le voici.
Très exactement raconté ici.
Partie des confluents d'Allemagne et de France
Une foule de catholiques, emplie de confiance
Et de foi biblique, massacra les Juifs immédiatement
En Hongrie, en Serbie, en Grèce, pareillement
Avant de razzier les Musulmans.
Pilla et rapina tout le long du chemin
Mit à sac Belgrade et Semlin
À Nis, on refoula ces énergiques pèlerins.
À la fin, savez-vous ce qui arriva
Ce fut le Turc qui nous en délivra.

Pour épargner à la Ville bien des malheurs
Constantinople ne voulut pas de ces sauveurs
L'Empereur leur fit passer l'Hellespont illico
Pour les envoyer à la forteresse de Civetot
Attendre l'arrivée des Princes de guerre allemands
Il restait encore trente mille de ces truands
Sans attendre, sur les Infidèles, ils s'élancèrent
Puis défaits, décimés, à trois mille refluèrent.
Telle est la véridique histoire
De la croisade de Pierre et de sa gloire.
À la fin, savez-vous ce qui arriva
Ce fut le Turc qui nous en délivra.

Telle est la véridique histoire
De la croisade de Pierre et de sa gloire.
À la fin, savez-vous ce qui arriva
Ce fut le Turc qui nous en délivra.

inviata da Marco Valdo M.I. - 19/4/2009 - 21:08



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org