Language   

L'insurrection de Florence

Marco Valdo M.I.
Language: French



Quartier par quartier
Rue par rue
Maison par maison
Mètre par mètre
On désinfesta la ville
De la pestilence
Qui s'y était lovée
Depuis vingt années.

Dans la nuit du 3 au 4,
Les ponts ont sauté
Sauf Il Vecchio, une amabilité
De l'ennemi qui
À sa place rasa deux quartiers
Por Santa Maria, Via dei Bardi
Borgo San Jacopo, Via Guicciardini
Les tours de Dante ont sauté.
Rive droite : Allemands, mitrailleuses et mortiers
Rive gauche : partisans aux fusils trouvés
Au Nord, on débusquait les fascistes francs-tueurs
Au Sud, les Allemands imposaient la terreur
De Florence, il ne devait rien rester
Hitler le voulait, le sort était scellé.
Mais alors, à l'heure de la mort
Dans l'anxieux silence du petit matin
La vieille Martinella se mit à taper fort
Toutes les autres martelèrent le tocsin.
Dans toute la vallée, on n'entendait plus qu'un son
Les cloches appelaient Florence à l'insurrection.

Quartier par quartier
Rue par rue
Maison par maison
Mètre par mètre
On désinfesta la ville
De la pestilence
Qui s'y était lovée
Depuis vingt années.

Face aux Tigres et à leurs canons
Fusils de chasse ou pistolets rouillés,
Le peuple florentin relevait le front
Place par place, pavé après pavé
On découvrait en ce milieu d'été
Une étrange topographie citadine
Parterre, Champ de Mars, Cascine
Parcs, jardins, promenades de l'enfance
Entraient dans la danse
Les bulletins de guerre chantaient
Florence déchaînée se libérait
Piazza San Marco enlevée
Via San Caterina dépassée
Contrattaque sur la place Donatello
Le fascisme reculait, ce n'était pas trop tôt !

Quartier par quartier
Rue par rue
Maison par maison
Mètre par mètre
On désinfesta la ville
De la pestilence
Qui s'y était lovée
Depuis vingt années.

Dans les caniveaux, sur les trottoirs, le sang
Dessinait la frontière entre la honte et la liberté
Une femme traversait la place en courant
Une femme tombait foudroyée sur le pavé
Florence cherchait sur ses toits
À dénicher la bête derrière sa cheminée
La vie ne tenait qu'à un doigt
Finira-t-on la journée ?
On enterra à la va vite dans le jardin des Semplici
Les fosses communes étaient débordées
Le peuple de Florence avait chassé les nazis.

Quartier par quartier
Rue par rue
Maison par maison
Mètre par mètre
On désinfesta la ville
De la pestilence
Qui s'y était lovée
Depuis vingt années.


Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org