Language   

La Cuisine de la fin

Marco Valdo M.I.
Language: French


Related Songs

Nous les ânes
(Lucien Lane)
L'Hélicon de Berluscon
(Lucien Lane)
N'importe quoi, mais quelque chose
(Marco Valdo M.I.)


Ce 27 octobre 2008, dit Marco Valdo M.I., je lis dans le journal français Le Monde, l'article suivant intitulé :

Le mets préféré d'Hitler, un plat indigeste en Belgique

"Plat préféré" - en français dans le texte - a cessé d'être une sympathique émission de la chaîne publique flamande Canvas. Et son chef, le maître queue Jeroen Meus, 30 ans, aurait sans doute dû tourner sept fois sa cuiller dans sa recette du succès avant de présenter, dans une émission programmée pour le mardi 28 octobre, le plat favori... d'Adolf Hitler. A savoir, si cela intéresse vraiment quelqu'un, la truite sauce au beurre.
Le chef flamand s'était contenté, avant cette initiative douteuse, d'explorer les secrets du moules-frites de Jacques Brel ou la langouste à la catalane qui ravissait Salvador Dali. Décidé, selon ses dires, à explorer, cette fois, les richesses trop méconnues de la gastronomie bavaroise, il a, explique-t-il, estimé "avoir le droit de se demander ce que mangeait Adolf Hitler". Et le droit d'en rendre compte au cours de ce qui doit être, toujours d'après M. Meus, un "excellent festin" réalisé à Berchtesgaden (Allemagne).
A propos d'Hitler, le cuisinier note quand même qu'il s'agit d'un "homme atroce". Il ne s'émeut toutefois pas outre mesure d'être devenu une idole sur les sites néo-nazis qui pullulent sur Internet. "Dommage, mais ces gens aussi ont le droit de regarder l'émission. Chacun a le droit d'avoir un avis", s'est-il enferré. Le directeur de Canvas, Jan Stevens, ajoutant tout aussi maladroitement que le programme vise, non pas à "humaniser Hitler" mais à en avoir "une meilleure compréhension". M. Stevens a néanmoins présenté ses excuses anticipées à ceux que l'émission choquerait.
SÉANCE MACABRE
Parmi eux, il y a Francis De Coster, un ancien déporté qui a perdu son frère et son père à Buchenwald. M. De Coster, président de l'association belge des anciens prisonniers politiques, a conseillé au jeune cuistot de présenter plutôt le menu réservé aux détenus du camp de Breendonk,
d'où étaient déportés les opposants au nazisme. A savoir "trois tasses de café et 100 grammes de pain par jour". Hugo van Minnebruggen, animateur du site Internet verzet. org, consacré à la seconde guerre mondiale, a indiqué, quant à lui, que le plat favori d'Hitler n'était pas la truite au beurre mais "le partisan fraîchement abattu", "le juif battu à mort" ou "le nouveau-né tzigane fouetté".
Le magazine juif d'Anvers Joods Actueel, qui a révélé l'affaire a, quant à lui, déploré "la naïveté" d'une vedette de la télévision, incapable, selon lui, de mesurer la charge émotionnelle de son projet pour tous les survivants de l'époque nazie.
L'affaire tombe d'autant plus mal que la Flandre a été, au cours des dernières semaines, le théâtre de plusieurs concerts clandestins de Blood & Honour, un groupe de néo-nazis européens. Récemment, une séance d'hommage à Hitler dans un cimetière du Limbourg belge a vu apparaître un jeune néo-nazi affichant sa ressemblance avec Hitler, moustache, coiffure gominée et chemise brune comprises. Trois personnes ont été mises en examen à l'issue de cette séance macabre qui a, une fois encore, mis en évidence les liens entre ce groupuscule et des personnalités du Vlaams Belang, le parti xénophobe qui draine un tiers des voix à Anvers et un cinquième dans la Région flamande.
Jean-Pierre Stroobants
in Le Monde, 27 octobre 2008

(En effet, se dit Marco Valdo M.I. ...
On doit avoir le droit de se demander ce que mangeait Hitler; démocratie oblige !
Après les grandioses funérailles de l' Haider, dignes en tous points des fastes de la Cacanie, ainsi que Musil appelait l'Autriche, après les sublimes obsèques qui ont tant apporté aux télévisions et tant fait pour humaniser l'Haider, la Hideur, pour le banaliser en vedette de l'écran, qui ont pipeulisé le nazifascisme, voici à présent, une émission plus intimiste, une émission de cuisine qui s'en vient « humaniser » Hitler. Comprendre le nazisme par la « truite au beurre » permettra de mieux l'apprécier; voici donc la propagande culinaire. Hitler aimait la truite au beurre, il ne devait pas être si mauvais que ça, penseront le pêcheur et la ménagère. Demandez à la truite...

Pour que cette énormité gastronomique ne se perde pas, faisons-en une chanson, se dit Marco Valdo M.I.)
On a le droit de savoir
La Cuisine du terroir
Quel était le plat préféré d'Hitler ?
La truite au beurre
Haute gastronomie de la Bavière
Cuisine et terreur
Manger, manger et boire de la bière
A Dachau, en Bavière
près de Munich, berceau politique
Réunions de brasseries, fêtes de la bière
Gastronomie politique
Pour comprendre, pour humaniser Hitler
Que mangeait Goebbels, que mangeait Himmler ?
Que mangeaient-ils en entrée ?
Que mangeaient-ils au dessert ?
Émissions culinaires
et pédagogiques
Émissions populaires
et didactiques
La Force par la Joie,
l'Histoire par le Plat.
Pour comprendre, pour expliquer
Quel était le menu de Breendonck, d'Auschwitz, de Treblinka ?
Pour rappeler, pour ne jamais oublier
Quel était le plat préféré à Belzec, à Chelmno, à Pirna ?
Tout un univers culinaire oublié
Réduit à un plat de bouillie à l'eau
Pain de paille, pain gluant, pain noir
Menu santé : le pain, le rien et l'eau
Terreur, folie et désespoir
La cuisine de la faim
et tout au bout de la faim. La fin.

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2008/10/27 - 20:01



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org