Language   

La Vie paysanne

Marco Valdo M.I.
Language: French


Related Songs

La Charrette
(Marco Valdo M.I.)
Canzone de Lucien l'âne
(Lucien Lane)
Le Bataillon des Suicidés
(Marco Valdo M.I.)


La Vie paysanne

Chanson française – La Vie paysanne – Marco Valdo M.I. – 2022

LA ZINOVIE
est le voyage d’exploration en Zinovie, entrepris par Marco Valdo M. I. et Lucien l’âne, à l’imitation de Carl von Linné en Laponie et de Charles Darwin autour de notre Terre et en parallèle à l’exploration du Disque Monde longuement menée par Terry Pratchett.
La Zinovie, selon Lucien l’âne, est ce territoire mental où se réfléchit d’une certaine manière le monde. La Zinovie renvoie à l’écrivain, logicien, peintre, dessinateur, caricaturiste et philosophe Alexandre Zinoviev et à son abondante littérature.

LA ZINOVIE

Épisode 1 : Actualisation nationale ; Épisode 2 : Cause toujours ! ; Épisode 3 : L’Erreur fondamentale ; Épisode 4 : Le Paradis sur Terre ; Épisode 5 : Les Héros de l’Histoire ; Épisode 6 : L’Endémie ; Épisode 7 : La Réalité ; Épisode 8 : La Carrière du Directeur ; Épisode 9 : Vivre en Zinovie ; Épisode 10 : Le But final ; Épisode 11 : Les nouveaux Hommes ; Épisode 12 : La Rédaction ; Épisode 13 : Glorieuse et grandiose Doussia ; Épisode 14 : Le Bataillon des Suicidés ; Épisode 15 : Les Gens ; Épisode 16 : Jours tranquilles au Pays ; Épisode 17 : La Région ; Épisode 18 : Mémoires d’un Rat militaire ; Épisode 19 : L’inaccessible Rêve ; Épisode 20 : La Gastronomie des Étoiles ; Épisode 21 : Le Progrès ; Épisode 22 : Faire ou ne pas faire ; Épisode 23 : Le Bonheur des Gens ; Épisode 24 : La Sagesse des Dirigeants ; Épisode 25 : Les Valeurs d’Antan ; Épisode 26 : L’Affaire K. ; Épisode 27 : L’Atmosphère ; Épisode 28 : La Nénie de Zinovie ; Épisode 29 : L’Exposition colossale ; Épisode 30 : La Chasse aux Pingouins ; Épisode 31 : Le Rêve et le Réel ; Épisode 32 : La Vérité de l'État ; Épisode 33 : La Briqueterie ; Épisode 34 : L’Armée des Chefs ; Épisode 35 : C’est pas gagné ; Épisode 36 : Les Trois’z’arts ; Épisode 37 : La Porte fermée ; Épisode 38 : Les Puces ; Épisode 39 : L’Ordinaire de la Guerre ; Épisode 40 : La Ville violée


Épisode 41

Dialogue Maïeutique

ENFANCE PAYSANNE  Vladimir Makovski – 1890
ENFANCE PAYSANNE Vladimir Makovski – 1890


La Zinovie, Lucien l’âne mon ami, a une histoire ancienne ; il en va de même pour ses habitants, même si le temps n’a pas la même densité, n’a pas la même longueur, s’il ne relève pas de la même mesure : le temps de l’une est plus long à passer que le temps des autres. L’une calcule en siècles ou en lustres ; les autres en années ; entre les deux, on calcule en décades ou en décennies, selon l’Académie.

Oui, dit Lucien l’âne, mais encore ?

Mais encore, poursuit Marco Valdo M.I., cette plongée dans l’histoire tant collective qu’individuelle ou plutôt, l’histoire collective vue au travers du prisme de l’individuelle, nous ramène à la campagne où commence la vie de notre héros inconnu. Pas si anonyme que ça, car on sent bien qu’il y a là comme un récit autobiographique. Bref, c’est une histoire individuelle, une aventure personnelle, qui s’est commencée sous le grand Guide et qui va connaître toutes les vicissitudes, dues aux soubresauts qui ont défait la Zinovie antérieure.

À la campagne, demande Lucien l’âne.

En fait, répond Marco Valdo M.I., comme on l’a déjà vu ici, avant la collectivisation forcée des campagnes, la vie dans les villages était foisonnante et rassemblait la plus grande partie de la population de Zinovie ; dans l’ensemble, si elle était dure et pauvre, pleine de disparités, elle faisait société.

« La campagne était bonne, généreuse, honnête ;
À présent, vide, sans queue ni tête, la vie s’entête. »

Ah bien, dit Lucien l’âne, et quoi d’autre ?

Eh bien, Lucien l’âne mon ami, cette histoire focalise son regard sur l’enfance de ce héros inconnu (dont j’ai la nette impression qu’elle ressemble à celle d’Alexandre Zinoviev) et en relate les événements marquants. Du moins, ceux qui ont marqué la vie de l’enfant et qui lui ont façonné son destin. Tout y est : du petit enfant de famille nombreuse extrêmement pauvre (qui devait aller travailler au champ très tôt le matin avant d’aller à l’école) au savant universitaire, citadin par force. Cela dit, plein de choses transparaissent dans ce récit qu’on peut découvrir en portant une attention sur les détails. Je laisse à chacun le soin de faire ces découvertes.

Bonne idée, dit Lucien l’âne, car on va pas y passer la journée ; ce n’est pas un roman quand même, cette chanson. Pour le reste, nous tissons le linceul de ce vieux monde bouleversant, bouleversé, hésitant et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
La mère laboure la terre stérile
Depuis l’aube débile ;
Le soir venu, elle dételle sa rosse,
Se couche sur le poêle
Et accouche d’un nouveau gosse.
Elle range la maison, regarde l’étoile,
Et s’en va s’occuper des bêtes.
L’enfant pleure à tue-tête.
L’enfant affamé attend
Le retour de maman.
Vie paysanne au quotidien
Et naissance dans le monde ancien :

À la fin de l’école primaire,
Ses parents espèrent
En son avenir non-agricole.
Il sera cordonnier, dit le père ;
Il sera tailleur, dit la mère.
Il sera savant, dit le maître d’école.
Depuis cinquante ans ici,
J’enseigne à tous les enfants ;
Je n’ai jamais connu si bel esprit ;
On n’en voit pas un tel en cent ans.
Qu’il étudie, dit le père ;
Qu’il aille à la ville, dit la mère.

La mère se met à pleurer.
Enfin, on ne va pas le laisser
Crever de faim ici, dit le père
Alors, on vend les bottes du grand-père,
Le vieux fusil et l’alliance.
Il faut lui faire confiance.
Comme le temps a passé vite,
Le père est mort d’une péritonite,
La mère au bout d’une vie d’esclavage
Est partie à la fin de son voyage.
La campagne était bonne, généreuse, honnête ;
À présent, vide, sans queue ni tête, la vie s’entête.

Au village, on a juste une isba
D’une seule pièce et six enfants,
Les autres sont partis déjà.
Papa est mort, reste maman,
Tous les jours à porter, à ranger.
On a à peine de quoi manger.
La belle vie quand on aura du pain.
Avant la classe, faut travailler tôt.
Chez le voisin, il y a du gâteau.
L’égalité n’est pas pour demain.
Je faisais de l'ombre, on m’a accusé de vol ;
J'en savais trop, on m’a chassé de l’école.

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2022/5/4 - 17:12



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org