Lingua   

Le Provocateur

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese



Un homme s’était assis à notre table ;
Sûr de son incognito, la mine ravie,
Il s’invitait ; il lui serait agréable
De converser en notre compagnie.
On ne le connaissait ni de Dieu, ni du Diable ;
Sauf Frank, notre secrétaire, neveu du préfet.
« C’est Mark », nous souffla Frank en catimini.
Du coup, on a tous su ce qui se passait,
D’où ce mystérieux Mark venait
Et ce que ce quidam venait quérir ici.

On nous l’apprit plus tard :
Pour cette besogne mercenaire,
Mark touchait cinq couronnes par soir –
En plus de son maigre salaire
De simple employé au commissariat.
Cinquante-deux florins par mois,
Avec une femme et six enfants à nourrir
C’était un supplément nécessaire
Et un travail facile à faire :
Juste s’asseoir, parler et laisser discourir.

Maheu dit alors : « C’est convenu. »
« Est-ce qu’ils savent déjà tout ? »
« Oui. », dit l’ingénieur Kun, « Tout ,
Et de Moravie, tout un groupe est venu. »
« Les Moraves sont de notre côté, »
Dit Mark, « et l’Empereur Ferdinand,
Est un Habsbourg et un tyran.
Ils avaient raison nos Frères tchèques révoltés
De défenestrer les hommes du roi,
De chasser les jésuites et les soldats. »

Alors, nous tous ensemble, on l’accusa
« Vous avez dit ci, vous avez dit ça. » ,
Vous blasphémez le seigneur et la religion,
Vous clamez même, « Vive la révolution ! »
Vous nous incitez à l’athéisme,
Vous nous poussez à l’anarchisme.
Frank dit : Je suis le neveu du préfet.
Monsieur l’agent, arrêtez ce trublion,
Menez-le tout droit en prison !
Et Mark disparu ainsi à jamais.


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org