Language   

La canzone di Bresci

Giuseppe Ciancabilla
Language: Italian

List of versions


Related Songs

Gaetano, gracié et pendu
(Marco Valdo M.I.)
Bresci, l'anarchico tornato dall'America
(Dino Simone)


[1901]
Testo / Lyrics / Paroles / Sanat: Giuseppe Ciancabilla
"L'Aurora", n° unico 29 luglio, anno III, 27.7.1901 Spring Valley
Musica / Music / Musique / Sävel: Va pensiero



"Questo canto, finora considerato anonimo e già più volte pubblicato con la nota che 'è stato tratto da un canzoniere bilingue italo-spagnolo privo di copertina e con l'indicazione manoscritta La Questione Sociale, Buenos Aires', in realtà è stato scritto da Giuseppe Ciancabilla, anarchico individualista esule negli USA alla fine dell'800, e pubblicato in "L'Aurora", stampato a Spring Valley, "numero unico 29 luglio" il 27 luglio 1901, dove l'autore suggerisce: 'chi desiderasse rivestire d'un'armonia queste strofe, può adattarvi sopra l'aria del Primo Maggio', il noto canto di Pietro Gori esteso sull'aria del 'Va Pensiero' dal Nabucco di Verdi. Il testo finora pubblicato ripete una serie di vistosi refusi, dovuti alla prima frettolosa e incerta composizione tipografica, che rendono incomprensibile il senso di alcune strofe."

Santo Catanuto/Giuseppe Schirone, "Il canto anarchico in Italia nell'Ottocento e nel Novecento", 2a ed. Zero in Condotta, 2009, p. 157
O canzone di Bresci che ascendi
nel purissimo ciel d'ideale
o canzone di Bresci augurale,
qual ci parli linguaggio viril.

O canzone di Bresci squillante,
parla, parla le forti parole,
sciogli l'inno che freme e che vuole,
fiacca i torpidi accenti servil.

E del mare che rugge possente
contro i lembi del triste isolotto
si sprigionan le strofe dal fiotto,
van ne l'aria spiegandosi a vol.

Le tramandano i venti su le ali
con gran voce che pare ruggito:
per i monti, pei piani, pel lito [1]
sale il canto di Bresci al gran sol.

"Ero calmo e sereno, ero forte;
ne la mente il bel sogno fervea
d'una grande, purissima idea:
odio ai tristi, ai dolenti l'amor.

Ne l'esilio -oh, il pungente ricordo!-
di fratelli una voce straziante
a me venne per l'aria, invocante
come grido d'angoscia e dolor.

Eran pallide, tristi visioni
di fanciulli, di madri morenti;
eran vecchi, eran giovani, ardenti,
eran fiori di forza e beltà.

E fûr vinti, spezzati, falciati
sotto il piombo di turpe tiranno:
ogni angoscia, ogni strazio, ogni affanno
provâr, tutto, e le atroci viltà.

Dei fratelli le lagrime e il sangue
come gemme di puro dolore
io raccolsi, e nel fondo del core
il proposito saldo fiorì.

Ed un giorno riedetti [2] deciso,
mentre a festa il re tristo esultava,
su la tigre che il sangue fiutava:
la vendetta il mio braccio compì.

Quando il compito sacro ebbi assolto
fui sepolto tra gelide mura:
con la rabbia d'atroce tortura
han le belve infierito su me.

Ma non fiacco, non vinto, non domo,
perché fiero lo spirto è restato,
m'han la giovine vita spezzato
gli assassini del piccolo re.

Ora attendo, ora attendo fremente
che si compia la grande vendetta:
non è solo il mio spirto che aspetta,
non è solo che batte il mio core...

Ma son mille più mila anelanti
al lavacro supremo de le onte;
o fratelli, rialzate la fronte:
spunta l'alba d'un giorno miglior!

O fratelli, fratelli, serrate
in un fascio le forze disperse,
o fratelli, cui il pianto già terse
il sorriso d'un dolce ideal.

Questa è l'ora solenne che affretta
lo sterminio dei tristi codardi,
saldo il braccio, sicuri gli sguardi:
a ogni petto nemico un pugnal!

E se il giorno de l'opre gagliarde,
de l'umane vendette è compiuto,
a voi forti un solenne saluto
da la tomba di Bresci verrà.

O fratelli, in quel giorno accorrete
a lo scoglio ove Bresci riposa,
in quel giorno di gloria radiosa
il mio spirto esultare potrà."

Tale il canto di Bresci che sale
come voce potente dal fiotto
che si spande dal triste isolotto
via pel vento, va e penetra i cor.

O canzone di Bresci squillante
la tua voce non spandesi invano,
non il giorno che invochi è lontano,
il gran giorno rivendicator.
[1] lido (latinismo, litus).

[2] ritornai (da riedere "ritornare", lat. redire)

Contributed by Riccardo Venturi - 2020/4/4 - 07:37



Language: French

Version française – LA CHANSON DE BRESCI – Marco Valdo M.I. – 2020
Chanson italienne – La canzone di Bresci – Giuseppe Ciancabilla – 1901
Paroles : Giuseppe Ciancabilla
"L’Aurora », n° unico 29 luglio, anno III, 27.7.1901 Spring Valley
Musique : Va pensiero (Giuseppe Verdi)




Cette chanson, considérée jusqu’à présent comme anonyme et déjà publiée à plusieurs reprises avec la mention « extrait d’un recueil de chansons bilingue italien-espagnol sans couverture et avec l’indication manuscrite La Questione Sociale, Buenos Aires », a en fait été écrite par Giuseppe Ciancabilla, un anarchiste individualiste exilé aux États-Unis à la fin du XIXe siècle, et publiée dans « L’Aurora », imprimé à Spring Valley, « numero unico 29 luglio » le 27 juillet 1901, où l’auteur suggère : Celui qui souhaite habiller ces vers en harmonie, peut l’adapter sur l’air du Premier Mai », la célèbre chanson de Pietro Gori elle-même chantée sur l’air de « Va Pensiero » du Nabucco de Verdi. Le texte publié jusqu’à présent répète une série de fautes d’impression flagrantes, dues à la première composition typographique hâtive et incertaine, qui rendent incompréhensible la signification de certaines strophes ».


Santo Catanuto/Giuseppe Schirone, « Il canto anarchico in Italia nell’Ottocento e nel Novecento », 2a ed. Zero in Condotta, 2009, p. 157

Juste un mot, dit Lucien l’âne, pour rappeler que Marco Valdo M.I. avait écrit une chanson à la mémoire de Gaetano Bresci ; elle s’intitulait : « Gaetano, gracié et pendu », où il rappelait ceci – le curieux suicide de Gaetano Bresci, c’est ce qu’on appelle sans doute dans les prisons et les préfectures d’Italie et d’ailleurs, le suicide d’État, une forme de suicide involontaire contre le gré du suicidé :

« Gaetano... Gaetano Bresci,
Qui tua un roi d'Italie
Cent ans après, plus de cent ans après,
Pas d'enquête, plus de dossier, pas d'explication
Dans sa cellule Gaetano gracié pendait.
C'est fou ce qu'on meurt en prison
Gracié, pour la forme
Gracié, battu à mort et pendu
Pour la bonne forme
aux barreaux de la cellule suspendu.
Suicidé,
contre son gré.
C'est fou ce qu'on meurt en prison.
Celui qui au grand jamais
ni pour rien au monde ne se suiciderait,
subitement, se suicide en prison. »

LA CHANSON DE BRESCI

Ô chant de Bresci qui t’élève
Dans le plus pur ciel de l’idéal,
Ô chanson de Bresci, augurale
Qui nous parle la langue d’homme.

Ô chant de Bresci éclatant,
Parle, dit les mots forts,
Distille l’hymne volontaire et vibrant,
Musèle les honteux accents retors.

Et de la mer qui rugit puissante
Contre les rives de la triste petite île
Se libèrent les strophes de la lamentation,
Et se déployant, en l’air, elles s’en vont.

Les vents les portent sur leurs ailes
Avec une grande voix qui rugit :
Par les monts, par les plaines, par les grèves,
Monte au grand soleil le chant de Bresci.

J’étais calme et serein, j’étais dur ;
Dans mon esprit, le beau rêve rutile
D’une grande idée très pure :
Donner l’amour aux dolents, aux tristes.

En exil – oh, la pénible remembrance
Des frères, une voix déchirante
Par l’air parvenue, implorante
Comme un cri d’angoisse et de souffrance.

C’étaient des visions pâles et tristes
D’enfants, de mères, de gens mourants ;
Vieux, jeunes, ardents,
Fleurs de beauté et de force.

Et ils furent vaincus, écrasés, fauchés
Par le plomb d’un infâme tyran :
Angoisse, tourment, ahanement,
Il leur faut subir tout et les atroces lâchetés.

J’ai recueilli, joyaux de pure douleur,
Les larmes et le sang de nos frères
Et au fond de mon cœur,
La résolution fleurit sévère.

Un jour, je suis revenu déterminé,
Alors que ce triste roi exultait aux réjouissances,
Sur ce loup par le sang alléché,
Mon bras accomplit la vengeance.

Quand j’eus accompli le devoir sacré,
Entre des murs glacés, j’ai été enterré.
Sur moi en des tortures atroces, avec rage
Se sont acharnées les bêtes sauvages.

Ni affaibli, ni vaincu, ni dompté,
Car fier, mon esprit est resté
Et les bourreaux assassins du petit roi
De ma jeune vie ont désaccordé le pas.

Maintenant j’attends, maintenant j’attends
Impatient d’atteindre ma grande vengeance :
Ce n’est pas seulement mon esprit qui attend,
Ce n’est pas seulement mon cœur qui lance.

On est mille et mille aspirants
Au lavage suprême des déshonneurs ;
Ô frères, relevez le front maintenant,
Voici l’aube d’un jour meilleur !

O frères, frères, serrez
En un faisceau les hommes dispersés,
O frères, dont le pleur déjà étale
Le sourire d’un doux idéal.

C’est l’heure solennelle qui accélère
L’extermination des tristes pleutres,
Bras sûr, sûrs regards :
À chaque poitrine ennemie, un poignard !

Quand le jour de l’accomplissement exubérant
De la vengeance humaine viendra,
De sa tombe, Gaetano Bresci adressera,
Un solennel salut à tous les puissants.

Accourez tous, ô, mes frères
Au rocher où repose Bresci,
En ce jour de radieuse gloire
Où exulteront nos esprits ».

Voilà le chant de Bresci qui s’élève
La voix puissante du pleur
Qui s’épand de la triste petite île ;
Porté par le vent, il s’en va baigner les coeurs.

Ô vibrante chanson de Bresci,
Ta voix ne se répand pas en vain ;
Le jour que tu invoques n’est pas loin,
Ce grand jour des comptes, le voici !

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2020/4/7 - 11:00



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org