Language   

Le braconnier

Marc Robine
Language: French



Nella pagina riguardante “Le petit roi de Sardaigne (Gironfla)” ero arrivato a proporre anche l'ascolto di Marc Robine nell'interpretazione di “Le braconnier” composta dal cantautore del Quebec, Lawrence Lepage che l'incisa nel suo primo disco del 1964.

Dulcimer

Inspiegabilmente nel libretto del disco edito da Buda Musique “Dulcimer” non è presente il testo. Forse sarà stata una questione di diritti. Chissà. L'arrangiamento musicale e melodico originale è veramente molto differente da quello di Marc Robine, che ha cambiato completamente la canzone, rendendola, a mio parere, un capolavoro come d'altronde spesso gli succedeva.

Con immutata ammirazione e in sua memoria, mi impegno oggi a trascriverla ad orecchio dalla sua indimenticabile voce, parola per parola, con l'attenzione e l'impegno che merita come fosse un compito il classe di uno studente un po' fuori corso...

Flavio Poltronieri
J’vais vous parler d’un gars de chez nous, d'un braconier comm'y en a plus
Nous autres on l’appelait Grand Loup mais son vrai nom l’a jamais su.
Nous on disait qu’i’ venait de l‘aut’bord, d’la Normandie, quequ’part par là.
‘l est arrivé com’ un vent d’Nord vers les années vingt-deux, vingt-trois.
Un grand frisé avec une dent en or, puis des épaules larges comme ça,
‘l avait de bons bras, pis parlait fort, aimait les femmes à part de ça.
Le père chez nous, i’ nous disait que ce gars là, ‘l avait deux cœurs,
Qu’i’ parlait comme un livre épais, pis l’père chez nous y est pas menteur.
Not’bon curé, Monsieur Gendron, ne l’aimait pas, j’sais pas pourquoi,
Disait que c’est un mauvais garçon, qu’allait pas à la messe, qu’avait pas la foi.
Dans le village on racontait qu’il parlait au diable et pis qu’il j’tait des sorts
Et parfois quand la nuit tombait on entendait dans les écarts,
Comme une manière de concerto, c’tait pas de la flûte, c’était pas du hautbois,
Le maît’de chant i’nous disait qu’c’est le son d’un cor au fond des bois.
On l’a retrouvé un beau matin, couché au bord de la rivière,
Au bout d’la corde de son chien, fusil au dos, face contre terre.
J’suis descendu dans l’bas d’chez nous, au mois d’novembre l’année passée,
J’suis allé voir dans les écarts, là où vivait le braconnier.
J’ai vu des rafales de feuilles, poudrer le derrière des chevreuils,
La nuit tombait sur les chicots, le vent hurlait dans les bouleaux.
Aujourd’hui près de la rivière, le braconnier repose en paix,
Et bien souvent dans les fougères, j’entends chuchoter les criquets.
Y est y mort ? Y est y vivant ? Y est y mort ? Y est y vivant ?
Y est y mort ? Y est y vivant ? Y est y mort ? Y est y vivant ?

Contributed by Flavio Poltronieri - 2019/3/31 - 17:28



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org