Language   

El barco de papel

Amerindios
Language: Spanish

List of versions


Related Songs

A pie camino
(Amerindios)
La Guerre de Cent mille ans
(Marco Valdo M.I.)
Todas las lluvias
(Inti-Illimani)


(1973)
Parole e musica di Julio Numhauser
dall'album Tu sueño es mi sueño, tu grito es mi canto
Tu sueño es mi sueño, tu grito es mi canto

Amerindios

Secondo il sito Cantos Cautivos era una delle canzoni più importanti cantante nei campi di detenzione della dittatura di Pinochet. Quando qualcuno veniva liberato o c'erano infornazioni credibili che qualche prigioniero veniva mandato in esilio, un coro enorme cantava questa canzone in un potente unisono.

One of the most important songs of the detention centres. Impossible to count how many times we sang it. Every time someone was released from a detention camp or there was credible information that a person would be sent to exile, a gigantic chorus would sing this song, in a powerful unison.
Cantos Cautivos
Se va el barco de papel,
por el mar de la esperanza
llevando un montón de sueños
y los niños no lo alcanzan.

Se va, se va, se va y no volverá
se va, se va, se va y no volverá.

Va un doctor de pasajero
un soldado es capitán
un burgués de cañonero
y una reina de alquitrán.

Se va, se va, se va y no volverá
se va, se va, se va y no volverá.

Sube al barco a un obrero
a un artista, a un profesor
y también sube a esa niña
que en la orilla se quedó.

Se va, se va, se va y regresará
se va, se va, se va y regresará.

Sube al barco marinero
que no tengan que pelear
que sean todos compañeros
de la paz y la igualdad.

Se va, se va, se va y regresará
se va, se va, se va hacia la libertad.

2018/11/17 - 15:57




Language: English

English translation from "Cantos Cautivos"
THE PAPER BOAT

The paper boat sets off
on the sea of hope
carrying a bunch of dreams
and children can’t reach it.

Going away, going away, going away, never to come back
going away, going away, going away, never to come back.

One passenger is a doctor
a soldier is the captain
a bourgeois is the cannon operator
and the queen is of tar

Going away, going away, going away, never to come back
going away, going away, going away, never to come back.

A worker climbs aboard the ship
an artist, a teacher
and also that little girl
who stayed behind on the shore.

Going away, going away, going away, and will come back
going away, going away, going away, and will come back.

Climb aboard the boat, sailor
they don’t come to fight
they are all comrades
of peace and equality.

Going away, going away, and will come back
going away, going away, towards freedom.

2018/11/17 - 16:03




Language: Italian

Traduzione italiana di Lorenzo Masetti
LA BARCA DI CARTA

Se ne va la barca di carta
per il mare della speranza
e porta un sacco di sogni
e i bambini non lo raggiungono.

Se ne va, se ne va, se ne va e non tornerà
Se ne va, se ne va, se ne va e non tornerà

C'è un dottore come passeggero
un soldato è capitano
un borghese è mitragliere
e una regina di catrame

Se ne va, se ne va, se ne va e non tornerà
Se ne va, se ne va, se ne va e non tornerà

Sale sulla barca un operaio
un artista, un professore
e sale anche quella bambina
che è rimasta sulla riva

Se ne va, se ne va, se ne va e ritornerà
Se ne va, se ne va, se ne va e ritornerà

Sali a bordo marinaio
che non debbano più combattere
che siano tutti compagni
della pace e dell'uguaglianza

Se ne va, se ne va, se ne va e ritornerà
s ne va, se ne va, se ne va verso la libertà

2018/11/29 - 21:40




Language: Swedish

The Swedish translation, Barkbåten, from the original Spanish by Mikael Wiehe


Album: Björn Afzelius & Mikael Wiehe

Album cover

On his website Mikael Wiehe wrote the following notes:

Julio Numhauser och Mario Salazar in gruppen Los Amerindios sjöng den här sången när de kom till Sverige och deltog in den alternativa schlagerfestivalen i Stockholm 1975 efter en flykt från Chile över Argentina (Kommentar från Songerna 2002)

Julio Numhauser and Mario Salazar in the group Los Amerindios sung thos song when they came to Sweden and took part in the Alternative Festival in Stockholm in 1975 after a flight from Chile over Argentina.
BARKBÅTEN

Se, där far en båt av bark
på hoppets vida vatten
Den är till bredden fylld av drömmar
Och ingen kan ta fatt den

Den far, den far
Den kommer ej tillbaks
Den far, den far
Den kommer ej tillbaks

Det står en arbetsman vid rodret
Och en student har bli'tt kapten
Och vid kanonen står en bonde
och nattens svarta fè

Den far, den far
Den kommer ej tillbaks
Den far, den far
Den kommer ej tillbaks

Nu går en lärare i båten
och en soldat och en poet
Och allra sist en liten flicka
som också vill vara med

Hon far, hon far
Hon kommer snart tillbaks
Hon far, hon far
Hon kommer snart tillbaks

Nu är båten fylld av sjömän
Men dom ska inte ut i strid
Nej, dom ska söka efter landet
där drömmarna får liv

Dom far, dom far
Dom far på hoppets hav
Dom far, dom far
Dom kommer snart tillbaks

Contributed by Ceil Herman - 2018/11/17 - 16:05




Language: English

English translation of Mikael Wiehe's Swedish version by Ceil Herman
THE BARK BOAT

Look, there goes a boat of bark
with hope on the great water.
It is filled with dreams,
And no one can take it.

It goes, it goes.
It never comes back.
It goes, it goes.
It never comes back.

There is a workman at the helm,
And a student has become captain.
By the canon stands a farmer,
and the nights black fairy.

It goes, it goes,
It never comes back.
It goes, it goes.
It never comes back.

Now there is a teacher in the boat,
and a soldier and a poet.
and at the very last a little girl,
who also wants to come along.

She goes, she goes.
She is coming back soon.
She goes, she goes.
She is coming back soon.

Now the boat is filled with sailors,
But they won't go out in battle,
No, they will look for the country.
where dreams can live.

They go, they go.
They go on the sea of hope.
They go, they go.
They are soon coming back.

Contributed by Ceil Herman - 2018/11/18 - 01:34




Language: Finnish

Traduzione finlandese della versione svedese / Finnish translation of the Swedish version / Traduction finnoise de la version suédoise / Traducción finlandesa de la versión sueca / Finsk översättning av den svenska versionen / Ruotsinkielisen version suomennos: Juha Rämö
KAARNALAIVA

Katso, tuolla seilaa kaarnalaiva
toivon väljillä vesillä.
Se on laitoja myöten täynnä unelmia,
eikä kukaan pysty sitä tavoittamaan.

Se jatkaa kulkuaan
palaamatta takaisin.
Se jatkaa kulkuaan
palaamatta takaisin.

Ruorissa on työmies
ja kapteenina opiskelija,
tykin äärellä talonpoika
ja yön musta haltia.

Se jatkaa kulkuaan
palaamatta takaisin.
Se jatkaa kulkuaan
palaamatta takaisin.

Nyt laivaan astuu opettaja
ja sotilas ja runoilija
ja aivan viimeisenä pieni tyttö,
joka myös haluaa olla mukana.

Tyttö matkaa laivalla.
Hän palaa pian takaisin.
Tyttö matkaa laivalla.
Hän palaa pian takaisin.

Nyt laiva on täynnä merimiehiä,
mutta he eivät ole menossa sotaan.
Ei, he ovat etsimässä maata,
jossa unelmat muuttuvat todeksi.

He matkaavat laivalla
toivon aavalla merellä.
He matkaavat laivalla,
ja palaavat pian takaisin.

Contributed by Juha Rämö - 2018/12/1 - 10:49




Language: French

Version française – LE BATEAU DE PAPIER – Marco Valdo M.I. – 2019
d’après la version italienne LA BARCA DI CARTA – Lorenzo Masetti – 2018
de la chanson chilienne (espagnol) – El barco de papel – Amerindios – 1973
Paroles et musique : Julio Numhauser
Album : Tu sueño es mi sueño, tu grito es mi canto (Ton rêve est mon rêve, ton chant est mon chant).

Selon le site Cantos Cautivos, c’était l’une des chansons les plus importantes des camps de détention de la dictature de Pinochet. Quand quelqu’un était libéré ou qu’il y avait des informations crédibles selon lesquelles un prisonnier aurait été envoyé en exil, une immense chorale chantait cette chanson à l’unisson avec force.

Dialogue Maïeutique

c'est loin l'Europe


Celle-ci, Lucien l’âne mon ami, est une chanson chilienne et comme il est indiqué par le commentaire italien, une chanson qui était entonnée par les prisonniers des camps de détention où le gouvernement chilien du général Pinochet, un militaire félon tout comme l’avait été en d’autres lieux et d’autres temps Francisco Franco Bahamonde, dit le Caudillo. Augusto Pinochet est arrivé au pouvoir au Chili en 1973, par un coup d’État perpétré le 11 septembre en liquidant par la force le gouvernement et au passage, en assassinant nombre de gens, dont le Président en titre Salvador Allende. Bien que félon et ouvertement répressif et tortionnaire, son régime va bénéficier de la bienveillance et l’appui des États-Unis. Avant d’en venir à ce que raconte la chanson, juste une réflexion générale. Cette chanson aurait aussi bien pu être une chanson d’à peu près n’importe lequel des pays d’Amérique latine, car tous (ou presque) ont connu ou connaissent aujourd’hui encore des situations chaotiques où la guerre civile n’en finit de couver sous la cendre et comme les éruptions volcaniques, d’éclater au grand jour. C’est un état endémique à l’œuvre dans le monde entier, mais il apparaît plus crûment là-bas que dans les pays d’Europe. Comme on le sait, ça n’a pas toujours été le cas. Par ailleurs, on a un peu oublié qu’à l’époque le Chili était lui-même un pays de refuge pour les fugitifs d’autres pays voisins. Notamment, par exemple, les Brésiliens ou les Uruguayens ou sans doute, les Boliviens ou, ou… et une bonne part de ceux qui purent échapper aux diverses dictatures se retrouvèrent un temps en Europe.

J’en ai croisé beaucoup, dit Lucien l’âne, et il y en a beaucoup qui sont encore de ce côté-ci de la planète. Globalement, toutes ces dictatures sont l’effet et le reflet de La Guerre de Cent mille ans que les riches font aux pauvres pour maintenir et idéalement – à leurs yeux, accroître leur pouvoir, leur domination, leur exploitation, leurs privilèges, leurs richesses.

Cela dit, reprend Marco Valdo M.I., mise à part sa spécificité chilienne de chant saluant la libération des prisonniers des camps et du pays, ce Bateau de Papier fait irrésistiblement penser à d’autres esquifs qui se glissent entre les mailles du malheur vers une liberté même relative et une vie moins assassine ; en somme, vers la vie tout court. Parmi ceux-là, il y a Le Radeau de Lampéduse qui reliait le désespoir d’Afrique à ce mirage d’Europe où ses passagers croyaient que les appelait leur destin. Le bateau y va, c’est sûr, mais il est toujours incertain qu’il y arrive et plus encore que la terre d’exil soit une terre d’accueil – rêves et cauchemars vivent dans la même tête. Dis Papa, c’est loin l’Europe ? Tais-toi et nage. On peut toujours rêver, dit l’enfant noir.

Mais au fait, demande Lucien l’âne, n’est-ce pas ce même bateau de papier qui fait la joie des enfants du monde entier ?

Tu as raison, mon ami Lucien l’âne, il le pourrait encore, du moins quand est chanté par Tonton Georges, Le Petit Bateau de Pêche (1937, paroles André Hornez, musique Paul Misrak ) Il commençait son parcours magique ainsi :

« C’était un petit tout petit voilier
Un petit bateau de pêche
On l’avait bâti d’un bout de papier
Et d’un vieux noyau de pêche »


Je m’en souviens très bien, dit Lucien l’âne, cependant, laisse-moi faire remarquer que même l’aventure du petit bateau finit mal :

« Cela fit une tempête
Et rapidement je vous en réponds :
Les événements se gâtent,
L’eau s’est engouffrée dans les entreponts,
Adieu la jolie frégate ! »


Pour en revenir au Chili et à d’autres pays d’Amérique latine, dit Lucien l’âne, j’ai entendu dire que sur terre aussi, là-bas, la marche vers la liberté et l’espoir et comme tu as dit : « vers la vie tout court » est tout aussi aléatoire que l’escapade en bateau. Certains même dressent des murailles pour tuer ce pauvre rêve. Mais nous, nous tissons le linceul de ce vieux monde tourmenté, tremblant, volcanique, éruptif et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
LE BATEAU DE PAPIER

Le bateau en papier s’en va
Sur la mer de l’espérance ;
Il suscite un tas de créances
Et les enfants n’y montent pas.

Il s’en va, il s’en va, il s’en va et il ne reviendra pas.
Il s’en va, il s’en va, il s’en va et il ne reviendra pas.

Il y a un médecin comme passager ;
Comme capitaine, un soldat ;
Un bourgeois comme canonnier
Et une reine de poix.

Il s’en va, il s’en va, il s’en va et il ne reviendra pas.
Il s’en va, il s’en va, il s’en va et il ne reviendra pas.

Sur le bateau, un ouvrier monte,
Un professeur, un artiste
Et monte aussi cette petite fille
Qui était restée sur la rive.

Il s’en va, il s’en va, il s’en va et il reviendra.
Il s’en va, il s’en va, il s’en va et il reviendra.

Marin, sur le bateau, tu peux monter,
Car il ne faut plus qu’on se batte,
Car on est tous camarades
De paix et d’égalité.

Il s’en va, il s’en va, il s’en va et il reviendra.
Il s’en va, s’en va, s’en va, s’en va vers la liberté

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2019/10/28 - 18:47



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org