Language   

L’Enterrement

Ricet Barrier
Language: French


Related Songs

Les Vacanciers
(Ricet Barrier)
Putain le beau métier
(Ricet Barrier)
Lucio Dalla: Disperato erotico stomp
(GLI EXTRA DELLE CCG / AWS EXTRAS / LES EXTRAS DES CCG)


[1965]

Paroles : Ricet Barrier – Bernard Lelou
Musique : Ricet Barrier

Baiser avec la mort
Lucien l’âne mon ami, aujourd’hui, je vais te faire connaître, si ce n’est déjà fait, une chanson qui raconte un enterrement et même celui du chanteur en l’occurrence, l’excellent et drôle Ricet Barrier.

Oh, Marco Valdo M.I. mon ami, te voilà bien sombre à me parler d’enterrement.

Pourtant, Lucien l’âne mon ami, quand tu auras pris connaissance la canzone, m’est avis que tu changeras d’avis. Car la mort vue comme ça, c’est plutôt une bonne nouvelle ou disons, une façon sympathique d’aborder cette phase de la vie, par ailleurs, pour les ânes comme pour les hommes, inévitable. Car la mort se présente sous la forme d’une amoureuse compagne, tout à fait heureuse de tenir compagnie à son soupirant. C’est une mort athée et amoureuse qui tiendra compagnie joyeux défunt aussi longtemps que durera le temps. C’est Byzance ; plus jamais sel et avec une personne éternellement jeune. Et à chacun sa mort, c’est fabuleux. Une mort qui vous soigne aux petits oignons et puis, elle au moins, elle est certaine et au rendez-vous. Elle pose pas de lapin, cette fille-là.

C’est assez réjouissant comme perspective et comme tu le dis, l’avantage sur les racontars fols des religieux et de leurs idoles nébuleuses et, extra-terrestres, c’est une certitude.

C’est du moins ce qui ressort de la chanson de Ricet Barrier, le même qui s’extasiait sur le cul de la patronne et sans doute, est-ce la patronne qui le rejoint et qui, on ne peut en douter, le gardera bien au chaud dans son lit.

Ah oui, dit Lucien l’âne, en tressautant de rire, je m’en souviens de cette chanson, avec ce refrain extraordinaire :

« Il est beau le cul le cul le cul de la patronne
Un cul pareil à Waterloo
Et les Anglais l’avaient dans le dos
Il est beau le cul le cul le cul de la patronne
Si on l’avait comme drapeau
On serait tous des héros !!
Taratatatata !!! »

Cela dit, tu disais que c’était une chanson athée et en effet, c’est une chanson où il n’est en aucune façon question de Dieu ou de dieux. Ce qui me réjouit, car à vrai dire, ces ectoplasmes ne me paraissent pas crédibles, ni croyables. Ce sont des ombres chinoises ou des fantaisies platoniciennes qui viennent s’agiter sur les murs de la caverne. J’en profite pour évoquer une autre camarde qu’évoquait le bon José Saramago. Tu sais, celle qui envoyait des lettres de faire-part violettes et anthumes aux intéressés, afin qu’ils puissent mettre en ordre leur succession et qui un jour se refuse à l’expédier à un homme dont elle tombe amoureuse.

Cela dit, Lucien l’âne mon ami, des morts et des enterrements, on en trouve à tous les tournants dans la chanson et par exemple, juste pour amorcer la réflexion :
L’Enterrement de Cornélius : Bécaud ; Le Moribond : Brel ; Les Funérailles d’Antan : Brassens. D’ailleurs, la mort et toutes les pompes et cérémonies qui y sont liées me paraît être un thème parfait pour un parcours dans les Chansons contre la Guerre. Mais concluons

Restons-en là, en effet. Écoutons Ricet Barrier et reprenons notre tâche qui consiste à tisser le linceul de ce vieux monde guindé, croyant, crédule, religieux, idolâtre et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
Je suis mort, je suis bien mort.
S’il vous plaît, ne pleurez pas sur mon sort !
Elle est enfin venue la femme que j’adore.
Elle suit mon corbillard, je la sens près de moi.
Son Rimmel fout le camp.

Qu’est-ce que suis content,
Tu es venue à mon enterrement,
Toi qui n’ venais jamais à mes rendez-vous de mon vivant.
Tu ne te promenais jamais en moto, seule avec moi.
Aujourd’hui c’est fête, nous voilà réunis dans le même convoi.
Tu m’as dit non toute ma vie,
Le jour de ma mort tu me dis oui.
L’amour auquel je ne croyais pas
Est né le jour de mon trépas.

Qu’est-ce que suis content,
Tu es venue à mon enterrement.
Hum ! Qu’elles sont belles tes fleurs,
Tu en as eu au moins pour quinze mille francs.
Toi qui dédaignais tous les bouquets de roses que je t’offrais,
Aujourd’hui, c’est toi qui m’apportes une couronne signée "Regrets".
Moi, j’ai pleuré toute ma vie,
Le jour de ma mort, tu pleures aussi.
Dommage que tu me dises "Je t’aime"
Dans le langage des chrysanthèmes.

Qu’est-ce que suis content,
Tu es venue à mon enterrement.
Moi qui voulais me foutre à l’eau,
À chaque fois que tu me disais "Nan !"
Je ne pouvais pas supporter l’idée de vivre sans toi,
Mais je me disais "Fais confiance au destin, ton heure viendra".
Fallait que je défonce un platane
Pour que tu veuilles bien devenir ma femme.
Tu verras comme ça sera coquin,
Tous les jours, ce sera la Toussaint.

Oh ben mince ! Vous pleurez vous aussi !
La mort n’est rien quand l’amour suit.
Elle est enfin venue, la femme que j’aime tellement,
Elle suit mon corbillard, je la sens près de moi.
Si j’avais su, je serais mort avant.
Je serais mort avant,
Oh oui, bien avant !

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2016/7/7 - 23:28



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org