Language   

Dalla parte delle bestie

Mimmo Cavallo
Language: Italian

List of versions


Related Songs

Due parti di idrogeno per una di ossigeno
(Mercanti di Liquore e Marco Paolini)
Fiore rubato
(Mimmo Cavallo)
La Guerre de Cent mille ans
(Marco Valdo M.I.)


3013
Dalla parte delle bestie
Dalla parte delle bestie

Anch'io da piccolo giocavo agli Indiani, i cow-boy, nonostante sia stato cresciuto a western di John Ford e John Wayne, mi piacevano solo quando si sparavano tra di loro. Forse già da piccolo mi piacevano più i perdenti, per dirla con Finardi "Siamo tutti Will coyote". E allora questo brano potrebbe dare inizio ad una serie di brani per il percorso "Dalla parte dei perdenti".
O da piccolo tifavo sempre per gli indiani
che prendevano le botte dagli americani
dalla parte delle bestie
tutta la vita contro la peste
contro i primi della classe
spie delle professoresse
mi ricordo al circo quei leoni senza denti
col sorriso triste stanco e spento dei perdenti
quante zebre quante scimmie
così allegre così arzille
ma nel cuore erano mummie
ma nel cuore erano mummie
mi rincorrevano
mettevano il sale in mezzo ai capelli
e quegli sguardi puntati mi sputavano spilli
è matto in piedi sull'orlo di un tetto
è matto se è fuori marcatelo stretto
è matto sulla porta di casa hanno scritto

Dalla parte delle bestie
dalla parte delle bestie
tutta la vita contro la peste
dalla parte delle bestie
Dalla parte dei perdenti
dalla parte dei perdenti
tutta la vita con i denti
dalla parte delle bestie

Io da piccolo tifavo sempre per gli indiani
che prendevano le botte dagli americani
dalla parte dei contrari
tutta la vita per i sette mari
contro le trappole dei bracconieri
e i tranelli dei cacciatori
Povero me illuso volevo cambiare il mondo
ma c'ho sbattuto il muso
e adesso adesso raschio il fondo
ma spero nel paradiso di togliermi la iena
che m'insegue per tutto il viso
nella vita sulla scena
nella vita sulla scena

Dalla parte delle bestie
dalla parte delle bestie
tutta la vita contro la peste
dalla parte delle bestie
Dalla parte dei contrari
dalla parte dei contrari
tutta la vita per i sette mari
dalla parte delle bestie

E se volete se mi cercate io sono qui
su questo treno ultima classe si
Dalla parte delle bestie
dalla parte delle bestie
tutta la vita contro la peste
dalla parte delle bestie
Dalla parte dei perdenti
dalla parte dei perdenti
tutta la vita con i denti
dalla parte delle bestie
e dalla parte dei dannati
dalla parte dei dannati
è una banda di pirati
dalla parte dei dannati
Dalla parte dei contrari
dalla parte dei contrari
tutta la vita per i sette mari
dalla parte delle bestie
Dalla parte delle bestie...

Contributed by dq82 - 2016/3/9 - 14:24



Language: French

Version française – DU CÔTÉ DES BÊTES – Marco Valdo M.I. – 2016
Chanson italienne – Dalla parte delle bestie – Mimmo Cavallo – 2013

Tout petit, je tenais toujours pour les Indiens
Tout petit, je tenais toujours pour les Indiens


Moi aussi quand j’étais petit, je jouais aux Cow-boys- Indiens, lesquels, malgré les westerns de John Ford et John Wayne, me plaisaient seulement lorsqu’ils se tiraient dessus. Peut-être déjà quand j’étais petit, les perdants me plaisaient plus ; pour parler comme Finardi « Nous sommes tous Vil Coyote ». Et alors ce morceau pourrait donner le départ à une série de chansons pour un parcours « Du côté des perdants ».

Mon cher Lucien l’âne, cher ami, je ne sais si chez les ânes, on joue aux cows-boys (il y a plusieurs boys, mais aussi ils gardent plusieurs vaches ; généralement, un troupeau ; d’où, la nécessité de mettre au pluriel les vaches – en anglais cow ; et les gars, en anglais boy) et aux Indiens (il y a généralement, plusieurs Indiens), aux gendarmes et aux voleurs (voir ce qui est dit des vaches et des gars), aux brigands et aux carabiniers…

En effet, les ânes ne jouent pas à des jeux aussi « humains ». Mais je les connais quand même ; quoique du temps où j’étais encore un garçon, je n’ai jamais joué à de pareils jeux ; on jouait au gibier-chasseurs ; il est vrai que certains jouaient aux Spartiates – Athéniens ou aux Grecs – Perses, aux citoyens – ilotes, aux maîtres – esclaves. Une remarque piquante, si tu veux bien l’entendre : je n’ai jamais entendu, ni a fortiori, vu jouer aux fascistes-communistes, ni aux patrons-ouvriers… sauf chez les adultes, évidemment !

Bref, en matière de jeux, ce sont des universaux. On les trouve partout sous des dénominations et des formes diverses. Ces jeux sont les premières manifestations formalisées de la Guerre de Cent Mille Ans dans la vie enfantine. Avant cela, dès les premiers instants de socialisation, dès que se forment des groupes d’enfants, de contemporains, on voit apparaître des comportements de dominants et des comportements de dominés. C’est une chanson où dans la mythique guerre, dans la guerre fantasmée, le « héros », entretemps déjà plus âgé, prend parti pour les « perdants ». Je n’aime d’ailleurs pas trop cette formulation. Je parlerais plutôt volontiers d’un côté : de révoltés, d’agressés, de défenseurs et de l’autre côté : d’attaquants, d’agresseurs et de dominateurs. C’est donc une chanson qui pose à sa manière la question centrale de la Guerre de Cent Mille Ans et qui, en même temps, montre l’importance des jeux d’enfants dans la formation de la personnalité du petit humain. Sans doute même qu’elle dévoile quelque chose de plus profond qu’on ne l’imagine habituellement : le fait que la division en deux camps opposés de l’humanité s’établit très tôt dans l’existence. Je dis ça sans chercher à trancher la question de l’éventuelle propension génétique ou d’un acquis de socialisation ; même si, j’ai fortement tendance à imaginer que ces types de comportement sont des traits sociaux qui sont le résultat d’une éducation ou d’une absence d’éducation, souvent induit. Une sorte d’imprégnation par le milieu dans lequel le jeune enfant baigne. Ce qui ferait que sauf changement volontaire ultérieur, le pli est pris et on se retrouve de l’un ou de l’autre côté.

Si je comprends bien, dit Lucien l’âne en fronçant ses énormes sourcils, on est très rapidement soit du camp des riches et des puissants, soit de celui des pauvres ou des faibles. La Guerre de Cent Mille Ans commence très tôt chez les hommes. Mais alors, il n’en reste pas oins que si ce positionnement social se fait par imprégnation, il échappe à la volonté de l’enfant ; il lui est instillé, il s’impose dès le plus jeune âge.

En effet, c’est comme le baptême, c’est comme un conditionnement qui se fait en dehors de la volonté de la personne elle-même (trop jeune encore pour déjà en avoir une très développée) et qui lui est imposé. Et comme pour l’attachement à une croyance, à une religion, seule la raison peut redresser la barre. Évidemment, tout dépend du côté où l’on se place ; on peut choisir d’aller dans le sens imposé ou dans l’autre ; soit maintenir le cap, soit s’orienter de l’autre côté. Ce choix est le résultat de ce processus souterrain qu’on appelle la pensée et la conscience morale. Dans la conscience de l’enfant s’établit progressivement une sorte de cartographie, un dictionnaire, un guide interne, une boussole qui lui indique les choses qui se font, celles qui ne se font pas ; ce qui est acceptable, ce qui ne l’est pas. Cependant, l’imprégnation par le milieu est très précoce et il est très difficile de s’en départir ; d’autant plus difficile qu’on la renforce par l’éducation. C’est ce qui explique que les religions (avec ou sans Dieu(x)) entendent mettre la main sur l’éducation dès la plus petite enfance afin de pouvoir museler toutes les tentatives d’émancipation des enfants et des jeunes et par voie de conséquence, également, celle des adultes et de toute l’humaine nation.

En effet, dit Lucien l’âne, l’enjeu est de taille… Quant à moi, j’aime beaucoup cette expression qui donne le titre à la canzone : « Dalla parte delle bestie – Du côté des bêtes », qui me paraît aller dans le même sens que noter propre antienne : « Noi, non siamo cristiani. Siamo somari – Nous, nous ne sommes pas des chrétiens, nous sommes des bêtes de somme. » À présent, il nous reste à reprendre notre tâche et tisser le linceul de ce vieux monde encombré de Dieux, de prophètes, de religieux et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
DU CÔTÉ DES BÊTES

Tout petit, je tenais toujours pour les Indiens
Qui étaient chassés par les Américains.
Du côté des bêtes.
Toute ma vie contre la peste,
Contre les premiers de classe,
Les espions des maîtresses.

Je me rappelle au cirque ces lions sans dents,
Au sourire triste, éteint et fatigué de perdants
Et tous ces zèbres, et tous ces singes
Si gais, si sautillants,
Mais dans mon cœur, des momies,
Mais dans mon cœur, des momies
Me persécutaient sans bruit.

Elles mettaient le sel au milieu des cheveux
Et ces regards perçants me lançaient des lazzis.
Il est fou debout sur le bord d’un toit.
Il est fou quand il sort, serrez-le à l’étroit.
Il est fou sur la porte de chez lui, on a écrit :

Du côté des bêtes, des bêtes,
Du côté des bêtes, des bêtes,
Toute ma vie contre la peste,
Du côté des bêtes, des bêtes,
Du côté des bêtes et des perdants,
Du côté des bêtes et des perdants.
Toute ma vie en montrant les dents,
Du côté des bêtes, des bêtes.

Tout petit, je tenais toujours pour les Indiens
Qui étaient chassés par les Américains.
Du côté des opposants fiers,
Toute ma vie par les sept mers,
Contre les rets des chasseurs,
Et les pièges des trappeurs.
Pauvre de moi, je m’illusionnais, je voulais changer le monde,
Mais je me suis pris des claques
Et maintenant, c’est le fond que je racle.
Mais j’espère au paradis me débarrasser de l’hyène
Qui me poursuit sans gêne,
Dans ma vie sur scène,
Dans ma vie sur scène.

Du côté des bêtes, des bêtes,
Du côté des bêtes, des bêtes,
Toute ma vie contre la peste,
Du côté des bêtes, des bêtes,
Du côté des bêtes et des perdants,
Du côté des bêtes et des perdants.
Toute ma vie en montrant les dents,
Du côté des bêtes, des bêtes.

Et si vous venez me chercher, je suis ici
Dans ce train de dernière classe, oui.
Du côté des bêtes, des bêtes,
Du côté des bêtes, des bêtes,
Toute ma vie contre la peste,
Du côté des bêtes, des bêtes,
Du côté des bêtes et des perdants,
Du côté des bêtes et des perdants.
Toute ma vie en montrant les dents,
Du côté des bêtes, des bêtes.
Du côté des bêtes et des damnés,
Du côté des bêtes et des damnés,
Il y a une bande de pirates,
Du côté des bêtes et des damnés,
Du côté des bêtes et des opposants,
Du côté des bêtes et des opposants.
Toute ma vie par les sept mers et les océans,
Du côté des bêtes, des bêtes,
Du côté des bêtes, des bêtes…

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2016/3/11 - 20:53



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org