Language   

Georges Brassens: La Religieuse

GLI EXTRA DELLE CCG / AWS EXTRAS / LES EXTRAS DES CCG
Language: French

List of versions


Related Songs

À l'ombre des maris
(Georges Brassens)
Georges Brassens: Mélanie
(GLI EXTRA DELLE CCG / AWS EXTRAS / LES EXTRAS DES CCG)
Chanson pour l'auvergnat
(Georges Brassens)


La Religieuse

Chanson française – La Religieuse – Georges Brassens – 1969
Paroles et musique : Georges Brassens





Mais que donc viendrait faire une religieuse dans les Chansons contre la Guerre ?

Y être ou ne pas y être ? Telle est la question. Tel est le dilemme… D’abord, ce n’est pas n’importe quelle religieuse. C’est la sœur de Fernande.

Voyez-vous ça, la sœur de Fernande. D’accord. Mais encore ?

Eh bien, Lucien l’âne mon ami, si la brave Margot (faudra aussi la présenter aux CCG, qui font semblant de l’ignorer) découvrait son corsage et inspirait ainsi tous les gars du village, cette religieuse incarne à elle seule tous les fantasmes des enfants de chœurs, des ecclésiastiques et même, qui lui résisterait ?, du Christ et des auditeurs de la chanson. C’est une Mélanie à rebours ; elle incendie les cierges sans même les toucher.

Et bien entendu aussi, dit Lucien l’âne en brayant comme un zèbre en rut, ceux des interprètes et même, celui de l’auteur de la canzone. Une sacrée gaillarde que cette sœur ! D’une certaine manière, elle me fait penser à cette autre nonne dont, par l’entremise de Georges Brassens encore, Victor Hugo racontait la terrible aventure ; celle dont le Père Hugo disait :
« Comme si, quand on n’est pas laide
On avait le droit d’épouser Dieu ».

Eh bien évidemment, pour répondre à la question rituelle de savoir si la chanson a sa place ici, j'affirme qu'elle a toute sa place dans les chansons contre la guerre, dans la mesure où il y a là comme un parfum de libération de la femme, une liberté du corps et une sensualité peu compatibles avec les normes canoniques. Sauf, si, comme je le vois à tes yeux égrillards, on songe à d’autres canons ; et de fait, comme tu le verras, c’est ce qu’on appelle par ici et maintenant un « canon ». Et puis, mettre la corne à la tête du Christ, même en hypothèse, cela aurait valu le bûcher, il y a peu de temps encore.

Évidemment ! Je peux même te garantir qu’on en a torturé pour moins que ça.

Bref, sous ses airs de Sainte Nitouche, cette canzone est un brûlot anticlérical, dicté, diront certains, par le diable lui-même ou en tout cas, par un mauvais esprit.

Oh, Marco Valdo M.I. mon ami, arrête-toi là ! Pour un peu, ils vont nous envoyer un exorciste. Ce n'est pas qu'ils me font peur ces chasseurs de diables, mais ils m'horripilent tant que j'en ai le poil tout retourné. Enfin, écoutons la chanson, rions et reprenons notre tâche et tissons le suaire de ce vieux monde religieux, clérical, superstitieux, collet monté et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
Tous les cœurs se rallient à sa blanche cornette,
Si le chrétien succombe à son charme insidieux,
Le païen le plus sûr, l’athée le plus honnête
Se laisseraient aller parfois à croire en Dieu.
Et les enfants de chœur font tinter leur sonnette …

Il paraît que, dessous sa cornette fatale
Qu’elle arbore à la messe avec tant de rigueur,
Cette petite sœur cache, c’est un scandale !
Une queue de cheval et des accroche-cœurs.
Et les enfants de chœur s’agitent dans les stalles …

Il paraît que, dessous son gros habit de bure,
Elle porte coquettement des bas de soie,
Festons, frivolités, fanfreluches, guipures,
Enfin tout ce qu’il faut pour que le diable y soit.
Et les enfants de chœur ont des pensées impures …

Il paraît que le soir, en voici bien d’une autre !
A l’heure où ses consœurs sont sagement couchées
Ou débitent pieusement des patenôtres,
Elle se déshabille devant sa psyché.
Et les enfants de chœur ont la fièvre, les pauvres …

Il paraît qu’à loisir elle se mire nue,
De face, de profil, et même, hélas ! de dos,
Après avoir, sans gêne, accroché sa tenue
Aux branches de la croix comme au portemanteau.
Chez les enfants de chœur le malin s’insinue…

Il paraît que, levant au ciel un œil complice,
Elle dit: "Bravo, Seigneur, c’est du joli travail !"
Puis qu’elle ajoute avec encor plus de malice :
"La cambrure des reins, ça, c’est une trouvaille !"
Et les enfants de chœur souffrent un vrai supplice …

Il paraît qu’à minuit, bonne mère, c’est pire :
On entend se mêler, dans d’étranges accords,
La voix énamourée des anges qui soupirent
Et celle de la sœur criant "Encore ! Encore !"
Et les enfants de chœur, les malheureux, transpirent …

Et monsieur le curé, que ces bruits turlupinent,
Se dit avec raison que le brave Jésus
Avec sa tête, hélas ! déjà chargée d’épines,
N’a certes pas besoin d’autre chose dessus.
Et les enfants de chœur, branlant du chef, opinent …

Tout ça, c’est des faux bruits, des ragots, des sornettes,
De basses calomnies par Satan répandues.
Pas plus d’accroche-cœurs sous la blanche cornette
Que de queue de cheval, mais un crâne tondu.
Et les enfants de chœur en font, une binette …

Pas de troubles penchants dans ce cœur rigoriste,
Sous cet austère habit, pas de rubans suspects.
On ne verra jamais la corne au front du Christ,
Le veinard sur sa croix peut s’endormir en paix,
Et les enfants de chœur se masturber, tout tristes ...

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2015/11/13 - 19:37



Language: English

Versione italiana di Fausto Amodei

LA RELIGIOSA

Tutti i cuori per lei ormai sono a brandelli.
Se i cristiani soccombono alla sua beltà,
i pagani più fieri gli atei più ribelli
giurerebbero sulla Santa Trinità!
E il chierichetto fa suonare i campanelli....

Pare che sotto quella cuffia inamidata
che ella ostenta alla messa in grande devozion
si nasconda una lunga chioma ossigenata
trattenuta alla nuca con un gran chignon
E il chierichetto si dimena in camerata...

Pare che sotto il saio di tessuto scuro
porti calze di seta e biancheria fru fru
porti pizzi e merletti i quali, di sicuro,
fanno sì che lì sotto ci sia belzebù!
E al chierichetto vien qualche pensiero impuro...

Par che tutte le sere in cella di clausura
mentre le consorelle dormono di già,
oppur leggon devote la sacra scrittura,
ella si metta nuda e balli il cha cha cha.
E al chierichetto sale la temperatura...

Pare che lei si specchi nuda e senza panni,
di profilo, di faccia e anche da sotto in su
e che usi la croce come attaccapanni
per appendervi gli abiti col buon Gesù.
E il chierichetto soffre di tremendi affanni...

Pare ch'ella facendo al cielo l'occhiolino
dica "Grazie, Signore, devo dire che
le mie cose le hai fatte proprio per benino
e che come creatore sei davvero un re!"
Dal chierichetto satana fa capolino...

Pare che a mezzanotte, l'ora dei vampiri,
uno possa ascoltare oltre a tutto ciò
una voce che emette languidi sospiri
e la suora gridare "Ancora, ancora un po'"
E il chierichetto allora va un po' su di giri...

Il curato, a sentir 'ste voci clandestine,
giustamente dichiara che il bravo Gesù
ha la fronte che è già coperta dalle spine
e non può lasciar crescerci altre cose su
I chierichetti scuotono le testoline...

E' una grossa bugia, chissà da chi inventata,
certamente l'ha messa in giro belzebù,
sotto quella famosa cuffia inamidata
c'è una testa rapata a zero e nulla più.
E il chierichetto fa la faccia sconsolata...

Niente impuri pensieri in quel cuore fervente,
sotto il saio non c'è né seta né taftà,
sulla croce Gesù riposi finalmente:
niente corna a turbar la sua tranquillità.
E il chierichetto si masturbi tristemente..

2015/11/14 - 13:00



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org